Archives de Catégorie: Les affranchis vs A la bonne heure

Les affranchis, c’est fini

Bon, public chéri mon amour (oui, je sais, je sais …), ceux qui ont suivi le débat avec passion n’ont pas besoin de retourner dans la catégorie « les affranchis vs à la bonne heure » de ce blog; les nouveaux aventuriers de la recherche ouebienne, qui tomberaient par un miraculeux et néanmoins fort providentiel hasard sur cette prose du mercredi peuvent s’y rendre. Ils auront ainsi l’exhaustivité des points de vue sur l’émission « les affranchis » qui aura remplacé l’espace de quelques mois « le fou du roi »

Donc, les affranchis, c’est fini… je ne vais pas hurler à la lune, j’avais depuis longtemps cessé d’écouter et les rares fois ou j’y suis revenue, j’avais trouvé que l’émission s’enlisait dans des débats consensuels et peu intéressants. Les animateurs et chroniqueurs m’avaient semblé tourner en rond sur leur humour ou leurs combats perso, et l’encensement systématiquement des invités devenait risible. Sans compter qu’Isabelle Giordano ne cesse de couper la parole…  les débat étaient de l’ordre des discussions entre amies que l’on peut avoir autour d’un thé et même Daniel Morin semblait patauger dans des gimmicks qui finissent par lasser. Il devrait creuser le duo avec Richard Lornac, ça au moins c’est rigolo.

France Inter décide donc d’arrêter l’émission. Soit. Il y a sans doute des manières de faire qui peuvent sembler brutales, mais ayant vécu des ruptures de contrats abruptes plusieurs fois dans l’année, je compati tout juste. Et moi, personne ne m’a laissé m’exprimer sur les ondes (pourtant, j’a ides tas de trucs intéressants à dire, je ne comprends pas l’indifférence des médias à mon égard…)

J’attends donc avec impatience de connaître l’occupation du créneau dès la rentrée. Mais pitié, épargnez nous ceux qui ont rendu cette tranche horaire fade et sans intérêt.
Philippe Val, si tu me lis (oui, je te dis « tu », eut égard à ton passé proche de mes sensibilités) n’hésite pas à prendre contact, qu’on en parle autour d’un verre de blanc frais…

 Par ailleurs, ma surprise a été grande de découvrir que Sonia Devillers (dont les caractéristiques principales sont 1- de glousser au micro à chaque phrase, 2-de parler de ses enfants à tout bout de champ) se voit confier le 9h-10h pendant l’été. Avant de critiquer dans le vide, je vais essayer de l’écouter… ça pourrait s’appeler la présomption d’animation…

 Les articles qui traînent encore sur le net :

http://www.telerama.fr/radio/isabelle-giordano-a-cru-jusqu-au-bout-que-les-affranchis-seraient-reconduits,83736.php

 http://www.lexpress.fr/actualites/1/economie/france-inter-arrete-les-affranchis-anime-par-isabelle-giordano_1130569.html

 

 

Publicités

A votre écoute on doute

Oui, évidemment il s’agit d’un canular ; le générique, le ton…on imagine assez bien la femme en collants chair et mocassins à semelle crêpe et l’homme un peu gras, suintant et suffisant.
Et oui, je suis définitivement fan de Desproges. Mais pas de la nouvelle émission de France Inter. La première écoute m’a agacée (c’est là), les suivantes m’ont exaspérée… Mais qu’y a-t-il donc de drôle là dedans ?
Le sujet ? Un couple médecin/psychothérapeute supposé apporter une aide aux auditeurs en quête de soutien.
Depuis peu, les « interventions » sont précédées d’une digression géographico-culturelle proche de celle du jeu des 1000€, le côté bon enfant en moins. Si son utilité est de gagner du temps alors l’objectif est atteint…

Le déroulement ? 2 scénarii possibles :
          – Variante 1 : Les animateurs sont idiots et font preuve d’obscurantisme, d’ignorance, voire de racisme… l’auditeur audité essaie malgré tout d’obtenir un « soutien» et fini ignoré. Eventuellement il s’énerve, il pleure… rien n’est épargné à l’auditeur écoutant l’auditeur audité.
          – Variante 2 : C’est l’auditeur audité qui est idiot et les deux animateurs peuvent alors faire preuve avec allégresse de leur propre nullité.

Dans les deux cas les textes sont sans saveur et sans surprise. Du beaufisme moyen, ni nouveau ni amélioré pour être un tant soit peu surprenant. Ca pourrait être drôle mais (pour moi en tout cas) ça ne l’est absolument pas.
Première réaction : comme beaucoup d’auditeurs, malaise et incompréhension. Pourquoi les tirades des Beaulieu me laissent-elles un goût amer alors que celles de Desproges sur des thématiques approchantes, me font hurler de rire ?
Est-ce le ton, monocorde et plat ? L’ambiance compassée ? Est-ce le manque d’excès, d’exagération ?
Comme si les « scénaristes » (dit-on cela pour de émissions de radio ?) n’osaient pas oser. Un comble pour une émission qui souhaite secouer l’opinion.
Une écoute un peu rapide laisse croire à une émission « sérieuse » ; aucun commentaire, aucune allusion ne pourrait donner à croire à un canular. Ca pourrait être une bonne idée. Mais les dialogues sont convenus, les ficelles grosses comme des cordages de bateau pirate… En une dizaine d’émissions ont été abordés les poncifs qui sont supposé déranger : obésité, pédophilie, handicap, tolérance religieuse… toujours sur le même mode de l’intolérance, de l’ignorance, de la moquerie grossière. De quoi parlera-t-on dans un mois, à supposer que cette émission perdure ?

 C’est d’autant plus mauvais que les répliques sont prévisibles et que les silences (trop longs) ne réservent aucune surprise.

Le buzz a été créé, à croire que France Inter a besoin de se remettre des récentes affaires Guillon/Porte. Parfait. Mais nous sommes encore à des années lumière de l’humour des grands.
Oui, le niveau des émissions de télé s’enfonce dramatiquement vers les abysses de la stupidité humaine, et draine au passage une quantité ahurissante de gens, mais la radio (du moins ce qu’il en reste) doit-elle s’engouffrer dans ses traces pour tenter de faire réagir?

Ah, pour finir… en réécoutant mon ami Desproges j’ai constaté que le tribunal des flagrants délires est une bonne source d’inspiration pour Daniel Morin… puissent les Beaulieu trouver leur imagination chez Coluche…

Les affranchis raccourcis?

Bon, vite fait parce que ça ne mérite pas de perdre trop de temps.
Aujourd’hui, nouvelles surprises dans les affranchis :

  • Une rubrique télé (comme Eric Dussard dans A la bonne heure, mais ne moins moqueur, nous sommes sur le service public tout de même)
  • Pas de gouvernement provisoire (ouf, ça devenait poussif)
  • Donc, pas de ministres ni de questions sans queue ni tête (re-ouf)
  • Je m’aperçois que plus d’Alexis Lacroix… depuis combien de temps a-t-il abdiqué ? Je serais bien en peine de le dire… A vrai dire je m’en suis rendue compte parce que Daniel Morin intervient moins… Mais leurs joutes ne vont pas me faire défaut…
  • 10 mn d’émission en moins…

 C’est ce dernier point qui m’esbaudi le plus… quoi ? 10 mn de moins ? Mais pourquoi ? Par ce qu’ils n’arrivent pas à trouver de co-animateurs qui tiennent la route (appelez-moi, moi aussi je veux bien essayer…) ? Par ce qu’ils ont usé tous les chroniqueurs ? Parce qu’ils sont à bout de concepts mous ?
J’ai tout dabord cru à un crochet « élections » et écouté avec attention la tranche 12h20-12h30, intitulée « A votre écoute, coûte que coûte » (vous pouvez l’écouter ).
Au début, impossible de savoir s’il s’agit d’un mauvais canular (n’est pas Pierre Dac qui veut, encore moins Orson Wells ); on a l’impression d’entendre un mix de Denise Fabre (malgré tout le respect que je dois à cette sympathique grande dame de la télé) et de Pierre qui fait l’accueil téléphonique  dans « le père Noël est une ordure ».
Il est donc si difficile de se renouveler?
Les mots me manquent pour retranscrire ce que j’ai entendu… Tellement mou,  insipide et convenu dans le ton que ce ne pouvait être du réel. Tellement idiot et basique qu’il est difficile de croire que ça est été du supposé drôle. La conlcusion qui s’impose est que les auditeurs sont des bourins. Merci le service public…
Par pitié, mettez une intro : ça arrive comme un cheveu sur une salade grecque, le ton est monocorde, les personnages insipides… qui peut rire de ça ? A moins que le simple fait d’être décalé à une heure de grande écouté justifie un éclat de rire…
Une parodie des émissions qui sont le fond de commerce des radios concurrentes ? France Inter a vraiment besoin de rentrer dans une joute de ce niveau ? 

Mettez-nous François Morel, que ce soit au moins élégant..

Les affranchis sans Aline?

Ca commence bien… j’apprends avec atterrementqu’Aline Afanoukoe quitte les « Affranchis »… (c’est ici)

Pour ceux qui meurent d’envie de relire la saga, vous pouvez reprendre à partir de ; hum, d’ailleurs je vais créer une catégorie, ce sera plus simple…
Voilà, c’est fait: vous allez dans les champs « catégories » sur la droite, choisissez « Les affranchis vs A la bonne heure ». La liste des articles s’affiche; il n’y a plus qu’à circuler  avec les boutons « previous » et « next ».
Oui, ce soir j’ai envie de faire du mode d’emploi. Je suis sûre d’être au moins aussi douée qu’Ikéa pour ça. Et en plus vous n’avez pas à saisir les planches ZTRÖL et FRULG des vos deux mains puis de les assembler en vissant  la vis SPLÖTRUG avec la bouche et de pousser l’ensemble avec votre troisième main pendant qu’en équilibre sur un pied vous attrapez le maillet TÜNGY avec les orteils de l’autre (pied). C’est beaucoup plus simple. Et moins douloureux. Mais vous rangez moins de DVD… on ne peut pas tout avoir…

Donc, horreur, plus d’Aline aux affranchis. Elle était ma préférée. Suis-je en tel désaccord avec la ligne éditoriale de France Inter (forcément dictée par d’obscurs indices de satisfaction des auditeurs…)?
« le contenu du divertissement de la mi-journée ne correspondait pas tout à fait aux attentes de la direction. » (je cite l’article) mais… et que fait-on des attentes des auditeurs ? Des recherches menées sur le site de France Inter n’ont rien donné : Aucune liste de commentaires, pas de réaction d’auditeurs, rien.

Sur le oueb, le même désespérant silence : aucune info concernant cette subite disparition…

Si quelqu’un a du nouveau, qu’il n’hésite pas…

« Isabelle Giordano souhaite consacrer davantage de temps et d’espace à des journalistes politiques, choisis en priorité au sein du quotidien du soir. « J’ai envie d’entendre leurs coulisses de campagne », explique la chef de cette bande recomposée » (je cite encore). Bon, OK, on va passer du prétendu divertissement à des considérations politiques. En période électorale, c’est particulièrement novateur…

 Pour conserver la touche de couleur, Giordano a tout même consenti à remplacer Aline par M Nouar, c’est bien vu.

 Et pendant ce temps-là, sur RTL au moins on rigole ; récemment avec Ph Candeloro  qui nous permet de démarrer l’année dans la finesse . Ces merveilles de culture auditive sont à écouter attentivement ici (le summum est atteint à partir de la minute 29 et jusqu’à la 33ème, si vous tenez le choc).

 Il semblerait que la tranche horaire de divertissement 11h-12h30 soit cruellement menacée….

Les affranchis … on s’ennuie…

Ca faisait longtemps…
Quid du combat Affranchis/A la bonne heure ?
Pour ceux qui débarquent ou qui auraient envie de reprendre le débat au début, un peu de rétro-lecture par ici

A vrai dire on s’essouffle… on trouve d’autres émissions à écouter, on traîne sur le oueb… mes dernières impressions :
Les affranchis ne méritent pas leur titre ; ils restent conventionnels et politiquement corrects, les débats n’existent plus (si tant est qu’ils ont existé).
Les chroniques se suivent et se ressemblent, les « nouveaux » se succèdent et s’oublient. Les piliers de l’émissions s’enlisent chacun dans leur style. Certains concepts sont toujours à l’antenne alors qu’à l’évidence ils ne présentent aucun intérêt (les flatteurs professionnels ? mais quel est le but ? les animateurs eux-mêmes ont l’air de se le demander…) les quizz issus de Wikipédia sont proches des questions carambar et l’humour qui en découle plafonne au même niveau… Les invités sont nombreux à considérer qu’être premier ministre n’a rien d’enviable, même dans un concept de 20mn… Et que dire d’Isabelle Giordano qui non seulement donne souvent l’impression de ne pas maîtriser plus que ça son sujet et qui en plus ne se gène pas pour couper ses invités d’une façon qui frise parfois l’impolitesse… La stupéfaction du dit invité se perçoit parfois…
C’est dommage, les bons moments semblent noyés dans une monotonie radiophonique à laquelle on n’était pas habitués. Les séquences découvertes musicales restent de qualité, le speed-dating donne à Aline Afanoukoé l’occasion de montrer son talent et sa culture musicale, Marie Colmant continue à exhumer des informations décalées, mais on s’ennuie… Même Daniel Morin se répète et ses interventions en cours d’émission tombent souvent à plat, ses camarades de jeu ne rebondissant quasiment jamais dessus… il a l’air isolé… de mémoire, dans « le fou du roi », il y avait des moments plus collégiaux, mais cette période semble révolue.

Bon. Tout n’est pas mauvais au 11h-12h30 ; aujourd’hui  remarquable  présence d’André Manoukian dont le ton de voix ne fait que souligner l’intelligence du propos. Marion Guilbaud a trouvé sa place et Sonia Devillers fait moins de bruit !

 Et que dire de RTL ? hum… je n’ai pas écouté « A la bonne heure » depuis belle lurette. Impossible de me faire au style décousu de l’émission…