Archives du blog

Spectacle vivant

« Je suis fatiguée… Courir comme ça d’un festival de rue à un show dans un cirque, non seulement ça ne rapporte pas grand-chose, mais je n’ai ni le temps ni l’énergie nécessaires pour me préparer, me concentrer, refaire mon maquillage… De quoi j’ai l’air, là, en tenue à paillettes sous mon manteau, dans ce bus de banlieue au milieu des mamies et des gosses qui vont au foot ? Si je venais de tomber de la lune sur ce siège crasseux, ils me regarderaient pareil. Je hais ce mélange de peur et de moquerie dans les yeux du jeune en tenue de sport, là-bas… Bon, la petite fille aux couettes a l’air impressionnée, c’est toujours ça de pris. Et on est où, là ? Je dois descendre au prochain arrêt… J’ai tout ? sac, cerceaux, vanity… C’est bon, j’y vais. »

*

« Pour une fois que j’ai un semblant de loge, je ne vais pas me faire prier pour en profiter. Ohhh…. Quel bonheur d’enlever ses chaussures… Comment ça se passe, sur les branches ? trois … dix… Les papillons sont bien là, les oiseaux ont l’air un peu barbouillés par le bus, je vais me mettre dehors quelques minutes. Et je devrais prendre de l’eau aussi, les fleurs en ont bien besoin. Combien de temps avant mon entrée en scène ? une demi-heure ? C’est bon, je vais pouvoir rafraîchir tout ça… »

*

« Mais pourquoi j’ai accepté de venir ? Chloée a l’air de s’ennuyer au moins autant que moi. Une gamine de douze ans, ça aime le cirque ? j’en sais rien, moi. Quelle idée débile. J’aurais dû prétexter un boulot, un rendez-vous… tout plutôt que de baby-sitter une ado boutonneuse… C’est quoi, le programme ? Hula hoop ? Non mais ça existe encore ? Bon, au moins la musique est cool, j’aime bien ces vieux rock des années 50… Ah… voilà la hula hoopeuse… Jolie fille, c’est toujours ça de pris. Elle assure en plus, avec ses cerceaux… elle a une drôle de tenue, qui a l’air peinte sur son corps, qu’est-ce que ça représente?  on dirait des oiseaux, des fleurs… »

Nimbée d’une lumière dorée, le corps de Joséphine ondule et déploie les cerceaux pailletés avec grâce et maestria. Dans les gradins, le silence est entrecoupé de cris de surprises et d’applaudissements. Les spectateurs, ravis, découvrent le numéro acrobatique de la jeune femme, qui manipule les cerceaux en souriant. Elle sait qu’ils n’ont encore rien vu, mais elle va prolonger un peu ce moment avant de leur montrer ce dont elle est capable. Elle exécute quelques figures, de plus en plus complexes, se contorsionne en continuant de faire tourner les cerceaux, et quand elle sent que son auditoire est captif, elle laisse sa forêt prendre le relais.

*

« Mais… qu’est-ce que c’est ? On dirait… des oiseaux autour de la fille… et des papillons… c’est comme… non c’est impossible, elle est en train de se transformer en arbre… »

*

Sous les yeux ébahis du public fasciné, les branches tatouées sur le corps de Joséphine prennent vie et se déploient, accompagnées de fleurs et de papillons. En l’espace de quelques minutes, sans cesser de faire tourner ses hula hoops, l’artiste a créé un morceau de nature exubérant et coloré. La musique baisse progressivement pour laisser place au chant des oiseaux qui volètent sur la scène.

La chorégraphie s’achève en apothéose enchanteresse et dans le silence revenu, Joséphine salue. Elle a tout d’un arbre. De souples lianes brunes ont remplacé ses bras et ses jambes, dans son visage qui émerge de fleurs roses et blanches, ses yeux chatoient. De délicats papillons posés sur ses cheveux agitent leurs ailes mordorées. Isolée par un cône de lumière , cernée de fumée, elle resplendit en un jardin merveilleux.

Le silence semble ne jamais devoir cesser. Elle aime ce moment suspendu, ces quelques secondes de sidération avant que gens réagissent. Un tonnerre d’applaudissements éclate alors qu’elle redresse élégamment la tête et sourit. Elle s’abreuve de la joie du public autant qu’elle le peut avant de regagner sa loge sous les ovations.

*

Aurélien n’a jamais cessé de suivre Joséphine depuis qu’il l’a admirée sur scène cet après-midi gris, sous un chapiteau un peu décrépi de lointaine banlieue. Sans oser lui parler ni même l’approcher, il a assisté à tous les spectacles de celle qui se fait nommer « la Gaïa du 21ème siècle». Il passe ses week-ends dans le train, sillonnant l’Europe sur les traces des fleurs et des papillons qui l’enchantent chaque fois comme la première. Depuis bientôt deux ans, il a réorganisé sa vie pour pouvoir se mêler à la foule des amateurs de cirque. Il est donc le mieux placé pour percevoir les changements, au début ténus qui se sont opérés sur l’artiste.

Les tatouages qui recouvrent le corps de Joséphine, joyeux et poétiques dans le souvenir du jeune homme, semblent s’être ternis, les fleurs sont moins épanouies, les papillons moins colorés, les oiseaux pépient moins fort et leurs vols sont erratiques. Joséphine elle-même a l’air de se faner. Elle est toujours aussi belle, mais donne l’impression de se forcer à sourire, d’avoir des gestes moins fluides. Aurélien, le nez collé sur l’affiche qui annonce la performance du soir, détaille la flore qui recouvre les jambes, le torse et le cou de la jeune femme. Il n’a jamais compris quelle illusion permet aux dessins de s’animer. Il a eu beau se placer, depuis des mois, juste devant la scène, le mystère de la transformation de l’artiste en un arbre luxuriant reste entier. Mais ce n’est pas ce qui le préoccupe alors qu’il observe la photo en pied, assortie de deux médaillons qui représentent une hirondelle et un bouquet de dahlias. Aurélien les compare aux nombreux clichés qu’il a pris de Joséphine depuis deux ans. C’est une évidence inexplicable : les dessins ont évolué. Le jeune homme s’inquiète. Il aimerait trouver en lui le courage d’aborder la contorsionniste.

*

«Ah… mon admirateur secret est déjà là… je me demande quand il va se décider à me parler… s’il n’était pas si timide, on pourrait prendre un verre… Et peut-être…Après tout, je n’ai rien à perdre… »

En trois pas décidés, Joséphine a traversé la rue et s’est postée à côté d’Aurélien. Immobile, absorbé par la contemplation de l’affiche, il n’a pas remarqué cette présence si proche que leurs épaules se frôlent. La lumière crue du néon surplombant la vitrine soude les deux êtres en un hybride pourvu de deux têtes et de quatre jambes. Joséphine perçoit l’énergie qui émane du corps d’Aurélien. Si elle se décale de quelques centimètre sur sa gauche, de leur fusion naitra un arbre, elle le sent. Submergée par cette certitude nouvelle pour elle, elle ferme les yeux et glisse de côté. Un de ses oiseaux se détache avec douceur et se pose sur l’épaule du jeune homme. Un papillon le suit, s’accrochant à une boucle de cheveux bruns. Une branche timide se déroule en silence depuis le dos de Joséphine et vient s’arrimer au coude d’Aurélien qui n’a pas bougé.

*

Et moi, depuis l’autre côté de la rue, j’assiste à la lente transformation du couple. Elle semble puiser dans sa force à lui pour créer un nouveau morceau de forêt. J’hésite à intervenir, mais qui suis-je pour me le permettre? Cet admirateur est certainement ce qui arrive de mieux à Joséphine depuis deux ans. J’ai eu beau refaire ses tatouages, les colorer avec les meilleurs pigments, reproduire ses fleurs avec une précision botanique, je n’arrivais pas à la sauver. Joséphine soutient que la dégradation de son corps est le reflet de ce qui se passe à l’échelle planétaire, que pour elle, tout est perdu, qu’elle n’a plus que quelques shows avant de s’éteindre, anticipant la dégradation générale des forêts. Entendre cette résignation tranquille m’est devenu insupportable. Elle ne le sait pas mais, je l’aime et je ferai tout pour ne pas la perdre. Devant moi, Aurélien a pris l’apparence d’un arbre robuste, sur lequel court un écureuil. Il a tourné son visage vers Joséphine et l’ombre de leurs profils parfaits me fait l’effet d’une gifle.

L’idée me traverse que pour envisager de sauver la planète, il ne me reste qu’à encrer cet homme.

Parce que, moi aussi, j’ai envie de rendre l’appareil…

Lecteur-chéri-mon-dimanche-de-pluie-les-pieds-dans-la-boue, tu l’auras compris, ce post est destiné à être lu par tes petits yeux fatigués des excès de la veille et pas entendu par tes oreilles dans lesquelles résonne encore le son disco de ta jeunesse à jamais perdue (oui, j’aurais pu écrire « raisonne », mais honnêtement je n’ai pas trouvé les bons mots à mettre autour pour que ça rende intelligent, intelligible, untel et scope).

Je ne trahirai pas mes sources, mais il m’est arrivé récemment de lire, dans un de ces post débordant de la bien-pensance qui inonde le web dans le but avoué de niveler par le bas ce que je peine aujourd’hui à qualifier « d’intelligence collective » (tant l’association de ces deux mots me semble relever de l’oxymore) une histoire dans laquelle il était question de faire le bien, parce qu’on se verrait « rendre l’appareil ».
Je n’ai pas fini d’en rire.
Voilà comment je le comprends, donc: tu aides une vieille dame à porter ses courses, elle te sourit et te remercie en te rendant son appareil (dentaire). Ou alors, tu aides un aveugle à traverser la rue, après quoi il te serre fort dans ses brase et te rends ton appareil (téléphonique qu’il t’avait subtilisé pendant la traversée). Tant que ton médecin n’oublie pas de te rendre ton appareil (digestif) après un examen au cours duquel vous avez bien ri, tout va bien. O tempora, O mores, comme disait Jules dans une BD célèbre, mais WTF.

Une réflexion en entraînant une autre, je me suis prise à admirer les culs de bus. Je trouve que c’est une scène occupation, quand on pédale dans la capitale. Cette semaine, je pédalais dans un A (on ne choisit par toujours sa capitale) quand l’évidence m’a sauté aux œufs: l’humanité doit être parvenue à la croisée des chemins formée par les mauvais angles. Tous ces angles morts et non enterrés qui hantent nos véhicules dans le but de se venger d’être ainsi condamnés à errer dans les limbes du code (de la croûte).

Si quelqu’un est encore en train de lire à ce niveau du texte, chat-Pogba.

Mais oui! bon cent mes ces biens sûrs. Outre le fait que les concepts tordus le sont à force d’absorption d’angles décédés, que dire de ces angles partis auxquels les hommages n’ont pas été vomis? Ca se trouve, il faut un rituel spécifique, pour laisser partir dignement un angle mort. Un champ triballe (c’est une surface agricole décorée de 3 balles de king kong) sur lequel on pratique la politique de la crème brulée.

Et dès que le monde aura trouvé comment en finir avec les angles disparus, il filera droit. CQFD (Celui Qui Filera Droit).

Encore que, pour filer droit, il est nécessaire au préalable d’avoir tondu les mous thons pour faire de l’haleine. Lait caille de mou thon n’étant pas très pratique à manipuler, on n’est pas sortis de l’eau berge (trop lointaine).

Bref. Tu vois ce que je veux dire. (Oui, les mots se voient, ça s’appelle la Synesthésie, je te rappelle que ce blog est un haut lieu de culture).

Allez, bon pull de calmar.

Toi qui est parvenu tant bien que mal à cette ultime phrase, pour te remercier – en donc te rendre ton appareil à raclette -, je veux bien t’expliquer: le calmar est un céphalopodes à dix bras, ce qui fait que ses pulls ont dix manches.

Entre rêve et réalité, les poissons forment un pont

 

– Maman, tu peux me prêter ton appareil photo pour dormir ce soir ?
Le petit garçon, tout rouge d’excitation, vient à peine de se réveiller de sa sieste et déjà, il a en tête de nouvelles aventures.
– Tu veux faire des photos la nuit ? Mais la nuit, tu sais bien qu’il faut dormir, surtout s’il y a école le lendemain!
– Méééé, oui, ze sais ! C’est pour faire des photos de mes amis, silteuplé silteuplé silteuplé…

C’est avec un bel appareil photo rouge posé sur la table de nuit que le petit Manuel s’est couché ce soir-là. Sa maman, intriguée, n’a pas insisté, préférant le laisser vivre ses histoires. Au pire, elle trouvera au matin une série d’images de la chambre de Manuel, au mieux, elle comprendra qui sont ces mystérieux amis dont il parle depuis quelques semaines.
A l’école, le gamin est plutôt taciturne, privilégiant la compagnie de ses livres d’images à celle des autres enfants dont les jeux ne semblent pas l’intéresser. Il passe du temps à observer les poissons rouges tourner dans leur aquarium, leur parle souvent et a même essayé de les dresser en leur promettant des tomates cerise. Déçu par leur indifférence, il a décidé de devenir le meilleur ami des poissons, demandant à sa maman de l’habiller avec des vêtements rouges et battant des bras pour imiter le mouvement des nageoires.
Ce soir-là, l’ami des poissons s’endort vite, après avoir vérifié que l’appareil photo est bien à portée de sa main.

*

– Dis donc Roger, c’est pas le gamin qui arrive, là ? ça me fait plaisir de le voir, il y a un bout de temps qu’on ne l’a pas entendu rire
La grosse carpe corail a sorti la tête de l’eau et fixe ses yeux globuleux sur un petit garçon en pyjama rouge qui gambade vers le bassin. Son acolyte aux tâches bleu foncées et blanches le rejoint en râlant et observe la silhouette joyeuse avant de conclure:
– Oui, on dirait que c’est lui, je reconnais sa façon de sautiller… il aurait pût attendre la fin du goûter pour venir nous voir, j’ai faim, moi !
– Il va peut-être nous offrir des friandises, arrête de gémir. De toute façon, tu es trop gros, regarde-toi… Tes tâches bleues sont toutes distendues…
– C’est l’hiver, j’ai le droit… Héééé, mais qu’est-ce qu’il fait ?
Le petit a sorti de son sac des petites boules rouges qu’il lance en direction des deux carpes.
– Il est pas bien, cet enfant, il nous jette des balles, on n’est pas des chiens, on ne peut pas ramasser…

Manuel s’approche en riant des deux têtes qui affleurent l’eau  et s’adresse aux poissons.
– C’est moi qui les ai fait pousser, c’est des tomates cerise, c’est très bon, ze vous les donne, il faut les manzer!
– Ben voilà qu’il nous parle, maintenant, il a vraiment grandi…
– On fait comment pour répondre ?
– Je sais pas trop… on saute ?
Et les deux amis de prendre leur élan et d’effectuer dans l’air automnal de belles arabesques humides, empreintes de perles d’eau en suspend dans le vide, cristaux éphémères qui diffractent la lumière onirique des rêves d’enfant.
– Tu crois qu’il a compris ?
– Pas sûr, mais ça lui plait…

En effet, Manuel bat des mains et se précipite sur son sac pour en sortir un appareil photo, qu’il braque sur eux en les encourageant à continuer leurs cabrioles.
– On continue ? C’est que c’est fatigant…
– Ben c’est toi qui voulais des photos, non, à publier sur Instagram ou je ne sais quoi…
– Les premières photos de poissons-mignons, t’as raison, on va devenir des stars !
Stanislas fonce vers l’enfant et exécute un saut périlleux pile devant l’objectif braqué sur lui. Sa performance est accueillie par des cris de joie et Roger, rechignant à céder le podium à son ami bleu et blanc, prend à son tour son élan et fuse hors du bassin en torpille, gratifiant d’un clin d’œil l’objectif qui le suit avec attention.
La séance photo se poursuit à grand renfort d’éclaboussures et de rires et quand l’enfant repart, les deux carpes, épuisées, ont appris à aimer les tomates cerise.

*

En découvrant les vues d’un bassin décoré de mosaïque turquoise et dorée, entouré d’une végétation luxuriante qui ne ressemble en rien à ce que les parcs alentours proposent, la maman de Manuel a un mouvement d’incompréhension. Elle fait défiler les images et tombe sur des photos de carpes dont elle jurerait qu’elles lui adressent des clins d’œil, des photos de son fils hilare entouré de perles d’eau en arabesques autour de lui et même des portraits de poissons qui semblent poser autour de tomates cerise à moitié grignotées.
– Heu… où as-tu fait ces photos mon chéri ?
– Dans mon rêve, maman, c’est mes amis ! Ze t’ai dit ! Ze veux des photos de mes amis pour montrer aux poissons de la maîtresse…
– Ah… Et.. dans ton rêve, vraiment ?
Elle regarde la date et l’heure des images, qui ont toutes été prises dans la nuit. Elle est pourtant sûre que Manuel n’a pas bougé de son lit.
– Tu peux les imprimer, maman ? Ze vais les montrer aux autres poissons…

Le petit garçon a eu du mal à se retenir de foncer sur l’aquarium avant la récréation. Dès que l’heure a sonné, il s’est précipité dans le coin des poissons, ses photos à la main. Il a commencé par présenter aux habitants du parallélépipède de verre la photo de Roger et Stanislas mangeant des tomates cerise, expliquant aux poissons célestes de l’école que c’est lui qui les a fait pousser. Puis, il a fait défiler devant eux les images montrant les deux carpes sautant hors du bassin.

– Je comprends pas ce qu’il nous veut, ce petit… J’aime bien les tomates, mais ça me donne des gaz et dans l’eau, c’est pas discret…
– Je crois que ça lui ferait plaisir qu’on saute dans tous les sens… Mais je ne veux pas, les gosses prendraient l’habitude de nous voir faire les animaux savants et je ne veux pas finir comme les lions dans les cirques, je ne veux pas de costume à paillette et de spots dans les yeux. Je refuse le star système !
– Un peu de visibilité publique, ce serait peut-être pourtant un bon moyen pour faire entendre notre cause ?
– Oui ! Un aquarium plus grand, une eau changée plus régulièrement et de vraies plantes!
– N’importe quoi…
Le poisson qui les a rejoints est plus petit, mais sa grosse voix résonne dans l’eau comme un oracle.
– Tu croies encore au père Noël, Marcel ? Tu crois qu’ils vont changer nos conditions de vie alors qu’ils ont du mal à changer la leur ? Tu regardes jamais les infos ? Ils sont trop occupés à s’entredéchirer pour prendre en compte les vrais problèmes… Tu devrais parler aux ours polaires plus souvent…
– T’as pas tort, mais si on continue à ne rien faire, faudra pas se plaindre que les choses n’évoluent pas… Regarde le, ce petit, au moins il fait des efforts!

Au-dessus de l’eau, le petit visage de Manuel scrute les mouvements des poissons, espérant une manifestation de bonne volonté.
– On va pas encore décevoir ce gosse qui nous encourage avec ses rêves, c’est rare, quand même… d’ailleurs, ça me donne une idée, on pourrait peut-être lui demander de nous transférer dans le bassin royal, là, sur la photo ? Cet or et ce turquoise, ça me fait rêver, moi…

*

– Mais d’où ça sort, ça ?
Atterrés, Roger et Stanislas voient se profiler dans l’eau du bassin trois poissons célestes armés de caméras et d’appareils photos, commentant tout sur leur passage.
– Eh ? Vous êtes qui, vous ?
– La réalité, mon ami, la réalité qui vient visiter le rêve… la réalité qui prend des vacances…

*