Archives de Catégorie: histoire courte

Rébellion quantique – Part 1

Lecteur chéri ma galette des rois, j’avais envie d’écrire ce petit prologue. Quant à la suite… ben je ne sais pas… on verra où ça nous mène.

 

*

Le moment se rapproche. Insidieusement, mais je le sens. Leurs messages doivent saturer ma boîte mail. Comme autant de charognards, ils doivent tournoyer avec une élégante lenteur loin au-dessus de moi, attendant l’agonie pour fondre sur mon corps épuisé et le dépecer de leurs serres. Ils annoncent le changement.

D’un geste à la lassitude résignée, je clique sur l’icône en forme d’enveloppe. Pendant que se déroule la litanie des injonctions, j’avale une gorge de café avant de supprimer le premier mail, sans l’ouvrir. Puis le second, le troisième et pour finir, je me débarrasse de tous les mails non lus. Mon café toujours à la main, je regarde s’écouler la vie sept étages plus bas.
Il fait encore nuit. Les gens commencent à vider leurs domiciles pour remplir les rames des trams, dessinant dans les rues des séquences d’humanité en pointillés, entourées du halo clignotant des éclairages publics. Depuis le 1er Janvier, il faut passer à moins de cinq mètres d’un lampadaire pour que celui-ci s’allume et depuis le 1er janvier, le défilé silencieux des gens qui parcourent les rues donne au quartier des airs de guirlande de Noël devenu folle.
Le vide de ma boîte mail me fixe avec impudence. L’espace de communication redevenu vierge malgré lui m’accuse de lâcheté. Je baisse l’écran de mon portable, ramenant à sa condition matérielle cet outil délateur. Je sais que bientôt, les mêmes messages vont m’être distribués par téléphone. Activer un prétendu mode silencieux ou avion ne sert plus à rien : les grandes compagnies ont gagné le privilège d’outrepasser les choix du consommateur mauvais payeur. A 7h30, les menaces commenceront à pleuvoir. Menaces de se retrouver privée d’énergie, de chauffage, de réseau… Assorties de la classique proposition de trouver un arrangement dont l’objectif n’est autre que de resserrer encore un peu plus l’étau de la contrainte.
Mais les messages téléphoniques ne me dérangent pas. Au contraire. Je les guette. Ils sont le signal que j’attends, celui d’un nouveau saut. Et ils sont prononcés par cette voix…

A 7h20, je m’installe et pose sur mes cheveux le casque pourvoyeur du meilleur son. Je suis prête.
« Chère cliente, vous n’avez pas réglé votre dernière facture, d’un montant de 138,95 euros. Si vous ne souhaitez pas que l’électricité vous soit coupée, nous vous remercions de procéder au règlement. »
Je frissonne, appuie sur 3 pour réécouter. La voix pénètre mon cerveaux comme une drogue puissante. Le vertige me prend. 3, encore, je commence à transpirer. 3. Les méandres de mon cerveaux sont enrobés de douceur. La sueur roule de mon cou, de mes aisselles, pour suivre sa route le long de mon dos et gorger de sa chaleur grasse l’éponge de mon peignoir rouge. 3. Je perds la notion du réel. Mon index posé sur le numéro de l’extase, je vais appuyer une fois de plus, mais la sonnerie retenti. C’est Franck. De 3, mon index ripe au téléphone vert, acceptant la conversation.

– Qu’est-ce que tu fous ? On t’attend depuis un quart d’heure !!!

Merde. J’avais oublié la réunion.

– J’allais t’appeler. Je ne me sens pas bien, faites-la sans moi.
– Quoi ? Mais tu es folle ! C’est pour ce soir, il faut que tu viennes, je te rappelle que c’est à toi de faire l’inter.

Merde. J’avais oublié l’inter.

– Ça peut pas attendre demain ? J’irai mieux.
– Roxanne, tu vas bouger ton cul ou c’est moi qui vais venir te le bouger et je t’assure que tu vas le regretter. Tu t’es engagée à faire ce projet. Tu as été payée. Maintenant, tu le fais.

Sous moi, la procession des fourmis s’est densifiée. Le jour commence à dégriser les rues. Le clignotement des lampadaires s’est transformé en une blafarde lumière constante. Les rames de tram sont si pleines qu’on pourrait craindre qu’elles ne se renversent dans un virage. La sueur de mon buste a séché, celle qui imprégnait mon peignoir d’éponge a refroidi. Je resserre les pans rouges en grelottant, ajuste ma ceinture et regarde les gens. Leurs manteaux sombres, leurs parapluies, les traces de leurs pas pressés dans la boue qui macule les trottoirs après les inondations de la semaine dernière. Un tram est arrivé, ses portes se sont ouvertes pour laisser passer un peu de cette lumière crue qui dégrade les visages les plus avenants. Fatigués, écœurés par leur comportement, les passagers n’ont pas d’autre choix que de pousser encore un peu la foule pour se ménager une place dans les rames qui les mèneront à une nouvelle journée sans joie. Franck a raison, je dois aller au bout. Je ne peux pas lui expliquer que l’argent qui m’a été remis a déjà fondu. Que je suis de nouveau la proie des grandes compagnies. Que je vais bientôt partir. Il le saura assez tôt. Il le sait sans doute.

– J’arrive.

*

un conte de Noël (suite et fin)

Le début est là: début

 

Le silence a étiré sur nous son voile d’une culpabilité mêlée d’incompréhension. Le faisceau a quitté mon visage pour se poser sur le pochoir.
– C’est pas très sympa pour moi, ça…
Angel a ouvert la bouche pour s’expliquer, mais le type qui semblait n’attendre que l’occasion de vider son sac, ne lui a en pas laissé le temps.
– Déjà que, par les temps qui courent, je suis remis en question… si on commence à me faire de la mauvaise pub, les enfants vont arrêter de parler de moi, de m’écrire et je vais finir par disparaître… Non pas que ça m’ennuie, mais j’aurais aimé une disparition plus flamboyante… Mourir d’oubli, c’était pas ce que j’avais envisagé.
Et le type s’est effondré à côté d’Angel,  laissant tomber sa torche dont le faisceau a éclairé un visage rond et rouge, une barbe blanche et un bonnet rouge.
– Moi, je veux bien prendre ma retraite, mais je l’envisageais méritée… pas comme ça, triste et contrainte… Si vous croyez que c’est plaisant, de finir remplacé par internet… Je l’aime, moi, ce métier…
Ni Angel ni moi n’avons moufté. Dans le froid de la nuit parisienne, sur un bout de trottoir sale, les mains dans la graisse et la peinture punitive, nous venions de rencontrer ce qui semblait être le père Noël : Un gros type mélancolique en équilibre sur la mémoire humaine, dont l’avenir se résumait à un départ à la retraite malvenu.
– Alors si je peux aider avant de partir, ce sera avec plaisir.

*

Le plan du père Noël était simple : il avait la possibilité de rentrer dans toutes les habitations. Pourquoi ne pas en profiter pour rentrer dans tous les garages, parkings, boxes ? Et pourquoi se limiter à Paris ? Tout pouvait être fait dans la nuit du 24 au 25 Décembre. La seule contrainte serait d’avoir assez de graisse, de peinture et de miel.
– En revanche, je vous invite à éviter les crevaisons par balle, outre le fait que je n’aimerais pas que ma réputation soit entachée, ça peut être dangereux, il reste des enfants qui me guettent…
– Mais, père Noël, comment savoir quels conducteurs punir ?
– T’inquiète, quand on peut voir quels enfants sont sages, tu crois qu’on s’y limite ? J’ai ici (il désigne son téléphone portable) la liste exhaustive de tous les mauvais conducteurs. J’ai même croisé avec les fichiers de la police, je connais les infractions, les montants des amendes, les points restants sur les permis… Internet me fait un tel tort, je n’allais tout de même pas me laisser faire sans réagir…

Il nous restait deux jours pour préparer les pochoirs et faire provision de matériel. Le père Noël a mis son atelier à notre disposition. Les lutins, pour la plupart pressés d’en finir avec des années de travail à la chaine, se projetaient déjà au bord de la mer.  Les rennes, huit belles bêtes conscientes de l’importance exceptionnelle de la tâche qui les attendait, ne demandaient qu’à finir leurs jours dans un champ de pâquerettes, loin des vols de nuit, des stations glissantes sur les toits enneigés et des cheminées mal ramonées.

*

Ce fut un joyeux Noël, passé à bondir de parkings en boxes, de voiture en bus, de camion en trottinette. En matière de circulation, rien n’avait échappé au père Noël et le matin du 25 Décembre, une bonne partie de la population allait se réveiller obligée de marcher, les véhicules cloués au sol décorés de messages et de dessins dont nous tirions une grande fierté, mais qui n’étaient pas en la faveur de leurs propriétaires.
– Depuis des années qu’ils geignent à cause des excès de table, ils vont bien finir par comprendre que la marche a des vertus ! Allez hop, tout ça sur pieds et bougez vos gros culs mous !

Il a explosé de rire.
Ce furent les derniers mots du père Noël, qui après avoir installé ses huit rennes en forêt de Brocéliande, où il était sûr qu’ils vivraient heureux, a brûlé son traineau, sa hotte et sa tenue à la gloire de coca-cola.
Angel et moi l’avons regardé s’éloigner à pieds, en marcel et caleçon à carreaux, ses bottes claquant sur l’asphalte. Quand il n’a plus été qu’un petit point sur la route, son rire résonnait toujours à nos oreilles.

*

Si vous croisez un gros type hilare en caleçon et bottes de cuir, n’oubliez pas qu’il a fait la joie de vos noëls d’enfant.
Quant à nous… On a gardé les pochoirs…

Un conte de Noël (part 1)

Lecteur-chéri-ma-boule-de-neige-en-sucre-glace,
Laisse moi te réjouir en te faisant un récit enchanteur et de saison, dont l’ambition est de finir avec 2019…

Au début, j’hésitais à me trimballer au quotidien avec une arme, je trouvais que ça pouvait être dangereux. Mais finalement c’est comme tout: on s’habitue.
Tout a commencé un matin gris d’hiver, un mégot jeté avec désinvolture par la vitre fumée d’un gros SUV. Ça m’a énervée. Dans  la même semaine AF-***-XY 92, TC-***-VW 75 et RS-***-YG 93 avait fait preuve du pire mépris routier qui puisse être. Ce mégot avait décidé de la suite.
Oui, j’ai une bonne mémoire.
Et oui, j’ai un ami hacker.

C’est comme ça que je me suis mise à faire des balades anti-cons. Le principe est simple : soit j’assiste à la connerie et dans la minute qui suit, j’ai la possibilité de planter deux balles dans les pneus du con, soit je n’ai pas cette possibilité et je mémorise la plaque minéralogique du con. Plus tard, munie de son adresse, je cherche une idée pour immobiliser son véhicule de con. Ah oui, je précise : je ne traite que les conneries de la route. Sinon, je n’aurais plus de vie.
Globalement, crever les pneus me va bien. Mais je peux aussi rayer des peintures, renverser du miel liquide sur le pare-brise, de l’huile sur les vitres, bomber les portières, tout est bon pour me défouler.

Au cours d’une de mes expédition, j’ai rencontré Angel. Il avait le même type de loisir que moi, la précision en plus : il agrémentait de petits messages personnalisés au marqueur indélébile ou à la peinture les carreaux des voitures qu’il venait de dégrader.
Ce soir là, mon but était d’empêcher AD-***-FG 92 de continuer à prendre la route. J’étais devant sa grosse voiture noire en train de choisir entre le miel et l’huile, après avoir planté une lame bien affutée dans ses quatre pneus. Le délicat sifflement du caoutchouc se soulageant de l’air me remplissait d’aise et s’il n’avait pas plu, j’aurais volontiers entamé une petite danse de joie sur le trottoir quand une exclamation de surprise m’a ramenée sur terre. Un jeune homme tout habillé en noir se tenait face au véhicule, la mine désolée. Je n’ai pas tout de suite remarqué sa bombe de peinture jaune fluo.
– C’est vous, les pneus ?
Aucune agressivité dans son ton.
– Heu…
– Vous avez encore le couteau dans la main…
– Ah…
– C’est pas grave, hein, mais ça me déçoit, j’avais prévu de filmer…
Comme je ne trouvais rien à répondre et devais le fixer avec un regard de vache devant un passage à niveau un jour de grève, il m’a gentiment poussée et s’est mis au travail, me laissant admirer son habileté à tracer sur la tôle des lettres régulières et son sens aigu de la poésie. Quand il a eu fini, on pouvait lire en gros caractères « Véhicule prioritaire : Transport de têtes de nœuds en enfer », suivi dans une taille plus petite de « si vous êtes intéressés, appelez le 06.xx.xx.xx.xx ».
Il a fini en ajoutant une petite tête de diable au pochoir, m’a souri et m’a dit « ça déchire, non ? ça et les pneus, elle va peut-être se remettre au code de la route », puis il a avisé ma bouteille d’huile et a proposé de m’aider à en barbouiller les vitres.
– C’est quoi, ce numéro de portable ? ai-je demandé en désignant le message de mon index plein de gras.
– Ben, c’est le sien, qu’est ce que tu crois, que j’invente ?
Et devant mon absence de commentaire :
– C’est facile, avec un peu de technique…
La semaine suivante, il m’a fourni un petit revolver équipé d’un silencieux et m’a appris à tirer dans les pneus discrètement.

*

Cet hiver là, le fond de l’air était empli de contestation, les mouvements sociaux se multipliaient.
Après trois semaines de grèves des transports en commun, les trois têtes de pont de la civilisation routière avaient rendu l’âme : le respect, l’intelligence et le code de la route. Angel et moi étions surchargés de boulot. Nous passions nos journées à dégonfler des pneus et nos soirées à badigeonner des vitres de messages fleuris. On commençait à parler de nous sur les réseaux sociaux et nous redoublions de prudence lors de nos sorties punitives.
Ce soir-là, nous avions prévus cinq arrêts. C’était beaucoup, nous étions chargés, fatigués et commencions à craindre de nous faire repérer. Nous avions prévu de ne rien faire pendant les deux soirées suivantes, préférant attendre la nuit de Noël pour redoubler nos efforts.
Après avoir bombé des cafards orange sur une BMW gris foncé, nous sortions de nos sacs un gros pot de graisse automobile et des gants quand une lumière vive nous éblouit. Derrière le faisceau bleuté, je distinguais la silhouette empâtée d’un gros type en doudoune.
– Vous ne voulez pas de l’aide, par hasard ?
Le ton était empreint d’une brusquerie de mauvais augure . Je regardais Angel, ses yeux cernés, son teint pâle, ses cheveux collés par une sueur de stress sur un front las. Le soupir qu’il a lâché était tenu. Dans son regard fatigué se devinait un fond de soulagement. Nous savions que ça devait finir, même si nous aurions préféré profiter de la nuit de Noël pour que cette fin soit une apothéose de caoutchouc percé et de mots d’esprit. Il a lâché le pot de graisse, fait claquer ses gants en les enlevant et s’est levé pour se rendre.
– Non, c’est bon, merci, on a fini celui-là…
Il a levé ses mains bien en vue, montrant qu’il n’était pas armé. De mon côté, j’avais redressé le dos et levé les mains de la même façon. De là ou je me trouvais, je distinguais des bottes de cuir brillant à l’épaisse semelle à crampons, surmontées de solides jambes. Nous portions des cagoules noires, des vestes noires et des pantalons noirs. Nos sacs à dos étaient plein d’un matériel qui ne laisserait aucun doute sur nos activités. Je ne trouvais rien à dire et l’idée d’une tentative de fuite me paraissait idiote. Le message destiné au véhicule suivant « le père Noël m’a toujours négligé, alors je hais vos enfants » avait déroulé son pochoir à nos pieds, fragile vecteur d’une vengeance de carton et de couleurs.
Le type ne bronchait pas. Son faisceau allait d’Angel à moi, comme s’il n’avait pas encore décidé de ce qu’il allait faire de nous. J’hésitais à lancer un « allez monsieur l’agent , soyez sympa, c’est Noël » qui s’étranglait dans ma gorge.

La suite est par là: lien vers la suite

La vengeance est un plat qui se mange nu (chapitre 2)

Previously on « Revenge is a dish best served naked » (ça pète, non?)
Un homme vient de passer la nuit chez une jeune femme et se trouve, au réveil, mis en joue par une inconnue qui prétend qu’il se trouve dans son lit. La jeune femme, ses vêtements et toutes ses affaires évaporés, il fait son possible pour éviter une confrontation gênante avec la police

Si vous avez le temps (c’est mieux), le début est là: Chapitre 1

*

Je dois me résoudre à l’idée que la réunion au sommet, au cours de laquelle j’étais supposé exposer le plan d’action du projet au plus fort budget de l’année, va se dérouler sans moi. Le pire, c’est que je visualise l’empilement de mails et de notifications d’appel qui doivent clignoter sur mon téléphone. Lequel est actuellement en la possession d’une inconnue, avec mon costume, le reste de mes vêtements et mes clefs. La seule phrase qui me vient en tête et qui résume assez bien ma situation est « je suis dans la merde »

– Je suis dans la merde.

Débarrassée de son pistolet, qu’elle gardé à portée de main sur la table, mon hôtesse semble plus accessible. Elle a posé en face de moi un mug orné de fleurs rempli de café et quelques biscuits secs. Elle ne s’est rien servi, me donnant l’impression de m’avoir fait l’aumône du petit déjeuner du condamné. La police n’a pas été prévenue, mais son portable est toujours dans sa main et je sens bien que j’ai intérêt à raconter quelque chose de plausible.

– Je vous écoute m’expliquer ce que vous faisiez dans mon lit…
– Votre lit ?

Remarque stupide s’il en est.

– Hé bien… j’ai été invité à… Heu… J’y ai été amené par…heu… Vous n’auriez pas une petite sœur farceuse ?
– Non
– Une cousine, une voisine, une amie ?
– Qui vous aurait amené ici et laissé nu comme un ver ? non.
– Je suis confus, quelqu’un essaie de me faire du tort, mais je ne vois pas qui ça peut être…
– Cherchez bien…

J’obtempère et me livre à une rapide introspection. Ayant depuis longtemps décidé de ne pas m’investir dans les relations féminines, les prolongeant rarement au-delà du strict nécessaire (une nuit), je n’ai pas de femme dans ma vie, ça ne peut donc pas être une ex. La seule qui pourrait avoir envie de se venger, celle que j’ai eu la mauvaise idée d’inviter chez moi plusieurs fois (une erreur que je ne suis pas près de commettre à nouveau), n’a pas donné signe de vie depuis plusieurs mois, je sais qu’elle est en voyage et je la vois mal monter ce genre de plan. Non, ce doit être quelqu’un d’autre. Mais qui aurait intérêt à m’immobiliser et dans quel but? Ce matin, à part la fameuse réunion de travail, rien de spécial n’est prévu.
La réunion.
Je connais deux ou trois personnes qui doivent être ravies de mon absence. De ces politicards en équilibre sur la corde raide de leur incompétence depuis des semaines, qui doivent s’en donner à cœur joie de baver sur mes méthodes et en profiter pour reprendre leur équilibre. Je vais me faire virer, je les ai vus à l’œuvre, ils sont capable de dégager des consultants en moins d’une réunion. Mais ils seraient allés jusqu’à louer les services d’une fille ? Ca existe, les call-girls serrurières ? ça se loue ?

– Je ne vois que des jaloux du boulot… mais ça semble extrême…
– Vous connaissiez la personne qui vous amené chez moi ?
– Non… enfin… à peine…
– Elle n’avait donc rien à vous faire payer ?
– Non….
– Et votre femme ? Vous êtes marié ?
– Non, pas le temps
– Je vois…

Rien ne m’énerve autant que les gens qui vous jugent dès la première rencontre et vous narguent avec un air supérieur. Mais la proximité du pistolet et la perspective d’un tête-à-tête avec un flic m’aident à ravaler mes sarcasmes.

– Ca m’inquiète, pour être honnête. Cette fille a mes clefs, mon téléphone, mes papiers… A l’heure où on cause autour d’un café, elle est peut-être en train de vider mon appartement !
– Ou votre compte en banque…

Je la regarde, espérant que mon regard humide et mes yeux battus par le stress de savoir une inconnue pirater ma vie vont la décider à appeler un taxi (et à me le payer). Elle reste impassible et continue de me fixer, comme si elle pesait le pour et le contre. Me croire ou me prendre pour un dangereux malade. Je décide de profiter de l’avantage que confère la vulnérabilité de la nudité (ça marche aussi dans des occasions moins complexes).

– Ecoutez, laissez-moi partir.
– Dans cette tenue ?
– Vous avez bien autre chose me prêter. Et il me faut un peu d’argent, je vous ramène le tout dans la journée. Promis.

Elle semble dubitative.

– Demain, plutôt, j’aurai lavé vos vêtements…
– Je vous accompagne.

Je n’avais pas vu ça comme ça, mais je n’ai pas trop les moyens de proposer une alternative.

– Vous me raconterez en route, là je voudrais me changer et lancer une lessive. Je reviens de quinze jours de vacances, mauvais timing, vous aviez deux semaines pour éviter le ridicule.

Sans même esquisser un sourire, elle se lève et m’enjoint du bout de son arme, autour de laquelle elle a de nouveau serré sa pogne grassouillette, à la précéder.

– Asseyez-vous là, je n’en ai pas pour longtemps

Je l’observe déballer sa valise et trier méthodiquement ses vêtements en trois piles (sale sombre, sale clair, propre) puis remplir le tambour de sa machine, y verser la lessive et prendre son temps pour ranger quelques objets. On dirait qu’elle s’amuse à me faire languir. Elle n’a pas reparlé d’appeler les flics. J’en profite pour dresser un bilan objectif des douze dernières heures.

– J’ai rencontré cette fille dans un bar. On s’y croisait depuis quelques temps, elle me plaisait et ça avait l’air réciproque. Hier soir, je fêtais avec des copains du boulot une petite victoire professionnelle. Comme elle était seule, je l’ai invitée à se joindre à nous. Vous devinez la suite.
– Pas vraiment… mais je vous écoute, répondit-elle en entassant ses vêtements sales dans un panier d’osier déjà plein à craquer.
– Ben… La soirée habituelle, on boit, on se tripote et on se dit qu’on va finir la nuit ensemble…
-Moi, quand je bois, je ne tripote personne. Ca explique pourquoi je ne me suis jamais retrouvée nue chez un inconnu, vous croyez ? Vous avez quel âge ?
– Trente-neuf ans – je ne sais pas pourquoi je réponds ça. En vrai, j’ai quarante-sept ans et me fiche de faire ou pas mon âge. Mais je me sens ridicule d’exposer mes exploits de playboy vieillissant à cette femme replète qui ne cache même pas son envie de se foutre de moi, et mon cerveau a l’air de considérer que sous la quarantaine, certains égarements sont plus tolérables –
– Donc, à quarante-cinq ans, vous suivez une femme qui vous fait l’œil. Il s’appelle comment, votre grand amour ?

Elle m’énerve, mais je ne vais pas me laisser faire. Le premier prénom qui traverse mon esprit est celui de mon assistante. Bizarre, mais tant pis.

– Isabelle
– Va pour Isabelle. Et après ?
– Après, elle me fait prendre un taxi et donne cette adresse. Evidemment, je suis persuadé que c’est la sienne. On rentre. On se couche. Ellipse. Ce matin, elle me propose des croissants et sort. La suite, vous la connaissez.
– Désolée pour les croissants. C’est bon, je suis prête, on y va.

En fait de changement, elle a troqué ses basquets contre une paire de sandales marron dont je devine qu’elles sont « confortables ». Elle me tend un t-shirt et un bermuda qu’elle a prélevés dans la pile « linge propre » (du moins je l’espère) sans rien ajouter. Je me rends dans la chambre et en sort avec « je suis une licorne » sur l’estomac et un bermuda rouge qui dévoile mes cuisses poilues. Par chance, j’ai pu le boutonner.

– Je n’ai rien pour vos pieds, faudra faire avec… On prend le métro, si ça ne vous gêne pas, je ne suis pas en fonds en ce moment.

Bien sûr que ça me gêne, je hais les transports en commun. Je suis sûr qu’elle jouit de me traîner dans le métro à une heure de pointe. Je ne vais pas la laisser prendre l’avantage.

– Non, mais je vous aurais remboursé le taxi…
– Je n’ai pas l’habitude de faire des notes de frais…

Il nous faut presque une heure pour rallier mon territoire. En sortant du métro, j’ai l’impression que toute la crasse de Paris a élu domicile sur ma peau, je rêve d’une douche et d’un autre café.

*

La vengeance est un plat qui se mange nu

Lecteur-chéri-mon-poulpe-des-bois, cet été, on innove. Je te propose de renouer avec une vieille tradition de saison qui consiste à étaler sur les semaines ensoleillées la lecture de ce qui sera « le roman de l’été » (mon « roman de l’été »). A défaut de châteaux de sable, sous tes yeux ébahis va se dérouler la conception d’une histoire inédite, dont à l’heure actuelle j’ignore la fin. Voici donc « la vengeance est un plat qui se mange nu » – chapitre 1-

*

– Je vais chercher des croissants, ne bouge pas…

Ça tombe bien, je n’ai aucune intention de me lever. Gardant closes mes paupières encore lourdes de la caresse de Morphée, je tends un bras mou hors de la couette, espérant qu’il sera interprété comme un geste d’encouragement. En vrai, je m’en fous. J’adore me lever avec une odeur de café frais et de viennoiseries, j’adore le petit déjeuner et je lui trouve une saveur particulière quand il a été préparé par une autre personne que moi. Sans doute parce que ça n’arrive pas souvent. Je me blottis dans la chaleur du lit et me prépare aux délicieuses minutes de somnolence gagnées.

Un bruit de clefs dans la serrure, suivi de quelques pas, eux-mêmes accompagnés d’un soupir d’aise me réveillent. Il me faut une poignée de secondes pour reprendre mes esprits et me souvenir que je ne suis pas chez moi. Le mur parme et les rideaux fleuris ne sont pas trop mon style. Je jette un œil sur le réveil rétro qui me nargue depuis la table de chevet. 8h10. Je ne vais pas pouvoir traîner, ni même envisager un câlin bonus. Il me faut être au bureau à 9h30 pour une réunion au sommet. Le temps de passer chez moi, de me changer, de trouver un chauffeur… D’autant que je ne me souviens pas trop où je suis… Disons qu’il faut que je mette les voiles dans 20 mn maximum. Ça ne laisse pas de temps pour des effusions, mais en revanche…

– Bien serré, le café, ma chérie, j’ai une grosse journée et je n’ai pas beaucoup dormi. Je ne me plains pas, hein, n’imagine pas…

Ma ridicule entrée en matière est coupée nette par un cri, aussitôt couvert par le son mat d’un objet lourd qui chute, puis par un silence de mauvais augure.

– Ça va ?

Je n’ai pas envie de me précipiter à la rescousse, n’ayant ni l’âme d’un sauveteur, ni l’énergie pour me jeter hors de la douceur du lit. J’entends la fille (dont j’ai honte d’admettre avoir oublié le prénom, à moins que je n’aie pas eu la présence d’esprit de le lui demander hier soir) fouiller dans un tiroir et en conclus que tout va bien. Je m’apprête à prendre mon téléphone que je crois me souvenir avoir posé sur la table de nuit, à côté du réveil, mais une voix rude suspend mon geste.

– Pas un geste, ou je tire !

Très drôle, cette inconnue semble avoir un style d’humour auquel je suis sensible, elle cache bien son jeu. Je pouffe et continue d’allonger le bras.

– Bouge pas, connard !

Ma main se fige et je sens mon visage se tourner lentement en direction de la porte, pendant que mon cerveau lui intime de rester immobile. Peine perdue. Mes yeux encore collés par un reste de sommeil observent, au premier plan, le canon d’un pistolet, incongru en conclusion d’une nuit torride dont j’aurais tendance en d’autres circonstances à être fier, qui termine un bras et une main, les deux plus classiquement reliés à l‘autre bout à un corps de femme. Femme que je suis sûr de n’avoir jamais vue. D’abord parce que son physique n’est pas de ceux qui obtiennent mon attention. Ensuite parce que ses cheveux rouges et ses lunettes violettes jurent avec tant de vulgarité que mon attention aurait été retenue. Je ne suis pas le roi du bon goût, mais quand même.

– Bouge pas, je te dis, j’appelle les flics !

Sa seconde main tripote avec maladresse un téléphone portable.

– Arrêtez, je ne vous veux aucun mal…

C’est idiot, je suis nu comme un ver sous la couette et à peine conscient d’être dans la réalité, il doit lui sembler évident que, même si c’était mon désir le plus violent, je ne pourrais pas lui faire de mal. La femme aux cheveux rouges reste imperturbable, protégée par l’œil inquisiteur du pistolet qui me donne envie de couvrir certaines parties de mon anatomie.

– Laissez moi au moins m’habiller… S’il vous plait…

Je hais le ton gémissant qui sort de moi. Elle marque un temps d’hésitation, ses yeux sous verre violet font le tour de la chambre, sans pour autant que son pistolet ne dévie de sa cible (ma tête). Je la fixe en lui faisant mon regard de chien qui implore le pardon et attend sa décision.

– Je ne vois pas vos vêtements…

Son ton est redescendu de quelques octaves. Elle a l’air perplexe.

– J’aurais vu si des vêtements s’étaient trouvés dans la pièce d’à côté… Euh… vous les avez laissés à quel endroit ?

Me souvenir. La porte, le corps chaud de la fille, sa bouche, sa langue qui fouille mes amygdales, ses mains agrippées à mon cou. Nos baisers animaux dans la première pièce (un salon ?), sa main qui m’attire dans la chambre, ses doigts agiles qui nous débarrassent de tout ce qu’il y a entre nos deux peaux. Tout ça dans l’obscurité. Elle m’a déshabillé et jeté mes vêtements au sol. En me concentrant un peu pour reconstituer notre accostage au lit, je suis quasi certain qu’elle a tout balancé entre la porte et le sommier. Là ou maintenant se tient une descente de lit bleu foncé, ornée de fleurs et de quelques moutons gris qui s’y ébattent en attendant l’aspirateur. Je ne me sens pas assez à mon aise pour faire un trait d’humour subtil sur l’entretien du foyer, mais le cœur y est. Contrairement à mon caleçon et à mon pantalon, dont je réalise qu’ils me manquent cruellement.

– Ben…là…

Mon regard désolé indiqué le champs bleu sombre de matière synthétique.

– Soyez chic, passez-moi au moins un peignoir et après on essaie de comprendre…

L’arme se baisse peu à peu et la femme amorce un demi-tour vers la porte, en silence. Pétrifié par ma situation, je la laisse sortir et l’écoute s’agiter quelques secondes avant de la voir réapparaître, un peignoir de satin rose pâle à la main. Elle me le tend en scrutant mon regard. Ce qu’elle y décèle doit la satisfaire parce qu’elle quitte la pièce pour me laisser m’extirper du lit seul. Pendant que je cherche les manches de sa tenue d’intérieur et tente d’en fixer la taille, elle retourne dans ce qui doit être la cuisine.

– Fort, le café, c’est bien ça ?

Je n’ose pas répondre.

*