Archives Mensuelles: décembre 2018

Un conte (cruel) de Noël

Lecteur-chéri-mon-marron-glacé, je te prie d’éloigner les enfants et toutes les âmes sensibles de ton écran pendant que tu me lis. L’histoire suivante n’est pas à laisser traîner devant tous les yeux…

24 Décembre, 19h30
– Julia –
Je ne veux pas aller dans ma chambre, ils vont encore m’enfermer. Je vais rester devant la télé, bien sage, ils vont sûrement m’oublier. Ou je vais jouer avec ma poupée, ils ne pourront rien me reprocher.

– la mère –
Ma chérie, il est temps d’aller se coucher, demain le père Noël sera passé, il faut le laisser travailler tranquillement!

– le père –
Oui, et il faut dormir tout de suite, être bien sage et laisser les grands seuls

– Julia –
ça recommence, je le savais… je vais me cacher, je ne veux pas être enfermée, ça me fait peur…

24 Décembre, 20h
– La mère –
Elle est de plus en plus difficile, je ne comprends pas… avant elle jouait gentiment et se couchait quand on le lui demandait, sans broncher. Depuis quelques temps, elle est devenue impossible…

– Dieu –
Peut être aussi qu’il faut comprendre que déménager, changer d’école et perdre ses repères, ça l’angoisse?

– le père –
Laisse, elle va finir par comprendre. Occupe toi plutôt des invités, je vais ouvrir une bouteille

– Julia –
Je déteste ma chambre, elle est toute noire depuis l’hiver, j’ai peur. Il y a plein d’ombres, je ne reconnais même plus mes jouets… Et je suis toujours trop petite pour allumer toute seule. Je vais pleurer et ils vont venir, mais ils seront pas contents… ils vont encore dire que je fais des histoires pour rien…

24 Décembre, 21h
– le diable –
Continue de pleurer, petite, tu vas bien énerver tout le monde… plus fort… allez, plus fort ou je donne des dents menaçantes à ton ours préféré, qui va te mordre si tu t’endors..

– Julia –
Mamaaaaan! Papaaaaaaa! J’ai peur, je veux pas rester lààààààààààààààààààààààààààààà!!!!

– Le père-
Non, ne vous inquiétez pas, elle fait ça depuis l’annonce du déménagement, ça va lui passer… quoi? oui-oui, elle est enfermée à clef, ça lui apprend la patience… hein? non, non, elle dort parfaitement bien dès qu’elle a compris qu’on ne rentre pas dans son numéro. Et elle sait qu’on l’aime: on lui a offert la poupée qu’elle voulait!

24 Décembre, 22h
– Dieu –
Pauvre gamine, je ne sais pas comment la consoler… je vais essayer de lui parler…
Il prend la forme d’un oiseau bleu et apparaît sur la commode de Julia Calme-toi, petite, ça va aller!

La gamine contemple l’oiseau avec effarement et se met à hurler de plus belle

– Julia –
Mamaaaaan! Papaaaaaaa! il y a un oiseau dans ma chambre! il va me crever les yeux, j’ai peur! veneeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeez….

Terrifiée, elle saisit son ours en peluche et s’effondre dans un coin de sa chambre, sert ses bras autour de ses genoux et pleure à gros sanglots, l’ours posé à ses pieds.

– La mère – (elle crie depuis la porte laissée fermée)
Ah ça suffit maintenant! tu ne sais plus quoi inventer pour te rendre intéressante! Si c’est comme ça, le père Noël ne viendra pas et tu n’auras pas de nouvelle poupée!

– le diable – (il s’adresse à l’oiseau bleu)
C’est malin, toujours aussi naïf, toi… tu crois quoi? Les gamins n’ont jamais vu d’oiseaux, ça n’existe plus en ville, tu le fait flipper, là… Rhahahahaha!! quel con…

– Dieu –
Peut-être, mais moi je ne me planque pas dans un ours en peluche… c’est pervers, ce que tu fais…

– le diable –
Quoi, père vert? Père rouge, non? Le gros bonhomme va bientôt venir, lui aussi, on va pouvoir se marrer, la gamine va encore plus crever de trouille, regarde la, elle peut à peine respirer…

En effet, Julia hoquette et bave, son petit poing serré dans sa bouche. Elle ose à peine relever les yeux, de peur que l’oiseau bleu ne vienne les lui crever. Elle n’a pas la force d’appeler ses parents et tape des pieds pour les alerter.

– le père – (derrière la porte)
Je te préviens, Julia, le père Noël est à la porte, et il menace de partir si tu ne te calme pas immédiatement!

– le père Noël – (il est passé par la connexion wifi et se tient à côté de Julia)
J’aimerais assez rester en dehors de vos histoires, si ça ne vous ennuie pas… j’ai déjà assez à faire avec tous ces bobos qui ne veulent plus que leurs enfants croient en moi, sous prétexte de je ne sais quelle principe d’éducation… je vais finir par disparaître et tout le monde va me regretter… Coca-cola en premier…

La gamine, étonnée d’entendre la voix du gros bonhomme, relève un peu la tête. La vision de ce barbu énorme, vêtu de rouge et suant sous une hotte de bois pleine de bestioles grimaçantes la terrifie tant qu’elle peut encore moins respirer

– Dieu – (au diable)
Mais arrête avec ces visions de cauchemar, tu vas finir par la rendre folle!

Mais le diable ricane et se laisse pousser des dents acérées. La petite fille, hypnotisée, voit son ours se transformer en monstre. Elle hurle et le jette loin d’elle, puis se cache sous la couette de son lit en gémissant. Le père Noël, ennuyé, s’assied au pied du lit et tente  de se faire tout petit, mais sa sueur dégage une odeur pestilentielle qui commence à envahir toute la pièce. Dieu, qui n’a pas osé quitter sa forme d’oiseau bleu, se cache parmi les décorations de la chambre de l’enfant. Quand au diable, il glousse toujours, bien à l’abri dans la peau de l’ours en peluche.

 24 Décembre, 23h
– La mère –
Vous voyez? Elle a fini par devenir raisonnable… Elle doit bien dormir et demain elle sera debout la première pour se jeter sur ses cadeaux. D’ailleurs, j’aurais dû lui dire de ne pas trop faire de bruit, pour une fois qu’on peut faire la grasse matinée…

– Le père-
T’inquiète, elle est enfermée à clef, on lui ouvrira quand on aura envie… elle peut s’occuper avec tout ce qu’elle a déjà… quel gâchis d’ailleurs…

– le diable –
Parfait… toutes les conditions sont réunies.

Il sort de l’ours en peluche et se dirige vers Dieu, qui n’a pas trouvé d’idée pour sauver l’enfant et a fini par s’endormir. En deux incantations, il condamne Dieu à vivre sous la forme d’un playmobil pompier pour l’éternité (comme il n’est pas mauvais joueur, il a décidé que le sort pourrait être rompu si un enfant a l’idée de déguiser le pompier en danseuse du ventre). Une fois réglé le sort de son principal adversaire, il touche le nez du père Noël qui aussitôt se transforme en boîte à musique, sous la forme d’une petite ballerine en tutu rose pâle à paillettes. Il règle la boîte pour qu’elle joue « Hells Bells« , puis s’approche de la petite fille épuisée qui a fini par sombrer dans le sommeil. Penché sur le visage enfantin barbouillé de larmes, il lui chante au creux de l’oreille un chant satanique. Après quoi, content de sa soirée, il repart hanter les cheminées et les fours restés allumés.

 25 Décembre, 03h
– La mère –
Tu as raison, je vais laisser la porte fermée à clef, j’ai besoin de dormir

 25 Décembre, 08h
– Dieu –
Ah merde, je me suis encore fait avoir. Coincé une fois de plus dans un corps que je n’ai pas choisi… bon, au moins celui-là il est utile. Et les anges vont avoir du boulot, après tout, moi aussi je peux me reposer, je l’ai mérité. De toute façon, dans le ciel ou dans le plastique, je ne sers plus à grand chose…

– le père Noël –
Hell’s bells
Yeah, hell’s bells
You got me ringing hell’s bells
My temperature’s high, hell’s bells

– Dieu –
Qu’est-ce qu’il nous fait comme délire, le gros? Il porte une jupe, maintenant… ben où va le monde… Ah… la gamine a bougé, elle va se réveiller, la pauvre, j’ai encore moins d’idées qu’hier, qu’est ce que je vais faire?

Il tente de sautiller de la table sur laquelle il est posé, en direction de l’enfant, mais la petite se lève et le fixe méchamment avant de le prendre et de le jeter contre le mur. Dieu-le-pompier-playmobil s’écrase entre une fleur et un papillon puis glisse le long du mur et fini sa course dans une boîte de Lego. Les Lego, mécontents d’être éveillés par un jouet d’une autre caste, s’en emparent et le ligotent avant de le condamner au fond de la boîte, d’où ils savent que les enfants ne les sortent jamais.

– Julia –
Mamaaaaan! Papa, je vous prévient, je vais faire brûler ma chambre et vous avec!
… j’vous aurai prévenus….

Elle tend son doigt enflammé vers les rideaux en synthétique (ikea, 25€) et s’évapore en chantant « Highway to No-Hell »


 

Et là, Lecteur-chéri-mon-mon-buisson-de-Noël, tu te demandes quelle est la morale de cette histoire? Elle est simple. Je crois qu’il faut laisser les enfants grandir en paix…

 

 

 

Méfiez-vous des perruches voleuses de robes

Lecteur chéri-mon-gilet-arc-en-ciel, en ces temps troubles, il va sans dire que le bizarre, le surnaturel, voire l’irréel, prennent une tournure, comment dire, mystique…

Prends par exemple les perruches vertes au tour de cou rouge qui se sont installées en banlieue parisienne. Une légende urbaine veut que ce soit suite à l’accident d’un camion qui les transportait vers cages et volières et les a libérées par mégarde, d’autres sources disent qu’elles se sont enfuies des aéroports du coin. En tout état de cause, elles ont fui pour retrouver une liberté dont l’homme (et aussi la femme, hélas) voulait les priver.

Elles se sont plutôt bien adaptées. Près de 50 ans après, elles ont la taille de perroquets moyens, s’en prennent aux vergers et pillent les nids des oiseaux plus petits. Une sorte de mafia volante, jolie à regarder, pas terrible à entendre. Le problème, c’est qu’elles sont jolies. Du coup, les avoir sur son balcon fait plaisir.
J’en discutais avec Roger, l’autre jour à l’apéro (ndlr, Roger est une carpe qui parle et lit dans les pensées). Comme il est gros, il ne se sent pas en danger, mais il pense que les poissons plus petits, comme les poissons célestes de l’école d’à côté (lire ici ) doivent avoir peur de ce type de bestioles. Il craint aussi que ces oiseaux ne soient chapardeurs et portent préjudice aux autres animaux. Et là, Roger, il flippe carrément.

– Tu comprends, déjà qu’on est tous plus ou moins condamnés à disparaître vu la façon dont toi et tes congénères (là, il parlent de nous, Lecteur-chéri-ma-caille-farcie) traitez la planète. Les abeilles sont en train de crever, ce qu’il reste des papillons est parti se cacher en campagne, les coccinelles se sont mises au krav-maga pour se battre contre les frelons asiatiques… Vous, vous n’en n’avez strictement rien à faire, à part trouver des trucs bidons pour mettre des vidéos sur internet. Il ne reste que les moustiques, mais je ne les aime pas. Au sens littéral. Je les trouve trop sucrés ou trop gras, ils me donnent mal au ventre.

Là, Roger s’est tu et son regard s’est chargé de reproches.

– Tu te rends compte que c’est vous qui nous empoisonnez, en plus?

Oui, je sais. J’ai honte. Je commence à avoir du mal à regarder Roger dans ses yeux globuleux. Je me sens responsable de la montée des eaux, de la disparition de villages, de la chaleur étouffante de l’été dernier, de l’extinction des orangs-outans et de la fonte des glaces. Responsable de la détresse de l’ours polaire. Venise s’enfonce, les côtes reculent et moi… Ben moi, rien. Je trie et je recycle, mais ça, l’ours polaire il s’en bat les c… J’arrête. Si j’utilise des bouteilles de verre, est-ce que l’ours reprendra un peu de gras? Va falloir en utiliser un paquet, de bouteilles de verre…

– ça va?
– Ouaip, t’inquiète, je pensais à l’ours polaire…
– il va pas fort, le pauvre, aux dernières nouvelles, ce qui lui arrivait au dîner, c’était du saumon fumé, tellement il fait chaud. Ca le rend malade. Comme moi les mouches confites. Mais on parlait des perroquets de carnaval, les perruches immigrées qui te plaisent tant. Vous êtes compliqués, vous les humains. Vous privilégiez des critères esthétiques pour orienter vos choix. Mais figure-toi que tes critères et les miens n’ont rien  à voir. Moi, par exemple, j’aime les asticots dodus et je trouve sexy les sardines. Bref. J’ai entendu dire que ces idiots verts aiment les robes à fleurs. Ca leur rappellerait leurs racines. Moi, j’comprends, par exemple, mon kiff ce sont les peintures sur rouleau de soie, mais j’en vole pas…
Là, Roger se rapproche de moi et prend un air conspirateur.
– il paraît qu’ils ont piqué des robes à la piscine. C’est facile pour eux de rentrer et de se faire passer pour des maîtres nageurs, ils ont les mêmes t-shirts. Alors ils rentrent et ils font les casiers des nageurs. Il ne prennent que des vêtements à fleurs, surtout les robes en coton.
– et qu’est-ce qu’ils en font?
– va savoir… je me suis laissé dire qu’ils ont formé une secte, ils ont appelé ça le Macramé Maudit. Avec des chaînes fabriquées à partir de pailles en plastique, ils tissent des pièges à humains. Les humains attrapés sont mis dans des cages fabriquées à base de frigos de récupération. Ils sont répartis sur les étagères, comme des poules de batterie, toi vois le message (là, Roger m’adresse un regard lourd dans lequel je me risque à distinguer un rien d’agressivité). Il paraitrait qu’ils attirent les hommes en accrochant des robes à fleurs à des branches et qu’avec le vent on dirait des jeunes femmes qui dansent. Ils auraient poussé le vice jusqu’à imiter le chant humain pour parfaire l’illusion.
– c’est dingue..
– ce qui est dingue, c’est que ça a l’air de marcher. Ils détiennent des humains quelque part sous terre, de temps en temps, ils les sortent des cages pour leur faire creuser des grottes en prévision de la fin du monde.
– pour les humains, les grottes?

Roger se marre. C’est bizarre, un poisson qui rit, ça fait des bulles qui délivrent leur son en éclatant à la surface.

– non, ma belle, qu’est-ce tu crois? Pour eux… Ils ont entendu parler d’un mec qui aurait sauvé tous les animaux du déluge en embarquant un couple de chaque sur une arche, ils veulent faire pareil. Sauf que eux, ils veulent faire payer. Si tu veux sauver ta peau, ça va te coûter.
– de l’argent?
– non, ils sont pas cons à ce point. Il faudra payer avec de l’oxygène et de l’eau potable…

La vision de perruches énormes entreposant des barils d’air et d’eau dans des grottes creusées par des prisonniers humains pour préserver la vie terrestre m’a semblé aussi insupportable qui l’idée de me retrouver à la piscine sans mes vêtements pour rentrer chez moi.

– Mais qui a les moyens parmi vous?
– Pour l’instant, à part le caniche roux, la licorne et une sorte spéciale de dindon, personne… Et encore, le dindon, ils lui ont fait un prix parce qu’il n’a pas besoin d’eau pour survivre…
– Et l’homme dans tous ça?

Le silence de Roger fut clair. L’homme n’a pas de place dans le dispositif imaginé par les perruches.

– Et si on porte des robes à fleurs?
– Là… j’dis pas… ça pourrait marcher…

J’ai quitté Roger sur ces derniers mots. J’ai filé m’acheter une robe à fleurs.
Lecteur-chéri-mon-truc-en-plumes, ton salut passera par l’air, l’eau et les fleurs. C’est important de le savoir. Méfie-toi des perruches, et par extension de tout ce qui t’attire par une beauté de surface. La beauté est enfouie à l’intérieur de la surface (j’aime assez énoncer ces conneries très développement personnel…)

Les perruches envahisseuses ne sont pas un mythe, c’est là: https://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/invasion-perruches-collier-1069125.html

Entre rêve et réalité, les poissons forment un pont

 

– Maman, tu peux me prêter ton appareil photo pour dormir ce soir ?
Le petit garçon, tout rouge d’excitation, vient à peine de se réveiller de sa sieste et déjà, il a en tête de nouvelles aventures.
– Tu veux faire des photos la nuit ? Mais la nuit, tu sais bien qu’il faut dormir, surtout s’il y a école le lendemain!
– Méééé, oui, ze sais ! C’est pour faire des photos de mes amis, silteuplé silteuplé silteuplé…

C’est avec un bel appareil photo rouge posé sur la table de nuit que le petit Manuel s’est couché ce soir-là. Sa maman, intriguée, n’a pas insisté, préférant le laisser vivre ses histoires. Au pire, elle trouvera au matin une série d’images de la chambre de Manuel, au mieux, elle comprendra qui sont ces mystérieux amis dont il parle depuis quelques semaines.
A l’école, le gamin est plutôt taciturne, privilégiant la compagnie de ses livres d’images à celle des autres enfants dont les jeux ne semblent pas l’intéresser. Il passe du temps à observer les poissons rouges tourner dans leur aquarium, leur parle souvent et a même essayé de les dresser en leur promettant des tomates cerise. Déçu par leur indifférence, il a décidé de devenir le meilleur ami des poissons, demandant à sa maman de l’habiller avec des vêtements rouges et battant des bras pour imiter le mouvement des nageoires.
Ce soir-là, l’ami des poissons s’endort vite, après avoir vérifié que l’appareil photo est bien à portée de sa main.

*

– Dis donc Roger, c’est pas le gamin qui arrive, là ? ça me fait plaisir de le voir, il y a un bout de temps qu’on ne l’a pas entendu rire
La grosse carpe corail a sorti la tête de l’eau et fixe ses yeux globuleux sur un petit garçon en pyjama rouge qui gambade vers le bassin. Son acolyte aux tâches bleu foncées et blanches le rejoint en râlant et observe la silhouette joyeuse avant de conclure:
– Oui, on dirait que c’est lui, je reconnais sa façon de sautiller… il aurait pût attendre la fin du goûter pour venir nous voir, j’ai faim, moi !
– Il va peut-être nous offrir des friandises, arrête de gémir. De toute façon, tu es trop gros, regarde-toi… Tes tâches bleues sont toutes distendues…
– C’est l’hiver, j’ai le droit… Héééé, mais qu’est-ce qu’il fait ?
Le petit a sorti de son sac des petites boules rouges qu’il lance en direction des deux carpes.
– Il est pas bien, cet enfant, il nous jette des balles, on n’est pas des chiens, on ne peut pas ramasser…

Manuel s’approche en riant des deux têtes qui affleurent l’eau  et s’adresse aux poissons.
– C’est moi qui les ai fait pousser, c’est des tomates cerise, c’est très bon, ze vous les donne, il faut les manzer!
– Ben voilà qu’il nous parle, maintenant, il a vraiment grandi…
– On fait comment pour répondre ?
– Je sais pas trop… on saute ?
Et les deux amis de prendre leur élan et d’effectuer dans l’air automnal de belles arabesques humides, empreintes de perles d’eau en suspend dans le vide, cristaux éphémères qui diffractent la lumière onirique des rêves d’enfant.
– Tu crois qu’il a compris ?
– Pas sûr, mais ça lui plait…

En effet, Manuel bat des mains et se précipite sur son sac pour en sortir un appareil photo, qu’il braque sur eux en les encourageant à continuer leurs cabrioles.
– On continue ? C’est que c’est fatigant…
– Ben c’est toi qui voulais des photos, non, à publier sur Instagram ou je ne sais quoi…
– Les premières photos de poissons-mignons, t’as raison, on va devenir des stars !
Stanislas fonce vers l’enfant et exécute un saut périlleux pile devant l’objectif braqué sur lui. Sa performance est accueillie par des cris de joie et Roger, rechignant à céder le podium à son ami bleu et blanc, prend à son tour son élan et fuse hors du bassin en torpille, gratifiant d’un clin d’œil l’objectif qui le suit avec attention.
La séance photo se poursuit à grand renfort d’éclaboussures et de rires et quand l’enfant repart, les deux carpes, épuisées, ont appris à aimer les tomates cerise.

*

En découvrant les vues d’un bassin décoré de mosaïque turquoise et dorée, entouré d’une végétation luxuriante qui ne ressemble en rien à ce que les parcs alentours proposent, la maman de Manuel a un mouvement d’incompréhension. Elle fait défiler les images et tombe sur des photos de carpes dont elle jurerait qu’elles lui adressent des clins d’œil, des photos de son fils hilare entouré de perles d’eau en arabesques autour de lui et même des portraits de poissons qui semblent poser autour de tomates cerise à moitié grignotées.
– Heu… où as-tu fait ces photos mon chéri ?
– Dans mon rêve, maman, c’est mes amis ! Ze t’ai dit ! Ze veux des photos de mes amis pour montrer aux poissons de la maîtresse…
– Ah… Et.. dans ton rêve, vraiment ?
Elle regarde la date et l’heure des images, qui ont toutes été prises dans la nuit. Elle est pourtant sûre que Manuel n’a pas bougé de son lit.
– Tu peux les imprimer, maman ? Ze vais les montrer aux autres poissons…

Le petit garçon a eu du mal à se retenir de foncer sur l’aquarium avant la récréation. Dès que l’heure a sonné, il s’est précipité dans le coin des poissons, ses photos à la main. Il a commencé par présenter aux habitants du parallélépipède de verre la photo de Roger et Stanislas mangeant des tomates cerise, expliquant aux poissons célestes de l’école que c’est lui qui les a fait pousser. Puis, il a fait défiler devant eux les images montrant les deux carpes sautant hors du bassin.

– Je comprends pas ce qu’il nous veut, ce petit… J’aime bien les tomates, mais ça me donne des gaz et dans l’eau, c’est pas discret…
– Je crois que ça lui ferait plaisir qu’on saute dans tous les sens… Mais je ne veux pas, les gosses prendraient l’habitude de nous voir faire les animaux savants et je ne veux pas finir comme les lions dans les cirques, je ne veux pas de costume à paillette et de spots dans les yeux. Je refuse le star système !
– Un peu de visibilité publique, ce serait peut-être pourtant un bon moyen pour faire entendre notre cause ?
– Oui ! Un aquarium plus grand, une eau changée plus régulièrement et de vraies plantes!
– N’importe quoi…
Le poisson qui les a rejoints est plus petit, mais sa grosse voix résonne dans l’eau comme un oracle.
– Tu croies encore au père Noël, Marcel ? Tu crois qu’ils vont changer nos conditions de vie alors qu’ils ont du mal à changer la leur ? Tu regardes jamais les infos ? Ils sont trop occupés à s’entredéchirer pour prendre en compte les vrais problèmes… Tu devrais parler aux ours polaires plus souvent…
– T’as pas tort, mais si on continue à ne rien faire, faudra pas se plaindre que les choses n’évoluent pas… Regarde le, ce petit, au moins il fait des efforts!

Au-dessus de l’eau, le petit visage de Manuel scrute les mouvements des poissons, espérant une manifestation de bonne volonté.
– On va pas encore décevoir ce gosse qui nous encourage avec ses rêves, c’est rare, quand même… d’ailleurs, ça me donne une idée, on pourrait peut-être lui demander de nous transférer dans le bassin royal, là, sur la photo ? Cet or et ce turquoise, ça me fait rêver, moi…

*

– Mais d’où ça sort, ça ?
Atterrés, Roger et Stanislas voient se profiler dans l’eau du bassin trois poissons célestes armés de caméras et d’appareils photos, commentant tout sur leur passage.
– Eh ? Vous êtes qui, vous ?
– La réalité, mon ami, la réalité qui vient visiter le rêve… la réalité qui prend des vacances…

*