Le gros mot de la St Valentin

C’est vrai, quoi… pourquoi s’exciter sur des gros lots, des méga-lots, des super-lots, des gains faramineux… la saint Valentin serait plutôt l’occasion de s’échanger des mots, mots doux, mots justes, mots tendres… d’ou ce nouveau concept, celui de tirer un gros mot à la Française des jeux… ils ont bien dû nous con-cocter un gros-gros-mot spécial St Valentin…Héhé, le gros mot de la Saint Valentin… ça changerait des mièvreries habituelles… à cogiter… en regard de la culture télévisuelle et des blondes figures du PAF, ça détonne pas trop… Oui, c’est ça, organisons des loteries qui seront des moteries et les gens paieront pour gagagner des gros-gros-mot…

 

En notre époque ou il est compliqué de faire la part entre le réel et le virtuel, en ces moments ou Facebook, omniprésent projette à la face du monde la moindre de nos activités (vous prenez le train ? mais publiez donc en direct cette passionnante information, tout le monde sera ravi de savoir que vous vous rendez chez votre tante à Angers, départ 08h57, retour 19 :12, ceux qui le veulent pourront ainsi venir vous acclamer à l’arrivée du train… vous avez un i-phone ? comme c’est fabuleux ! indiquez à vos 5000 amis où vous vous trouvez en temps réel – ouais, ça marche pas pour le temps virtuel, le temps virtuel reste une jungle inexplorée où la main de Facebook n’a pas encore mis le pied -, vous allez voir « Sherlock Holmes » au cinéma ? vite… profitez-en pour le faire savoir au monde, jetez en pâture à l’univers la moindre de vos activités… l’univers vous en remerciera ), il est d’autant plus difficile de savoir ce qu’il faut ou non faire.
Omniprésence de la publicité, matraquage incessant, pousse à la consommation… un individu moyen, un peu fatigué et désemparé face à l’infini des choix qui s’offre à lui a tôt fait de se laisser influencer.

 

Pour ce jour faste de la Saint Valentin, j’aurais tendance à diviser le monde en deux catégories :

          Ceux qui ont quelqu’un à qui souhaiter la fête

          Ceux qui n’ont personne ou trop de possibilités, ce qui revient au même.

 

La première catégorie se divise en 3 sous-catégories :

          Ceux, les plus sains, qui se contrefichent de la date, du cadeau et de la pub.

          Ceux qui adôôôôôôrent le concept du cadeau amoureux

          Ceux qui se sentent obligés de faire un cadeau, par crainte de passer pour des rustres.

Ces derniers sont la cible parfaite des publicitaires, engeance malhonnête et profiteuse par excellence. C’est à eux que s’adressent les milliers de messages rouges, ornés de cœurs, aux lettres dégoulinantes et à l’esprit suintant les bonnes intentions.

Boîtes au lettres, vitrines, affiches, messages radiodiffusés, sectes ouebiennes, tout converge sur ce jour si important : la Saint Valentin. Ou plutôt : l’importance du cadeau de Saint Valentin. Comme ça, si vous aimez votre compagnon/compagne, voila l’occasion idéale pour le lui rappeler (au cas où il/elle aurait oublié) et si vous ne l’aimez pas, hé bien continuez à faire semblant, sinon il/elle va se douter de quelque chose.

Si vous avez un tantinet d’imagination, vous trouverez ce qui sierra à votre double ; dans le cas contraire, pas grave. Les médias s’en sont chargés

Vous êtes un homme, par définition un peu limité en termes de choix de présents agréables, on vous pousse aimablement sur 3 voies :

          Les fleurs, rouges de préférence. Des roses, de préférence. Valeur sûre, mais pas remarquable de recherche.

          Un bijou. Avec des cœurs, des trucs qui brillent. Comme ça, elle montrera ostensiblement qu’elle est en couple. Avec quelqu’un qui l’aime et le lui a prouvé. Une espèce de laisse, mais plus discret. Et plus joli.

          De la lingerie. Alors là, les médias se défoncent. Les affichent fleurissent dans nos grise cités, exhibant fièrement des jeunes femmes très minces vêtues de 10cm carrés de tissu astucieusement répartis sur leurs atouts. De préférence rouge, le tissu. Ce qui est remarquable, ce sont les prix. Moins de 15€ pour clamer son amour, par le biais de nylon rouge et de dentelle cheap… rien qu’à voir les modèles, on sait que ça gratte, ça coupe, ça gène dans les mouvements et que ça ne résistera pas au lavage. En plus, il faut avoir envie de voir sa femme habillée en pouffe à 2 balles… si c’est ça prouver son amour, autant proposer aux petites filles de primaire de faire Loana comme métier…

 

Vous êtes une femme… on suppose que vous savez ce que vous allez offrir à votre cher et tendre … au pire, un rasoir haute technologie ou une eau de toilette qui fera de lui ce grand fauve alangui au bord des grands lacs, sous le soleil poudroyant de la fin d’après-midi africaine… ou cet acteur, dont je tairai le nom (ne divulguant que ses initiales, AD) et qui se retrouve à positionner étrangement les doigts sur les affiches, vu qu’on a effacé la cigarette qu’il tenait au moment de la prise de vue, qui date de ces années reculées ou la censure s’occupait de trucs vraiment importants.

 

D’un autre côté, on peut supposer que l’idée de faire plaisir à une personne que l’on aime débride l’imagination. Ca ne devrait pas être une épreuve que de choisir un cadeau pour celui ou celle que l’on aime.  Bref… Quand à ceux qui n’ont pas de « Valentin », les publicitaires se sont-ils demandés une seconde quelle est leur perception de « la fête des amoureux » ?
Digression: je m’aperçois là que le terme de « perception » peut évoquer aussi bien un transport des sens, façon psychédélisme mental et exubérance chromatique, que le siège des impôts (qui est loin d’être une impression festive). Fin de la digression
Donc, les solitaires, ceux qui arpentent le oueb à toute heure du jour et de la nuit, dans une quête effrénée de l’amour, ceux qui lorgnent sur les mains accrochées de couples en goguette, ceux qui consultent désespérément chaque jour leur horoscope à la recherche du plus petit signe d’espoir dans une vie à deux ? Que peuvent-ils raisonnablement penser en passant devant des vitrines décorées à la gloire des œuvres de Cupidon ? En recevant chaque jour, pendant une semaine, des tracts à la gloire de Carrefour célébrant l’amour par des promotions sur la lessive et les strings ? En se voyant proposer par Facebook des cadeaux virtuels à envoyer (mais à qui…). Ceux-là n’ont qu’à s’exiler pendant 2 jours… les publicitaires n’ont rien prévu pour eux. Il y a donc un créneau à prendre. Je ne sais pas, une fête des célibataires pendant laquelle on pourrait offrit des trucs à des inconnus à l’air triste, bénéficier de 3 mois gratuits sur meetic ou gagner un séjour à la ferme des célébrités pour aller baffer Mickael Vendetta. Un truc cool, quoi…

 
Publicités

Publié le 14 février 2010, dans Extrapolations. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Parlez après le bip...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :