Trafic d’âmes

Here comes the rain again, falling on me head like a tragedy….

Ouais, c’est un peu revisité, mais plus proche de la réalité.

 

« Âmes en stock », donc, un film dont le sujet « se débarrasser de son âme, trop encombrante, pour temporairement en adopter une autre, plus en adéquation avec ses aspirations du moment » est une idée que j’aurais adoré avoir.

Mais personne n’étant parfait (même pas moi), je ne peux, hélas, qu’extrapoler à partir du concept. C’est déjà pas mal.

 

Dans un premier temps, comment définir l’âme? Après quelques réflexions rendues compliquées par l’inhalation intempestive de vapeurs toxiques de fin de semaine, il m’a semblé que l’âme peut être considérée comme la partie réfléchie, en perpétuelle évolution, à la mémoire surprenante et aux effets de bord inattendus de notre être. Lequel être, sans âme, serait purement mécanique. Avec réflexes pavloviens, animalité, attitude vide et dénué de toute sensibilité.

Que ceux qui connaissent des individus sans âmes se lèvent… bon, tout le monde est debout, je m’y attendais….

Un petit détour chez mon ami wikipédia apporte quelques éclaircissements sur la définition de l’âme suivant l’époque, la région, le courant religieux. En gros et sans faire appel à trop de termes savants, l’âme selon Jung paraît le concept le plus simple et compréhensible, à savoir:

« le terme d’âme est élevé au rang de concept. Il concerne à la fois l’homme ou la femme mature, dans leurs aspects conscient et/ou inconscient et dessine la totalité de la psyché, formée de l’inconscient collectif, de l’inconscient personnel, des complexes, du Moi, et des Archétypes ». J’aime me souvenir que Jung est un compatriote.

 

Imaginons un instant pouvoir se démettre de  son âme (facilement et sans douleur) quand celle-ci devient trop pesante. Plus de tourments, d’angoisse ou d’interrogations infinies; « être ou ne pas être » au panier et les errances affligeantes dans les limbes de la bonne conscience inculquée à coup de marteau se terminent en fêtes ou le paganisme frénétique et la débauche ne sont même pas répréhensibles. Pour peu qu’il y ait du Bourgogne aligoté au frais, c’est quasi le paradis.

Mais comment vivre un tel détachement, à moins d’être un homme politique de droite? Si on en croit le film, il est difficile d’être séparé de son âme.

Sans la mémoire de l’âme, on doit se sentir comme vide et nu, machinal… Comme le poisson rouge qui ne peut se remémorer que les 3 dernières secondes de son existence et pour lequel tout est éternel recommencement, mais avec la conscience d’un manque fondamental: L’essence de ce qui fait l’homme (et la femme) (et la blonde) (quoique).

 

Intervient alors le concept d’interchangeabilité des âmes.

 

Tiens, ce matin il pleut… je vais prendre l’âme de Poséïdon (au point où nous en sommes, mélangeons allègrement réalité, fiction, mythologie et psychotropes). Ou mieux: je vais prendre l’âme de Vénus sortie des eaux…

Ce soir on sort danser: je choisis l’âme de Travolta (dans « la fièvre du samedi soir », pas dans « Broken Arrow »).

Il faut peindre: pas de soucis, louons l’âme de Picasso ou de Matisse, transcendons nos capacités créatives le temps d’un moment de gloire.

 

Dans les faits, comment organiser la location des âmes, leur attribution? Faire des listes d’attente? Et tout le monde est-il apte à recevoir une grande âme? Que penser de Didier Barbelivien optant pour l’âme de Jeff Buckley?

Il faudrait étalonner les receveurs. Quantifier les capacités de chacun à donner, recevoir, échanger une âme.

Qui est capable de qualifier les âmes? Va-t-on créer l’ordre des grands âmes-mateurs? Qui doivent eux-mêmes être qualifiés pour qualifier… on ne s’en sort pas….

Quand au stockage des âmes, par définition volatiles, il peut être subtil et délicat. Sous forme d’éther, incolore, inodore, au volume inabordable. Est-il raisonnable de décider d’un espace-âme en rapport avec le donneur? De plus y a-t-il un risque qu’une belle âme se pervertisse au contact d’un receveur de niveau inférieur?

 

Dans le film, les âmes font l’objet de trafic. Trafic d’âmes. Par définition, pas de contrôles, anarchie, intervention du paramètre « argent ».

Vendre son âme par besoin.

Se la faire dérober au profit d’un quelconque fortuné au mental de bulot.

La perdre.

 

Et si l’âme se trouve mieux chez son receveur, peut-elle refuser d’en sortir? Quelles sont les garanties à exiger, les protocoles à mettre au point..

Et si on injecte plusieurs âmes incompatibles à une même personne, peut-on attendre des effets de bord?

Les risques d’eugénisme de l’âme sont grands… à supposer qu’on procède au morcelage de l’âme, partant du principe qu’elle va se régénérer, on arrive au clonage d’âmes…Brrrr…

 

Un peu d’anticipation:

Vision d’un hypermarché, carrefour des âmes, où seront proposées à la vente toutes sortes de modèles, pour toutes les bourses et toutes les personnalités… en promo l’âme des footballeurs, en produit d’appel l’âme des scouts et en fin de rayon/déstockage l’âme des militants UMP.

Les nouveautés seront mises en avant, des modes seront de mise. « Cet été, ayez l’âme d’un surfeur » (pas trop recommandé), « à la rentré, adoptez l’âme d’un scientifique de renom », « pour le soir, sortez avec l’âme d’un mannequin-vedette »… on pourra louer les services de ceux qui, moins fortunés, se feront injecter l’âme de celui ou celle avec qui on souhaite passer un moment.

Les caddies déborderont de boîtes pleines d’âmes, il y aura des conseils de conservation (pour une meilleure utilisation de votre âme-câline, laissez tremper la boîte dans un bain d’eau rose à 38°), des jeux pour gagner des âmes, Apple créera une application i-phone pour télécharger les âmes et se les auto-injecter par oreillette…

 

 

Vertige.

 
 
Publicités

Publié le 11 mai 2010, dans Extrapolations. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Parlez après le bip...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :