Archives du blog

Rébellion quantique – Part 12

Roxane participe à des opérations menées par une organisation illégale dirigée par Franck, l’Asso. Ils empêche le gouvernement d’obliger les populations les moins aisées à quitter les villes pour le 3e cercle de banlieue. Roxane pose des bombes dans des immeubles en construction, tout en étant sûre de ne pas se faire prendre: elle est un individu quantique, dont la vie se déroule à cheval sur plusieurs réalités. Sa nouvelle mission la conduit à organiser l’enlèvement du ministre de la vie en ville, pour faire plier le gouvernement.  Lors de son dernier saut dans l’espace-temps, elle a emmené avec elle un petit garçon qui se révèle être le petit-fils de l’otage. Pire, elle découvre qu’elle est un agenda double-double: son « moi local » se sert de ses relations avec le ministre pour lui voler des informations utiles à l’Asso et son « moi quantique » exécute les instructions des rebelles. Alors qu’elle découvre que la mère de l’enfant la connaît dans un autre monde, elle doit préparer son prochain saut dans le temps et l’espace. Elle désobéit à l’Asso en avertissant, pour la protéger, son double dont elle craint qu’elle ne fasse l’objet de répression. Résultat: deux Roxane se retrouvent dans un monde antérieur: l’une, recherchée pour ses actes terroristes, œuvre parmi les rebelles, et l’autre fait face à un Franck déconfit qui lui apprend qu’une troisième Roxane existait déjà dans ce monde. Par ailleurs, Inès, la mère de l’enfant, s’avère être la voix. Pour éviter de perturber le continuum espace-temps defaçon irrémédiable, Roxane doit dénoncer et faire condamner son double rebelle. Elle peut mainteant envisager de fuir dans un lointain futur.

Le début se trouve par ici, ceci est le dernier épisode

*

Comme il n’est pas question que je fasse sauter quoi que ce soit dans ce monde, ni que je mette en danger un quelconque moi qui trainerait par inadvertance, je vais pouvoir bénéficier des services d’Inès en direct, installée dans un canapé de velours vert foncé. Franck a tenu à me remettre en mains propres le téléphone qui va actionner mon saut vers cet autre monde dans lequel nous sommes sûrs que je n’existe pas.

– Comment ça va se passer, si tu n’es pas là pour m’accueillir et me donner les clefs de chez moi?
– Pour être honnête, je n’en sais rien, je suis navré, Roxane, j’aurais aimé sécuriser ce dernier voyage, mais je n’en ai pas la possibilité. C’est pour ça que je te demande de veiller sur ce petit dispositif comme sur toi-même.

Il me remet un boîtier carré d’environ trois cm de côté et d’un cm d’épaisseur.

– Il contient tout ce que j’ai pu y stocker comme informations sur toi, la cause, les données historiques des mondes que tu as traversés… nous avons tout crypté dans un code mathématique qui, je l’espère, pourra être décodé où que tu arrives. Il te faudra localiser quelqu’un de confiance et te débrouiller pour lui remettre ce cube. Ce sera ta porte d’entrée dans une organisation sociale, sans cela, j’ai peur que tu ne te retrouves en marge, condamnée à survivre par tes propres moyens.
– … et qu’est-ce qui te laisse supposer un avenir aussi sombre ?
– Tous les mondes que j’ai explorés ces derniers jours, tous les futurs les plus lointains que j’ai pu entrevoir, portaient la même empreinte de désolation. Peu d’espace vivable et l’humanité ne peut y survivre qu’au prix de sacrifices élevés. En petit nombre. Il ne me reste qu’à te souhaiter bonne chance.
– Et on peut envisager que je reste ? Même confinée dans cet hôtel qui après tout est plutôt pas mal…
– Tu ne me fais pas rire, Roxane. Tu dois y aller, maintenant.
– Maintenant, maintenant ?
– …

J’ai mal partout, comme si j’avais consacré les trois derniers jours à la pratique intensive d’un sport de combat. Je glisse les 9cm3 responsables de ma survie dans ma poche, dépose dans la main d’Inès un courrier destiné à Manuel, en lui recommandant de ne lui remettre que parvenu à l’âge adulte, ferme les yeux et appuie sur le bouton vert du téléphone, dans l’attente de ce qui sera mon dernier saut.

*

Je suis seule.

Seule sur une esplanade gigantesque, grise et lisse, qui surplombe une ville cernée de murs immenses au-delà desquels un épais brouillard empêche de distinguer quoi que ce soit. Le ciel aux reflets d’acier me donne la sensation d’être sous un lourd couvercle en passe de me broyer. Je n’éprouve aucune envie de bouger, d’aller au-devant d’une forme de vie, de chercher l’être providentiel qui me permettra de trouver une légitimité au sein de cette ville.

Franck me manque. Je réalise que sans lui, je ne suis rien. Sans lui. Sans l’Asso. Sans le petit Manuel. Sans cause à défendre. Pour un peu, je pleurerai sur mon sort.

« Couchez-vous sur le ventre et levez les bras vers le ciel ! »

La voix mécanique qui résonne dans mes oreilles sort de nulle part. J’obtempère comme un robot, lasse par avance de ce qui va suivre. Je me sens saisie par les bras, un casque opaque est posé sur mes yeux, annihilant toute possibilité de percevoir le nouveau monde dans lequel je viens d’arriver pour être faite prisonnière.

– Mais pourquoi tu t’obstines à faire ça ?

La femme qui me parle me fixe avec un air furieux qui laisse entendre que je n’en suis pas à ma première, mais ma première quoi ?

– Tu sais à quel point il est dangereux de se balader sur le toit du monde…
– Le toit du monde ?

Je n’ai pas pu m’en empêcher. Si une conclusion s’impose suite à ces multiples sauts dans l’espace et le temps, c’est que je n’apprends pas de mes erreurs. Honte sur moi.

– Bon, je vois que tu t’obstines encore à faire l’idiote. Mais ce n’est pas drôle, Roxane. Aller contre la loi ne fait pas partie de tes attributions. Il va bien falloir que tu comprenne que ton statut t’impose un minimum de retenue.

La voix. Cette femme parle avec la voix d’Inès. Ce coup-ci, je ne dis rien, mais ça me demande un effort quasi surhumain.

– Bon, je suppose que ça ne sert à rien, de toute façon ces dernières semaines, tu t’es ingéniée à apparaître n’importe où, à n’importe quel moment de la journée. Si c’est pour me prouver à quel point tu es forte pour déjouer les circuits de surveillance, bravo, tu as gagné. Tu peux arrêter, ça va finir par se savoir et on aura des problèmes. Notre système est supposé infaillible. Si les dégénérés se rendent compte qu’ils peuvent le contourner, ce seront de nouveau les révoltes et la répression. On préfère éviter ça, non ?
– Oui oui…
– Tu vas arrêter ?
– Heu… oui…
– Je ne te crois pas. Tu n’es pas prête à sortir d’ici, Roxane.

Et d’un geste, elle invite des individus que je n’avais pas repérés à se saisir de moi. Je couine, mais ne proteste pas. Ils me trainent dans ce qui ressemble à un long couloir blanc lumineux, pourvu de fenêtres qui offrent à mon regard effaré une succession de bâtiments sombres, d’enchevêtrements de passerelles, le tout surplombé par une forêt de caméras. Ce paysage apocalyptique baigne dans une lumière crue qui révèle de loin en loin de frêles silhouettes qui se déplacent de façon très rapide et saccadée, et surtout… dans les trois dimensions…

Un sas s’ouvre sur une pièce à la décoration sommaire. En fait, elle contient un tableau gigantesque qui fait face à une fenêtre opaque et un ensemble de trois cubes, un rouge, un blanc, un gris. Mes accompagnateurs me poussent là-dedans sans commentaire avant de referme le sas. Ma tête se met à tourner. Je reste un moment au sol, les bras autour des genoux, ne me sentant pas capable de regarder autour de moi. Il le faut pourtant. Ne serait-ce que pour découvrir ce que représente le tableau et dont j’augure que ça ne me plaira pas. Trop d’éléments laissent entendre que ce dernier saut est une catastrophe. Déjà, j’existe ici. En plus, la voix me domine manifestement, malgré un statut mystérieux qui a l’air de me permettre de rester impunie tout en ayant adopté un comportement désobéissant.

J’ai dans la gorge un effarant goût d’inexorable.

Mes yeux se lèvent alors que mon cerveau leur intime de me laisser encore un peu le temps des illusions. Je fais un pari contre moi-même et le perd.

Franck.

J’ai devant moi un portrait énorme de Franck, en uniforme militaire, aucun sourire sur le visage, qui pose sous un texte rédigé dans une langue familière (pour cause, c’est du français)

« Roxane, tout ce que tu as fait ou pensé, tout ce que tu envisages de faire ou de penser, le moindre acte, le plus petit geste que tu vas esquisser sont placés sous notre contrôle. Tu peux te bercer de l’illusion de pouvoir faire des sauts, mais les fonctions espace et temps sont limitées au périmètre de la ville et à une semaine. Nous sommes entrés en possession du cube qui t’aurait placée à la tête du gouvernement, l’avons détruit et détruit le code qui a permis sa traduction. Tu n’es plus rien. La majeure partie de la population vit dans ces bâtiments que tu n’as eu de cesse de vouloir détruire. Les privilégiés, dont tu fais partie, ne doivent leur présence dans la partie haute de la ville qu’à leur soumission stricte au règlement. Notre réseau de caméras est si dense que tu ne pourras jamais sortir de nos écrans. A supposer que tu réussisses à t’échapper, sache que dehors, la guerre bactériologique fait rage et que tu ne survivrais pas plus de quelques minutes. Seuls se maintiennent ceux qui portent des masques. Tu n’as pas de masque, ils sont attribués à la naissance et ton statut de fantôme fait que jamais on ne pourra t’en attribuer. Ta seule échappatoire est le téléphone. Je te souhaite bien du plaisir »

Je réalise que j’ai toujours le téléphone à la main. Je l’ai serré avec tant de force que j’en ai endommagé la coque, qui présente des fissures.

Une notification de message clignote sur l’écran. J’appuie sur le bouton vert et tressaille en reconnaissance la voix d’Inès.

« Bonjour, si vous voulez arriver en ville, tapez 1

Pour le toit du monde, tapez 2

Pour le mur d’enceinte, tapez 3

Tapez dièse pour choisir votre jour de la semaine.

Quel que soit votre choix, votre mémoire immédiate sera effacée. Franck et moi sommes désolés Roxane »

Je choisi 1 et lundi, pour me retrouver sans surprise dans une rue vide, cernée d’immeubles déprimants. Il me faut quelques instants pour distinguer des silhouettes se hâtant vers un but invisible. Je les appelles et au moment précis où un visage se tourne vers moi, je sais.

Je choisis 3 et jeudi, et me retrouve assise au pied d’un mur sans aucune aspérité, hérissé de caméras. Je n’ai pas besoin de regarder les silhouettes qui m’entourent. Ce sont des dizaines de Roxane, toutes du même âge et portant les mêmes vêtements, toutes pâles et courant vers un immeuble à détruire. Je jette le téléphone par terre et le piétine avec une rage dont je ne me sentais pas la force.

Une alarme se met faire trembler le mur dans mon dos

« Fin de la promenade, réintégrez vos cellules »

Il ne me reste qu’à trouver celle que l’on m’a attribuée. Je n’y resterai de toute façon pas assez longtemps pour m’y habituer.

 

*

Rébellion quantique – Part 11

Roxane participe à des opérations menées par une organisation illégale dirigée par Franck, l’Asso. Ils empêche le gouvernement d’obliger les populations les moins aisées à quitter les villes pour le 3e cercle de banlieue. Roxane pose des bombes dans des immeubles en construction, tout en étant sûre de ne pas se faire prendre: elle est un individu quantique, dont la vie se déroule à cheval sur plusieurs réalités. Sa nouvelle mission la conduit à organiser l’enlèvement du ministre de la vie en ville, pour faire plier le gouvernement.  Lors de son dernier saut dans l’espace-temps, elle a emmené avec elle un petit garçon qui se révèle être le petit-fils de l’otage. Pire, elle découvre qu’elle est un agenda double-double: son « moi local » se sert de ses relations avec le ministre pour lui voler des informations utiles à l’Asso et son « moi quantique » exécute les instructions des rebelles. Alors qu’elle découvre que la mère de l’enfant la connaît dans un autre monde, elle doit préparer son prochain saut dans le temps et l’espace. Elle désobéit à l’Asso en avertissant, pour la protéger, son double dont elle craint qu’elle ne fasse l’objet de répression. Résultat: deux Roxane se retrouvent dans un monde antérieur: l’une, recherchée pour ses actes terroristes, œuvre parmi les rebelles, et l’autre fait face à un Franck déconfit qui lui apprend qu’une troisième Roxane existait déjà dans ce monde. Par ailleurs, Inès, la mère de l’enfant, s’avère être la voix. 

Le début (ça devient compliqué j’en conviens) se trouve par ici

*

Donc, je suis trois. Manuel n’est qu’un et Inès est sa mère, plus jeune qu’elle n’aurait dû mais le petit ne s’en rendra pas compte. Elle ne profitera jamais des premières années de son fils, qui vient de lui arriver à cinq ans. Inès est bien « la voix » et, détail croustillant, la compagne de Franck (je suis gênée d’imaginer qu’ils ont bien dû rigoler de mes émois) qui se trouve donc être … le père du petit.

Inès m’a tout raconté avec douceur et en prenant le temps de m’exposer les différents (et nombreux) évènements perturbateurs que j’ai déclenchés dans ce monde et par ricochet dans tous les autres mondes, avec ce qu’elle appelle gentiment « mon comportement spontané » (et que je traduis par « mon irresponsabilité enfantine, « mon égoïsme crasse », « mon incapacité à anticiper les ennuis »)

En résumé, dans ce monde antérieur à ceux d’où je viens (mais je n’ai pas rajeuni, à mon grand dam) , se baladent trois facettes de moi.

  • La rebelle recherchée, la plus dangereuse.
  • Celle d’origine, amie d’Inès, maintenue au secret chez elle, mon moi confiné à cause moi, qui flippe de ne pouvoir sortir et mener une vie normale.
  • Moi, qui vous parle, la cause de tout ce merdier, la seule à connaitre ma trinité, et manifestement la seule à pouvoir réparer les dégât

Il faut trouver une idée pour me sortir de là. Par « me sortir de là », j’entends au sens strict, le moi qui est moi. Les autres sont trop difficiles à gérer, autant qu’ils prennent leur autonomie. Je sais, c’est moche de ma part, mais l’humain n’a pas été conçu pour réfléchir de façon quantique, ça se saurait.

– Puisque tu es la voix, tu dois pouvoir me renvoyer dans un ailleurs où je ne suis pas… (c’est tout ce que j’ai  trouvé…)
– C’est plus compliqué que ça. Tu dois en effet partir où tu n’es pas encore, ce qui signifie dans le futur, mais dans un futur où ton second toi ne risque pas d’arriver, ni d’avoir une descendance qui pourrait s’avérer perturbante.
– Et comment on s’assure de ça ?
– Roxane, je suis désolée…
– Hein, pourquoi ?
– …
– Vous allez me tuer ?
– Nous n’avons pas le choix. Nous allons devoir dénoncer la rebelle et la faire abattre par le gouvernement.
– Et qui va avoir l’honneur de me dénoncer ? Franck ? il s’en fout, lui, maintenant qu’il a son fils. (je suis bêtement méchante, mais ça me soulage)
– Tu vas devoir t’en charger…
– Hein ? Si vous croyez que je vais accepter…
– C’est elle ou toi.

Au regard que me lance Inès, je comprends qu’elle ne plaisante pas.

– Roxane, tu dois aider à remettre le continuum espace-temps dans ses rails, sinon l’humanité risque de disparaitre
– Rhahahah ! Bien tenté ! Tu veux rire, comment moi, toute seule et à moitié fantôme, j’aurais le pouvoir de dézinguer l’humanité ?
– Tu as déj entendu parler du battement d’ailes du papillon ?
– Oui, comme tout le monde…
– Hé bien, à l’heure ou je te parle, il y a de gros risques pour dans certains mondes, les occurrences de toi soient si nombreuses et aient des modes opératoires rebelles si variés et des buts si divers, que les gens se soient groupés en sectes qui s’entre-tuent sans raison.
– …
– Je préfère ne pas trop entrer dans les détails, on perd du temps et dans ce cas précis, le temps est d’une préciosité abyssale…
– OK, dis-moi auprès de qui je dois me dénoncer

*

Se regarder captive et huée à la télé est la dernière chose que j’aurai imaginé faire, mais je passe ma première soirée dans ce monde cloitrée dans une chambre d’hôtel à m’observer, encadrée par la police, sur des vidéos qui tournent en boucle. Les assertions les plus fantaisistes circulent à mon sujet, et je suis incapable d’en démêler le vrai du faux. Condamnée avant même d’avoir été jugée par des journalistes haineux et des chroniqueurs belliqueux qui m’érigent en danger universel pour l’avenir de l’homme (et de la femme). Pas une de ces personnes ne m’est familière, mais ils sont tous l’air de me connaître personnellement, à minima de m’avoir croisée un jour. Selon eux, j’aurais participé au sabotage de milliers ce chantiers de construction, obligé des populations entières à migrer dans des endroits insalubres, généré des comportement liberticides de la part des gouvernements en place depuis plusieurs années. Au bout de quelques heures de lavage de cerveau par les flashes d’information, je me trouve flippante et suis presque satisfaite de m’être dénoncée.

Fort heureusement, sur les canaux cryptés, un autre son de cloche provient de la rébellion que je dirige. Ils pleurent la perte d’une âme guerrière dévouée à sa cause, d’une sauveuse de vies, d’une combattante pour la liberté. Des gens défilent pour me crier leur amour, des familles me remercient de leur avoir permis de conserver leurs maisons.

Je suis paumée.

Vers 3h du matin, j’éteins la télé. Dans la pièce d’à côté, Manuel dort dans les bras de sa maman. J’aurai au moins contribué à ça.
Impossible d’imaginer dormir. Je suis dévorée par le besoin de  disparaître au plus vite, de laisser l’autre moi sortir de sa maison et reprendre une vie normale. Une vie normale après s’être coupé et teint les cheveux, avoir mis des lentilles et changé de nom, mais une vie normale. C’est tout ce que je peux lui offrir.

*

 

– Franck, fais-moi quitter ce monde, je t’en prie
– On y travaille. Mais la situation, même si elle s’est améliorée depuis ta dénonciation, n’est pas facile. Dans un énorme pourcentage de mondes, tu existes et tu mènes la révolte. A vue de nez, si veux atterrir dans un monde sans toi, tu vas faire un saut dans le futur tellement énorme que je ne peux pas te garantir une arrivée en sécurité.
– Comment ça ?
– C’est un futur auquel je n’ai pas accès, Roxane
– Comment ça ?
– Je n’y suis pas…
– J’ai compris, merci, mais pourquoi ?
– Je n’en suis pas encore sûr, mais il semble que je finisse par me faire exécuter par le gouvernement. Quelqu’un me trahira.
– Tu sais qui ?
– Non, comment le pourrais-je ?
– Tu as l’air de tout savoir.
– C’est gentil, mais là, non, je ne sais pas. Moi aussi, j’en ai marre, Roxane. Arrête de me poser des questions. Si tout ceci arrive, c’est en grande partie ta faute.
– Fais comme tu peux, Franck, mais il ne faut pas qu’on se fâche, je ne voudrais pas être la personne qui te trahi…

Je ne sais pas pourquoi j’ai dit ça, ni comment l’idée m’est venue, mais elle me semble cruellement réaliste et probable. C’est la première fois que je raccroche au nez de Franck.

*

Suite et fin par là

Rébellion quantique – Part 9

Roxanne participe à des opérations menées par une organisation illégale dirigée par Franck, l’Asso. Ils empêche le gouvernement d’obliger les populations les moins aisées à quitter les villes pour le 3e cercle de banlieue. Roxanne pose des bombes dans des immeubles en construction, tout en étant sûre de ne pas se faire prendre: elle est un individu quantique, dont la vie se déroule à cheval sur plusieurs réalités. Sa nouvelle mission la conduit à organiser l’enlèvement du ministre de la vie en ville, pour faire plier le gouvernement. Le kidnapping réussi, elle effectue un bond dans le temps pour échapper à ses poursuivants. Dans sa nouvelle réalité, elle n’existe pas encore et doit profiter de son statut de fantôme pour aider l’Asso à diffuser des vidéos du ministre kidnappé.Lors de son dernier saut dans l’espace-temps, elle a emmené avec elle un petit garçon qui se révèle être le petit-fils de l’otage. Pire, elle découvre qu’elle est un agenda double-double: son « moi local » se sert de ses relations avec le ministre pour lui voler des informations utiles à l’Asso et son « moi quantique » exécute les instructions des rebelles.

Le début se trouve par ici

*

Je suis entrain de tenter un bluff contre moi-même : si le ministre et moi avons échangé nos fluides, il y a des chances que l’une de mes clefs ouvre son appartement. Le gamin me regarde introduire la première clef dans la serrure avec le regard brillant d’espoir d’un pirate devant un coffre-fort.

– Il est là, le chocolat, t’es sûre ?

Je serre un peu plus sa petite main pour lui intimer le silence et continue à essayer dans l’ordre du trousseau toutes les clefs dont je dispose. La quatrième s’introduit dans la serrure sans difficulté et le cliquetis qui suit sa rotation est un couinement de victoire de la mécanique bien huilée. Nous entrons et je referme la porte avec un verrou. Bien que sûre que le ministre vit seul, nous guettons d’éventuels bruits et parcourons rapidement les pièces du logement spacieux qui me semble vaguement familier.

– Va dans la cuisine, tu devrais trouver de quoi te faire un goûter dans les placards

Manuel ne se le fait pas dire et fonce dans le couloir, propulsé par l’espoir de découvrir de nouvelles sucreries

– Et ne touche pas aux couteaux !
– Je sais !!!

Pendant que le petit explore son nouveau territoire, je me mets à fouiller le bureau qui trône dans une pièce garnie d’étagères surchargées de livres et de dossiers. N’ayant aucune idée de ce que je cherche, j’ouvre le premier tiroir avec un mélange de désespoir, d’appréhension et d’excitation.

Il me faut près d’une heure et quelques aller-retours vers la cuisine pour rassurer Manuel sur la comestibilité de ce qu’il exhume des placards pour mettre la main sur des photos de moi, rangées avec ce que je comprends être des articles de presse et des lettres. Alors que je parcours ces documents, un sentiment dérangeant de déjà vu m’envahit et me contraint à cesser ma lecture. Mue par une intuition, je me lève et me rends dans la chambre à coucher. Là, sans avoir besoin de me poser de questions, j’ouvre le tiroir d’une commode et pousse un petit piaulement. Ce sont mes vêtements. Ceux que j’ai eus dans toutes les réalités que j’ai traversées. Dans la garde-robe, je découvre des tailleurs et des chaussures que je me souviens avoir portées, sans pour autant pouvoir dire avec certitude pour quelle occaasion ou à quel moment. Je farfouille dans mes affaires assez longtemps pour que Manuel, rassasié, s’impatiente et vienne me chercher.

– Tu fais quoi ?
– Tu vois : je range…
– Non, tu jettes tout par terre…
– C’est le début d’un rangement…

Il me regarde, dubitatif et file s’assoir sur le lit

– Je peux faire la sieste ?
– Bien sûr mon chéri, dort, je te réveillerai quand j’aurai trouvé ce que je cherche
– Et tu cherches quoi ?
– Moi…

Il ne répond rien et s’allonge, puis garde le silence si longtemps que je le crois endormi.

– Tu devrais demander à maman, elle te connait bien, elle pourra t’aider

Je m’étrangle

– Quoi ?
– Avant de partir, elle m’a montré des photos de toi… tu étais habillée pareil et papi était jeune.
– Des photos ?
– Oui, sur son téléphone. Elle m’a dit : Un jour tu rencontreras Roxanne, il faudra lui faire confiance. Dès que tu la verras, il faudra la suivre. Alors je me suis accroché à toi…

Il me fixe des sas grands yeux noirs fatigués, son sourire est un peu triste et sans ses moustaches de chocolat, je le trouverais soudain très adulte.

– Je comprends rien, Roxanne, j’ai peur. Trouve maman, s’il te plait. Elle me manque.

*

J’ai fini par mettre la main un ordinateur dans un tiroir du bureau et je l’ai casé dans mon sac, avec une série de photos incompréhensibles de moi que je voudrais montrer à Franck. J’ai dû porter le petit qui s’était endormi sans que j’ai le courage de le réveiller et j’étais rentrée à la maison. C’est au moment où je me suis assise, en proie à mille questions, que le téléphone a sonné.

« Chère cliente, vous n’avez pas réglé votre dernière facture, d’un montant de 76, 25 euros. Si vous ne souhaitez pas que le rationnement vous soit coupé, nous vous remercions de procéder au règlement. »

C’est enfin le signe que nous allons pouvoir partir. Mais, moins réjouissant, c’est aussi le signe que le moi de ce monde a donné des informations à Franck. Donc que le moi de ce monde est passé chez le ministre… L’idée que j’ai pu me croiser dans l’appartement me fait froid dans le dos. Je n’ai jamais trop prêté attention aux problèmes de failles spatio-temporelles, mais il serait temps que je médite sur la question…

*

– Franck ? J’ai eu l‘appel que j’attendais
– Très bien, je te fais déposer un paquet. Soit particulièrement prudente, tu n’es plus seule. Et ce monde est beaucoup plus dangereux que les précédents que tu as connus.
– Mais et le ministre ? Vous n’avez plus besoin que je le filme ?
– Oublie le ministre, Roxanne
– Comment ça ? Vous avez obtenu que les gens restent chez eux ?
– Le ministre est mort, ils n’ont rien voulu savoir…
– Raccroche s’il te plait.

J’ai contribué à tuer un homme.

*

 

La suite se trouve  dans ce monde et par là 

Rébellion quantique – Part 8

Roxanne participe à des opérations menées par une organisation illégale dirigée par Franck, l’Asso. Ils empêche le gouvernement d’obliger les populations les moins aisées à quitter les villes pour le 3e cercle de banlieue. Roxanne pose des bombes dans des immeubles en construction, tout en étant sûre de ne pas se faire prendre: elle est un individu quantique, dont la vie se déroule à cheval sur plusieurs réalités. Sa nouvelle mission la conduit à organiser l’enlèvement du ministre de la vie en ville, pour faire plier le gouvernement. Le kidnapping réussi, elle effectue un bond dans le temps pour échapper à ses poursuivants. Dans sa nouvelle réalité, elle n’existe pas encore et doit profiter de son statut de fantôme pour aider l’Asso à diffuser des vidéos du ministre kidnappé. Mais lors de son dernier saut dans l’espace-temps, elle a emmené avec elle un petit garçon qui se révèle être le petit-fils de l’otage.

Le début se trouve par ici

*

– Franck ? Heu… on pourrait se voir ?

C’est la première fois que je sollicite une entrevue et j’ose imaginer que Franck va réagir assez vite. J’ai fini par reconstituer des faits dont j’estime qu’ils tiennent la route. Le petit garçon, Manuel, a peu connu son grand-père, avec lequel sa mère semble être fâchée. Il sait néanmoins que le ministre est son papi et il le voit de loin en loin dans les médias. Depuis quelques temps, sa maman a été emmenée et il a été confié à une famille qui ne lui donne pas assez à manger (j’imagine que c’est surtout par manque de moyens, mais le gamin ne peut pas comprendre qu’on le laisse avoir faim). C’est un gentil gamin fasciné par les engins de chantier et il m’a demandé à plusieurs reprises que je lui fasse visiter des sites en construction. J’envisage donc de solliciter de Franck une destruction d’immeuble et de profiter du saut dans le temps qui suivra pour emmener Manuel loin de la vie qui se profile pour lui dans ce monde-ci. Je n’ai bien sûr aucun argument pour échapper à mes responsabilité dans cette nouvelle réalité, et compte vaguement sur une idée miracle qui me traversera l’esprit en lui parlant.

– Certainement pas.
– Mais, Franck, on ne peut pas rester ici… je n’existe pas dans cette réalité, alors avec un gamin, c’est compliqué… on ne va pas tarder à attirer l’attention… et… euh… euh… (un flash me traverse : la contamination). C’est quoi, au fait, cette histoire de contamination ?

J’ai marqué un point, il a l’air gêné.

– On ne sait pas si c’est du flan ou si le danger est réel. Il y aurait des centaines de gens qui meurent d’arrêt cardiaque à cause d’une bactérie, les hôpitaux seraient pleins de patients en danger de mort , mais nous sommes incapables d’entrer en contact avec quelqu’un qui soit réellement proche d’une de ces soi-disant victimes. Le gouvernement se sert du principe de précaution et de la peur pour confiner les gens chez eux, les rationner encore plus, empêcher les rassemblements de plus de cinq personnes…. Le couvre-feu qui permet un contrôle des allées et venues, les tickets de transport distillés au compte-goutte, les tickets de rationnement… tout ça permet de tracer les activités des gens, sans compter le flicage permanent rendu possible grâce aux téléphones portables et aux ordinateurs. C’est pour ça que ta non-existence est un atout précieux ici.
– Et ça va durer longtemps ?
– Jusqu’à ce que la voix se manifeste, ta mission est de filmer et de protéger la caméra.
– Et si tout ça est vrai et qu’il y a un risque pour ma santé ? Je fais quoi, moi ? Je te rappelle que ma non-existence providentielle m’empêchera de me faire soigner, ou de faire soigner le gamin…
– Je ne sais pas quoi te dire à part reste chez toi, ne sors que pour faire les films ou si la voix te contacte
– Normalement, c’est là que tu raccroches.
– Je sais, mais là je suis devant toi.
– J’ai réussi à te faire sourire
– Bien joué

Nous sommes sur la même terrasse, face aux mêmes consommations insipides. Je me trémousse, incapable de savoir quoi dire ou quoi faire.

– Ca va aller ?
– J’ai pas le choix, si ?
– Non

*

Le ministre est éveillé, cette fois-ci. Il se tient raide sur sa chaise de bois, le visage tendu. Je suis assez mal à l’aise à l’idée de m’en approcher. Je ne sais pas si les membres de l’Asso ont eu connaissance de ma relation avec lui dans un autre monde.

– Ne perd pas de temps, Roxanne, il nous faut ce film dans moins de trente minutes

Je prends le parti de rester l’œil collé sur le viseur. Le ministre vieilli me fixe d’un œil éteint.

– Si tu crois que tes efforts pour dissimuler l’infâme traitresse que tu es portent leurs fruits, tu te trompes.

Je relève la tête, interdite.

– Je ne sais pas par quel miracle tu es restée si jeune, mais je te reconnais. Je te reconnaîtrai où que tu ailles, Roxanne…

Son ton n’est pas agressif, mais je n’aime pas la situation. Autour de moi, les gens ont interrompu leurs activité et la chappe de silence épais qui me dégouline dessus englue mes pensées.

– Tu le connais, Roxanne ? C’est le jeune geek, qui pour une fois, ne porte pas son casque audio, qui a parlé.
– Elle me connait…. Mais j’imagine que ça ne change rien à votre affaire. Allez, fais ton œuvre et finissons-en…

En silence, je fais la mise au point et commence la séquence. Malgré les liens qui le maintiennent captif, je me sens vulnérable face à lui.

– Puis-je parler ?
– Non, ça ira…
– Si, je veux dire quelque chose… même si je sais que vous couperez…
– Allez-y

Il respire un petit moment avant de regarder la caméra bien en face et de lâcher

– J’accepte d’être sacrifié.

Puis il tourne son regard sur moi et conclut :

– Tu crois tout savoir, mais tu n’es qu’une idiote. Je t’avais pourtant prévenue. Je ne veux plus te voir.

*

Je n’ai pas du tout aimé être traitée d’idiote devant des gens qui comptent sur moi. D’autant moins que je n’ai aucune idée de ce qu’il voulait dire par « je t’avais prévenue ». J’y ai bien réfléchi et suis arrivée à la conclusion que dans cette réalité ou une autre, il a eu vent de mes activités illégales.

– Franck ? Tu peux me dire quels sont mes liens avec ce foutu ministre, s’il te plait ? Je veux dire… quand je ne suis pas un fantôme…
– Vous étiez ensemble à un moment
– Oui, ça j’avais compris, merci, mais de façon plus détaillée ?
– Disons que vous formiez un couple de complaisance. Il a essayé de se servir de toi comme journaliste pour faire la propagande de ses idées et toi, tu profitais de ses accès aux données sensibles pour l’Asso.

Je ne comprends pas tout de suite que j’étais un agent double.

– Tu veux dire que c’est moi qui te donne les infos pour faire sauter les immeubles ?
– C’est ça.
– Tu veux dire que c’est moi « Moi en vrai » qui choppe les infos et moi « Moi fantôme » qui m’en sert…
– Pourquoi crois-tu que nous t’ayons choisie ? c’est mieux en circuit fermé, ces opérations.
– …
– Roxanne ?
– Je vais pleurer, là, laisse-moi…
–   Roxanne, sois sérieuse, il faut en finir avec cette opération
– Laquelle ? Celle où je suis une traitresse, ou celle où je suis un fantôme filmeur ? Quand je pense que l’idée m’avait effleurée que c’est toi qui accédais aux infos… Et s’il m’a reconnue, ça veut dire que d’autres le peuvent aussi. Et donc que je suis en danger. Enfin, que le « Moi vrai » est en danger.
– On sait ça, Roxanne. Pourquoi crois-tu qu’on t’oblige à te calfeutrer en permanence ?
– Pour que je ne risque pas de me croiser ?
– Exact
– Et quelle est ma porte de sortie ?
– Je te l’ai déjà dit : la voix.
– Mais la voix me ramène dans un monde où je suis déjà…
– Tu n’y reste jamais assez longtemps pour être en danger.
– Je suis qui, Franck ? Je suis quoi ?

J’ai du mal à croire qu’il ait raccroché.

– Roxanne ? Il est où, le chocolat ?
– Chez papi.

Ca m’est venu sans que j’y réfléchisse. Et maintenant, le petit dans une main, mon trousseau de clés dans l’autre,  je suis face à la porte de l’appartement du ministre.

*

La suite (sur une timeline traditionnelle) est

Rébellion quantique – Part 7

Roxanne participe à des opérations menées par une organisation illégale dirigée par Franck, l’Asso. Ils empêche le gouvernement d’obliger les populations les moins aisées à quitter les villes pour le 3e cercle de banlieue. Roxanne pose des bombes dans des immeubles en construction, tout en étant sûre de ne pas se faire prendre: elle est un individu quantique, dont la vie se déroule à cheval sur plusieurs réalités. Sa nouvelle mission la conduit à organiser l’enlèvement du ministre de la vie en ville, pour faire plier le gouvernement. Le kidnapping réussi, elle effectue un bond dans le temps pour échapper à ses poursuivants.

Le début se trouve par ici

*

– Je n’arrive pas à y croire ! Tu fais n’importe quoi, tu mets l’Asso en danger, tu te mets en danger, sans compter ce gosse !

Comme me retrouve face à Franck qui me fixe avec fureur, je suppose La patate m’a envoyée dans un nouveau monde. Nous sommes installés comme d’habitude, à une terrasse de café, mais cette fois-ci l’ambiance est morne. Cernés par la nuit, nous sommes à peine éclairés par un étrange lampadaire aux allures de feu les lucioles, avec son haut massif équipé de caméras sphériques et son bas qui diffuse une lumière verdâtre dont je suppute qu’elle me donne une mine affreuse. La table et les chaises sont fixées au sol, les boissons (un gruau brunâtre pour moi et un verre de liquide transparent (de l’eau ?) pour Franck, n’ont rien d’engageant. Je me sens faible, les sauts rapprochés dans le temps et l’espace ne me valent rien de bon. J’ai mal au cœur, aucune envie de me faire engueuler, surtout après avoir réussi ma mission. Après tout, le ministre est capturé, c’est ce qu’il voulait, non ?

– Oui, je confirme

Je n’ai pas l’impression d’avoir parlé à voix haute. Franck s’aperçoit de mon étonnement.

– Dans ce monde, avec un peu de moyens, on peut lire les gens. Ça simplifie les rapports. Non, arrête tout de suite avec ce vocabulaire ordurier.

Dans un autre monde, il aurait ri de sa moquerie. Quelque chose de sourd en moi s’alarme et achève de me réveiller. Alors que mon regard s’arrête sur un groupe de gens a l’air éteint, je sens un poids en mouvement sur mon ventre. Je sursaute et pousse un petit cri. L’enfant. Le petit garçon affamé qui s’est jeté sur moi avant le saut. Il est toujours sur mes genoux et me fixe avec angoisse. Il tient à la main un morceau de patate et je me rends compte que mes doigts sont encore crispés sur l’assiette dans laquelle le sandwich tout fin vient de faire un saut spatio-temporel

– Je peux la manger ?

J’entends Franck prononcer la phrase la plus étrange puisse adresser à un petit enfant:

– Evite cette patate, j’ai peur qu’elle ne te fasse disparaître… Prends plutôt le sandwich. Ca va ? Tu te sens comment ?
– J’ai faim… on est où, là ? On va me rendre ma maman ?
– Ta maman est partie faire une course, on va la retrouver. En attendant, tu vas aller avec Roxanne te mettre au chaud, tu es d’accord ? Elle va te raconter une histoire, tu vas voir, Roxanne est très forte pour inventer des histoires…

Le petit a l’air content à la perspective de partir avec moi et je ne suis pas d’humeur à relever la dernière bassesse de Franck, qui reprend le cours de la conversation.

– A toi de te débrouiller avec ça. Tu as gardé la caméra ? Celle qui était derrière les cannettes ?
– Oui… elle doit toujours être dans mon sac, je la sens contre mon dos…
– Très bien. Cette caméra venant d’une époque plus ancienne, elle n’est pas détectable par les systèmes de ce monde. Tu vas pouvoir t’en servir pour filmer le ministre sans danger et on diffusera les images via un réseau crypté.
– Tu veux dire que le ministre est ici aussi ?
– Oui, il est plus vieux, mais tu vas le reconnaitre.

*

Il a bien pris vingt ans. Ses cheveux sont blancs et son visage est plus froissé que dans le monde d’avant, mais c’est lui. Quand je m’approche, la caméra à la main, je me demande s’il va me reconnaître. Je le vise et fais la mise au point. Il semble dormir. Je capture 10 secondes de son sommeil d’otage et éteins la caméra. Le petit groupe qui m’a guidée jusqu’à lui me fait signe de reculer et de parler bas.

– OK, c’est déjà ça, pas plus de 15 secondes… on va diffuser
– Vous ne voulez pas le réveiller ? Ca prouverait qu’il est en vie…
– Oui, mais plus tard, il est sous sédatif… là, on veut marquer le coup vite et de façon efficace.

Je sors la carte mémoire du boîtier et la donne à un jeune homme vêtu de noir qui manipule une série d’ordinateurs, d’écrans et de systèmes sophistiqués. Il la saisit avec avidité.

– Ah oui, quand même… on m’avait prévenu, mais je ne m’attendais pas à ça…

Pendant que je me demande en quelle année on est, il trifouille dans un tiroir et en sort divers connecteurs et câbles, finit par extraire un boitier de plastique gris sur lequel il souffle avant d’y glisser ma carte.

– On est en 2051. Ca fait plaisir de manipuler ces vieux trucs…

Je ne vais pas pouvoir m’habituer à ça, je préfère ignorer ces gens qui ont l’air de me lire à livre ouvert, d’autant que je croyais qu’il fallait des moyens pour ça, pas que tout le monde pouvait se targuer d’en être capable. Je désigne le ministre avachi sur sa chaise de bois.

– Tu parles de lui, là ?

Tout absorbé par la contemplation de la vidéo qu’il a déchargé de ma carte, il ne rit pas à mon humour décapant.

– C’est parti… Et non, je ne suis pas riche. Je suis doué en piratage, c’est tout. T’inquiète, nous ne sommes pas très nombreux ici, à lire les gens.
– Tu es sûr que ce sera intraçable ?

L’homme qui a parlé est plus âgé, il porte une tenue militaire usée et semble inquiet.

– Je nous voudrais pas qu’ils remontent jusqu’à nous… c’est notre dernière planque…
– Sois tranquille, ce truc est si obsolète qu’ils ne vont même pas comprendre comment on diffuse les images !
– Vous pouvez partir maintenant, vous reviendrez avec la caméra demain matin.

Je ne comprends pas de suite qu’il s’adresse à moi.

– Roxanne ?
– Hein ?
– Allez-y…
– Mais… je garde la caméra ? vous ne préférez pas l’avoir sous la main, au cas où…

Je préfère n’avoir aucun argument.

– Non, vous seule êtes un fantôme ici, la caméra reste avec vous. Débrouillez-vous pour la garder en état de marche et rester un fantôme.

Et il se tourne avant de quitter la pièce. Le jeune homme, ce qui ressemble à un casque audio sur les oreilles, me rend la carte mémoire et revient vers ses écrans. Je reste plantée au milieu de la salle, incapable de savoir quoi faire. A quelques mètres de moi, le ministre dort toujours, les traits empreints de la vulnérabilité conférée par le sommeil.

– Vous devriez y aller, sinon vous n’aurez pas le temps de rentrer chez vous avant le couvre-feu.
– Avant le quoi ?
– Le couvre-feu, il vous reste moins d’une heure pour regagner votre appartement… Avec un peu de chance, vous trouverez de quoi manger sur le chemin, nous n’avons rien à vous donner, désolé.

L’homme qui s’adresse à moi me tend mon sac et ma veste, ainsi qu’un rectangle de carton orange.

– C’est un ticket pour le tram. Ne l’utilisez que si vous ne pouvez pas faire autrement, nous n’avons droit qu’à un ticket tous les deux jours.
– Et celui-ci, vous l’avez eu comment ?
– C’est mon dernier…

Il sourit et me pousse gentiment vers la sortie.

– Prenez soin de vous et de la caméra, toute l’Asso compte sur vous. Merci

La porte claque et je me retrouve seule dans la rue déserte. Si je suis un fantôme, cet endroit est aussi lugubre qu’un cimetière. Je le reconnais, pourtant : dans un monde qui me semble effroyablement lointain, ce coin de rue était sur mon chemin pour aller me promener au bois. Je sais que je dois marcher 40 minutes pour rentrer à la maison. Il ne faut pas traîner. Je préférais plastiquer des immeubles et m’échapper en sautant dans le temps. Je déteste ce monde et cette histoire de kidnapping me déplait au plus haut point.
A l’aller, occupée à manipuler la caméra dans la voiture qui était venue me chercher, je n’avais pas prêté attention aux changements. A pied, j’ai tout le loisir d’observer. Là où de jolies maison de meulière aux fenêtres décorées de mosaïques et de céramiques prenaient l’air dans des jardins aux arbres élégants, de gros blocs de béton incongrus pris place. La moindre parcelle de nature a été éradiquée. Le ruban gris des trottoirs n’est brisé que de loin en loin par des blocs hérissés de pointes. Aucun espace n’est laissé libre pour se grouper, s’assoir ou converser. Des caméras semblent ausculter le moindre centimètre carré de rue. Comme je me hâte vers chez moi, je réalise à quel point le silence est pesant. Rien. Pas de véhicule, pas de piéton. Pas d’oiseau, pas même un chat errant.
Tous les six ou sept mètres, des panneaux rétro-éclairés diffusent des messages alarmants ou il est question de respecter le couvre-feu, de ne pas s’exposer à la contamination et surtout de ne pas chercher à entrer en contact avec des personnes inconnues.

La contamination ? Un frisson me parcourt le dos. Ah… et sur ce chemin, il n’y a aucun endroit pour trouver à manger… En général, l’Asso prend soin de remplir les placards, ça devrait aller. De toute façon, je n’ai pas le temps de dévier de mon trajet.

Devant moi, le buste d’une femme penchée par-dessus une rambarde secoue une nappe. Comme j’arrive à son niveau, elle me fusille du regard et referme précipitamment la fenêtre, comme si ma simple présence représentait un danger. Je me sens pestiférée. Une vibration dans ma poche, mon téléphone portable se manifeste. Sur l’écran, un message s’affiche « il vous reste moins de 15 minutes avant le couvre-feu. Si vous êtes trop loin de chez vous, prenez immédiatement contact avec les autorités et restez où vous êtes. Vous serez collecté.e et mis.e en quarantaine dans un sas de sécurité. N’opposez aucune résistance et n’essayez pas de vous dérober à la loi . Vous connaissez les risques en cas de non-obtempération ». Je ne connais pas les risques, mais je n’ai pas trop envie de les découvrir. Je hâte encore le pas, puis me mets à courir.
Quelques minutes plus tard, à l’abri de ma cuisine, je retrouve le petit garçon brun, occupé à vider avec beaucoup de concentration un paquet de biscuits qu’il enduit de pâte au chocolat, ce qui me rassure quant au remplissage de mes placards. Captivé par son activité, il ne m’a pas entendue rentrer. Je décide de mettre de côté le sujet désagréable de la contamination et de m’occuper de cet enfant d’un autre temps

– Tout va comme tu veux, petit ?

Il sursaute à peine et lève vers moi un visage barbouillé au milieu duquel se dessine un sourire radieux.

– Je vois que tu as trouvé de quoi t’occuper

Il se lève et me tend un biscuit après l’avoir tartiné de chocolat

– C’est bon ! Tu en veux ?
– Merci, c’est pas de refus

Ce gamin n’avait jamais goûté au chocolat. Je vais le laisser vider le pot, si ça lui fait plaisir. Comme nous nous asseyons sur le canapé, j’envoie valser mes chaussures à l’autre bout de la pièce.

– Je peux allumer la télé ?
– Oui, bien sûr, si tu trouves comment on fait…

J’avais essayé quelques heures plus tôt, mais n’avais réussi à mettre la main sur aucune télécommande, prise ou autre système de mise sous tension et renoncé. Le petit me jette un œil offensé et claque des doigts en disant « 2 ». L’écran scintille et, à ma grande horreur, apparaît en grand format la vidéo du ministre endormi, sous-titrée « de dangereux extrémistes menacent la vie d’un membre du gouvernement – signalez tout comportement suspect autour de vous »

– Pourquoi y a papi à la télé ?

*

 

La suite est par