Rébellion quantique – Part 12

Roxane participe à des opérations menées par une organisation illégale dirigée par Franck, l’Asso. Ils empêche le gouvernement d’obliger les populations les moins aisées à quitter les villes pour le 3e cercle de banlieue. Roxane pose des bombes dans des immeubles en construction, tout en étant sûre de ne pas se faire prendre: elle est un individu quantique, dont la vie se déroule à cheval sur plusieurs réalités. Sa nouvelle mission la conduit à organiser l’enlèvement du ministre de la vie en ville, pour faire plier le gouvernement.  Lors de son dernier saut dans l’espace-temps, elle a emmené avec elle un petit garçon qui se révèle être le petit-fils de l’otage. Pire, elle découvre qu’elle est un agenda double-double: son « moi local » se sert de ses relations avec le ministre pour lui voler des informations utiles à l’Asso et son « moi quantique » exécute les instructions des rebelles. Alors qu’elle découvre que la mère de l’enfant la connaît dans un autre monde, elle doit préparer son prochain saut dans le temps et l’espace. Elle désobéit à l’Asso en avertissant, pour la protéger, son double dont elle craint qu’elle ne fasse l’objet de répression. Résultat: deux Roxane se retrouvent dans un monde antérieur: l’une, recherchée pour ses actes terroristes, œuvre parmi les rebelles, et l’autre fait face à un Franck déconfit qui lui apprend qu’une troisième Roxane existait déjà dans ce monde. Par ailleurs, Inès, la mère de l’enfant, s’avère être la voix. Pour éviter de perturber le continuum espace-temps defaçon irrémédiable, Roxane doit dénoncer et faire condamner son double rebelle. Elle peut mainteant envisager de fuir dans un lointain futur.

Le début se trouve par ici, ceci est le dernier épisode

*

Comme il n’est pas question que je fasse sauter quoi que ce soit dans ce monde, ni que je mette en danger un quelconque moi qui trainerait par inadvertance, je vais pouvoir bénéficier des services d’Inès en direct, installée dans un canapé de velours vert foncé. Franck a tenu à me remettre en mains propres le téléphone qui va actionner mon saut vers cet autre monde dans lequel nous sommes sûrs que je n’existe pas.

– Comment ça va se passer, si tu n’es pas là pour m’accueillir et me donner les clefs de chez moi?
– Pour être honnête, je n’en sais rien, je suis navré, Roxane, j’aurais aimé sécuriser ce dernier voyage, mais je n’en ai pas la possibilité. C’est pour ça que je te demande de veiller sur ce petit dispositif comme sur toi-même.

Il me remet un boîtier carré d’environ trois cm de côté et d’un cm d’épaisseur.

– Il contient tout ce que j’ai pu y stocker comme informations sur toi, la cause, les données historiques des mondes que tu as traversés… nous avons tout crypté dans un code mathématique qui, je l’espère, pourra être décodé où que tu arrives. Il te faudra localiser quelqu’un de confiance et te débrouiller pour lui remettre ce cube. Ce sera ta porte d’entrée dans une organisation sociale, sans cela, j’ai peur que tu ne te retrouves en marge, condamnée à survivre par tes propres moyens.
– … et qu’est-ce qui te laisse supposer un avenir aussi sombre ?
– Tous les mondes que j’ai explorés ces derniers jours, tous les futurs les plus lointains que j’ai pu entrevoir, portaient la même empreinte de désolation. Peu d’espace vivable et l’humanité ne peut y survivre qu’au prix de sacrifices élevés. En petit nombre. Il ne me reste qu’à te souhaiter bonne chance.
– Et on peut envisager que je reste ? Même confinée dans cet hôtel qui après tout est plutôt pas mal…
– Tu ne me fais pas rire, Roxane. Tu dois y aller, maintenant.
– Maintenant, maintenant ?
– …

J’ai mal partout, comme si j’avais consacré les trois derniers jours à la pratique intensive d’un sport de combat. Je glisse les 9cm3 responsables de ma survie dans ma poche, dépose dans la main d’Inès un courrier destiné à Manuel, en lui recommandant de ne lui remettre que parvenu à l’âge adulte, ferme les yeux et appuie sur le bouton vert du téléphone, dans l’attente de ce qui sera mon dernier saut.

*

Je suis seule.

Seule sur une esplanade gigantesque, grise et lisse, qui surplombe une ville cernée de murs immenses au-delà desquels un épais brouillard empêche de distinguer quoi que ce soit. Le ciel aux reflets d’acier me donne la sensation d’être sous un lourd couvercle en passe de me broyer. Je n’éprouve aucune envie de bouger, d’aller au-devant d’une forme de vie, de chercher l’être providentiel qui me permettra de trouver une légitimité au sein de cette ville.

Franck me manque. Je réalise que sans lui, je ne suis rien. Sans lui. Sans l’Asso. Sans le petit Manuel. Sans cause à défendre. Pour un peu, je pleurerai sur mon sort.

« Couchez-vous sur le ventre et levez les bras vers le ciel ! »

La voix mécanique qui résonne dans mes oreilles sort de nulle part. J’obtempère comme un robot, lasse par avance de ce qui va suivre. Je me sens saisie par les bras, un casque opaque est posé sur mes yeux, annihilant toute possibilité de percevoir le nouveau monde dans lequel je viens d’arriver pour être faite prisonnière.

– Mais pourquoi tu t’obstines à faire ça ?

La femme qui me parle me fixe avec un air furieux qui laisse entendre que je n’en suis pas à ma première, mais ma première quoi ?

– Tu sais à quel point il est dangereux de se balader sur le toit du monde…
– Le toit du monde ?

Je n’ai pas pu m’en empêcher. Si une conclusion s’impose suite à ces multiples sauts dans l’espace et le temps, c’est que je n’apprends pas de mes erreurs. Honte sur moi.

– Bon, je vois que tu t’obstines encore à faire l’idiote. Mais ce n’est pas drôle, Roxane. Aller contre la loi ne fait pas partie de tes attributions. Il va bien falloir que tu comprenne que ton statut t’impose un minimum de retenue.

La voix. Cette femme parle avec la voix d’Inès. Ce coup-ci, je ne dis rien, mais ça me demande un effort quasi surhumain.

– Bon, je suppose que ça ne sert à rien, de toute façon ces dernières semaines, tu t’es ingéniée à apparaître n’importe où, à n’importe quel moment de la journée. Si c’est pour me prouver à quel point tu es forte pour déjouer les circuits de surveillance, bravo, tu as gagné. Tu peux arrêter, ça va finir par se savoir et on aura des problèmes. Notre système est supposé infaillible. Si les dégénérés se rendent compte qu’ils peuvent le contourner, ce seront de nouveau les révoltes et la répression. On préfère éviter ça, non ?
– Oui oui…
– Tu vas arrêter ?
– Heu… oui…
– Je ne te crois pas. Tu n’es pas prête à sortir d’ici, Roxane.

Et d’un geste, elle invite des individus que je n’avais pas repérés à se saisir de moi. Je couine, mais ne proteste pas. Ils me trainent dans ce qui ressemble à un long couloir blanc lumineux, pourvu de fenêtres qui offrent à mon regard effaré une succession de bâtiments sombres, d’enchevêtrements de passerelles, le tout surplombé par une forêt de caméras. Ce paysage apocalyptique baigne dans une lumière crue qui révèle de loin en loin de frêles silhouettes qui se déplacent de façon très rapide et saccadée, et surtout… dans les trois dimensions…

Un sas s’ouvre sur une pièce à la décoration sommaire. En fait, elle contient un tableau gigantesque qui fait face à une fenêtre opaque et un ensemble de trois cubes, un rouge, un blanc, un gris. Mes accompagnateurs me poussent là-dedans sans commentaire avant de referme le sas. Ma tête se met à tourner. Je reste un moment au sol, les bras autour des genoux, ne me sentant pas capable de regarder autour de moi. Il le faut pourtant. Ne serait-ce que pour découvrir ce que représente le tableau et dont j’augure que ça ne me plaira pas. Trop d’éléments laissent entendre que ce dernier saut est une catastrophe. Déjà, j’existe ici. En plus, la voix me domine manifestement, malgré un statut mystérieux qui a l’air de me permettre de rester impunie tout en ayant adopté un comportement désobéissant.

J’ai dans la gorge un effarant goût d’inexorable.

Mes yeux se lèvent alors que mon cerveau leur intime de me laisser encore un peu le temps des illusions. Je fais un pari contre moi-même et le perd.

Franck.

J’ai devant moi un portrait énorme de Franck, en uniforme militaire, aucun sourire sur le visage, qui pose sous un texte rédigé dans une langue familière (pour cause, c’est du français)

« Roxane, tout ce que tu as fait ou pensé, tout ce que tu envisages de faire ou de penser, le moindre acte, le plus petit geste que tu vas esquisser sont placés sous notre contrôle. Tu peux te bercer de l’illusion de pouvoir faire des sauts, mais les fonctions espace et temps sont limitées au périmètre de la ville et à une semaine. Nous sommes entrés en possession du cube qui t’aurait placée à la tête du gouvernement, l’avons détruit et détruit le code qui a permis sa traduction. Tu n’es plus rien. La majeure partie de la population vit dans ces bâtiments que tu n’as eu de cesse de vouloir détruire. Les privilégiés, dont tu fais partie, ne doivent leur présence dans la partie haute de la ville qu’à leur soumission stricte au règlement. Notre réseau de caméras est si dense que tu ne pourras jamais sortir de nos écrans. A supposer que tu réussisses à t’échapper, sache que dehors, la guerre bactériologique fait rage et que tu ne survivrais pas plus de quelques minutes. Seuls se maintiennent ceux qui portent des masques. Tu n’as pas de masque, ils sont attribués à la naissance et ton statut de fantôme fait que jamais on ne pourra t’en attribuer. Ta seule échappatoire est le téléphone. Je te souhaite bien du plaisir »

Je réalise que j’ai toujours le téléphone à la main. Je l’ai serré avec tant de force que j’en ai endommagé la coque, qui présente des fissures.

Une notification de message clignote sur l’écran. J’appuie sur le bouton vert et tressaille en reconnaissance la voix d’Inès.

« Bonjour, si vous voulez arriver en ville, tapez 1

Pour le toit du monde, tapez 2

Pour le mur d’enceinte, tapez 3

Tapez dièse pour choisir votre jour de la semaine.

Quel que soit votre choix, votre mémoire immédiate sera effacée. Franck et moi sommes désolés Roxane »

Je choisi 1 et lundi, pour me retrouver sans surprise dans une rue vide, cernée d’immeubles déprimants. Il me faut quelques instants pour distinguer des silhouettes se hâtant vers un but invisible. Je les appelles et au moment précis où un visage se tourne vers moi, je sais.

Je choisis 3 et jeudi, et me retrouve assise au pied d’un mur sans aucune aspérité, hérissé de caméras. Je n’ai pas besoin de regarder les silhouettes qui m’entourent. Ce sont des dizaines de Roxane, toutes du même âge et portant les mêmes vêtements, toutes pâles et courant vers un immeuble à détruire. Je jette le téléphone par terre et le piétine avec une rage dont je ne me sentais pas la force.

Une alarme se met faire trembler le mur dans mon dos

« Fin de la promenade, réintégrez vos cellules »

Il ne me reste qu’à trouver celle que l’on m’a attribuée. Je n’y resterai de toute façon pas assez longtemps pour m’y habituer.

 

*

Publié le 10 mai 2020, dans histoire courte, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

Parlez après le bip...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :