Archives de Catégorie: Extrapolations

Rébellion quantique – Part 8

Roxanne participe à des opérations menées par une organisation illégale dirigée par Franck, l’Asso. Ils empêche le gouvernement d’obliger les populations les moins aisées à quitter les villes pour le 3e cercle de banlieue. Roxanne pose des bombes dans des immeubles en construction, tout en étant sûre de ne pas se faire prendre: elle est un individu quantique, dont la vie se déroule à cheval sur plusieurs réalités. Sa nouvelle mission la conduit à organiser l’enlèvement du ministre de la vie en ville, pour faire plier le gouvernement. Le kidnapping réussi, elle effectue un bond dans le temps pour échapper à ses poursuivants. Dans sa nouvelle réalité, elle n’existe pas encore et doit profiter de son statut de fantôme pour aider l’Asso à diffuser des vidéos du ministre kidnappé. Mais lors dson dernier saut dns l’espace-temps, elle a emmené avec elle un petit garçon qui se révèle être le petit-fils de l’otage.

Le début se trouve par ici

*

– Franck ? Heu… on pourrait se voir ?

C’est la première fois que je sollicite une entrevue et j’ose imaginer que Franck va réagir assez vite. J’ai fini par reconstituer des faits dont j’estime qu’ils tiennent la route. Le petit garçon, Manuel, a peu connu son grand-père, avec lequel sa mère semble être fâchée. Il sait néanmoins que le ministre est son papi et il le voit de loin en loin dans les médias. Depuis quelques temps, sa maman a été emmenée et il a été confié à une famille qui ne lui donne pas assez à manger (j’imagine que c’est surtout par manque de moyens, mais le gamin ne peut pas comprendre qu’on le laisse avoir faim). C’est un gentil gamin fasciné par les engins de chantier et il m’a demandé à plusieurs reprises que je lui fasse visiter des sites en construction. J’envisage donc de solliciter de Franck une destruction d’immeuble et de profiter du saut dans le temps qui suivra pour emmener Manuel loin de la vie qui se profile pour lui dans ce monde-ci. Je n’ai bien sûr aucun argument pour échapper à mes responsabilité dans cette nouvelle réalité, et compte vaguement sur une idée miracle qui me traversera l’esprit en lui parlant.

– Certainement pas.
– Mais, Franck, on ne peut pas rester ici… je n’existe pas dans cette réalité, alors avec un gamin, c’est compliqué… on ne va pas tarder à attirer l’attention… et… euh… euh… (un flash me traverse : la contamination). C’est quoi, au fait, cette histoire de contamination ?

J’ai marqué un point, il a l’air gêné.

– On ne sait pas si c’est du flan ou si le danger est réel. Il y aurait des centaines de gens qui meurent d’arrêt cardiaque à cause d’une bactérie, les hôpitaux seraient pleins de patients en danger de mort , mais nous sommes incapables d’entrer en contact avec quelqu’un qui soit réellement proche d’une de ces soi-disant victimes. Le gouvernement se sert du principe de précaution et de la peur pour confiner les gens chez eux, les rationner encore plus, empêcher les rassemblements de plus de cinq personnes…. Le couvre-feu qui permet un contrôle des allées et venues, les tickets de transport distillés au compte-goutte, les tickets de rationnement… tout ça permet de tracer les activités des gens, sans compter le flicage permanent rendu possible grâce aux téléphones portables et aux ordinateurs. C’est pour ça que ta non-existence est un atout précieux ici.
– Et ça va durer longtemps ?
– Jusqu’à ce que la voix se manifeste, ta mission est de filmer et de protéger la caméra.
– Et si tout ça est vrai et qu’il y a un risque pour ma santé ? Je fais quoi, moi ? Je te rappelle que ma non-existence providentielle m’empêchera de me faire soigner, ou de faire soigner le gamin…
– Je ne sais pas quoi te dire à part reste chez toi, ne sors que pour faire les films ou si la voix te contacte
– Normalement, c’est là que tu raccroches.
– Je sais, mais là je suis devant toi.
– J’ai réussi à te faire sourire
– Bien joué

Nous sommes sur la même terrasse, face aux mêmes consommations insipides. Je me trémousse, incapable de savoir quoi dire ou quoi faire.

– Ca va aller ?
– J’ai pas le choix, si ?
– Non

*

Le ministre est éveillé, cette fois-ci. Il se tient raide sur sa chaise de bois, le visage tendu. Je suis assez mal à l’aise à l’idée de m’en approcher. Je ne sais pas si les membres de l’Asso ont eu connaissance de ma relation avec lui dans un autre monde.

– Ne perd pas de temps, Roxanne, il nous faut ce film dans moins de trente minutes

Je prends le parti de rester l’œil collé sur le viseur. Le ministre vieilli me fixe d’un œil éteint.

– Si tu crois que tes efforts pour dissimuler l’infâme traitresse que tu es portent leurs fruits, tu te trompes.

Je relève la tête, interdite.

– Je ne sais pas par quel miracle tu es restée si jeune, mais je te reconnais. Je te reconnaîtrai où que tu ailles, Roxanne…

Son ton n’est pas agressif, mais je n’aime pas la situation. Autour de moi, les gens ont interrompu leurs activité et la chappe de silence épais qui me dégouline dessus englue mes pensées.

– Tu le connais, Roxanne ? C’est le jeune geek, qui pour une fois, ne porte pas son casque audio, qui a parlé.
– Elle me connait…. Mais j’imagine que ça ne change rien à votre affaire. Allez, fais ton œuvre et finissons-en…

En silence, je fais la mise au point et commence la séquence. Malgré les liens qui le maintiennent captif, je me sens vulnérable face à lui.

– Puis-je parler ?
– Non, ça ira…
– Si, je veux dire quelque chose… même si je sais que vous couperez…
– Allez-y

Il respire un petit moment avant de regarder la caméra bien en face et de lâcher

– J’accepte d’être sacrifié.

Puis il tourne son regard sur moi et conclut :

– Tu crois tout savoir, mais tu n’es qu’une idiote. Je t’avais pourtant prévenue. Je ne veux plus te voir.

*

Je n’ai pas du tout aimé être traitée d’idiote devant des gens qui comptent sur moi. D’autant moins que je n’ai aucune idée de ce qu’il voulait dire par « je t’avais prévenue ». J’y ai bien réfléchi et suis arrivée à la conclusion que dans cette réalité ou une autre, il a eu vent de mes activités illégales.

– Franck ? Tu peux me dire quels sont mes liens avec ce foutu ministre, s’il te plait ? Je veux dire… quand je ne suis pas un fantôme…
– Vous étiez ensemble à un moment
– Oui, ça j’avais compris, merci, mais de façon plus détaillée ?
– Disons que vous formiez un couple de complaisance. Il a essayé de se servir de toi comme journaliste pour faire la propagande de ses idées et toi, tu profitais de ses accès aux données sensibles pour l’Asso.

Je ne comprends pas tout de suite que j’étais un agent double.

– Tu veux dire que c’est moi qui te donne les infos pour faire sauter les immeubles ?
– C’est ça.
– Tu veux dire que c’est moi « Moi en vrai » qui choppe les infos et moi « Moi fantôme » qui m’en sert…
– Pourquoi crois-tu que nous t’ayons choisie ? c’est mieux en circuit fermé, ces opérations.
– …
– Roxanne ?
– Je vais pleurer, là, laisse-moi…
–   Roxanne, sois sérieuse, il faut en finir avec cette opération
– Laquelle ? Celle où je suis une traitresse, ou celle où je suis un fantôme filmeur ? Quand je pense que l’idée m’avait effleurée que c’est toi qui accédais aux infos… Et s’il m’a reconnue, ça veut dire que d’autres le peuvent aussi. Et donc que je suis en danger. Enfin, que le « Moi vrai » est en danger.
– On sait ça, Roxanne. Pourquoi crois-tu qu’on t’oblige à te calfeutrer en permanence ?
– Pour que je ne risque pas de me croiser ?
– Exact
– Et quelle est ma porte de sortie ?
– Je te l’ai déjà dit : la voix.
– Mais la voix me ramène dans un monde où je suis déjà…
– Tu n’y reste jamais assez longtemps pour être en danger.
– Je suis qui, Franck ? Je suis quoi ?

J’ai du mal à croire qu’il ait raccroché.

– Roxanne ? Il est où, le chocolat ?
– Chez papi.

Ca m’est venu sans que j’y réfléchisse. Et maintenant, le petit dans une main, mon trousseau de clés dans l’autre,  je suis face à la porte de l’appartement du ministre.

*

Rébellion quantique – Part 7

Roxanne participe à des opérations menées par une organisation illégale dirigée par Franck, l’Asso. Ils empêche le gouvernement d’obliger les populations les moins aisées à quitter les villes pour le 3e cercle de banlieue. Roxanne pose des bombes dans des immeubles en construction, tout en étant sûre de ne pas se faire prendre: elle est un individu quantique, dont la vie se déroule à cheval sur plusieurs réalités. Sa nouvelle mission la conduit à organiser l’enlèvement du ministre de la vie en ville, pour faire plier le gouvernement. Le kidnapping réussi, elle effectue un bond dans le temps pour échapper à ses poursuivants.

Le début se trouve par ici

*

– Je n’arrive pas à y croire ! Tu fais n’importe quoi, tu mets l’Asso en danger, tu te mets en danger, sans compter ce gosse !

Comme me retrouve face à Franck qui me fixe avec fureur, je suppose La patate m’a envoyée dans un nouveau monde. Nous sommes installés comme d’habitude, à une terrasse de café, mais cette fois-ci l’ambiance est morne. Cernés par la nuit, nous sommes à peine éclairés par un étrange lampadaire aux allures de feu les lucioles, avec son haut massif équipé de caméras sphériques et son bas qui diffuse une lumière verdâtre dont je suppute qu’elle me donne une mine affreuse. La table et les chaises sont fixées au sol, les boissons (un gruau brunâtre pour moi et un verre de liquide transparent (de l’eau ?) pour Franck, n’ont rien d’engageant. Je me sens faible, les sauts rapprochés dans le temps et l’espace ne me valent rien de bon. J’ai mal au cœur, aucune envie de me faire engueuler, surtout après avoir réussi ma mission. Après tout, le ministre est capturé, c’est ce qu’il voulait, non ?

– Oui, je confirme

Je n’ai pas l’impression d’avoir parlé à voix haute. Franck s’aperçoit de mon étonnement.

– Dans ce monde, avec un peu de moyens, on peut lire les gens. Ça simplifie les rapports. Non, arrête tout de suite avec ce vocabulaire ordurier.

Dans un autre monde, il aurait ri de sa moquerie. Quelque chose de sourd en moi s’alarme et achève de me réveiller. Alors que mon regard s’arrête sur un groupe de gens a l’air éteint, je sens un poids en mouvement sur mon ventre. Je sursaute et pousse un petit cri. L’enfant. Le petit garçon affamé qui s’est jeté sur moi avant le saut. Il est toujours sur mes genoux et me fixe avec angoisse. Il tient à la main un morceau de patate et je me rends compte que mes doigts sont encore crispés sur l’assiette dans laquelle le sandwich tout fin vient de faire un saut spatio-temporel

– Je peux la manger ?

J’entends Franck prononcer la phrase la plus étrange puisse adresser à un petit enfant:

– Evite cette patate, j’ai peur qu’elle ne te fasse disparaître… Prends plutôt le sandwich. Ca va ? Tu te sens comment ?
– J’ai faim… on est où, là ? On va me rendre ma maman ?
– Ta maman est partie faire une course, on va la retrouver. En attendant, tu vas aller avec Roxanne te mettre au chaud, tu es d’accord ? Elle va te raconter une histoire, tu vas voir, Roxanne est très forte pour inventer des histoires…

Le petit a l’air content à la perspective de partir avec moi et je ne suis pas d’humeur à relever la dernière bassesse de Franck, qui reprend le cours de la conversation.

– A toi de te débrouiller avec ça. Tu as gardé la caméra ? Celle qui était derrière les cannettes ?
– Oui… elle doit toujours être dans mon sac, je la sens contre mon dos…
– Très bien. Cette caméra venant d’une époque plus ancienne, elle n’est pas détectable par les systèmes de ce monde. Tu vas pouvoir t’en servir pour filmer le ministre sans danger et on diffusera les images via un réseau crypté.
– Tu veux dire que le ministre est ici aussi ?
– Oui, il est plus vieux, mais tu vas le reconnaitre.

*

Il a bien pris vingt ans. Ses cheveux sont blancs et son visage est plus froissé que dans le monde d’avant, mais c’est lui. Quand je m’approche, la caméra à la main, je me demande s’il va me reconnaître. Je le vise et fais la mise au point. Il semble dormir. Je capture 10 secondes de son sommeil d’otage et éteins la caméra. Le petit groupe qui m’a guidée jusqu’à lui me fait signe de reculer et de parler bas.

– OK, c’est déjà ça, pas plus de 15 secondes… on va diffuser
– Vous ne voulez pas le réveiller ? Ca prouverait qu’il est en vie…
– Oui, mais plus tard, il est sous sédatif… là, on veut marquer le coup vite et de façon efficace.

Je sors la carte mémoire du boîtier et la donne à un jeune homme vêtu de noir qui manipule une série d’ordinateurs, d’écrans et de systèmes sophistiqués. Il la saisit avec avidité.

– Ah oui, quand même… on m’avait prévenu, mais je ne m’attendais pas à ça…

Pendant que je me demande en quelle année on est, il trifouille dans un tiroir et en sort divers connecteurs et câbles, finit par extraire un boitier de plastique gris sur lequel il souffle avant d’y glisser ma carte.

– On est en 2051. Ca fait plaisir de manipuler ces vieux trucs…

Je ne vais pas pouvoir m’habituer à ça, je préfère ignorer ces gens qui ont l’air de me lire à livre ouvert, d’autant que je croyais qu’il fallait des moyens pour ça, pas que tout le monde pouvait se targuer d’en être capable. Je désigne le ministre avachi sur sa chaise de bois.

– Tu parles de lui, là ?

Tout absorbé par la contemplation de la vidéo qu’il a déchargé de ma carte, il ne rit pas à mon humour décapant.

– C’est parti… Et non, je ne suis pas riche. Je suis doué en piratage, c’est tout. T’inquiète, nous ne sommes pas très nombreux ici, à lire les gens.
– Tu es sûr que ce sera intraçable ?

L’homme qui a parlé est plus âgé, il porte une tenue militaire usée et semble inquiet.

– Je nous voudrais pas qu’ils remontent jusqu’à nous… c’est notre dernière planque…
– Sois tranquille, ce truc est si obsolète qu’ils ne vont même pas comprendre comment on diffuse les images !
– Vous pouvez partir maintenant, vous reviendrez avec la caméra demain matin.

Je ne comprends pas de suite qu’il s’adresse à moi.

– Roxanne ?
– Hein ?
– Allez-y…
– Mais… je garde la caméra ? vous ne préférez pas l’avoir sous la main, au cas où…

Je préfère n’avoir aucun argument.

– Non, vous seule êtes un fantôme ici, la caméra reste avec vous. Débrouillez-vous pour la garder en état de marche et rester un fantôme.

Et il se tourne avant de quitter la pièce. Le jeune homme, ce qui ressemble à un casque audio sur les oreilles, me rend la carte mémoire et revient vers ses écrans. Je reste plantée au milieu de la salle, incapable de savoir quoi faire. A quelques mètres de moi, le ministre dort toujours, les traits empreints de la vulnérabilité conférée par le sommeil.

– Vous devriez y aller, sinon vous n’aurez pas le temps de rentrer chez vous avant le couvre-feu.
– Avant le quoi ?
– Le couvre-feu, il vous reste moins d’une heure pour regagner votre appartement… Avec un peu de chance, vous trouverez de quoi manger sur le chemin, nous n’avons rien à vous donner, désolé.

L’homme qui s’adresse à moi me tend mon sac et ma veste, ainsi qu’un rectangle de carton orange.

– C’est un ticket pour le tram. Ne l’utilisez que si vous ne pouvez pas faire autrement, nous n’avons droit qu’à un ticket tous les deux jours.
– Et celui-ci, vous l’avez eu comment ?
– C’est mon dernier…

Il sourit et me pousse gentiment vers la sortie.

– Prenez soin de vous et de la caméra, toute l’Asso compte sur vous. Merci

La porte claque et je me retrouve seule dans la rue déserte. Si je suis un fantôme, cet endroit est aussi lugubre qu’un cimetière. Je le reconnais, pourtant : dans un monde qui me semble effroyablement lointain, ce coin de rue était sur mon chemin pour aller me promener au bois. Je sais que je dois marcher 40 minutes pour rentrer à la maison. Il ne faut pas traîner. Je préférais plastiquer des immeubles et m’échapper en sautant dans le temps. Je déteste ce monde et cette histoire de kidnapping me déplait au plus haut point.
A l’aller, occupée à manipuler la caméra dans la voiture qui était venue me chercher, je n’avais pas prêté attention aux changements. A pied, j’ai tout le loisir d’observer. Là où de jolies maison de meulière aux fenêtres décorées de mosaïques et de céramiques prenaient l’air dans des jardins aux arbres élégants, de gros blocs de béton incongrus pris place. La moindre parcelle de nature a été éradiquée. Le ruban gris des trottoirs n’est brisé que de loin en loin par des blocs hérissés de pointes. Aucun espace n’est laissé libre pour se grouper, s’assoir ou converser. Des caméras semblent ausculter le moindre centimètre carré de rue. Comme je me hâte vers chez moi, je réalise à quel point le silence est pesant. Rien. Pas de véhicule, pas de piéton. Pas d’oiseau, pas même un chat errant.
Tous les six ou sept mètres, des panneaux rétro-éclairés diffusent des messages alarmants ou il est question de respecter le couvre-feu, de ne pas s’exposer à la contamination et surtout de ne pas chercher à entrer en contact avec des personnes inconnues.

La contamination ? Un frisson me parcourt le dos. Ah… et sur ce chemin, il n’y a aucun endroit pour trouver à manger… En général, l’Asso prend soin de remplir les placards, ça devrait aller. De toute façon, je n’ai pas le temps de dévier de mon trajet.

Devant moi, le buste d’une femme penchée par-dessus une rambarde secoue une nappe. Comme j’arrive à son niveau, elle me fusille du regard et referme précipitamment la fenêtre, comme si ma simple présence représentait un danger. Je me sens pestiférée. Une vibration dans ma poche, mon téléphone portable se manifeste. Sur l’écran, un message s’affiche « il vous reste moins de 15 minutes avant le couvre-feu. Si vous êtes trop loin de chez vous, prenez immédiatement contact avec les autorités et restez où vous êtes. Vous serez collecté.e et mis.e en quarantaine dans un sas de sécurité. N’opposez aucune résistance et n’essayez pas de vous dérober à la loi . Vous connaissez les risques en cas de non-obtempération ». Je ne connais pas les risques, mais je n’ai pas trop envie de les découvrir. Je hâte encore le pas, puis me mets à courir.
Quelques minutes plus tard, à l’abri de ma cuisine, je retrouve le petit garçon brun, occupé à vider avec beaucoup de concentration un paquet de biscuits qu’il enduit de pâte au chocolat, ce qui me rassure quant au remplissage de mes placards. Captivé par son activité, il ne m’a pas entendue rentrer. Je décide de mettre de côté le sujet désagréable de la contamination et de m’occuper de cet enfant d’un autre temps

– Tout va comme tu veux, petit ?

Il sursaute à peine et lève vers moi un visage barbouillé au milieu duquel se dessine un sourire radieux.

– Je vois que tu as trouvé de quoi t’occuper

Il se lève et me tend un biscuit après l’avoir tartiné de chocolat

– C’est bon ! Tu en veux ?
– Merci, c’est pas de refus

Ce gamin n’avait jamais goûté au chocolat. Je vais le laisser vider le pot, si ça lui fait plaisir. Comme nous nous asseyons sur le canapé, j’envoie valser mes chaussures à l’autre bout de la pièce.

– Je peux allumer la télé ?
– Oui, bien sûr, si tu trouves comment on fait…

J’avais essayé quelques heures plus tôt, mais n’avais réussi à mettre la main sur aucune télécommande, prise ou autre système de mise sous tension et renoncé. Le petit me jette un œil offensé et claque des doigts en disant « 2 ». L’écran scintille et, à ma grande horreur, apparaît en grand format la vidéo du ministre endormi, sous-titrée « de dangereux extrémistes menacent la vie d’un membre du gouvernement – signalez tout comportement suspect autour de vous »

– Pourquoi y a papi à la télé ?

*

 

La suite est par

Théâtre!

Il est venu, le temps de réserver 😜

https://www.billetreduc.com/251101/evt.htm

Rébellion quantique – Part 3

Roxanne vit en marge d’une société qui ne lui convient pas. Pour subsister, elle participe à des opérations menées par une organisation illégale dirigée par Franck. Coincée par ses dettes, elle ne peut faire autrement que d’accepter la prochaine intervention:  stopper l’urbanisation sauvage, permettant ainsi aux populations les moins aisées de conserver leur place dans les villes. Elle pose des bombes dans des immeubles en construction, tout en étant sûre de ne pas se faire prendre: Roxanne est un individu quantique, dont la vie se déroule à cheval sur plusieurs réalités.

Le début se trouve par ici

*

J’arrive sur le site, désert et silencieux à cette heure tardive. Baignées d’obscurité, les constructions semblent menacer ma misérable humanité qui s’invite au milieu des géants de béton aux yeux creux. Comme pour chacune de ces interventions, je me suis habillée de noir, ai dissimulé mes cheveux dans une cagoule et me suis équipée d’un sac à dos dans lequel sont rangées les possessions qui me tiennent à cœur: quelques photos issues de réalités différentes, une montre ancienne, un camée monté en bague, le livre en cours.

Je me glisse jusqu’à une ouverture ménagée dans les grilles qui encerclent le chantier et que Franck m’a indiquée. Je le soupçonne de faire partie des équipes en charge des constructions et, d’une façon ou d’une autre, de me suivre dans les réalités parallèles que j’arpente. Ses informations sont précises et fiables, mes missions se déroulent toujours comme prévu et je trouve les entrées, sorties et le matériel aux endroits marqués sur les plans qu’il me fournit. Je me suis risquée une fois à lui poser la question de ses propres changements de réalité, mais s’est fermé et m’a recommandé de me mêler de mes oignons. Je ne désespère pas un jour de comprendre comment tout ça est possible et qui est réellement Franck, mais pour l’instant, je n’ai pas la moindre piste de compréhension et l’impression (stupide) d’être manipulée par une entité supérieure.
Après avoir demandé en silence aux extra-terrestres de m’aider à réussir cette nouvelle mission, je me faufile au-delà de la grille et commence à avancer vers ce que Franck m’a décrit comme le bâtiment principal. Parvenue au pied de la construction, je trouve la pièce qui doit contenir les explosifs et y entre par la fenêtre laissée ouverte.
Face à moi, un bureau, derrière lequel je distingue quelques étagères couvertes de cartons. Au sol, des sacs d’outils et du matériel divers. A ma gauche, la porte qui doit s’ouvrir sur le hall du bâtiment. Ce que je suis venue chercher est bien là, sur la troisième étagère en partant de la porte, prêt à être posé. Je m’empare des trois charges, les glisse dans mon sac et prends dans le premier tiroir du bureau un téléphone dont le code est le même depuis mon premier saut : 1564.
Il me faut maintenant aller dans les trois sous-sols du secteur pour y poser les charges. Un coup d’œil à ma montre, j’ai le temps, la ronde de surveillance ne passera pas avant une bonne heure. Je trouve facilement l’accès au sous-sol du bâtiment principal et pose la charge comme Franck me l’a recommandé, sur un pan de mur duquel sortent quelques bouts de fer. J’en choisis un bien au milieu et y suspends l’explosif hérissé de fils. Je sors par la sortie de secours et me dirige vers la gauche, en quête de l’immeuble suivant. La seconde fenêtre à droite de la porte d’entré a dû rester ouverte. Je m’y rends sans hésiter et pousse le carreau. Rien ne bouge. J’appuie plus fort sur le chambranle, toujours sans succès.

– Merde, Franck, tu crains.

Je ne suis pas équipée pour forcer portes ou fenêtres. Comme je dois basculer dans une autre réalité à tout instant, j’ai pour consigne de ne porter que le minimum sur moi. Pas d’outils. J’essaie d’ouvrir toutes les fenêtres du rez-de-chaussée, sans succès. Mon cœur commence à battre à un rythme déplaisant. J’hésite à continuer mon travail au troisième bâtiment pour revenir ensuite à ce problème, mais Franck a toujours été formel : il me faut procéder dans l’ordre, quitte à annuler la mission si un problème survient dès le premier endroit. La frustration me rend nerveuse. Je n’aime pas échouer dans un travail pour lequel j’ai été payée. Je retourne à la fenêtre, force sur le carreau. Fiasco absolu. Autour de moi, des morceaux de parpaings, des barres de fer, de grands bouts de planche. Je reste un instant à l’affut de bruits et comme tout est calme, me décide à m’équiper d’une barre de fer. J’en choisis une pas trop longue, la saisis et comme je l’ai vu faire tant de fois dans des films, m’en sers pour asséner de grand coups sur la vitre récalcitrante. L’opération l’air plus facile quand elle est à la charge de voyous de cinéma… il me faut m’y reprendre à quatre fois pour entendre le carreau se briser. Le bruit du verre cassé me fige dans la froideur de cette nuit sans vie, le temps de m’assurer que rien ne vient troubler la quiétude désolée du chantier. Certaine de poursuivre en toute impunité, je prends la précaution de déblayer les bouts de verre qui pourraient me blesser et me faufile dans le hall du bâtiment.
Une fois de plus, il m’est aisé de me rendre au sous-sol et d’y déposer ma charge. Je ressors assez détendue et me rends au troisième immeuble. Celui-ci est moins avancé que les deux précédents et je peux progresser entre des murs dépourvus d’huisserie. Je descends l’escalier, mais il faut se rendre au 4ème sous-sol pour chercher l’endroit décrit par Franck. Ce doit être un pilier central et je dois y fixer la plus grosse charge avant de filer.
J’ai peut-être oublié de mentionner ici le fait, désagréable, que je suis très claustrophobe. L’idée de prendre le métro fait trembler mes jambes et la perspective d’un tunnel dont on ne perçoit pas le bout révulse mon estomac. Franck le sait, mais il n’a pas l’air de considérer que ce puisse être un problème. Il m’a conseillé de respirer et m’a ri au nez quand j’ai commencé à essayer d’argumenter.

– Avec ce qu’on te paie, tu as les moyens de voir un psy, je ne te pensais pas si fragile…

C’était sans appel (voir un peu menaçant quant à mon avenir) et je me trouve donc en haut de l’escalier, une nappe d’obscurité autour des pieds, avec la sensation d’avoir à plonger en eaux troubles. L’envie de vomir me saisit et je sens mon front et mon dos se couvrir de sueur. Je commence la descente, résistant à l’envie folle de partir en courant et l’autre envie folle d’allumer ma torche. Je pose ma main contre le mur et avance un pied hésitant dans le vide. Mon pied rencontre une marche et je commence ma descente. Parvenue sans encombre au premier sous-sol, je regarde vers le haut, avide de distinguer ce qui pourrait ressembler à un coin de ciel. Il fait trop sombre pour que se découpe une portion d’éléments naturels, mais je sens sur mon front un filet d’air frais qui me réconforte. Je continue de descendre en essayant de ne pas réfléchir. J’imagine une clairière au printemps et commence à la peupler de petits lapins mignons et de papillons. 2e sous-sol. Il va en falloir, des lapins mignons… Mon cœur bat en suivant un rythme désordonné qui trouble mes oreilles et la panique me sert la gorge. Encore deux étages à descendre. Je ne vais pas pouvoir.

Je vais crever là, d’une crise cardiaque. Franck ramassera mon corps raide et s’excusera en pleurant.

Non, ça ne lui ressemble pas. Il me maudira plutôt. Je verse une larme d’auto apitoiement. J’en ai honte, mais ça me fait du bien. Je bois un coup à ma gourde, inspire, expire. Descends encore un peu. 3e sous-sol. Plus aucun filet d’air et l’idée d’apercevoir le ciel est chimérique. J’en envie de fuir en hurlant, mes jambes tremblent, l’épaisse obscurité confère à l’air une consistance gluante. Répugnant. Mes doigts se contractent tellement sur la torche éteinte que j’ai mal à la main. J’hésite à allumer, mais j’ai peur que la vision partielle ce qui m’entoure ne m’impressionne encore plus. Là, au moins, je peux imaginer la campagne. Deux marches. Les lapins. Encore deux marches. Les papillons. Allez, trois marches. Les fleurettes. Deux marches… ça y est, j’y suis. Le sol est plat sous mes pieds. Je gémis de stress. L’oppression est telle que j’ai l’impression de peser des tonnes. Il faut allumer ma torche et en finir.
La lumière repousse l’obscurité juste assez pour me permettre de voir un mur nu, un sol couvert de débris divers. Le pilier central se dresse devant moi, son ombre projetée par la torche tressaute au rythme de mon cœur. Je me dirige dessus, à la recherche d’un crochet ou d’un clou. Je dois tourner autour avant de localiser une grosse vis enfoncée dans le béton. Je sors de mon sac la troisième charge, en tâtonne la surface à la recherche d’une fixation à dégager pour l’enfiler sur la vis. Mes geste sont saccadés et je me déteste de perdre mon sang froid sans raison. Les secondes s’écoulent sans que j’arrive à me concentrer assez pour ajuster la boucle de métal que j’ai trouvée. inspirer. Lapins. Expirer. Papillons. Fleurs roses. Mes doigts finissent par obéir et au moment où je suis fièrement prête à accrocher le tout, un bruit se fait entendre dans l’escalier. Je me tourne juste à temps pour distinguer, dans le faisceau de la torche, une silhouette sombre et basse qui se profile au-dessus de moi dans l’encadrement de la porte, au niveau du troisième sous-sol. Un petit cri se fraie le passage entre mes mâchoires pourtant serrées à me casser les  dents.
Je vais crever de stress. Adieu, lapins, papillons, monde cruel et fromage en portions individuelles.
Je me sens vulnérable, j’ai envie de pleurer sur mon sort et de faire pitié au monde, mais j’essaie de retrouver mes esprits. Vu la forme de l’ombre, il ne s’agit pas d’un humain, plutôt d’un chien ou d’un renard. Si l’animal est agressif, je n’ai rien d’autre à lui opposer que mon roman. Je couine d’impuissance, mon cœur fait des bonds désordonnés jusqu’à ma gorge et mes mains ont de la peine à continuer d’agripper la charge, la torche et mon sac. J’ai été formée à beaucoup de choses, mais pas au combat singulier contre un renard, un sanglier, un éléphant ou un chameau, surtout quatre étages sous terre et à moitié morte d’angoisse. Accroupie dans le noir, j’attends, prête au pire, mais la bête renifle puis remonte à grand bruit, me laissant en proie à un mélange contradictoire de soulagement, de vexation d’avoir été considérée comme manquant d’importance, et de fureur contre moi-même. Je n’ai rien d’autre à faire que de me relever et finir ce pour quoi je suis là. Le seul avantage d’une crise de ce type, c’est qu’elle occulte tous les dangers. Je fixe la charge et remonte l’escalier à toute vitesse, puis regagne sans encombre l’extérieur du chantier. J’ai besoin de m’assoir un moment.

A proximité du site, je trouve un buisson sous un grand panneau d’affichage vantant les joies de la vie en communauté dans ce secteur qui, à mes yeux, a autant d’attraits qu’une fête foraine tombée en ruine. Je m’installe derrière la verdure triste et sèche, qui a encore la force de dresser quelques pitoyables piquants en une forme risible de résistance ultime à l’humanité moderne. Il reste trente-cinq minutes avant que la ronde de surveillance ne se fasse. Il n’y aura donc pas de blessés et j’ai un peu de temps pour récupérer.
Après avoir grignoté quelques biscuits au réconfortant chocolat, m’être lamentée sur mon sort d’expatriée de l’univers et avoir tenté de méditer sur le sens holistique de ma vie, je sors le téléphone de mon sac, l’allume et en tape le code. Son petit écran rétroéclairé de bleu me souhaite la bienvenue et me laisse libre de décider de quand les bâtiments vont rendre leur âme de ciment. Comme j’en ai marre de cet endroit, qu’il fait froid et que je suis curieuse de savoir où je vais me projeter, sans attendre j’appuie sur la touche « appel ».

J’ai à peine le temps d’admirer les rouges et ors des flammes qui surgissent du sol que le tonnerre de l’explosion déclenche mon avenir. La dernière image que j’emmène de ce monde est celle de pans de bétons suspendus dans l’air froid, entre les interstices desquels le ciel bleu sombre dessine un puzzle dramatique.

*

La suite de cette trépidante aventure: ici

Tous Ego!

 

Lecteur-Chéri-Mon-Hirondelle… C’est le cœur serré, la larme à l’œil et des trémolos dans la gorge que je t’annonce le report de Tous Ego!

Outre le fait que les comédiens devraient partir à 6h du matin,  traverser un Paris devenu jungle de la route et arriver stressés pour monter sur scène, je ne suis pas assez cruelle pour demander aux spectateurs de risquer leur vie, leurs nerfs et la boîte de vitesse de leur auto restée dans le garage depuis les vacances d’été juste pour venir nous voir…

Infos à suivre

 

 

 

 

Lecteur-chéri-ma-bûche-presque-en-grève-à-l’heure-où-j’écris,

Avoues, tu te demandes ce que je fais, vu que ça fait au moins longtemps que je n’ai rien posté et que ce n’est pas dans mes manières.

Sois rassuré, j’ai plein de trucs à dire et d’histoires à raconter mais, à l’instar de tout le monde, je manque de temps.
Et à quoi occupais-je mon temps t’interroges-tu?
La réponse est simple:  à mettre sur un plateau le contenu de mon cerveau malade. Le résultat (très propre, rassure-toi) s’appelle  Tous Ego! et se joue très prochainement en la belle ville de Malakoff

Je t’invite par la présente à venir applaudir le live qui se cache derrière l’écran 😉