Archives du blog

Seule face au cruel monde moderne…

Les machines prennent le contrôle… c’est dingue comme on peut se laisser facilement déborder par des trucs supposés 1- nous obéir, 2- nous faciliter la vie, 3- nous faire gagner du temps…

Par exemple :
–          Le lave-linge. C’est bête et indispensable un lave-linge. Sauf que maintenant, ça consomme très peu d’eau. Et comme nos amis les publicitaires toujours au service de leurs congénères se débrouillent pour nous faire acheter des trucs qui moussent de plus en plus (mais je m’en tape, moi, de la mousse et du parfum « rose »… je veux juste faire partir les tâches de boue dues à la pluie battante de cet été de gauche). Résultat : dixit le SAV Darty, la mousse trop dense ne s’évacue pas, condense et … s écoule perversement quelques heures après que le linge soit dûment suspendu (dedans, hein, parce que le linge suspendu dehors, en ce moment, c’est celui dont on veut se débarrasser ou faire fondre ou voir déchiqueté par la tempête…)
La pression trop forte de l’arrivée d’eau aussi fait des blagues : elle rempli un trop plein et s’évacue 2 voir 3 jours après. Soit les pieds dans une flaque un jour sur deux. Et les dépanneurs Darty qui me prennent pour une folle.

–          Les connexions oueb qui sautent en pleine transaction fondamentale (comme l’acquisition d’une paire de tongs oranges, si jamais un rayon de soleil daigne se pointer) et qui vous font livrer un livre de cuisine ouïgoure à la place, comme si j’allais me mettre à faire cuire des trucs pour Borat…

–          Les oueb qui propose des « femmes à baiser » (la classe, tout en poésie) alors que P….N de M…E, je veux juste télécharger Madagascar 2 ! Fait ch… !

–          Les éternels serveurs vocaux qui, en plus de vous donner l’air abruti à dire « oui », « non » ou « lave-linge » très fort toute seule dans la rue, vous annoncent que vous auriez pu gagner du temps en appelant le numéro que vous avez précisément composé .Et vous serinent en boucle des listes de choix qui n’ont rien à voir avec celui que vous aviez fait initialement. Résultat, on hurle des insanités dans la rue, toujours toute seule, après avoir dit à haute et intelligible voix « oui », « lave-linge » et « urgent ». Il faudrait prévoir des messages répondant à « GROS CON », « JE TE HAIS » ou « VA TE FAIRE VOIR »; ça pourrait donner:
          – veuillez composer votre numéro de département
          – mais je viens de le faire ABRUTI!!
          –  Je n’ai pas compris votre réponse, veuillez composer…
          – Mais tu n’es qu’un GROS NAZE DEBILE QUI COMPREND RIEN!!
          – Veuillez répéter votre choix
          – MON CHOIX C’EST DE T’ARRACHER LES DENTS UNE PAR UNE ET DE DANSER LA GIGUE SUR TON CRANE D’OEUF, PAUVRE NAZE!!
          – je répète: dites « UN » pour obtenir le service après-vente…
          – UN POING DANS TON PIF DE GROS CON!!
          – Vous n’êtes pas civile, encore un mot au dessus de l’autre et je vous met en rapport avec la sécurité qui vous mettra une amende de 250€ pour outrage à répondeur… je sais tout de vous, j’ai votre numéro de portable, de carte bleue, je sais quels yaourts vous préférez et quelle marque de lessive bousille votre lave-linge, je sais quel films vous regardez et quels offres coquines vous inspectez, je connais vos goûts musicaux, vestimentaires, littéraires, radiophoniques, je sais que vous ne supportez pas Sonia Devillers, je vous vois faire grimaces à votre webcam….
          – Aaaaaarghhhhhh!!!!…SIC…  

–          Le téléphone qui distribue les messages deux ou trois heures après les avoir reçus. Comme ça on a eu le temps de râler et de tempêter totalement injustement auprès de gens qui n’y peuvent rien et sont de bonne foi. Toujours seule dans la rue. Ou debout les pieds nus dans une flaque d’eau savonneuse.

–          La montre (avec sa pile neuve) qui avance de 30mn toutes les semaines et vous font cavaler pour rien, puis attendre sous la pluie…

–          Les DVD en VO, mais sur la face B. J’en ai un comme ça. Je cherche toujours a face B du DVD. Sinon j’ai la version italienne sous-titrée tchèque des « liaisons dangereuses ».

–          Facebook qui veut absolument que je teste mon QI pour aller l’afficher après chez tous mes contacts (on dit aussi « amis ») ; mais… j’ai réussi à créer l’illusion jusqu’à maintenant, JE VEUX PAS qu’une stupide machine qui ne connaît même pas le nombre de jour d’une année bissextile me donne l’air débile !

–          Et les trucs qui veulent envoyer des musiques nulles à mon portable-qui-bouffe-les-messages avant de me cracher un mot de passe pour accéder à un film…

 Déjà qu’il faut avoir bac + 2 pour savoir comme jeter ses ordures et bac+5 pour utiliser un téléphone… Je vais noyer ma peine au Mac Do’, moi…

 

Publicités

La FNAC, agitateur de nervosité…

J’aime bien la FNAC ; même les affreux sacs en plastique moutarde, je les aime bien, c’est dire. C’est tellement moche cette couleur moutarde… mais bon, pas grave : j’aime bien la fnac.
Sauf que là, ils sont allés très loin pour tester mon seuil de résistance…
J’ai déjà donné mon point de vue sur les serveurs vocaux et .
Mais comme on n’arrête pas le progrès, j’ai eu récemment la chance incroyable de profiter des dernières trouvailles en matière de boîtes vocales… Le SAV de la FNAC, par exemple, commence très fort en vous fournissant un document sur lequel figurent 2 numéros à appeler. Comme ça vous avez de quoi jouer plus longtemps, c’est chouette, non ?
J’ai bien sûr expérimenté les 2, et c’est à chaque fois le même chose (on ne va donc pas revenir dessus) sauf qu’en plus, il y a des blagues !  
Tout d’abord, vous avez des choix multiples ; pour être sûr de faire le bon, vous écoutez l’ensemble des possibilités. Sauf qu’à la fin, ben vous ne savez plus quel chiffre taper sur votre clavier de téléphone. Avant, la voix suave vous redonnait la liste, sans la moindre trace d’agacement, des possibilités. Maintenant, si vous n’êtes pas assez rapide, on vous annonce vertement que votre choix n’est pas clair et on vous raccroche au nez. Merci les 50 cts de prise d’appel..

Donc, je recommence et effectue un choix le plus précis possible. Sauf que là, on me propose des options qui ne correspondent plus à mon choix… par exemple, je me décide pour « retour magasin ou problème technique » et les possibilités qui suivent sont «suivre votre dossier » ou «modifier votre dossier » (à peu de choses près). Ben non, je veux juste revenir au magasin en vrai, avoir à faire à des humains et régler mon problème en parlant, pas en appuyant sur les boutons… mais ça ne fait pas partie des choix possibles. Et pas moyen non plus de revenir au sommaire. Donc retour au numéro principal.

Après quelques tentatives et de nombreuses phrases où la poésie rivalisait aux expressions fleuries, j’ai fini par avoir L’opérateur. Très civil. Mais qui repose les mêmes questions de la boîte. J’ai un instant cru que c’était un robot… mais non, il me fait faire les tests, les trucs sont vérifiés, gnia-gnia-gnia et me donne sa bénédiction pour aller faire un échange standard du matériel (heureusement, parce que le matériel n’était guère utilisable en l’état…) ; sauf que :

1-      Il faut aller dans le magasin où l’achat été effectué
2-      Il  faut ramener le matériel dans son carton d’origine, avec les petites mousses

Bon… admettons.
Me voilà donc au magasin, après m’être battue avec une cave qui ne voulait pas me restituer le carton. Et hors de question de fouiller les bennes à ordures pour en extraire les mousses.

Au téléphone, l’opérateur m’avait dit : « je les préviens et je vous laisse mon nom, allez directement à l’accueil ». Munie de ce sésame inestimable, je me dirige très sûre de moi vers l’accueil et prend ma place dans la file. Mon tour arrive et on me redirige immédiatement vers le rayon. C’est un peu comme un jeu de l’oie… retour en arrière…

Au rayon (et tout le monde sait à quel point il est aisé de rentrer en communication avec un chargé de rayon informatique), on me dit que non, il faut que j’aille directement aux informations.

Me voilà aux informations, un tantinet agacée. Je me rends vers le guichet derrière lequel trône une personne qui a l’air plutôt affable. Je tiens à préciser que je suis seule pour 3 guichets ouverts, derrière lesquels se trouvent 3 employés différents. Je salue, bien décidée à ne pas me départir de mon calme légendaire. Pour m’entendre dire qu’il faut prendre un numéro.
Mais je suis toute seule ! Pas grave, il faut prendre un numéro.
Je prends donc un numéro, ai la joie de constater qu’il s’affiche immédiatement sur le tableau d’appel et me dirige vers le même guichet. Sauf que cette fois, j’ai la bénédiction de la machine. Super…

Au guichet, on m’annonce tout d’abord que je n’avais pas à me déplacer, mais à appeler le numéro qui figure sur la garantie, soit le premier numéro composé 3 heures plus tôt… ubuesque, non ? Je crois que le rictus qui a déformé mon visage d’ange a alerté mon interlocutrice qui a décidé que bon, elle allait m’aider.

 J’ai quitté le magasin à peu près une heure après y être rentrée, avec mon nouvel appareil et en priant très fort pour qu’il fonctionne du premier coup…