Archives Mensuelles: août 2013

Comment garder la ligne au sortir de la plage?

Alors voilà le bilan: On sort de plusieurs semaines de beau temps, plage, randonnées, vélo, glande au soleil, mer, piscine, légumes grillés et fruits frais (cocktails et chips au vinaigre en quantités raisonnables, parce que quand même). Désormais, on assume de marcher, tête haute, les 5 mètres fatidiques qui séparent notre serviette (ou transat) de l’eau. On ne craint plus les regards réprobateurs qui ne manquent pas de se planter dans nos fessiers comme autant de dards de moustiques géants. Par ce que Oui, les regards critiques sur nos anatomies démangent; même si c’est principalement l’ego…
En d’autres termes : cet été, on a mené une vie saine et adopté une alimentation équilibrée. En conséquence de quoi on se retrouve bronzée, mincie (au moins dégonflée) et nos muscles ont travaillé (les muscles sont ces trucs qu’on ne voit pas le reste de l’année, mais qui dessinent de jolies formes sur les membres durant l’été ; et qui, accessoirement, peuvent brûler un peu après un effort soutenu – effort physique j’entends. L’effort intense nécessaire pour lire autre chose que Marc Levy ne brûle pas, c’est la lecture de Marc Levy qui brûle, et seulement les yeux, le cerveau est hors d’atteinte pendant ces moments -). On peut enfin déambuler en bikini sans le paréo cache-misère et les sandales à hauts talons supposés allonger la jambe en toutes circonstances.

Donc, corollaire numéro 1, on ne rêve que d’une chose : conserver cette allure de sylphide virevoltante.
C’est là que j’interviens.
Parce que moi, pendant que vous pleuriez d’avance sur votre belle silhouette en voie de perdition, j’ai enquêté, j’ai testé. Et je vous apporte LES SOLUTIONS !

Premier ami de votre bien être : la brosse de massage à picots. Le poing américain qui va mettre à plat toute forme de graisse disgracieuse.

ligne 2

Le principe est simple : il faut se masser les zones à risques tous les jours. Le problème réside dans la régularité. Les tests sont formels : pas moins de 15 jours avant de voir un résultat tangible. J’ai débuté hier et je me garderai de mettre en ligne les photos avant/après, mais je ne manquerai pas de clamer ma victoire dans deux semaines.
Avantages de cet outil : il est coloré et fait joli sur le bord de la baignoire. Il n’est pas très cher (on en trouve à partir de 4,50€), il ne fait pas de bruit.
Inconvénients de cet outil : après un massage dynamique, il laisse une désagréable impression de picotements, la peau rouge et le bras brûlant (parce qu’on a fait travailler les muscles qui sont dedans pour ceux qui suivent).
Contrainte corollaire : Il est important d’utiliser alternativement les 2 bras sous peine d’avoir un biceps de camionneur et un biceps de comptable.

Ce qui amène au second ami de votre bien-être. Pas le comptable, soyez sans craintes… Non, il s’agit de l’élastiband. Ce n’est pas un nouveau groupe de musique pour post-ados boutonneux, c’est ça :ligne 1

C’est joli, ça existe en différentes difficultés (7, 10 15 kg), ça ne fait toujours aucun bruit et ça ne prend pas trop de place. J’ai choisi la difficulté intermédiaire de 10 kg. Au passage, si on pouvait convertir nos kilos superflus en bandes élastiques, on n’aurait pas à se torturer et ce serait du temps de gagné. Mais la conversion graisse/élastiques n’est pas au sommaire des livres d’alchimie. On devrait peut-être lancer Marc Levy sur la piste, ça lui éviterait d’écrire pour rien.

Mais revenons à notre nouvel ami.
Comment ça marche? c’est comme un gros élastique à cheveux cousu en différents endroits qui forment autant de places possibles pour les pieds et/ou les mains. Une fois les extrémités prisonnières, il reste à pousser ou à tirer pour griller les calories.
C’est vendu avec un poster de 63 exercices (pas très décoratif, même avec un joli cadre). Comme il fait moche aujourd’hui et que je n’ai pas pu sortir courir, j’en ai fait une petite trentaine (et oui, je ne recule devant rien pour mon lectorat).
Passons sur le temps nécessaire pour comprendre comment mettre en pratique certains de ces exercices… les dessins sont un peu comme un plan de montage ikéa, les petites clés coudées en moins. Et le nom prononçable en plus. On se retrouve un rien saucissonnée, mais c’est moins désagréable que les poids à scratchs pleins de sable qui s’adaptent aux poignets et aux chevilles. Aux couleurs près, tous ces accessoires ont un je-ne-sais-quoi d’instruments pour entraver les prisonniers…
Après 1h30 de travail assidu (mais tout de même à l’écoute de France inter), l’ensemble de ma structure musculaire brûle de façon un peu inhabituelle.
Je profite donc des derniers moments ou mes muscles me permettent l’utilisation du clavier pour écrire ce post… sûr que dans quelques heures je ne pourrai plus bouger ni les bras ni les jambes et que mes abdos se révolteront en me faisant pleurer à chaque éternuement (oui, j’ai pris froid avec ces changements idiots de météo).

Corollaire numéro 2, on se pose moultes questions sur notre alimentation. Comment prolonger l’effet « sardines grillées » une fois réintégré son appart’ citadin?
Hélas, mes recherches sur les aspects alimentaires de nos challenges de rentrée n’ont rien donné de nouveau. Une étude approfondie m’a appris qu’il faut éviter les sucres, les pâtes et le pain blancs, le café, l’alcool et les graisses. Restent le tofu et le soja. Quel fun !

Par ailleurs, il est fortement conseillé de se lever tôt pour pratiquer les exercices mentionnés ci-dessus. C’est statistiquement incontournable: les gens les plus en vue se lèvent tôt.
Pour continuer sur nos bonnes bases de rentrée, je vais partir illico en quête d’un outil pour ce dernier et épineux point. Je vous dirai « quoi »…

Publicités

Petite trahison sur les ondes

Parfois je fais des infidélités à France Inter. par exemple, ici:

https://geckobleu007.com/2012/10/07/bruce-toussaint-lhomme-qui-ma-fait-aimer-frederic-lopez/

 Chaque fois je regrette…

Cette semaine, c’est RTL qui m’offre un nouvel élan vengeur. Innocemment branchée sur cette vénérable antenne, je découvre, dans un demi-sommeil dominical comateux, Bernard Poirette.
Rien à signaler de particulier jusqu’au moment où mon oreille, débarrassée du chant des sirènes de la nuit, écoute l’émission suivante:
http://www.rtl.fr/emission/rtl-matin/ecouter/rtl-matin-du-18-aout-2013-7763867365
Je me réveille totalement  à la minute 88, quand le comportement de touristes est jugé «effarant et scandaleux » (même si je suis d’accord, je me contrefiche de savoir ce que tu en penses) ; répété 1h après, pour que chacun en profite bien…
A la minute 90 et 15 sec, tu déclares à propos des bouchons sur la route du retour, « Ca a dû mettre du baume au cœur de tous ceux, 4 Français sur 10, qui ne sont pas partis en vacances cette année… ». Ah… C’est pas cool, ça, Bernard… Si tu es frustré de travailler pendant que d’autres se la coulent douce, ce n’est pas la peine de le partager…
Et tous ceux qui ne sont pas dans les bouchons par manque de moyens de partir aux périodes de pointe ne sont pas forcément des salauds-jaloux.
Et je croyais que les journalistes devaient garder leur avis pour eux? A ta décharge, tu ne refais pas la blague 1h après… mais à la minute 123 et 40 sec, ceux qui partent feront un « coucou provocateur en croisant ceux qui rentrent »; Bernard… les gens ne sont pas tous forcément méchants, si? C’est ta vision peut-être?
Méchant, irresponsables, voir fous… dans un monde ou les touristes qui se laissent rechercher pendant 2 jours après avoir laissé leur canoë en vrac dans les gorges du Verdon ne sont passibles d’aucune poursuite et où les mères sont capables de jeter leur enfant dans une rivière… Sur RTL, y a de l’info!

A la minute 115 40sec, tu dis « j’me suis encore planté »… Mais tu as le droit de te tromper, Bernard, pas celui de dire « j’me suis planté »…

Le 19 Août, voulant en avoir le cœur net, je remets ça …à 63’22’’, j’entends avec étonnement « 2025 c’est pas demain » ; moi j’aurais dit « 2025 ce n’est pas demain », mais il est encore tôt, on va passer…  Un peu plus tard, « le windsuit, un sport extrême, extrêmement dangereux »… allez Bernard, fait un effort… je suis sûre que tu peux mieux choisir tes mots…

Pour quelqu’un qui, selon une source proche du milieu de l’enquête, traite ses techniciens de « 2 neurones », je trouve tes interventions assez savoureuses…

Quand je pense que je m’énervais après Manoukian. Finalement il est simplement pareil que les autres…

(https://geckobleu007.com/2013/07/07/les-merveilles-de-la-technologie/)