Le tigre du Bengale y Matia

…Lecteur-chéri-ma-paëlla, tu pourrais y reconnaitre une parabole sur le monde du travail…

 

La découverte d’un tigre du Bengale au fond du bois derrière le cimetière ne m’a pas impressionnée outre-mesure, sûre que j’étais d’entrer en symbiose avec ce bel animal à la noblesse sauvage. Les yeux bleu glacier semblaient me transpercer et le pelage à la blancheur éblouissante surpassait en beauté le ciel sombre qui me désaltérait du lait de ses étoiles.
Confiante j’étais.
A côté du tigre, une lionne oscillait son port de tête altier dans un lent mouvement hypnotique. Le clignement de ses yeux dorés était de la lenteur parfaite, ses pattes posées avec délicatesse sur le côté de son corps souple attestaient une aristocratie à faire pâlir d’envie une princesse au sang cobalt. Moi, en l’occurrence.

P’tain, il faut que je termine ce compte-rendu, sinon je vais devoir y revenir ce week-end. Plutôt crever.

Cherchant à communiquer par la puissance de mes pensées avec la bête immaculée, je m’étais postée bien dans l’axe de son regard. Mon cerveau relâché, en attente des ondes félines, errait entre rêveries et liste de courses. J’étais bien.
Dans cet état d’hébétude satisfaite, je n’ai pas vu le coup venir.
Impossible de me souvenir de ce qui s’est passé ensuite. Et me voilà derrière des barreaux. A l’instar des bêtes du zoo, je me trouve dans une petite cage au sol couvert de paille puante, meublée d’une bassine d’eau croupie.
Je dois crier.
Je crie.
Aucun son ne sort de ma gorge.

Crédibilité zéro, mais continuons. et fuck le compte-rendu, de toute façon personne ne lit ces trucs. Je devrais essayer d’inventer des mots et de les placer au milieu des schémas, pour voir si quelqu’un suit.

Je veux secouer les barreaux, mais je ne parviens pas à les saisir.
De façon étrange, mes mains ont quatre doigts couverts de poils épais très bruns. D’ailleurs, si je regarde le reste de mon corps avec attention, je découvre qu’il est recouvert de ces mêmes poils disgracieux. Mes pieds ressemblent de façon troublante à mes mains.
Et je pue.
C’est une horreur.
Il faut que je me lave.
La bassine.
Je saisi la bassine et la renverse sur ma tête. Un bruit proche du grincement de vieille porte asthmatique sort de ma gorge. Je dois me rendre à l’évidence : je suis un singe.
Panique.
Je regarde autour de moi pour me trouver cernée d’animaux sauvages, dont la plupart tournent en rond dans leur espace microscopique. Au loin, une tente rouge et jaune nous nargue de ses fanions dorés. Bêtes de cirque.
De la musique nous parvient, un homme en grande tenue ouvre la porte de ma cage, c’est à moi d’entrer en scène.
Sur la piste, les fauves sont déjà en place, qui sur un tabouret recouvert de paillettes, qui sous un arceau enflammé. En urgence, on me fait enfiler un tutu turquoise à sequins. Une main dépose une couronne de grelots sur mon front plat. Le ridicule m’étouffe. Je ne veux pas faire partie de ce monde, c’est injuste.

Là, il va falloir commencer à envisager une fin, mais je n’ai aucune idée de quoi inventer. Et il faut faire vite, je ne voudrais pas que quelqu’un tombe sur ce texte en lieu et place du compte-rendu attendu par les comités. Ahhhhh… les comités…

–     Viens te poser sur mon dos
C’est le tigre qui a parlé. Le feu des projecteurs et la masse compacte des spectateurs aux yeux brillants d’expectative m’impressionnent. Le peuple veut des jeux, il a dû avoir son pain. Quelques pas me séparent de la bête aux yeux clairs. Il me faut les franchir, mais je ne peux pas. Mes pattes sont ancrées dans le sol recouvert de sable. L’orchestre roule et tonne, m’encourage de son bruit de grosse caisse. Il faut bouger.
Je ne veux pas être là.
Je ferme les yeux, mais le bruit résonne encore plus fort dans ma tête surmontée de clochettes. Je suis en démonstration, il faut faire avec.
Une intuition me chuchote que ma survie en dépend. Faire ce qu’on attend de moi. Piégée en tutu, face à des gens qui attendent je-ne-sais-quoi que j’ai tout intérêt à produire.

Trouver la chute.

Une patte cotonneuse me saisit par le haut du dos et me dépose au creux des reins du Bengali. La lionne a eu pitié, mais son regard de givre me vrille le tutu. Ca rigole pas par ici, il vaut mieux se couler dans le moule, même si le dit-moule n’a aucun attrait.
–     Maintenant, lève-toi et effectue un tour sur toi-même.
Tourner, donc, pour faire plaisir à l’homme en costume, à la foule avide et aux fauves qui sont malgré eux, et malgré leur éblouissante beauté féroce, mes co-guignols. A ce stade, je n’ai plus le choix: je dois faire preuve d’habileté et de discipline. Comme je m’exécute lentement au tintement des grelots, mes pieds glissent sur le poil lustré.
–     Merde, tigre, tu glisses, tu utilises quoi, comme après-shampooing ?
–     Un nouveau truc, une crème bio, c’est l’éléphant qui l’a prêtée, il était coiffeur avant.
–     Coiffeur ? et toi, tu étais quoi ?
–     Cheminot, t’imagine… avec les grèves, on a tout perdu, j’ai pris ce qui restait. Toi ?
–     Moi ?
Comment admettre que je suis une princesse…
–     Oh… je travaillais dans une banque…
–     Ah ouais, ça explique

Ça explique, oui…

Publicités

Heading nowhere

« Tu sais qu’on voyage avec des morts ? »
Un sourire franc surmonte la fraîche exubérance des seins lâchés sous le t-shirt blanc.
« C’est ouf, non ? »
Personnellement, je ne trouve pas ça « ouf ». On est encore à l’embarquement et l’idée de passer huit heures dans une carlingue saturée de monde m’étouffe déjà. Je suis sur un fauteuil recouvert de skaï rouge, les fesses gluées par la sueur perfide de l’angoisse, occupée à donner une impression de parfaite détente. Mais en dedans, je flippe ma race, les doigts moites collés aux pages du magazine que je m’efforce de lire alors que mon cerveau est incapable de retranscrire les mots parcourus par mes yeux.
Mon cœur bat la chamade.
Je suis déjà allée aux toilettes deux fois en 25mn, et il va falloir que j’y retourne avant d’embarquer.
Je vais m’évanouir, c’est sûr.
Si les gens sourient, c’est pour mieux se moquer de moi et de mes peurs.
J’ai chaud.
J’étouffe.
Il me faut de l’air frais.
Tant-pis, je vais rester à l’aéroport pour le reste de ma vie.
Les enfants m’exaspèrent, avec leur innocence à deux balles et la candeur de leurs questions à la con. Bien sûr que ça vole, un avion.
J’aurais dû me bourrer de somnifères.
Et c’est quoi, cette histoire de morts qui voyagent, d’abord?

Ca y est, je suis dans l’avion. Je défile avec la plèbe sous les yeux des fortunés qui sirotent leur jus d’orange, avachis dans leurs fauteuils hyper confort, en détaillant nos fringues de manants destinés à s’entasser dans le fond. Je les déteste.

Maintenant que je suis installée, il faut décoller vite. C’est le manque de mouvement qui me stresse. En vol, je suis moins oppressée, mon psy prétend que ce serait lié à mon permanent besoin d’action. Si je dois crever pour ne plus avoir peur en avion, c’est pas gagné.
Je jette un œil à ma voisine de gauche. Elle est très pâle et n’a pas l’air de vouloir parler. Je trouve toujours du réconfort à constater le désarroi des personnes plus faibles que moi. Je sais, c’est moche.
L’hôtesse qui distribue les jus de fruits est très pâle, elle aussi, mais ça aurait tendance à ne pas me réconforter.
C’est bizarre, d’ailleurs, toutes les hôtesses sont pâles.
A ma droite, de l’autre côté de l’allée, une petite fille a déjà choisi son film et chouine pour obtenir un casque. Elle m’énerve, mais elle n’est pas pâle, ça me rassure un peu.
Nous sommes au-dessus du tapis de nuages, frontière entre une réalité agréable à oublier et un onirisme avec lequel chaque retrouvaille débouche sur des regrets.
J’aime ces instants suspendus.
Le rêve.
Les délires enfantins déposés sur du coton blanc éblouissant.
Mais que fait ce corps décharné qui flotte devant le hublot ?
J’ai dû faire un cauchemar.
J’appelle l’hôtesse pour demander de l’eau.
Comme elle ne vient pas, je me lève et me dirige vers le fond de la carlingue. Les visages qui se dressent sur mon passage sous tous très pâles. Même ma petite voisine semble malade, elle a arrêté de regarder son film et fixe le vide avec une insistance étrange. Les hôtesses étant toutes occupées à préparer le dîner, je décide d’aller me passer de verre et de me mouiller le visage. Dans le miroir de la cabine de toilette, je constate sur ma peau des reflets bleus et les cernes sous mes yeux sont plus foncés que d’habitude. Je dois être malade.

D’ailleurs, tout l’avion doit être malade.

Attaque de panique.
Mes doigts tremblants peinent à déverrouiller la porte.
Un voile de sueur glacée couvre mon corps en dix secondes.
Je me rue à ma place, en essayant de ne pas croiser les éclairs fiévreux lancés par les yeux des autres passagers.
Les seins lâchés de la fille au t-shirt blanc pendouillent comme deux lugubres gants de toilette. Catatonique, elle a remplacé son sourire par un rictus figé qui la vieillit d’au moins dix ans. C’est idiot, mais c’est un plaisir fugace de le constater.
Je m’assieds, serre ma ceinture, ajuste le coussin dans mon dos, m’agite inutilement pour retarder le moment de jeter un œil par le hublot.
Je ne peux pas résister.
Je n’aurais pas dû.
Des tas de corps pâles et décharnés flottent autour de l’avion.
Je ferme les yeux et me colle dans le fond de mon siège. La fatigue, ça ne peut être que la fatigue.

Le choc des roues contre le tarmac me réveille.
Nous devons descendre dans la nuit d’encre et parcourir à pied le petit bout de piste qui mène aux bâtiments de l’aéroport.
Autour de moi, les gens progressent dans un silence surréaliste. Je n’ose pas les dévisager, mais du coin de l’œil, ils me semblent tous trop pâles. Trop éthérés. Trop mutiques. Trop errants.

Je ne sais plus où nous sommes.

J’ai oublié ma destination.

Je suis nulle part.

Cernée de fantômes.

Et ça me revient.

« Tu sais qu’on voyage avec des morts ? »

Marcel et l’inconnu de l’ascenseur

Ce dimanche matin pluvieux, le bitume était trop occupé à pleurer sa crasse pour prêter attention aux effleurements félins de Marcel, le matou borgne de la vieille illuminée du troisième. Il n’était pas dans les habitudes de Marcel de cavaler sous l’eau du ciel, pas plus qu’il n’était dans les habitudes de la résidence du 2, avenue de la Forêt, d’héberger un macchabée amoché dans son ascenseur. Ascenseur assez mal maintenu pour que les habitants de l’immeuble privilégient les escaliers, effrayés de se retrouver piégés par la cage d’acier et contraints de jeûner plutôt que de profiter de leur brunch dominical, le jour dit du Seigneur.
Celui qui avait laissé traîner un corps, à présent refroidi, dans la cabine n’avait pas agi par négligence. Il savait que les risques de le découvrir étaient nuls ce jour-là, lui laissant le temps d’orchestrer une vraie disparition. C’était donc, statistiquement, un habitant de la résidence. Ce qui faisait entre 30 et 40 personnes, d’après les estimations de Marcel. Sans compter les enfants et la vieille, dont il était persuadé de l’innocence, vu qu’elle le nourrissait.
Dans les théories félines, il serait illogique que celui qui nourrit ôte la vie.
Mu par une peur à la limite du réel, Marcel filait sans essayer d’éviter les grosses gouttes pleines de pollution que son pelage laissait rouler le long de son corps malingre. Il avait détesté tomber nez à truffe avec un œil exorbité strié de vaisseaux sanguins, une peau sur laquelle la sueur avait laissé des traces de sel séché et des cheveux plaqués par la même sueur dont l’odeur aigrelette flottait dans la cabine. C’était tombé sur lui tout simplement parce qu’il attendait face  la porte de l’ascenseur, au troisième, que quelqu’un entre ou sorte pour se faufiler, profiter du voyage et ainsi gagner la porte de sortie.
Marcel ne pouvait pas savoir qu’on était dimanche.
Il avait attendu longtemps avant de se décider à sauter pour appuyer sur le bouton d’appel. Il ne maîtrisait pas encore ce tour à la perfection et ne voulait surtout pas qu’on le surprenne à appeler l’ascenseur, préférant faire accuser de négligence les enfants qui le laissaient les accompagner dans leurs allées et venues. Mais l’appel de l’extérieur avait été trop fort et il avait fini par craquer, bondissant devant la porte jusqu’à actionner le bouton. Il attendait, haletant, que le battant coulisse et quand la porte s’était ouverte, révélant le visage figé par la stupeur d’un inconnu mort, avait eu la trouille de sa vie.
C’est que Marcel avait déjà vu un mort, Roger, le mari de la vieille et ça ne lui avait pas laissé de bons souvenir. A vrai dire, il était sur les genoux de Roger qui le caressait au moment où son âme avait choisi de le quitter. Ce type de rupture se passant rarement bien, le dernier souffle de vie qui s’était échappé de Roger avait figé la main du pauvre vieux sur Marcel, un chaton à l’époque, qui s’était retrouvé coincé. C’étaient ses miaulements paniqués qui avaient attiré la vieille. Depuis, elle prêtait au chat des pouvoirs magiques et malgré sa répugnance à garder celui dont elle était persuadé qu’il avait hâté le trépas de son mari, l’avait adopté pour éviter qu’il ne la tue aussi. Marcel avait grandi entre peur et sensation de pouvoir. La perte de son œil gauche dans une bagarre de rue avait renforcé son ascendant sur la vieille et elle le laissait faire sa vie tranquille.

Mais là, il craignait d’être accusé du meurtre de l’inconnu de la cage. Alors il avait choisi de se faire oublier quelques temps.

Lundi matin, la femme du quatrième avait, comme d’habitude, appelé l’ascenseur à 06h45. Lequel s’était ouvert sur son amant refroidi. Le sang d’Eliane n’avait fait qu’un tour et elle s’était empressée de fuir par l’escalier. Si son con de mari avait buté son amant, elle avait intérêt à faire comme si de rien était.
Lundi, 07h12. Le vieux du second appelait l’ascenseur et se trouvait devant le corps raide du plombier qui l’avait dépanné le samedi. Sa première pensée fut de soulagement, il n’avait pas les moyens de régler la facture. Mais dès sa seconde pensée, il se demandait s’il risquait d’être accusé de meurtre. Non, quand même, on vit une époque de sauvages, mais dézinguer un artiste du zinc pour économiser, ce serait peu crédible. Dans le doute, il réintégra son logement et se remit au lit en claquant des dents. Il était sans doute le dernier a l’avoir vu vivant, les flics allaient venir. Il serait donc malade.
Lundi, 07h25. Le motard du sixième, occupé par son téléphone au moment de rentrer dans l’ascenseur, avait piétiné une tête. Il avait soulevé son pied en râlant pour se retrouver devant l’homme qui l’avait embouti dans le parking deux jours avant, en un peu moins vivant. Il se souvenait bien de lui, ils s’étaient copieusement insultés et les voisins du cinquième, qui avaient assisté à la bagarre en découlant en toute logique, l’avaient entendu le menacer de lui faire la peau. Contrairement aux deux autres, il avait quand même pris l’ascenseur pour se rendre au parking, l’hébétude l’ayant privé de réflexes. Mais il s’était carapaté sans donner l’alerte, estimant qu’il pourrait nier avoir vu quoi que ce soit d’inhabituel ce matin-là.
Au RDC quelques minutes plus tard, le gardien découvrait le mort. Il l’identifiait sans peine comme l’amant du la pétasse du quatrième, le plombier du grigou du second et le type menacé par le jeune du sixième. Il le savait parce que sur son temps libre, il avait truffé la résidence de micros et de caméras. Il avait hésité un moment à faire chanter ses résidents, mais décidé que son trafic d’organes, rendu possible grâce à la complicité du médecin du premier, risquerait de se trouver compromis s’il commençait à remuer la merde.
En milieu de matinée, il avait enterré le type au fond du jardin et l’avait recouvert des plantes aromatiques de la sonnée du troisième.
L’inconnu de l’ascenseur ne causerait plus de soucis à personne.

Quelques jours après, quand Marcel avait réintégré son domicile, tout était calme et ordinaire, à part un panneau affiché dans l’entrée, qui annonçait le passage des dépanneurs d’ascenseur.

Clin d’oeil de Toronto bis

 

Clin d’oeil de Toronto