Rébellion quantique – Part 4

Roxanne participe à des opérations menées par une organisation illégale dirigée par Franck. Coincée par ses dettes, elle ne peut faire autrement que d’accepter la prochaine intervention:  stopper l’urbanisation sauvage, permettant ainsi aux populations les moins aisées de conserver leur place dans les villes. Elle pose des bombes dans des immeubles en construction, tout en étant sûre de ne pas se faire prendre: Roxanne est un individu quantique, dont la vie se déroule à cheval sur plusieurs réalités. Après avoir fait exploser une résidence en construction, elle se retrouve dans un nouveau monde, face à son contact: Franck.

Le début se trouve par ici

*

– Bon, ça fait quoi… deux ans ? sept explosions ? ça me donne le droit d’en savoir un peu plus, non ?

Ce coup-ci, je suis décidée à ne pas lâcher. Il peut m’avoir choisi un vin à cinquante millions la bouteille, qu’il aille au diable. On ne m’achète pas avec du pinard (enfin… pas facilement). Je croise les bras et lui décroche mon regard le plus farouche, celui que j’ai travaillé dans le miroir à mes instants perdus (c’est dingue, le nombre d’occupations qu’entraîne une vie dans des mondes parallèles). Ce n’est rien que de la frime. Sous mon air bravache, je suis inquiète. Il peut tout à fait me congédier d’un geste, arrêter les paiements et me laisser seule dans ce nouveau monde que je n’ai pas encore appréhendé. Je le regarde me regarder et pendant que son visage impassible me renvoie à ma condition d’esclave quantique, je délire sur ce monde sans doute dépourvu de pitié pour les rebelles de mon espèce, dans lequel je vais servir d’expérience pour des fous qui veulent prolonger leur vie ou en vivre plusieurs en parallèle, ou voyager dans le temps, ou…

– Quoi ? tu as dit quoi ?

J’étais tellement stressée à imaginer finir dans un zoo des voyageurs inter- temporalités que je n’ai pas écouté sa réponse. Maintenant j’ai l’air stupide.

– J’ai dit « oui, tu as le droit de comprendre, j’allais y venir aujourd’hui »
– « Aujourd’hui » ! Ahahahahah ! tu en as de bonnes… depuis deux ans, j’ai perdu la notion de « aujourd’hui » figure-toi. Pour ce que j’en sais, je suis peut-être hier, demain, née avant mes parents, sans parents, ou un hybride de carpe koï…
– Tu veux bien garder ton humour poissonnier et m’écouter, s’il te plait ? Je n’ai pas que toi à m’occuper, figure-toi…
– Si ça te fait plaisir…
– Depuis que tu travailles pour l’Asso, tu as gagné en compétences et en acceptation. Tu t’es distinguée en restant à la place qui t’as été assignée, même si je reconnais que ce n’était pas toujours évident, et en évitant de fouiner, ce que l’Asso a apprécié.

Je me garde bien de réagir, si ma passivité a été prise comme une qualité, tant mieux. Disons que j’était tellement contente de vivre aux frais de la princesse, à quelques explosions près, que je me suis bien gardée de remuer la fange. Sans compter que leur cause me plait.

– Donc tu vas monter en grade, ce qui signifie que tu seras mieux payée, mais que tu te verras attribuer des missions plus dangereuses… dans des mondes plus complexes. En deux mots : les mondes sur lesquels tu surfes depuis deux ans ont tous été quasi-semblables. Ils font partie de ce que nous appellerons « la réalité 1 ». A l’instant, tu as rallié la « réalité 2 », composée de mondes différents de ceux que tu connais.

Je ne saurai pas dire pourquoi, mais cette dernière information ne me rempli pas de joie…

– Différents jusqu’où ?
– Disons… plus intéressants, plus déroutants et plus dangereux.

En fait, si, je saurai dire: je m’y attendais. Aucune raison que tout ça devienne facile, sinon ce ne serait pas drôle (et l’histoire y perdrait de son piquant). Je choisi de rester silencieuse comme une carpe.

– …
– Rassure-toi, tu seras formée aux nouveautés.
– Me voilà rassurée. Surtout que si je comprends bien tout ce que tu me dis, j’y suis, en plus ?
– Tu y es. Je sais que tu apprécies la voix.

Cette dernière remarque me met mal à l’aise. Ils m’espionnent ou quoi ? j’ai le droit d’avoir mes petits moments d’intimité, tout de même… et il n’y pas de mal à se servir d’une voix pour… Mais il rit, ce con.

– J’espère que la nouvelle voix te plaira autant

Je ne pensais pas que Franck était doué du rire. Je suis vexée. Je vais le lui signifier en me taisant de nouveau. Carpe feeling.

– Elle est plus… disons plus inspirante..

Il rit de nouveau. Je ne sais pas ce qui me retient de lui balancer mon verre à la figure et de m’en aller. Ah si, je sais. Je n’ai pas récupéré mes nouvelles clés. Je le laisse se foutre de moi et en profite pour observer les alentours. Nous sommes à la terrasse d’un café qui ressemble à celui qu’il y a au coin de ma rue, mais les arbres sont plus hauts et d’une essence que je ne reconnais pas. A quelques mètres sur ma gauche, une station de tram. Ce doit être une heure de pointe, parce que les gens s’y pressent et font des efforts pour rentrer dans les rames pleines à craquer.

– Ah, ça au moins, ça reste constant…

Oui, j’ai rompu le silence malgré moi. Franck arrête de se moquer et jette un œil sur les passagers qui se poussent les uns les autres avec vigueur.

– Détrompe-toi, là c’est calme. Pour pallier la surcharge des rames, depuis quelques temps les autorités délivrent des passes pour circuler pendant les heures de pointe. Seuls qui sont bien notés peuvent accéder aux transports en commun. Les autres doivent marcher le longs des voies…
– Pourquoi le long des voies ?
– Ça simplifie leur surveillance… tu vois les caméras, en haut des piliers de métal ?

Je vois. Des petits boules bleues qui ressemblent à des yeux et qui ne cessent de tourner sur elles-mêmes.

– Ils doivent passer de l’une à l’autre sur le trajet qui va de chez eux à leur lieu de travail, tout ça dans un temps limité au-delà duquel ils risquent d’être arrêtés.
– Mais pourquoi ?
– Ils sont mal notés, ce qui signifie qu’ils ne pensent pas comme la masse. Les autorités s’en méfient et les mettent sous surveillance.
– Et s’ils veulent s’arrêter boire un coup ?
– Ils ne peuvent pas. Il faut montrer sa notation pour accéder aux bars, et aux restaurants, d’ailleurs. Mal noté, tu n’accède pas aux lieux d’échange.
– Et s’ils veulent acheter du pain ?
– Ils peuvent, ce sera vu sur leur stat quotidienne. Ils seront en règle.
– Et qui les note ?
– Les caméras…
– ?
– Une intelligence artificielle évalue les actes les plus anodins en permanence. Mais je vais arrêter de raconter tout ça, les caméras ont des micros puissants, elles doivent nous entendre et vont finir par trouver tes questions subversives, tu risques d’être mise sous surveillance aussi.

Je m’étrangle avec mon verre de rouge.

– Pour finir avec mes explications, ta prochaine assignation te seras signifiée par une voix différente, dont j’espère que tu l’aimeras autant que… (mon regard torve doit l’impressionner) oui, bon… il faut que tu t’y prépare.
– Et j’ai combien de temps ?
– Je ne sais pas. Ne perds pas de temps.

Après avoir observé les gens s’escrimer pour prendre place dans le tram, je prends mes nouvelles clés, qui sont accrochées sur un nouveau trousseau (le précédent était en forme de lézard, celui-ci représente un ours blanc) et rentre chez moi. Même adresse, même immeuble, même étage. Le salon est plus grand, la fenêtre donne sur la place d’où je vois le café que je viens de quitter, alors que ce matin elle donnait sur le tram. Je m’assieds sur le canapé et vide mon sac à dos. J’ai besoin de mon livre.

*

 

Rébellion quantique – Part 3

Roxanne vit en marge d’une société qui ne lui convient pas. Pour subsister, elle participe à des opérations menées par une organisation illégale dirigée par Franck. Coincée par ses dettes, elle ne peut faire autrement que d’accepter la prochaine intervention:  stopper l’urbanisation sauvage, permettant ainsi aux populations les moins aisées de conserver leur place dans les villes. Elle pose des bombes dans des immeubles en construction, tout en étant sûre de ne pas se faire prendre: Roxanne est un individu quantique, dont la vie se déroule à cheval sur plusieurs réalités.

Le début se trouve par ici

*

J’arrive sur le site, désert et silencieux à cette heure tardive. Baignées d’obscurité, les constructions semblent menacer ma misérable humanité qui s’invite au milieu des géants de béton aux yeux creux. Comme pour chacune de ces interventions, je me suis habillée de noir, ai dissimulé mes cheveux dans une cagoule et me suis équipée d’un sac à dos dans lequel sont rangées les possessions qui me tiennent à cœur: quelques photos issues de réalités différentes, une montre ancienne, un camée monté en bague, le livre en cours.

Je me glisse jusqu’à une ouverture ménagée dans les grilles qui encerclent le chantier et que Franck m’a indiquée. Je le soupçonne de faire partie des équipes en charge des constructions et, d’une façon ou d’une autre, de me suivre dans les réalités parallèles que j’arpente. Ses informations sont précises et fiables, mes missions se déroulent toujours comme prévu et je trouve les entrées, sorties et le matériel aux endroits marqués sur les plans qu’il me fournit. Je me suis risquée une fois à lui poser la question de ses propres changements de réalité, mais s’est fermé et m’a recommandé de me mêler de mes oignons. Je ne désespère pas un jour de comprendre comment tout ça est possible et qui est réellement Franck, mais pour l’instant, je n’ai pas la moindre piste de compréhension et l’impression (stupide) d’être manipulée par une entité supérieure.
Après avoir demandé en silence aux extra-terrestres de m’aider à réussir cette nouvelle mission, je me faufile au-delà de la grille et commence à avancer vers ce que Franck m’a décrit comme le bâtiment principal. Parvenue au pied de la construction, je trouve la pièce qui doit contenir les explosifs et y entre par la fenêtre laissée ouverte.
Face à moi, un bureau, derrière lequel je distingue quelques étagères couvertes de cartons. Au sol, des sacs d’outils et du matériel divers. A ma gauche, la porte qui doit s’ouvrir sur le hall du bâtiment. Ce que je suis venue chercher est bien là, sur la troisième étagère en partant de la porte, prêt à être posé. Je m’empare des trois charges, les glisse dans mon sac et prends dans le premier tiroir du bureau un téléphone dont le code est le même depuis mon premier saut : 1564.
Il me faut maintenant aller dans les trois sous-sols du secteur pour y poser les charges. Un coup d’œil à ma montre, j’ai le temps, la ronde de surveillance ne passera pas avant une bonne heure. Je trouve facilement l’accès au sous-sol du bâtiment principal et pose la charge comme Franck me l’a recommandé, sur un pan de mur duquel sortent quelques bouts de fer. J’en choisis un bien au milieu et y suspends l’explosif hérissé de fils. Je sors par la sortie de secours et me dirige vers la gauche, en quête de l’immeuble suivant. La seconde fenêtre à droite de la porte d’entré a dû rester ouverte. Je m’y rends sans hésiter et pousse le carreau. Rien ne bouge. J’appuie plus fort sur le chambranle, toujours sans succès.

– Merde, Franck, tu crains.

Je ne suis pas équipée pour forcer portes ou fenêtres. Comme je dois basculer dans une autre réalité à tout instant, j’ai pour consigne de ne porter que le minimum sur moi. Pas d’outils. J’essaie d’ouvrir toutes les fenêtres du rez-de-chaussée, sans succès. Mon cœur commence à battre à un rythme déplaisant. J’hésite à continuer mon travail au troisième bâtiment pour revenir ensuite à ce problème, mais Franck a toujours été formel : il me faut procéder dans l’ordre, quitte à annuler la mission si un problème survient dès le premier endroit. La frustration me rend nerveuse. Je n’aime pas échouer dans un travail pour lequel j’ai été payée. Je retourne à la fenêtre, force sur le carreau. Fiasco absolu. Autour de moi, des morceaux de parpaings, des barres de fer, de grands bouts de planche. Je reste un instant à l’affut de bruits et comme tout est calme, me décide à m’équiper d’une barre de fer. J’en choisis une pas trop longue, la saisis et comme je l’ai vu faire tant de fois dans des films, m’en sers pour asséner de grand coups sur la vitre récalcitrante. L’opération l’air plus facile quand elle est à la charge de voyous de cinéma… il me faut m’y reprendre à quatre fois pour entendre le carreau se briser. Le bruit du verre cassé me fige dans la froideur de cette nuit sans vie, le temps de m’assurer que rien ne vient troubler la quiétude désolée du chantier. Certaine de poursuivre en toute impunité, je prends la précaution de déblayer les bouts de verre qui pourraient me blesser et me faufile dans le hall du bâtiment.
Une fois de plus, il m’est aisé de me rendre au sous-sol et d’y déposer ma charge. Je ressors assez détendue et me rends au troisième immeuble. Celui-ci est moins avancé que les deux précédents et je peux progresser entre des murs dépourvus d’huisserie. Je descends l’escalier, mais il faut se rendre au 4ème sous-sol pour chercher l’endroit décrit par Franck. Ce doit être un pilier central et je dois y fixer la plus grosse charge avant de filer.
J’ai peut-être oublié de mentionner ici le fait, désagréable, que je suis très claustrophobe. L’idée de prendre le métro fait trembler mes jambes et la perspective d’un tunnel dont on ne perçoit pas le bout révulse mon estomac. Franck le sait, mais il n’a pas l’air de considérer que ce puisse être un problème. Il m’a conseillé de respirer et m’a ri au nez quand j’ai commencé à essayer d’argumenter.

– Avec ce qu’on te paie, tu as les moyens de voir un psy, je ne te pensais pas si fragile…

C’était sans appel (voir un peu menaçant quant à mon avenir) et je me trouve donc en haut de l’escalier, une nappe d’obscurité autour des pieds, avec la sensation d’avoir à plonger en eaux troubles. L’envie de vomir me saisit et je sens mon front et mon dos se couvrir de sueur. Je commence la descente, résistant à l’envie folle de partir en courant et l’autre envie folle d’allumer ma torche. Je pose ma main contre le mur et avance un pied hésitant dans le vide. Mon pied rencontre une marche et je commence ma descente. Parvenue sans encombre au premier sous-sol, je regarde vers le haut, avide de distinguer ce qui pourrait ressembler à un coin de ciel. Il fait trop sombre pour que se découpe une portion d’éléments naturels, mais je sens sur mon front un filet d’air frais qui me réconforte. Je continue de descendre en essayant de ne pas réfléchir. J’imagine une clairière au printemps et commence à la peupler de petits lapins mignons et de papillons. 2e sous-sol. Il va en falloir, des lapins mignons… Mon cœur bat en suivant un rythme désordonné qui trouble mes oreilles et la panique me sert la gorge. Encore deux étages à descendre. Je ne vais pas pouvoir.

Je vais crever là, d’une crise cardiaque. Franck ramassera mon corps raide et s’excusera en pleurant.

Non, ça ne lui ressemble pas. Il me maudira plutôt. Je verse une larme d’auto apitoiement. J’en ai honte, mais ça me fait du bien. Je bois un coup à ma gourde, inspire, expire. Descends encore un peu. 3e sous-sol. Plus aucun filet d’air et l’idée d’apercevoir le ciel est chimérique. J’en envie de fuir en hurlant, mes jambes tremblent, l’épaisse obscurité confère à l’air une consistance gluante. Répugnant. Mes doigts se contractent tellement sur la torche éteinte que j’ai mal à la main. J’hésite à allumer, mais j’ai peur que la vision partielle ce qui m’entoure ne m’impressionne encore plus. Là, au moins, je peux imaginer la campagne. Deux marches. Les lapins. Encore deux marches. Les papillons. Allez, trois marches. Les fleurettes. Deux marches… ça y est, j’y suis. Le sol est plat sous mes pieds. Je gémis de stress. L’oppression est telle que j’ai l’impression de peser des tonnes. Il faut allumer ma torche et en finir.
La lumière repousse l’obscurité juste assez pour me permettre de voir un mur nu, un sol couvert de débris divers. Le pilier central se dresse devant moi, son ombre projetée par la torche tressaute au rythme de mon cœur. Je me dirige dessus, à la recherche d’un crochet ou d’un clou. Je dois tourner autour avant de localiser une grosse vis enfoncée dans le béton. Je sors de mon sac la troisième charge, en tâtonne la surface à la recherche d’une fixation à dégager pour l’enfiler sur la vis. Mes geste sont saccadés et je me déteste de perdre mon sang froid sans raison. Les secondes s’écoulent sans que j’arrive à me concentrer assez pour ajuster la boucle de métal que j’ai trouvée. inspirer. Lapins. Expirer. Papillons. Fleurs roses. Mes doigts finissent par obéir et au moment où je suis fièrement prête à accrocher le tout, un bruit se fait entendre dans l’escalier. Je me tourne juste à temps pour distinguer, dans le faisceau de la torche, une silhouette sombre et basse qui se profile au-dessus de moi dans l’encadrement de la porte, au niveau du troisième sous-sol. Un petit cri se fraie le passage entre mes mâchoires pourtant serrées à me casser les  dents.
Je vais crever de stress. Adieu, lapins, papillons, monde cruel et fromage en portions individuelles.
Je me sens vulnérable, j’ai envie de pleurer sur mon sort et de faire pitié au monde, mais j’essaie de retrouver mes esprits. Vu la forme de l’ombre, il ne s’agit pas d’un humain, plutôt d’un chien ou d’un renard. Si l’animal est agressif, je n’ai rien d’autre à lui opposer que mon roman. Je couine d’impuissance, mon cœur fait des bonds désordonnés jusqu’à ma gorge et mes mains ont de la peine à continuer d’agripper la charge, la torche et mon sac. J’ai été formée à beaucoup de choses, mais pas au combat singulier contre un renard, un sanglier, un éléphant ou un chameau, surtout quatre étages sous terre et à moitié morte d’angoisse. Accroupie dans le noir, j’attends, prête au pire, mais la bête renifle puis remonte à grand bruit, me laissant en proie à un mélange contradictoire de soulagement, de vexation d’avoir été considérée comme manquant d’importance, et de fureur contre moi-même. Je n’ai rien d’autre à faire que de me relever et finir ce pour quoi je suis là. Le seul avantage d’une crise de ce type, c’est qu’elle occulte tous les dangers. Je fixe la charge et remonte l’escalier à toute vitesse, puis regagne sans encombre l’extérieur du chantier. J’ai besoin de m’assoir un moment.

A proximité du site, je trouve un buisson sous un grand panneau d’affichage vantant les joies de la vie en communauté dans ce secteur qui, à mes yeux, a autant d’attraits qu’une fête foraine tombée en ruine. Je m’installe derrière la verdure triste et sèche, qui a encore la force de dresser quelques pitoyables piquants en une forme risible de résistance ultime à l’humanité moderne. Il reste trente-cinq minutes avant que la ronde de surveillance ne se fasse. Il n’y aura donc pas de blessés et j’ai un peu de temps pour récupérer.
Après avoir grignoté quelques biscuits au réconfortant chocolat, m’être lamentée sur mon sort d’expatriée de l’univers et avoir tenté de méditer sur le sens holistique de ma vie, je sors le téléphone de mon sac, l’allume et en tape le code. Son petit écran rétroéclairé de bleu me souhaite la bienvenue et me laisse libre de décider de quand les bâtiments vont rendre leur âme de ciment. Comme j’en ai marre de cet endroit, qu’il fait froid et que je suis curieuse de savoir où je vais me projeter, sans attendre j’appuie sur la touche « appel ».

J’ai à peine le temps d’admirer les rouges et ors des flammes qui surgissent du sol que le tonnerre de l’explosion déclenche mon avenir. La dernière image que j’emmène de ce monde est celle de pans de bétons suspendus dans l’air froid, entre les interstices desquels le ciel bleu sombre dessine un puzzle dramatique.

*

La suite de cette trépidante aventure: ici

Rébellion quantique – Part 2

Roxanne vit en marge d’une société qui ne lui convient pas. Pour subsister, elle participe à des opérations menées par une organisation illégale dirigée par Franck. Coincée par ses dettes, elle ne peut faire autrement que d’accepter la prochaine intervention.

Le début se trouve par ici

*

Le plan est simple. Il s’agit de faire sauter des immeubles en construction. Le chantier est sur un terrain d’où ont été délogées les dernières familles y possédant des maisons et qui empiète sur la forêt pelée en bordure des accès autoroutiers. Depuis quelques mois, ces chantiers pullulent, monstrueux berceaux d’une architecture malade, blocs gris à la triste géméllité, sourires édentés de fenêtres aux allures de meurtrières, cicatrices qui dégradent des façades sales avant même d’être terminées. Ces cages sans joie sont prévues pour servir de refuge aux familles contraintes de quitter les citées. La concentration de population dans les secteurs urbains ayant rendu l’atmosphère irrespirable et la circulation apocalyptique, la loi s’est durcie : ont le droit d’occuper les villes les personnes en mesure de justifier d’un niveau élevé de revenus, les personnalités politiques et, par effet de bord, tous ceux qui ont assez de réseau pour s’accrocher à leurs précieux mètres carrés. La majorité se retrouve sans autre choix que de se rabattre sur le troisième cercle de banlieues, paysages urbains aux vertigineuses hauteurs de béton dans lesquelles ils se retrouvent entassés, avec pour seul critère d’attribution de l’espace un numéro sur une liste. L’affectation d’un logement est automatique et unique, sans possibilité de recours, et ce qui restait d’humanité agonise, démembré sans concession. Les cercles amicaux et familiaux sont brisés, les lieux de travail ridiculement éloignés épuisent les usagers des transports. Les personnes identifiées comme « à risque », en suivant des classifications à l’obscénité douteuse, sont les plus pénalisées, qui se voient repoussées aux tréfonds de ces effrayants paysages de ciment, rendant inaccessible l’idée même de rébellion.

Mais il y a une faille dans la loi : les gens affectés ne peuvent être déplacés vers leur nouveau logement qu’une fois celui-ci terminé et reconnu valide. Et comme l’affectation est réputée unique, tant que leur logement n’est pas validé, ils ont le droit de conserver leur appartement en ville. C’est dans cette faille que Franck et ses équipes interviennent : en détruisant les nouveaux immeubles avant validation, ils permettent aux gens de rester chez eux. Les dynamitages ont commencé depuis quelques mois et, bien que la police soit à nos trousses, continuent de façon régulière.
Et continueront.
J’en suis sûre, parce que c’est moi qui m’en charge et que moi, les flics ne me débusqueront jamais, même s’ils trouvent mes empreintes ou une quelconque trace de mon passage dans les décombres que je laisse derrière moi.

Tout simplement parce que je n’existe pas.

Je suis affectée d’une particularité dont j’ai fait la découverte il y a quelques mois, lors d’un accident de voiture. Ma voiture filait sans direction, ses freins avaient lâché, et je fonçais sous une pluie battante droit sur un camion lancé à pleine vitesse. J’ai entendu l’explosion, senti la violence inouïe du choc et vu le feu envahir l’habitacle de ma voiture alors que mes mains sur le volant devenaient rouge brique. Mais au moment qui a suivi, je me suis retrouvée à la terrasse d’un café, en train de boire un coup avec Franck. Le monde autour de moi avait changé de façon si ténue que tout d’abord j’ai cru de j’étais devenue dingue. Mais comme tout était très tangible, que les brûlures de mes mains me rappelaient avec insistance l’accident, il fallait qu’il y eût une explication autre que celle d’un au-delà dans les nuages où s’ébattent des individus ailés vêtus de blanc.
Il s’est avéré que nous étions dans une réalité parallèle. Enfin, c’est ce que Franck m’a dit et je l’ai cru. L’explosion m’avait envoyée dans une réalité parallèle, où tout était quasi identique à la réalité dont je venais d’être éjectée.

– Laissez-moi vous poser une question, Roxanne…
– …
– Avez-vous payé votre téléphone et votre énergie ?

Franck a la petite cinquantaine bonhomme, la tranquillité apaisante et un gros flingue à la ceinture. Je n’avais pas de raison de mentir, même si je trouvais ce premier contact hardi et un tantinet mortifiant.

– Heu… non, je suis un peu short en ce moment, niveau revenus et j’attends d’être payée pour pouvoir régler…
– Donc, vous avez reçu des messages de relance ? Je veux dire : des messages enregistrés qui vous enjoignent de payer ? Enoncés par une voix lénifiante, toujours la même?
– Oui, ce matin même, par téléphone…
– Cette voix, c’est le signe. Souvenez-vous en.
– Le… signe ?
– Le signe que votre vie va être interrompue par une explosion et que cette explosion va vous propulser dans une réalité parallèle. C’est pour ça que je suis là.

Et avec un naturel confondant, Franck m’explique que j’ai été choisie pour poser des charges explosives dans des immeubles du troisième cercle de banlieues, les déclencher et m’évaporer dans la foulée.

– Vous êtes la criminelle idéale. L’Asso va vous loger, vous fournir l’argent nécessaire. Nous vous demandons seulement de ne pas vous occuper de régler vos factures. Dès que vous recevrez des relances, contactez-nous.

Et avant que j’aie pu m’insurger sur les critères de sélection qui avaient fait de moi une élue, il a disparu. Enfin, pas disparu-disparu. Mais le temps d’un clignement de paupières et il n’était plus là. Il m’avait laissé de l’argent pour régler nos consommations, un papier avec une adresse et des clefs, ainsi que le sentiment étrange de n’avoir pas compris ce qui était en train de m’arriver. A ce moment-là, j’ai presque regretté que les petits mecs ailés vêtus de blancs n’existent pas.
N’ayant d’autre choix, je me suis rendue à l’adresse indiquée, y ai trouvé un appartement identique au mien (dans un autre monde hélas inaccessible) à ceci près que le ménage était fait et le frigo rempli, des vêtements à ma taille, tous les documents attestant de mon existence à mon nom, celui que je porte depuis mon arrivée parmi les humains. J’y ai pris mes quartier, mais tout m’était étranger. Je ne connaissais personne, n’avait pas d’activité professionnelle, les voisins et commerçants du coin agissaient comme si j’étais transparente. Dans ma nouvelle vie parallèle à ce monde parallèle, je me sentais un satellite orphelin.
Venant de pire, je m’y suis lovée et accommodée avec une facilité confondante,  me suis auto-proclamée Rebelle Quantique.
Y a pas de mal à se faire un peu de bien. Et j’ai appris à poser des charges explosives.
Chaque explosion a fini pareil : un appartement dans une réalité que je ne cherche même pas à identifier ou à situer, une identité commune, une rencontre avec Franck, de l’argent, des impayés, la voix, de nouveaux immeubles à détruire.

Alors… je guette la voix et je pose des bombes. Comme je ne sais jamais combien de temps je vais rester dans un même endroit, je ne noue aucun lien amical, ne rencontre qu’un minimum de gens et lis beaucoup. J’ai d’ailleurs pris l’habitude d’avoir toujours sur moi le livre que je suis en train de lire, histoire de l’emmener en cas d’explosion. Il n’est pas évident de retrouver un roman dans un autre monde… Et un bon roman, ça ne se lâche pas.

*

La suite : par là

Rébellion quantique – Part 1

Lecteur chéri ma galette des rois, j’avais envie d’écrire ce petit prologue. Quant à la suite… ben je ne sais pas… on verra où ça nous mène.

 

*

Le moment se rapproche. Insidieusement, mais je le sens. Leurs messages doivent saturer ma boîte mail. Comme autant de charognards, ils doivent tournoyer avec une élégante lenteur loin au-dessus de moi, attendant l’agonie pour fondre sur mon corps épuisé et le dépecer de leurs serres. Ils annoncent le changement.

D’un geste à la lassitude résignée, je clique sur l’icône en forme d’enveloppe. Pendant que se déroule la litanie des injonctions, j’avale une gorge de café avant de supprimer le premier mail, sans l’ouvrir. Puis le second, le troisième et pour finir, je me débarrasse de tous les mails non lus. Mon café toujours à la main, je regarde s’écouler la vie sept étages plus bas.
Il fait encore nuit. Les gens commencent à vider leurs domiciles pour remplir les rames des trams, dessinant dans les rues des séquences d’humanité en pointillés, entourées du halo clignotant des éclairages publics. Depuis le 1er Janvier, il faut passer à moins de cinq mètres d’un lampadaire pour que celui-ci s’allume et depuis le 1er janvier, le défilé silencieux des gens qui parcourent les rues donne au quartier des airs de guirlande de Noël devenu folle.
Le vide de ma boîte mail me fixe avec impudence. L’espace de communication redevenu vierge malgré lui m’accuse de lâcheté. Je baisse l’écran de mon portable, ramenant à sa condition matérielle cet outil délateur. Je sais que bientôt, les mêmes messages vont m’être distribués par téléphone. Activer un prétendu mode silencieux ou avion ne sert plus à rien : les grandes compagnies ont gagné le privilège d’outrepasser les choix du consommateur mauvais payeur. A 7h30, les menaces commenceront à pleuvoir. Menaces de se retrouver privée d’énergie, de chauffage, de réseau… Assorties de la classique proposition de trouver un arrangement dont l’objectif n’est autre que de resserrer encore un peu plus l’étau de la contrainte.
Mais les messages téléphoniques ne me dérangent pas. Au contraire. Je les guette. Ils sont le signal que j’attends, celui d’un nouveau saut. Et ils sont prononcés par cette voix…

A 7h20, je m’installe et pose sur mes cheveux le casque pourvoyeur du meilleur son. Je suis prête.
« Chère cliente, vous n’avez pas réglé votre dernière facture, d’un montant de 138,95 euros. Si vous ne souhaitez pas que l’électricité vous soit coupée, nous vous remercions de procéder au règlement. »
Je frissonne, appuie sur 3 pour réécouter. La voix pénètre mon cerveaux comme une drogue puissante. Le vertige me prend. 3, encore, je commence à transpirer. 3. Les méandres de mon cerveaux sont enrobés de douceur. La sueur roule de mon cou, de mes aisselles, pour suivre sa route le long de mon dos et gorger de sa chaleur grasse l’éponge de mon peignoir rouge. 3. Je perds la notion du réel. Mon index posé sur le numéro de l’extase, je vais appuyer une fois de plus, mais la sonnerie retenti. C’est Franck. De 3, mon index ripe au téléphone vert, acceptant la conversation.

– Qu’est-ce que tu fous ? On t’attend depuis un quart d’heure !!!

Merde. J’avais oublié la réunion.

– J’allais t’appeler. Je ne me sens pas bien, faites-la sans moi.
– Quoi ? Mais tu es folle ! C’est pour ce soir, il faut que tu viennes, je te rappelle que c’est à toi de faire l’inter.

Merde. J’avais oublié l’inter.

– Ça peut pas attendre demain ? J’irai mieux.
– Roxanne, tu vas bouger ton cul ou c’est moi qui vais venir te le bouger et je t’assure que tu vas le regretter. Tu t’es engagée à faire ce projet. Tu as été payée. Maintenant, tu le fais.

Sous moi, la procession des fourmis s’est densifiée. Le jour commence à dégriser les rues. Le clignotement des lampadaires s’est transformé en une blafarde lumière constante. Les rames de tram sont si pleines qu’on pourrait craindre qu’elles ne se renversent dans un virage. La sueur de mon buste a séché, celle qui imprégnait mon peignoir d’éponge a refroidi. Je resserre les pans rouges en grelottant, ajuste ma ceinture et regarde les gens. Leurs manteaux sombres, leurs parapluies, les traces de leurs pas pressés dans la boue qui macule les trottoirs après les inondations de la semaine dernière. Un tram est arrivé, ses portes se sont ouvertes pour laisser passer un peu de cette lumière crue qui dégrade les visages les plus avenants. Fatigués, écœurés par leur comportement, les passagers n’ont pas d’autre choix que de pousser encore un peu la foule pour se ménager une place dans les rames qui les mèneront à une nouvelle journée sans joie. Franck a raison, je dois aller au bout. Je ne peux pas lui expliquer que l’argent qui m’a été remis a déjà fondu. Que je suis de nouveau la proie des grandes compagnies. Que je vais bientôt partir. Il le saura assez tôt. Il le sait sans doute.

– J’arrive.

*

La suite est

un conte de Noël (suite et fin)

Le début est là: début

 

Le silence a étiré sur nous son voile d’une culpabilité mêlée d’incompréhension. Le faisceau a quitté mon visage pour se poser sur le pochoir.
– C’est pas très sympa pour moi, ça…
Angel a ouvert la bouche pour s’expliquer, mais le type qui semblait n’attendre que l’occasion de vider son sac, ne lui a en pas laissé le temps.
– Déjà que, par les temps qui courent, je suis remis en question… si on commence à me faire de la mauvaise pub, les enfants vont arrêter de parler de moi, de m’écrire et je vais finir par disparaître… Non pas que ça m’ennuie, mais j’aurais aimé une disparition plus flamboyante… Mourir d’oubli, c’était pas ce que j’avais envisagé.
Et le type s’est effondré à côté d’Angel,  laissant tomber sa torche dont le faisceau a éclairé un visage rond et rouge, une barbe blanche et un bonnet rouge.
– Moi, je veux bien prendre ma retraite, mais je l’envisageais méritée… pas comme ça, triste et contrainte… Si vous croyez que c’est plaisant, de finir remplacé par internet… Je l’aime, moi, ce métier…
Ni Angel ni moi n’avons moufté. Dans le froid de la nuit parisienne, sur un bout de trottoir sale, les mains dans la graisse et la peinture punitive, nous venions de rencontrer ce qui semblait être le père Noël : Un gros type mélancolique en équilibre sur la mémoire humaine, dont l’avenir se résumait à un départ à la retraite malvenu.
– Alors si je peux aider avant de partir, ce sera avec plaisir.

*

Le plan du père Noël était simple : il avait la possibilité de rentrer dans toutes les habitations. Pourquoi ne pas en profiter pour rentrer dans tous les garages, parkings, boxes ? Et pourquoi se limiter à Paris ? Tout pouvait être fait dans la nuit du 24 au 25 Décembre. La seule contrainte serait d’avoir assez de graisse, de peinture et de miel.
– En revanche, je vous invite à éviter les crevaisons par balle, outre le fait que je n’aimerais pas que ma réputation soit entachée, ça peut être dangereux, il reste des enfants qui me guettent…
– Mais, père Noël, comment savoir quels conducteurs punir ?
– T’inquiète, quand on peut voir quels enfants sont sages, tu crois qu’on s’y limite ? J’ai ici (il désigne son téléphone portable) la liste exhaustive de tous les mauvais conducteurs. J’ai même croisé avec les fichiers de la police, je connais les infractions, les montants des amendes, les points restants sur les permis… Internet me fait un tel tort, je n’allais tout de même pas me laisser faire sans réagir…

Il nous restait deux jours pour préparer les pochoirs et faire provision de matériel. Le père Noël a mis son atelier à notre disposition. Les lutins, pour la plupart pressés d’en finir avec des années de travail à la chaine, se projetaient déjà au bord de la mer.  Les rennes, huit belles bêtes conscientes de l’importance exceptionnelle de la tâche qui les attendait, ne demandaient qu’à finir leurs jours dans un champ de pâquerettes, loin des vols de nuit, des stations glissantes sur les toits enneigés et des cheminées mal ramonées.

*

Ce fut un joyeux Noël, passé à bondir de parkings en boxes, de voiture en bus, de camion en trottinette. En matière de circulation, rien n’avait échappé au père Noël et le matin du 25 Décembre, une bonne partie de la population allait se réveiller obligée de marcher, les véhicules cloués au sol décorés de messages et de dessins dont nous tirions une grande fierté, mais qui n’étaient pas en la faveur de leurs propriétaires.
– Depuis des années qu’ils geignent à cause des excès de table, ils vont bien finir par comprendre que la marche a des vertus ! Allez hop, tout ça sur pieds et bougez vos gros culs mous !

Il a explosé de rire.
Ce furent les derniers mots du père Noël, qui après avoir installé ses huit rennes en forêt de Brocéliande, où il était sûr qu’ils vivraient heureux, a brûlé son traineau, sa hotte et sa tenue à la gloire de coca-cola.
Angel et moi l’avons regardé s’éloigner à pieds, en marcel et caleçon à carreaux, ses bottes claquant sur l’asphalte. Quand il n’a plus été qu’un petit point sur la route, son rire résonnait toujours à nos oreilles.

*

Si vous croisez un gros type hilare en caleçon et bottes de cuir, n’oubliez pas qu’il a fait la joie de vos noëls d’enfant.
Quant à nous… On a gardé les pochoirs…