Archives Mensuelles: mai 2013

Le come-back du machisme?

Est-ce une vue de l’esprit, un effet de bord du mariage pour tous ou la connerie ambiante?
Ca commence ténu, avec un article presque confidentiel trouvé sur le site du Huffington post, là: http://www.huffingtonpost.fr/2013/05/19/femme-pantalon-comportement-hostile-homme-demetri-marchessini_n_3303535.html?ncid=edlinkusaolp00000003
Drôle à hurler s’il n’était pas triste à pleurer… Donc jusque-là, ami lecteur, on se marre, on se gausse, on se dit que « ouah! certains sont quand même en retard dans leur tête! » et on reprend joyeusement du Nutella malgré son huile de palme.
Sauf que… sauf que d’autres signes émergent.

Tout d’abord, Cannes, ce creuset du bon goût et du décolleté ravageur en bleu-blanc-rouge (quel hommage…)

     dec2 dec3 dec1
Donc, à Cannes, les propos les plus fins ont été entendus:

François Ozon (dommage, j’aimais bien ses films) décrète que les femmes ont toutes le fantasme de se prostituer (ben oui, et aussi celui de fouetter les hommes en étant vêtues de tenues de cuir cloutées, celui de cracher dans les plats au restaurant ou alors celui de faire des prouts en réunion. M Ozon a une connaissance aigue de la gente féminine -ou alors il évolue dans un milieu très spécial où la prostitution est perçue comme normale, allez savoir -); je n’invente pas, c’est là: http://www.slate.fr/life/72845/ozon-prostitution-sexualite-femme-francaise

Ensuite notre ami Polanski, qui on s’en souvient ne brille pas par son passé vertueux, décrète que « la pilule a masculinisé la femme » , là http://www.francetvinfo.fr/pour-roman-polanski-la-pilule-a-masculinise-la-femme_333150.html; ou en substance, que la femme n’a pas su rester à sa place, soit dans la cuisine. Et en robe de préférence.

C’est un peu flippant… entre la poussée catho des ces derniers mois, ces réflexions édifiantes et le manque cruel d’emploi, on est en passe de se demander quand la femme sera priée de retourner pour de bon à ses fourneaux…

Publicités

L’homme était un loup pour l’homme…

… Il est devenu un chacal…

http://www.rue89.com/2013/05/16/soldes-a-virgin-etes-comportes-comme-pourritures-242388

Alors voilà : des gens (peut-être même votre voisin de bureau ou de métro, allez savoir) sont prêts à se déchaîner, à se piétiner, à s’humilier, à humilier les autres  pour… un i-pod, un i-pad, un DVD… Quel étrange sens des valeurs !
Que veulent-ils ? Faire une bonne affaire ? Même pas… il s’agit d’acheter –n’importe quoi- pour revendre, faire un petit gain. Des hordes de gens hystériques perdent le contrôle de leur humanité pour faire une vente en ligne… Essayons de transposer un peu.

*        Au travail : les employés arrivent par groupes surexcités, 2h en avance, pour se précipiter à leur poste de travail et expédier en quelques heures une semaine de labeur, pour le plaisir de l’annoncer sur FaceBook. Non, en vrai, les employés font blocus et vous empêchent de solutionner vos dossiers sous prétexte que l’heure est venue de partir ou que le café va refroidir.

*        Dans le métro : les personnes valides s’éjectent littéralement de leurs sièges pour laisser la place aux personnes âgées, malade ou aux femmes enceintes. Ils poussent même jusqu’à ôter les papiers gras qui se trouvent sous les sièges. Ca, c’est le rêve. Le cauchemar, ce serait les mêmes gens, mais qui se précipitent dans les rames sans vous laisser descendre et vous poussent pour accéder aux sièges libres sans aucune considération pour les autres passagers. Vous vous retrouvez écrasés entre deux bagages, la barre de maintien enfoncée dans le dos, les pieds sous des talons plus ou moins aiguille, le souffle puant d’un usagers dans cou.

*         Sur la route : les conducteurs, la bave aux lèvres, éructent et insultent, font des tête-à-queue et poussent les véhiculent qu’ils estiment trop peu rapides (mais… mais… ce n’est pas un cauchemar, on dirait que c’est une réalité…)

*        A l’école : les gamins montent sur les tables, insultent leurs profs, refusent l’autorité ; ils peuvent même aller jusqu’à envoyer leurs parents pour molester les enseignants. (Ohlala…là non plus, nous ne sommes pas dans le cauchemar…)

*        A la piscine ? On vient vous piétiner, poser sa serviette sur vos affaires, on se met à crier à côté de vous, on met de la musique (que bien sûr vous n’auriez jamais choisi). (Oh… là encore ça me rappelle des trucs…)

*        Le sport ? Des supporter assoiffés de bagarres qui prennent n’importe quel prétexte pour aller casser tout et le revendiquer stupidement (tien ? ça aussi évoque des réalités ?)

Bon, c’est déprimant tout ça. Et encore, on n’aborde pas ici les SAV et les administrations (pas tout dans le même post, pitié…) ; allez, je ne vous parlerai même pas de Didier Barbelivien chez Frédéric Lopez dans « On va tous y passer », parce que je vous respecte trop…
En conclusion, l’épisode navrant du Virgin n’est que le reflet d’une certaine dérive de la notion de civilité. Sans être devin ou voyant, il est facile de prédire que ça ne va pas s’arranger. A vos armures m’sieurs-dames…

 Et pendant ce temps-là, digne ambassadrice de la culture française, Rachida Dati distribue Marc Levy. Décidemment, nous vivons dans un monde étrange…
http://www.rue89.com/rue89-culture/2013/05/04/dati-offre-dernier-marc-levy-eleves-meritants-viie-242045?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

Shazam!

Shazam… l’appli ifaune que je trouve la plus géniale ! On a juste à agiter un peu son téléphone portable quand de la musique passe et hop ! on sait de quel titre/interprète il s’agit. Avant, en découvrant un titre, il fallait essayer de garder en tête la mélodie et un peu de paroles et si on avait le courage, on pouvait aller s’essayer à chanter au rayon musique de la FNAC en espérant que le vendeur serait conciliant…
Donc ce concept formidable est applicable aux vêtements, voir là :
http://www.docnews.fr/actualites/dans-monde,avec-shazam-savoir-qui-porte-quoi,36,16779.html

Sauf que… imaginons ensemble…

 1- Vous croisez une personne qui porte la chemise de vos rêves. Avant, vous alliez vers cette personne, la complimentiez sur sa chemise puis lui en demandiez poliment la marque. A partir de là, vous pouviez échanger quelques minutes sur les vrais problèmes de la vie, dont celui de trouver une chemise convenable.
Demain, vous n’aurez qu’à vous placer face à cette personne et à agiter votre téléphone portable devant elle. En termes de communication, c’est moins convivial. Et si la chemise est vraiment top, impossible pour sa propriétaire de faire un pas sans se trouver devant des téléphones agités… la personne sera sans doute moins open pour discuter des vrais problèmes de la vie…

2- C’est vous qui portez une chemise que vous avez passé des semaines à chercher ; vous paradez avec flamboyance dans la rue, d’un pas léger et princier, sourire colgate aux lèvres, cheveux légèrement décoiffés par un petit vent tiède… et personne ne vient agiter son téléphone devant vous. Ce qui signifie au choix : que votre chemise est nulle, que vous la portez mal, que tout le monde s’en fout, que tout le monde a déjà la même… Dans tous les cas de figure, c’est pas cool.

3- Vous portez la chemise des rêves de tout le monde ; au début vous ne pouvez faire un pas sans voir des téléphones s’agiter devant vous, au bout de quelques jours, vous ne pouvez faire un pas sans croiser des filles portant la même chemise que vous… pas cool non plus…

4- Avec la célérité des réseaux, le moindre vêtement sera décrypté et …évalué : chemise H&M 14,99€, pantalon Monoprix 25€, chaussures André 59€… tous vos petits secrets de tenues seront dévoilés au monde. Jusqu’à présent, c’était très cool de pouvoir dire négligemment « Ah… ce petit pull… non, c’est trois fois rien, ça vient de chez (au choix) Monoprix, Zara, Etam, …», alors qu’on se roule par terre de joie (intérieurement) d’être plus remarquée qu’Hélène à côté qui porte un pull de marque, affreusement cher… Demain… ben tout le monde saura que la jupe Kenzo, pour nous, c’est un rêve lointain et très improbable.

5- Si on veut faire preuve d’originalité, il faudra trouver les articles qui ne seront pas Shazamisables. Hélas, je ne vois qu’une catégorie : les vêtements bios et éthiques. Mais là, il faut être motivée pour les porter…

Bref, nous voilà partis vers une dérive supplémentaire de la technologie. Je propose une lutte: retour au tricot et à la couture! Il y a déjà des adeptes: http://www.dailymotion.com/video/xo38s7_le-graffiti-knitting-quand-le-tricot-s-expose-dans-la-rue_news#.UYUaWKtOKM8