Archives Mensuelles: juillet 2013

le truc con des vacances

despicable-me-2-facebook-timeline-cover

Oui, pcma (public chéri mon amour), posons-nous allègrement la question: pourquoi les contes de fées commencent-ils systématiquement par « il était une fois »? Et pourquoi pas « il était deux fois »?

D’abord parce que « il était deux fois » pose un grave problème d’orthographe que, du bar où je me trouve, je ne saurai pas résoudre…. Ecrit-on « il était 2 fois » ou « il étaient 2 fois »? l’accord doit-il se faire sur « il » ou sur « 2 »? Toi, amateur de sms, tu ne dois jamais te poser la question… et toi, amateur de tv réalité, tu ne me lis pas… Mais toi, qui erre sur la toile gluante les nuits de pleine lune, tu auras peut-être une idée? Alors n’hésite pas: compose 999 sur ton portable et donne ta solution. 8 centimes d’euros l’appel, non surtaxé… et dans 15.000 siècles, je te laisserai savoir qui a raison… et le vainqueur aura droit à une nuit d’amour avec Cruella. On est sponsorisé comme on peut…

Ensuite, par ce que les héros des contes seraient totalement idiots s’ils laissaient les choses arriver 2 fois. Par exemple, la princesse ne se ferait pas piéger deux fois par la sorcière. Ce serait trop bête. Ce qui prouve que les héros de contes de fées ne sont pas humains. Par ce que les humains, eux, se laissent piéger deux fois de la même façon. J’en suis la preuve, vivante. Hélas, trois fois hélas, la réalité m’aveugle telle la lumière au fond du tunnel (attention au train qui te fonce dessus) je ne suis pas un héro de conte de fées. Je ne rencontrerai jamais Blanche-neige, ni un dragon. Et je n’aurai jamais de château à moi. Too sad. Ce soir je suis bilingue.

Pourtant je rêve d’avoir des milliers de fans assidus, qui seraient shootés à mes épanchements ouebiens. Ca ferait de moi une sorte d’héroïne. J’aimerais leur raconter les histoires incroyables et trépidantes qui ponctuent ma vie ahurissante de modernité…

Allez, je recommence… Il était deux fois, donc… Et les dragons existent, j’en ai rencontré un qui errait dans les décombre d’un esprit supérieur carbonisé à l’azote liquide. Accords majeurs en gaz hilarant. L’esprit frappeur a joué trop longtemps aux dés pipés. Distribué sans compter les cartes, full aux as et as de cœur. On se marre.

6Usoon et bonnes vacances à tous!

Les merveilles de la technologie

Si nous suivons un raisonnement induits par deux articles, nous apprenons tout d’abord que:

1 – Grâce aux avancées de la technologie, nous devenons cons. (c’est là: http://www.huffingtonpost.fr/2013/05/23/les-hommes-seraient-de-moins-en-moins-intelligents_n_3324141.html?ncid=edlinkusaolp00000003&ir=France)

Tout d’abord j’ai fait des bonds de joie: Ahhhh!!! enfin un explication rationnelle pour comprendre la détérioration de notre quotidien! La technologie rend débile!! Et comme les idiots se reproduisent plus (dixit l’article), ben rapidement les moins idiots se trouvent envahis. Et comme les moins idiots refusent la technologie pour ne pas sombrer dans la bêtise, ils ne peuvent plus communiquer entre eux, ,s’isolent et deviennent fous (ça c’est ma vision). Con ou fou. L’ultime choix.

2 – Mais il y a pire: l’homme peut contracter des virus informatiques. (Ici: http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/high-tech/20130701.OBS6027/le-premier-homme-infecte-par-un-virus-informatique.html).
On est déjà bien embêtés par les virus dans nos ordis, mais quand ça va commencer à se propager à nous, ce sera ubuesque. Par exemple, on sort acheter le pain, en envisageant de le payer grâce à notre puce RFID implantée dans le pouce gauche. Et on se fait arrêter par une armée de flics qui ont reçu comme information que l’on est un dangereux terroriste. Ils nous arrache le pouce gauche et nous enferment à vie dans les locaux de « Voici » (ou de TF1). On devient débile sous 2 semaines.
Autre cas de figure dramatique: on se rend dans une librairie (librairie: îlot de résistance culturel à fort potentiel d’intérêt -pour ceux qui se demanderaient… ) pour acheter un petit Shakespeare et le système automatique nous balance à la caisse le dernier Marc Levy. Tout ça par ce que les infos codées dans la puce nous ont attribué les goûts (définis par Google) de notre plus proche contact Facebook. Rigolez pas, je suis quasi certaine que ce n’est pas de la science fiction. (Pour ceux qui suivent, je ne parle pas du dernier Marc Levy; le simple fait que ce soit édité relève de la science fiction; alors que ce soit lu…). Pour protester, on va s’immoler dans les locaux de « Voici » (ou de TF1)

Et le pire du pire, c’est que comme tout le monde sera idiot, personne ne pourra se  débarrasser des virus; que petit à petit, les virus deviendront intelligents (il faut bien que l’intelligence survive).
Dans 25 ans, l’homme sera uniquement un support à puces RFID, débile, sale et capable de lire uniquement Marc Levy (ou « Voici », ou Paulo Coelho, c’est pareil). Nous aurons perdu la guerre contre la technologie.

De toutes façons comme nous serons tous obèses, sans emploi et truffés de tranquillisants, ça ne changera pas beaucoup.

Je me demande si André Manoukian aura appris à animer une émission de radio…  Pour l’instant il est en training; on l’entend lire (parfois péniblement), sans aucune capacité à moduler son ton, comme s’il découvrait le texte au moment de l’émission. J’imagine pourtant qu’il l’a écrit… Les seuls moments ou il semble s’animer  un tantinet sont les moments ou il profère quelques gros mots ou des allusions grivoises.
C’est dommage, le fond est intéressant, pour quoi ne pas le confier à un vrai pro de la radio?
« La vérité est dans le juke-box », France Inter, du lundi au vendredi à 10h10, une émission ânonnée difficilement par André Manoukian, la nouvelle star de la radio publique… On attend avec impatience Nabila au journal de 13h…