ça rigole…

Aujourd’hui il fait un temps pourri et j’ai pris la pluie suffisamment pour me laver pendant les 20 prochaines années, trois fois par jour et sans arrêter l’eau pendant le savonnage; c’est dire… mais j’ai décidé que c’est rigolo. Alors je vais reprendre cette journée et en faire un truc tellement stupéfiant de drôlerie que dès demain je serai harcelée par toutes les chaînes de TV du monde qui voudrons me faire scénariste…  ma plume sera l’instrument de précision qui régulera l’humour des jeunes de 16 à 47 ans, je croulerai sous les messages de fans, on m’enverra des fleurs et du chocolat par Fedex, je serai riche et je pourrai changer mon pantalon de pluie…

Après 15 jours de plage et de soleil (si ça existe), je viens de faire une plongée (c’est terme approprié) brutale dans la vie parisienne. Mais c’est pas grave.
Pour fêter mon retour à la vie citadine, j’ai décidé de remplir mon frigo. Avec uniquement des aliments sains et fat-free. Comme les Dieux nous tombent en ce moment sur la tête (curieusement, les Dieux sont plus virulents par chez nous qu’en terre Hellène, ou la météo est remarquable et les gens particulièrement charmants, comme quoi…), j’ai revêtu mon adorable manteau de pluie noir et pesant, long et large, dans lequel on se sent aussi à l’aise et sexy que dans une tenue complète de scaphandrier. J’ai subi la tempête, les flaques, les jets intempestifs produits par les automobilistes qui se trouvent subtils, les coups de klaxon appuyés de ceux qui trouvent intolérable qu’on ne prenne pas le risque de surfer dans le caniveau pour leur permettre de voir « le juste prix » à l’heure (voir pire, le téléachat) ; tout ça très stoïquement ; j’ai senti les gouttes se transformer en rigoles et inonder les moindres recoins de ma tenue de ville, perçu le flétrissement de la peau de mes orteils dans mes baskets (blanches) et senti mon maquillage couler sur mes joues sans même le moindre sursaut d’agacement. C’est ce qui me fait penser que les vacances font grandir…

Toute à la liesse de ma sérénité retrouvée, je suis entrée au Simply Market le sourire affleurant et l’envie de rire chevillée à mon ourle détrempé (oui, j’ai arrêté le Carrefour Market, je boycotte ;voir par là ).
La brume rafraîchissante pulvérisée sur les fruits et légumes est venue titiller mes orteils mouillés, les néons ont donné à mon récent bronzage un air de papier mâché et j’ai failli me faire percuter par la voiturette de nettoyage, pilotée manifestement pour sa plus grande joie par un jeune en tenue rouge. Mais je m’en fichais. Je m’en fichais parce que j’avais découvert l’ARTICLE. L’article incontournable et fiable, le meilleur ami de la cuisinière parisienne qui n’a pas de micro-ondes .
Tadaaaaaaaaaaaaaa!! trompettes et séraphins à demi-nus chantent en choeurs « la danse des canards » en dansant sur la dépouille toute fraîche de mon banquier…
J’ai trouvé la mozzarella « spéciale cuisine ».
Oui, ça fait rêver. Parce que la question que l’on se pose immédiatement c’est « mais, mon Dieu, s’il existe une mozzarella spéciale pour la cuisine et que c’est suffisamment important de le savoir pour que les fabricants se sentent obligés de le mentionner sur l’étiquette, mais A QUOI servent donc les autres mozzarellas ? » à quoi servent les mozzarella que j’ai mangé depuis que j’ai l’âge de manger des pizzas ? La question qui suit immédiatement c’est « mais quels sont les effets de bord des AUTRES mozzarellas ? » ; vais-je, à l’instar de David B.Banner, me transformer sous le coup de la colère (ou pire, sous le coup de l’envie de rire, si j’ai faim ou si je suis fatiguée ? Maille God… et en quoi vais-je me transformer ?

Peut être les autres mozzarellas sont-elles uniquement décoratives, ou permettent-elles de fixer définitivement l’énervant truc à savon qui glisse dans la baignoire. Ou sont utiles pour tenir les portes ouvertes. Ou peuvent se sculpter. Ou, bien manipulées, se révèlent être une arme redoutable. On peut s’en servir pour assommer son supérieur hiérarchique et partir plus tôt en week-end. Sans que ça laisse de traces.
En tout cas, je vais surveille de près les transformations de mon organisme.

A la caisse, faisant fit de mes pieds dont la peau commençait à ressembler à des éponges (naturelles et bio), j’ai laissé  passer 2 consommateurs qui n’avaient qu’un article chacun. Un sentiment de grandeur a fait monter les larmes à mes yeux de panda mascaratés.
Le troisième consommateur avait 3 articles, j’ai préféré ignorer son existence. Faut pas abuser.

Après ce début de soirée assez extatique, j’ai repris mon fidèle destrier pour rentrer à la maison. Ce n’est qu’en arrivant que j’ai réalisé que les vestes imperméables ne le sont vraiment que si on ferme les rabats des poches. Mon beep surnageait dans une petite flaque au fond de la poche. Il a fallu attendre qu’un voisin se décide à entrer pour le suivre… mais dans cet immeuble, c’est toujours un acte de bravoure insensée que de défier les voisins à la porte du parking…  il faut prouver que l’on fait partie des élus qui jouissent du droit divin de l’ouverture de la porte. Bref.
Je me gare, vide le scoot ‘ de tout ce que je dois monter chez moi, y compris au moins 30 BD qui trainent sur mon emplacement de parking (je refuse de courir plus longtemps le risque de me faire voler ma collection d‘Iznogoud), je conserve le casque (mouillé) sur la tête (c’est plus pratique quand on a les 2 mains occupées) et m’apprête à entrer dans l’ascenseur. Cool. Mais si on est chargée, la porte se referme toujours un peu vite. Alors je décide de la bloquer avec le sac de courses. Ca aurait pu marcher si la cellule qui gère l’ouverture était située un peu plus bas. Dans le cas décrit ici et à ma grande consternation, la porte s’est cruellement refermée sur mon cabas. Qui contenait (entre autres) une bouteille de vin et des tomates. No comment.
Le seul point positif, c’est que mon voisin sexy est en vacances ; je ne risquais pas de le croiser…

Publicités

Publié le 5 août 2011, dans Extrapolations, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

Parlez après le bip...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :