La vengeance est un plat qui se mange nu (chapitre 3)

Previously on « Revenge is a sandwich best served naked » (ça pète, non?)
Un homme vient de passer la nuit chez une jeune femme et se trouve, au réveil, mis en joue par une inconnue qui prétend qu’il se trouve dans son lit. Ses vêtements et toutes ses affaires évaporés, la jeune femme disparue, il fait son possible pour éviter une confrontation avec la police et tente d’amadouer son hôtesse forcée.
Après une tentative pitoyable de s’expliquer, principalement motivée par le besoin de récupérer de quoi couvrir sa nudité devenue embarrassante, il se livre  à une petite introspection pour tenter de découvrir qui a pu le mettre dans cette situation. Dubitative et soucieuse de découvrir qui utilise son appartement pour faire des blagues de mauvais goût, Alexandra, la propriétaire des lieux, décide de raccompagner l’homme chez lui.

Si vous avez le temps (c’est mieux), le début est là: Chapitre 1
Le chapitre 2 attend bien au frais ici: Chapitre 2

*

Un jour, j’ai eu l’idée géniale de laisser un trousseau de clefs à ma voisine âgée. Elle ne sourcille pas devant ma tenue, ni en apercevant Alexandra, me tend le sésame et un pot de confiture.

– C’est de l’abricot, vous me direz si je dois y mettre plus de sucre.

Et elle claque la porte. Ce que j’aime avec Jacqueline, c’est que rien ne semble l’étonner. Une fois dans l’appartement, je suis soulagé de constater que tout est en place. La fille n’est pas venue. Pas encore. Je plante Alexandra dans l’entrée et file reprendre une apparence plus en adéquation avec ma classe naturelle. Quand je reviens de la salle de bain, elle est en train d’inspecter les rayons de ma bibliothèque.

– C’est marrant, je ne vous rangeais pas dans la catégorie des hommes qui lisent…

J’en ai marre de subir ses piques. Mon jean et ma chemise m’ont rendu l’autorité qui me faisait défaut les précédentes heures. Je vais lui rendre ses loques, cinquante euros pour le dédommagement et l’oublier dans un bain, avant d’appeler le serrurier pour faire changer les verrous. Il faut aussi que je fasse quelque chose pour mon téléphone et que je vérifie mes mails. Elle m’encombre.

– J’ai une idée.

Sans me demander mon avis, elle s’installe sur le canapé et tire la table basse à elle

– Mais je veux bien un café pour vous l’exposer.

Le ton est sans appel. Avec une docilité qui m’étonne (et me révulse), je file à la cuisine, jette avec hargne quelques grains de café lyophilisé dans un mug et fais couler l’eau chaude.

– Bien serré le café, darling, on a une grosse journée et je n’ai pas beaucoup dormi…

Elle me fait flipper, j’ai envie de la voir sortir de chez moi vite. Autant éviter les polémiques, surtout qu’elle a glissé le pistolet dans son sac. Je vide la mixture dans l’évier et mets une capsule dans la machine. En observant le jus noir s’écouler avec lenteur dans la tasse bleue que je lui ai finalement choisie, j’essaie d’évaluer le temps minimum que la politesse requiert pour ce genre de situation. Force est de constater que ce temps peut être long.

– Je vais vous accompagner au bar.
– …
– Je suis curieuse de savoir à quoi ressemble « Isabelle »
– Comment savez-vous qu’elle s’appelle Isabelle ?
– C’est vous qui me l’avez dit…

Le silence me paraît une bonne option.

– On va l’attendre et si elle vient, vous récupérerez vos clefs, votre téléphone et moi, je verrai à quoi ressemble la fille qui a dormi dans mon lit…

*

Alexandra et moi avons passé les huit soirées suivantes au bar qui me fait office de QG, de vingt heures à la fermeture, éclusé quelques bonnes bouteilles (à mes frais) et beaucoup observé la foule des parisiens en virée avant de décider qu’Isabelle ne viendrait pas. Nous n’avions pas beaucoup parlé, mais j’avais appris à apprécier ma compagne de bar. Elle avait de l’humour et cette forme de causticité déroutante qui vous contraint au silence par peur d’avoir idiot. Non que je craigne d’avoir l’air stupide devant elle, j’avais déjà été très loin sur cette voie et ne pensais pas pouvoir, un jour, la faire revenir sur ses premières impressions.

Après plus d’une semaine d’observation, l’excitation de notre recherche a largement diminué, l’urgence de la situation n’est plus justifiée et j’ai envie de reprendre mon train-train de célibataire. Manifestement, personne du bureau n’a essayé de me nuire, la réunion de la semaine précédente a été annulée parce que le grand-chef l’a oubliée et j’ai entretemps pu faire ma présentation, que tout le monde a trouvé bonne (même ça fleure bon une politesse de convenance). Mon absence de la fameuse matinée est passée inaperçue, ma serrure est changée, mon téléphone remplacé. Le parfum dramatique de la soirée s’est dissipé dans pas mal de vapeurs d’alcool et, déjà, d’autres femmes ont capté mon attention. La présence d’Alexandra m’empêche de les aborder, raison principale pour laquelle je souhaite mettre un terme à nos recherches. Je continue à m’interroger sur les raisons de cette vengeance, mais comme elle n’a pas mal tourné, je m’accommode de l’idée que le mystère restera entier.

Nous nous préparons à nous quitter et je me lève quand je remarque une femme accoudée au bar, perchée sur un tabouret qui a l’obligeance de mettre en valeur sa cambrure, la pointe de ses sandales vernies vertes à talon de douze (je le jurerais) effleurant à peine le repose-pied. Ses cheveux sombres forment un rideau épais sur des épaules dénudées et l’échancrure de sa robe démontre avec une belle efficacité son absence de soutien-gorge. Son reflet dans le miroir a assez d’intérêt pour que je veuille le numéro de téléphone qui va avec. Je coule un œil vers Alexandra qui semble endormie, engoncée dans un fauteuil de velours vert, les bras reposant sans aucune majesté sur son estomac gonflé. Sa vision me devient insupportable, j’aimerais qu’elle parte et me laisse libre d’aborder la fille, mais je ne vois pas comment me débarrasser d’elle sans passer pour un sale con et j’ai un mauvais souvenir de sa rapidité à dégainer un pistolet que je la soupçonne de conserver dans son immense sac à main plein de poches et d’un bazar dont je préfère ignorer les usages. Je décide de me rendre aux toilettes et de régler la note sur le chemin du retour, ce qui me permettra de passer deux fois devant la fille et peut-être de la frôler, si la configuration des lieux le permet.

La configuration le permet.

Il me faut un léger déhanchement pour contourner la brune en talons, mouvement que je mets à profit pour la caresser de l’épaule.

– Oh désolé, c’est incroyable comme ce passage se réduit à cette heure-ci… lui dis-je en pouffant et en lui adressant mon regard de velours le plus efficace.

D’un mouvement très étudié, elle pivote sur son tabouret et me coule un regard encore plus efficace.

– Ce n’est rien, je suis contente que vous quittiez la femme qui vous accompagne, ça va me permettre de vous donner mon numéro de téléphone.

Et elle glisse dans la poche de ma veste un morceau de papier plié en quatre en esquissant un sourire.

– Je vous observe depuis au moins une heure et depuis au moins une heure, je me demande ce que vous faites avec elle… Ce n’est pas votre femme, vous maintenez trop de distance entre vous, ce n’est pas une amie, vous parlez trop peu. Alors ? Une cousine éloignée, qui vient visiter Paris ?
– Vous avez mis dans le mille. Et là, elle dort et je ne sais pas comment l’envoyer se coucher sans me montrer grossier…
– Vous avez ce que vous vouliez, non ? Me dit-elle en montrant le précieux petit papier. Alors offrez-lui un dernier verre et quittez-là gentiment, soyez gracieux, je suis sûre que ça vous va bien !

Après avoir empoché le billet, je l’écoute et passe commande de deux verres de vin blanc, que je ramène avec un rien d’emphase à la table où Alexandra a fini par se réveiller et d’où elle scrute les consommateurs. Je suis son visage sans charme faire le tour de la salle et s’arrêter au niveau du bar. Son attention a été attirée par quelqu’un, parce qu’elle stoppe net le geste et se met à fixer un point avec insistance. Je pose son verre devant elle et m’installe, mais Alexandra, d’ordinaire impassible, parait troublée au point d’oublier ma présence.

– Ca va ? Vous avez repéré quelqu’un que vous pourriez connaître ?

Elle m’a à peine jeté un œil, fascinée par la personne qu’elle observe. Je me risque à tourner la tête et découvre que le sujet de son intérêt n’est autre que la fille aux sandales vertes.

– Non, non, j’ai cru…

Elle me remercie à peine pour le vin, qu’elle s’envoie en deux gorgées presque sans quitter la fille des yeux. Comme le temps s’étire sans qu’aucun de nous ne pense à engager de conversation, je finis mon verre et me lève, lui proposant de l’accompagner jusqu’au métro.

– Allez-y, je vais rester encore un peu…

Intrigué, je pose l’argent de nos consommations sur la table, sors du bar et traverse la rue pour me planter dans le bar d’en face, choisissant une place discrète d’où il m’est possible d’observer sans être vu. J’ai tout le loisir de regarder Alexandra boire deux verres de vin en plus des cinq déjà absorbés avec moi avant de se lever et de se diriger, d’une démarche hésitante qui laisse deviner son état d’ivresse, vers la jeune femme. Dans un premier temps, la fille a l’air surpris, puis elles entament une conversation qu’elles finissent par un échange de ce que je suppose être leurs numéros de téléphone. Je suis ennuyé que cette fille distribue ses coordonnées à tous les vents, ça m’ôte l’envie de l’appeler.

Alexandra quitte le bar avec un petit sourire satisfait qui me fait une impression bizarre. A bien la regarder, toute son attitude a évolué. La femme d’âge indéterminé, trop grosse et sans allure, s’est redressée, sa démarche est plus assurée, jusqu’au geste qu’elle fait pour engainer son téléphone, précis, sec. Je tortille entre mes doigts le papier remis par la fille, avant de le déplier et d’y jeter un œil.

« Rachel » annonce le petit mot, suivi d’un numéro de portable et d’un joli petit dessin de poissons.

– A quoi joues-tu, Rachel ? me demandais-je en regardant Alexandra s’éloigner.
– Et à quoi joues-tu, Alexandra ? M’entendis-je me répondre, en avisant Rachel se lever pour partir dans la direction opposée.

Comme les deux questions restent sans réponse, je me décide à faire comme tout le monde et à rentrer chez moi.

*

Publicités

Publié le 5 août 2019, dans Extrapolations, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Pas mal, j’attends la suite avec impatience…

Parlez après le bip...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :