Archives de Catégorie: Roger et Stanislas

Sont deux carpes koï, qui présentent la particularité de parler (et de ne jamais rater l’apéro). Roger est par ailleurs capable de lire les pensées humaines.
Leurs larmes sont sucrées et quiconque les boit voit sa vie prolongée de l’exacte durée de son honnêteté.

Un moment d’hésitation

Ce sont ces moments souvent clé, qui semblent vivre leur vie pour mieux nous plonger dans un monde auquel nous aurions préféré ne pas avoir part…

Cette semaine, il ne t’aura pas échappé, Lecteur-Chéri-Mon-Flocon, que nous avons été envahis par une substance blanche, poudreuse, légère et pour le moins inhabituelle en ces temps de réchauffement climatique. Mais cette semaine aura surtout vu le premier lancement dans l’espace d’une… voiture….
Pour une fois que c’est un sujet féminin qui fait la une, ce sera donc une automobile. D’où l’intérêt d’avoir les moyens: On peut balancer dans l’espace ce qu’on veut. Perso, j’aurais bien balancé des carpes Koï, connues sous le nom de Roger et Stanislas, mais il se trouve que je n’ai pas trop les moyens en ce moment.
Bref, revenons à la neige.
Contrainte de m’acheminer en autonomie, j’ai rechaussé mes pompes de 7 lieues et entrepris de traverser la capitale figée dans l’incompétence généralisée face à un climat somme toute de saison. Eeeeh oui, c’est l’hiver et l’hiver, il neige. Mais c’est comme si RATP, SNCF et autres joyeux urbanistes oubliaient cet état de fait. Donc Paris se tétanise aux premiers flocons exactement comme moi face à ma déclaration d’impôts. Même si, je le concède, il y a quelque chose d’éminemment sympathique dans l’exotisme de la situation: marcher tard le soir, traverser des quartiers entiers livrés aux congères, glisser en chœur sur des trottoirs transformés en patinoire et …. rencontrer des barjots, ceux qui sont perdus dans leurs moments d’hésitation au point de les confondre avec une réalité qui leur appartient. Des mondes parallèles, mais seulement tangents au nôtre.
Ça commence doucement, par une hallucination. Je vois passer des prix dépressifs. Ces prix tristes à mourir, qui baissent le nez et essayent de disparaître, honteux de ce qu’il représentent comme travail de petits enfants dans des pays pas si lointains (à l’heure de l’hyperloop et de la voiture dans l’espace). Ces prix me hantent encore quand j’entre dans une salle de cinéma remplie  de vieux (se sont les seules personnes encore capables de s’acheminer dans des conditions climatiques inconnues des jeunes générations. Et les seules personnes qui possèdent encore l’équipement idoine. J’ai vu des pompes de folie, cette semaine, des trucs que même les prix dépressifs ne voudraient pas représenter). Une vieille dame s’assied à côté de moi. Nous sommes seules dans un îlot de sièges vides, loin des autres vieux en après-ski. Et que fait cette dame? Pour se sentir raccord avec la météo apocalyptique de la semaine, la vieille lâche des vents. Je jure que même Gene Tierney a réagit, elle a fait ça:

#Genetierney #heavencanwait

Sous l’emprise de l’odeur, je fuis la salle obscure, la vieille et le diable qui a l’air trop sympa pour être honnête (c’était « Heaven can wait », mais pas avec Clyde Barrow, ami cinéphile, je fais appel à ta science) et me retrouve dans la rue, les pieds mouillés, le brushing en berne, totalement seule et soudain… cernée de corneilles. La nuit. Une dizaine d’oiseaux au gros bec noir, à l’œil furieux et à l’accent Hitchockien.

Là, c’est moi:

Je flippe, évidement, qui n’aurait pas flippé sa race? Entourée d’oiseaux dont le croassement agressif commence à me faire tourner la tête, je cherche un abri. Une ruelle se profile, je m’y glisse (au sens littéral de « glisser ») et entends un susurrement étrange en provenance du fond de la ruelle.
Les oiseaux semblent apprivoisés par un être petit et rond qui se tient en retrait dans un coin sans lumière et leur parle un langage barbare. Il ricane et grâce à un providentiel rayon de lune, je vois briller des dents qui me semblent de glace dans sa bouche tordue par la haine. Mais je refuse de me laisser impressionner. Je m’approche de l’individu (il faut dire que son tour de taille me laisse entendre que je cours plus vite et que si je dois fuir devant lui, il a plus de risques que moi de s’étaler comme la grosse merde adipeuse qu’il est et de finir la soirée sur le dos, ses jambes courtaudes s’agitant de façon ridicule et sa veste trempée collée par le givre, la fausse fourrure de sa capuche lui remplissant la bouche de poils synthétiques allergisants et l’urticaire polluant lui couvrant le corps. L’idée m’enchante).
Je m’approche donc… et me trouve face à ce qui a l’air, l’odeur, la couleur d’une carotte.
Le nabot rit de façon démoniaque faisant tressauter son estomac vulgaire au dessus de ses pieds tordus. Il est sale, gris, ses yeux de charbons brillent de méchanceté, mais je reconnais un bonhomme de neige.

Voilà donc où nous conduit le réchauffement climatique: à des êtres dont l’existence même n’est que pollution et méchanceté. Des êtres dont l’évocation devrait faire sourire les enfants et qui ne sont plus que l’ombre démoniaque d’une fureur sans objet.
Je pourrais le faire fondre en me jetant sur lui et en l’entourant de mes bras, mais il me fait pitié. De toute façon, il est condamné par l’air qu’il respire et qui nimbe son corps rond de veinules goudronnées. Je shoote dans les corneilles et leur laisse en pâture quelques prix dépressifs qui m’avaient suivie. Le vent de la vieille envahi la ruelle, le bonhomme ne semble pas s’en émouvoir. Puissent ces émanations boucher ses artères.

Plus tard, en remontant le long de la voie de tram glacée, l’idée me vint que le futur s’annonce bizarre.

Sinon, notre ami Elon Musk a toujours en tête de nous faire voyager plus vite que notre ombre, mais il semblerait qu’il rencontre quelques problèmes techniques.

#hyperloop

Hyperloop

Si tu as envie de voyager dans ce qui s’apparente à un tube digestif géant dont la vitesse va te faire vomir (et donc normalement, tu vas te prendre ton vomi dans la figure), ça reste ton choix.

Publicités

Les divinités sont tombées sur la tête

Lecteur-chéri-mon-sashimi, il me semble important que tu saches qu’à défaut d’être rigoureusement vraie, l’histoire qui suit est inspirée de faits plus ou moins réels. Quand à Stanislas et Roger, je les ai rencontrés et ils te passent le bonjour
(petit rappel :  Stanislas et Roger sont deux carpes Koï qui présentent la particularité de parler (et de ne jamais rater l’apéro). Roger est par ailleurs capable de lire les pensées humaines. Ces carpes sont sentimentales (bien que fort viriles) et si elles pleurent, celui qui boit leurs larmes sucrées voit sa vie se prolonger de l’exacte durée de son honnêteté. ) (si tu veux en savoir plus à leur sujet, je t’engage à te rendre dans la catégorie de ce blog qui leur est attribuée)

#carpeskoi

De nouveau ce souffle chaud dans mon cou. Je me retourne une fois de plus. Rien. Sans doute la chaleur pesante de ce début de printemps. La touffeur ambiante a découragé les visiteurs : je me retrouve seul à poursuivre l’ascension entre les torii vermillons. (Torii : portails traditionnels japonais, considérés comme étant la frontière entre notre monde réel et le monde spirituel, j’ai mis une photo en dessous)

Le silence autour de moi, impressionnant, renforce ma sensation de solitude. Je profite du calme pour faire une pause et lire un peu mon guide de voyage. J’aimerais comprendre qui sont ces petits personnages de pierre que l’on peut voir un peu partout au Japon (voir photos en dessous). La plupart sont munis de serviettes ou de petits bonnets rouges qui ont l’air d’être faits au crochet. Je m’assieds et commence à feuilleter le livre, mais un bruit ressemblant à un battement d’ailes amplifié me fait sursauter. Je lève le nez et cherche quel oiseau a put produire un bruit aussi fort, mais ne parviens pas distinguer autre chose que des alignements de piliers rouges. Ces torii sont si rapprochés qu’ils m’oppressent. J’aimerais savoir combien de temps il me reste avant d’avoir fait le tour complet de la colline pour en atteindre le sommet, mais personne ne passe. Il me faut continuer en espérant arriver rapidement. Je reprends ma progression.

Après quelques minutes, outre les vagues de chaleur persistantes dans mon cou, j’ai l’angoissante sensation d’être suivi. Je m’arrête, mais personne ne s’avance à ma hauteur. Je guette entre les piliers, aucun signe d’un autre visiteur. C’est peut-être un animal. Je progresse de quelques mètres, mais de nouveau le bruit très fort de battement d’ailes résonne et je me retrouve projeté au sol par une violente poussée. Toujours rien autour de moi. Assis sur la terre humide, décidé à ne pas me laisser impressionner, je lance une phrase bravache idiote et attends, prêt à en découdre. Personne ne vient. Je me relève, mais au lieu de repartir en direction du haut, rebrousse chemin. Tant pis pour le sommet et son amoncellement de statues, ce lieu est trop bizarre. Je fais quelques pas, pour me heurter violemment à un mur invisible. Malgré mes efforts pour passer, je me trouve coincé. Une peur diffuse sourde en moi. Je m’entête en vain, la sueur coule entre mes omoplates, mes gestes saccadés sont inutiles et je ne peux empêcher mes mains de trembler. Affolé, j’essaie de combattre cette force invisible, quand résonne un bruit de cavalcade issu du bas de la colline. Un martellement de milliers de pas lourds qui se rapprochent, me forçant à détaler vers le haut. Essayant de ne pas freiner ma progression, je jette un œil par-dessus mon épaule et découvre une foule de petits renards de plâtre peint, vêtus de kimonos, qui se ruent sur moi. Ils franchissent sans effort le mur qui m’empêchait de redescendre, et à ma vue se mettent à pousser de petits cris aigus, montrant leur dents et brandissant leurs poings. Un gémissement étouffé sort de ma poitrine quand j’accélère. Dans la panique, je me prends les pieds, manque de tomber, sens une main rigide se poser sur mon épaule. Je hurle de terreur et me jette dans un interstice entre deux portails, espérant perdre mes poursuivants dans la forêt. Je plonge vers un buisson, mais suis retenu. Un être énorme aux yeux menaçants et à la gueule remplie de petites dents acérées serre sa mâchoire sur le tissu à carreaux du col de ma chemise. Il est gris et sa tête est décorée d’une fleur rose. C’est un rat de pierre! Je me débats, me tortillant dans tous les sens jusqu’à faire lâcher l’étreinte du monstre. Je me réceptionne lourdement, sur quelque chose de mou et de vivant, qui se révèle être un serpent gigantesque, gris lui aussi, et qui semble modérément apprécier ma présence sur son dos. Tétanisé, je le vois porter lentement sa tête triangulaire à hauteur de mes yeux et sortir tout aussi lentement une langue fourchue en direction de mon nez. Je sens les fourches rouges s’insérer dans mes narines et pousse un nouveau hurlement. La peur m’a redonné de la force. Je retourne sous les torii, poursuivi cette fois par un animal mi-chien mi-lion surgit du néant, la gueule béante, accompagné d’un singe portant un plat de pommes. Les deux semblent faits de la même pierre grise que le rat et le serpent. Le chien s’accroche à mon pantalon en grognant et en bavant, m’immobilisant pour permettre au singe de lancer ses fruits dans mon dos. L’impact de chaque pomme provoque une douleur vive.  Sous les yeux injectés de sang du chien, mon corps s’affaisse, le souffle court, les membres ramollis de peur, incapable de bouger.
Du coin de l’œil, je vois le serpent se rapprocher en sifflant et des dizaines de petits renards commencent à grimper le long de mes jambes. Mon cœur bat à tout rompre. Cerné de créatures hostiles, je m’apprête à vivre mon propre sacrifice quand un nouveau bruit de battement d’ailes détourne l’attention de mes agresseurs. Je suis presque heureux de voir apparaître un énorme dragon noir crachant un feu si vif qu’il m’éblouit, me brûlant les cheveux et les poils des avant-bras. L’arrivée du dragon a calmé le chien-lion, qui me lâche.
Dans un sursaut de survie, je pour bondir à l’assaut de la colline. Je n’ai jamais couru si vite, mes pieds semblent voler. Derrière moi, l’armée d’êtres de pierre en furie s’est mise en mouvement, chacun avide de faire plus de bruit que tous les autres. Un panneau annonce que je me trouve au second niveau. Je sais qu’il y en a cinq. Jamais je ne rejoindrai le haut à ce rythme. Mon cœur va exploser. Mes cuisses brûlent, la sueur pique mes yeux et m’empêche de me diriger dans le tunnel de piliers rouges. Il faut trouver une échappatoire. A ma gauche, un être rond et rouge, dépourvu de bras et de jambes, fixe ses yeux blancs sur moi. Il n’a pas l’air hostile, mais bien décidé à ne pas me laisser passer. A droite, j’aperçois un reflet brillant entre deux piliers : un plan d’eau ! Si je m’y jette, toutes ces créatures de pierre vont couler à pic en me suivant ! Sans réfléchir, porté par l’énergie du désespoir, je sors du chemin, effectue un roulé-boulé sur le sol de terre et plonge.

– Dis donc Roger, on attendait des invités ?
– Non, mais ils ont toujours bienvenus, j’ai de quoi faire un apéro pour dix personnes !
Des poissons. Des carpes Koï, pour être précis. Des carpes Koï qui parlent et me proposent un verre de saké.
Je suis assis sous l’eau, face à une table chargée d’amuse-gueules verts et filamenteux, un verre de saké à la main.
– Enchanté, me dit poliment le plus gros des poissons, celui qui s’appelle Roger et dont le dos est orné de grosses tâches bleu foncé, buvez cul sec, ça vous fera du bien.
Au-dessus de ma tête, dans le miroir formé par la surface de l’eau, je distingue le dragon dont le regard vert fluorescent m’observe et une multitude de petites têtes de pierre, tout aussi attentives. Je tourne mon regard vers Roger, pour lui demander des explications, mais mon corps ne réagit pas. Je suis figé et aucun son ne sort de ma bouche. Je parviens à distinguer Stanislas qui s’approche, muni d’un petit béret rouge réalisé au crochet.

Je m’appelais Louis. J’avais 28 ans. Si vous visitez ce temple, vous me trouverez à la base du torri 8596, à proximité d’un petit autel. Je dois maintenant mesurer une quarantaine de centimètres et les enfants aiment particulièrement déposer des fleurs devant moi, sans doute attirés par mon allure occidentale. Vous me reconnaitrez à la déchirure du col de ma chemise de pierre.

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Le petit chien rouge – un conte Pascal –

Lecteur-chéri-mon-lapin-en-chocolat (ça s’appelle « contextualiser »), revenons à l’essentiel : le bassin des carpes Koï, Roger et Stanislas.

Petit rappel : Si tu ne connais pas encore Roger et Stanislas, sache que ce sont deux carpes Koï qui présentent la particularité de parler (et de ne jamais rater l’apéro). Roger est par ailleurs capablre de lire les pensées humaines. Ces carpes sont sentimentales (bien que fort viriles) et si elles pleurent, celui qui boit leurs larmes sucrées voit sa vie se prolonger de l’exacte durée de son honnêteté. Leur bassin est situé dans une clairière, à proximité d’un palais où vit un petit prince.
Voilà, tu sais l’essentiel.

– Dis donc Roger, j’aurais bien croqué dans un œuf en chocolat, moi aussi…
Stanislas, sa grosse tête corail sortie de l’eau, agite les nageoires en direction des reflets multicolores qui viennent d’un pied de fleurs roses.
– Ce sera comme chaque année, personne n’a l’idée de donner du chocolat à des poissons, arrête de rêver.
Roger s’approche et jette un œil curieux aux alentours.
– Mais je reconnais que c’est joli, tous ces papiers brillants dans l’herbe. En revanche, je trouve vexant qu’on mêle de vulgaires poules et d’idiots lapins à des êtres aussi raffinés que des poissons… Et la friture ! Quel nom stupide ! je t’en collerai, moi, des crevettes en chocolat frit… Dis-donc, on dirait que le nénuphar bouge, là-bas !
Les deux poissons abandonnent leurs réflexions chocolatières pour se diriger vers un gros nénuphar blanc, délicatement posé sur une feuille ronde et vernissée. La fleur, agitée de soubresauts, oscille de gauche à droite de façon étrange. Suspicieux, Roger tente une approche en profondeur. Rien de spécial, le dessous de la plante est parfaitement normal. Sur un signe de Stanislas, il sort lentement la tête de l’eau, son gros œil noir affleurant la surface. Les pétales bougent toujours, comme si la fleur contenait quelque chose de vivant. Voyant apparaître l’œil rond de Stanislas à quelques centimètres de lui, il décide de s’approcher  un peu plus. Un jappement le fige. Cette fleur fait du bruit ! Oubliant toute prudence, Roger donne un grand coup de queue et va coller son œil sur un espace entre deux pétales, immédiatement imité par Stanislas.
C’est une boule de poils rouge vermillon qui s’offre aux yeux des deux carpes hébétées. Un petit bruit s’en échappe, puis la boule donne un coup vif, secouant les pétales blancs.
– Réunion de crise !
L’ordre de Roger est immédiatement suivi par Stanislas et les poissons se rejoignent dans la boue douce qui couvre le fond du bassin, 80 cm plus bas.
– Il faut agir vite ! Tu sais ce que c’est ?
Stanislas ne sait pas, mais il trouve le rouge joli.
– On parlera chiffon plus tard… c’est un petit chien ! Il arrive parfois, les nuits de pleine lune, que des petits chiens naissent dans des nénuphars. Ce sont des chiens magiques… les bleus prédisent l’avenir, les jaunes apportent l’amour…
– Et les rouges ?
– Les rouges exhaussent tous les vœux ! Ce sont les plus recherchés, mais aussi les plus fragiles. Celui-ci n’a que quelques heures avant de devenir invisible et de disparaître…
Stanislas remonte rapidement observer leur découverte. C’est en effet un très petit chien aux longs poils soyeux rouge vif, aux grands yeux violets et aux oreilles pendantes. Il jappe joyeusement en se tortillant dans la fleur, laissant apparaître une boucle d’or qui orne son oreille gauche.
– C’est en touchant cette boucle d’or qu’il faut faire un vœu, explique Roger.
– Oh mais c’est génial cette histoire de chiens magiques !
Stanislas est tout excité.
– Tu crois qu’on peut l’inviter à l’apéro ? ça boit quoi, un petit chien comme ça ?
– C’est bien le moment de penser à prendre l’apéro ! Je te dis qu’il n’a que quelques heures devant lui. Il faut que quelqu’un l’adopte, sinon il va disparaître…
– Mais je veux bien l’adopter, moi !
– Ne sois pas ridicule, les poissons ne peuvent pas adopter les chiens…
– Et alors ? il y a bien des cloches vivantes qui jettent des œufs de poule en chocolat dans des lapins ! ça ne choque personne…
– Ce n’est pas le moment de jouer au plus malin, essayons plutôt de trouver une idée pour aider ce chiot à trouver sa place…
Stanislas écarte les pétales avec la bouche pour regarder le chiot. Le petit animal a entreprit de lécher le cœur de sa fleur, maculant sa truffe de jaune. Il aperçoit le poisson et vient gentiment lui lécher l’œil, couvrant la grosse tête corail de jaune. Stanislas, ému, essaie maladroitement de rendre la caresse au petit chien.
– T’as raison, il faut l’aider…
Les poissons regardent autour d’eux, à la recherche de quelque chose à faire, quand un rire cristallin interrompt leurs réflexions. C’est le petit prince, tout guilleret, qui vient pour la chasse aux œufs et furète dans les herbes.
– Le gamin ! Bien sûr, c’est lui qui doit adopter le chiot !
Roger se dresse le plus possible au-dessus de l’eau, pour voir l’enfant sautiller dans l’herbe en poussant de petits cris de joie à la découverte des œufs multicolores. Il rit et admire chaque prise avant de la ranger son petit panier. Tout occupé à ramasser un lapin bleu et des petites poulettes roses, il ne fait pas attention aux poissons qui se sont mis à effectuer de grands bonds dans son dos, espérant attirer son attention.
– J’en peux plus !
Roger est essoufflé par les sauts qu’il n’a cessé de faire. Hors d’haleine, il fixe désespérément l’enfant qui déguste des poulettes et se lèche les doigts.
– Il faudra que tu penses à faire de l’exercice mon gros, y a pas que l’apéro dans la vie !
Stanislas redouble d’effort, encourage son compagnon. Roger change de stratégie et donne de grands coups de queue dans l’eau, affolant le petit chien rouge qui se met à japper. Le bruit et l’agitation inhabituelle de l’eau finissent par intriguer le bambin. Il pose son panier et approche doucement. En découvrant la danse des poissons, il se met à rire et à sauter.
– Mais non ! Danse pas avec nous ! Approche plutôt !
Roger et Stanislas sautent encore plus haut et plus près du nénuphar qui abrite le chiot, éveillant la curiosité de l’enfant qui s’approche et se penche vers les fleurs.
– Pas trop quand même, il ne faudrait pas que le gamin tombe à l’eau…
Les poissons cessent leurs sauts et se mettent de part et d’autre de la fleur abritant le petit chien. Ils agitent les nageoires et fixent l’enfant. Le petit prince tend un doigt potelé, mais il est trop petit pour atteindre la fleur. Roger a l’idée de pousser la tige du nénuphar, et les carpes s’escriment un moment pour rapprocher la fleur du bord. Le petit chien ne fait plus de bruit. Roger jette un œil et perçoit le changement de couleur de son poil.
– Vite ! Vite ou il va disparaître !
Dans un dernier effort, ils avancent encore la tige près de l’enfant qui, soudain devenu sérieux, les aide en tirant sur les feuilles. Il ne lui faut que quelques instants pour découvrir le pompon rouge lové dans le cœur de la fleur. Concentré, il l’attrape avec douceur et le pose dans le creux de sa main. Immédiatement, le pelage du petit animal reprend de l’intensité et un jappement timide se fait entendre. L’enfant sourit, caresse du doigt sa trouvaille en babillant, puis se retourne d’un mouvement vif et court reprendre son panier.
Les poissons le voient en extraire une écharpe avec laquelle il fabrique un nid avant d’y déposer le chiot, puis il déballe un œuf et le découpe en petits morceaux dont il régale son nouvel ami, sans cesser de le flatter de la main, effleurant au passage l’anneau d’or.
– Héhé ! je crois que ce petit chien a trouvé preneur…
Roger n’a pas le temps de finir sa phrase qu’une niche toute en verre décoré de dessins aquatiques se matérialise devant le bassin, sa porte dirigée vers eux. A l’intérieur, un coussin vert brodé de nénuphars et une écuelle bleue pleine d’eau.
– Stanislas, je crois que l’enfant veut que nous soyons amis avec son chien ! Son premier vœu est pour cette jolie maisonnette… on a un voisin!
Content de son organisation, l’enfant délicat déballe des friandises et les jette en direction des deux gros poissons.
– Roger ! Du chocolat ! On va avoir du chocolat pour l’apéro ! Je l’aime cet enfant…

 

 

Lecteur-Chéro-Mon-Amour, si ces messieurs carpes t’ont plu, tu trouveras quelques-une de leurs aventures dans la catégorie « Roger et Stanislas » de ce bel endroit dédié à la culture littéraire.

Le gamin des bois

Lecteur-Chéri-Ma-Châtaigne (c’est la saison), aujourd’hui nous allons nous baser sur l’actualité locale. Si-si. Il se passe des choses ailleurs qu’à Paris intra-muros. Des trucs de dingue, même. On oublie des enfants dans les bois.
http://www.leparisien.fr/malakoff-92240/le-centre-de-loisirs-oublie-un-enfant-de-trois-ans-en-foret-27-10-2016-6260085.php#xtor=AD-1481423553
Si tu ne connais pas encore Roger et Stanislas, sache que ce sont deux carpes Koï qui présentent la particularité de parler (et de ne jamais rater l’apéro). Roger est par ailleurs capable de lire les pensées humaines. Ces carpes sont sentimentales (bien que fort viriles) et si elles pleurent, celui qui boit leurs larmes sucrées voit sa vie se prolonger de l’exacte durée de son honnêteté. Voilà, tu sais l’essentiel

–          Dis-donc Roger, ça te paraît normal, le gamin tout seul, là ?
Roger s’extrait péniblement de la boue dans laquelle il se vautrait avec délices en ce vendredi matin ensoleillé.
–          Quoi, Qu’est-ce que tu racontes ? Les gamins sont jamais tout seuls, regarde bien, il y a forcément un adulte pas loin, avec vélo, trottinette, sandwiches, bonnet, eau, trousse à pharmacie, téléphone, appareil photo, chaussures de randonnées et le reste de la panoplie de l’adulte moyen qui se promène dans les bois…
La grosse carpe étouffe un bâillement et retourne à son bain de boue. Vexé, Stanislas sort sa tête corail et turquoise de l’eau pour vérifier. Devant lui, à une dizaine de mètres de l’étang, se tient un petit garçon en anorak bleu foncé et bonnet à rayures. Son petit sac à dos posé au sol, il pleure doucement, en serrant fort un lapin de peluche beige. Par moments, il semble parler ou appeler quelqu’un.
–          Mais je te dis, il est perdu ce gamin, il pleure. D’ici je n’entends pas ce qu’il dit, mais il n’a pas l’air bien…
Roger se roule ostensiblement dans la boue puis, en prenant bien son temps, s’approche de son camarade.
–          Je te préviens ma grosse, si c’est un piège pour me piquer la place dans la boue, tu vas m’entendre ! Bon, il est où, le môme ?
Il sort à son tour la tête de l’eau et regarde dans la même direction que Stanislas, qui fait des efforts désespérés pour entendre la petite voix tremblotante de sanglots.
–          Mais, il est perdu ce gamin ! Tu vois bien qu’il a peur ! Pourquoi tu ne m’as rien dit ? Bon, il va encore falloir que je prenne les choses en mains…
Sans attendre de réponse, il se concentre sur l’enfant qui s’est assis sur le sol humide et serre maintenant sa peluche contre lui en reniflant. Rapidement, il se fraye un chemin dans les pensées du petit. Parmi des images d’adultes aimants, d’autres enfants et de peluches de toutes les couleurs, il découvre une tétine rouge, une petite couverture à motifs de camions de pompiers et un gros chien marron.
–          Allez gamin, soit sympa, pense à ta maison. Tes ours en peluches ne m’aident pas…
Roger fait une tentative pour orienter les souvenirs du petit vers un lieu. Peu à peu, les images changent de sujet, il voit une chambre, un petit lit, un couloir. L’enfant appelle sa maman en hoquetant. Stanislas, le cœur serré par tant de désarroi , encourage le gamin d’un battement de nageoires.
–          Oui, c’est ça petit, continue comme ça…  Allez gamin, fait un effort, je ne voudrais pas rater l’apéro… bon, désolé, c’est égoïste, allez gamin, reprend toi…
L’enfant semble se calmer. Il pose son lapin et ouvre son sac à dos pour en extraire un petit bus en bois.
–          Un bus ? Tu es venu en bus ?
Le petit garçon se met à genoux et pousse le bus dans les feuilles jaunes et rouge de l’automne. Vroum-vroum. Roger commence à distinguer une route, d’autres enfants qui se tiennent par la main, qui montent quelques marches.
–          D’accord, le petit est venu en bus, il faut savoir d’où, maintenant.
Toujours concentré sur l’enfant, il parvient à le tranquilliser et fini par visualiser une salle de jeux, des porte-manteaux, des petits lits alignés.
–          Le centre de loisirs : je suis sûr que c’est le centre de loisirs!
–          Comment tu peux en être sûr ?
–          Tu te souviens des gosses qui nous balançaient du pain ? ils venaient de là ! ils étaient dans un bus de la ville…
–          Si tu le dis. Et on fait quoi, maintenant ?
–          On appelle les pies, je ne vois que ça… à toi de jouer.
Stanislas prend son élan et donne un grand coup de queue pour sortir de l’eau. Il fait du bruit et des éclaboussures pendant plusieurs minutes avant que trois pies n’apparaissent. Le petit garçon, intrigué par le manège du poisson, s’est rapproché et se penche vers l’eau, son lapin à la main.
–          Arrêêêêêêêêêêêêête ! Le gosse va tomber à l’eau ! il ne faut pas qu’il approche plus !
Roger se précipite sur son ami pour l’empêcher de sauter encore. Les deux carpes s’immobilisent, espérant dissuader le gamin de rester au bord de l’eau. Les pies, perchées sur une pierre, attendent. Le petit garçon, déçu que les poissons ne bougent plus, recule un peu et reprend son jeu avec le bus.
–          On a eu chaud! Je ne suis pas sûr qu’il sache nager, à cet âge…
Roger essuie une larme de stress.
–          Hé, Roger ! Qu’est-ce tu veux ? Tu nous invite à boire un coup ?
Les pies commencent à s’impatienter.
–          Volontiers, mais on a besoin de vous avant, les gars !
La carpe explique alors aux oiseaux la situation et le plan qu’elle a imaginé. Har et Grou, les plus gros des oiseaux, partent dérober un drap qui sèche dans le jardin le plus proche. Tou, le plus avisé des trois compères, va trouver un groupe d’hirondelles qui s’attardent au soleil avant le froid de l’hiver.
Le gamin a cessé de pleurer et observe les mouvements de tous les oiseaux. Son lapin dans la main, il se met à courir après eux en gazouillant, essayant de leur voler des plumes.
–          Dis donc Roger, il est mignon ton client, mais s’il m’abîme, il va m’entendre !
–          T’inquiète, il veut juste jouer… profites-en pour le guider dans le drap, au lieu de râler. Tu auras droit au meilleur cognac ce soir, promis !
Har et Grou ont étalé le drap au sol. Les hirondelles amusent le gamin pour le diriger dans le tissu. Dès qu’il est au centre, tous les oiseaux se mettent autour en attrapent les bords. Avant que le petit ne puisse avoir peur, ils le soulèvent du sol et se prennent la direction du centre de loisir. Se sentant bouger du sol, l’enfant piaille de joie.
–          Le saaaaaac !
La pie Tou attrape in-extremis le petit sac à dos et le jette dans le drap avec le bus de bois, après quoi il rejoint aux autres oiseaux pour porter l’enfant dans son drap.  Roger et Stanislas observent le gamin volant jusqu’à ce qu’il disparaisse dans les cimes. Rassurés par les gloussements enfantins, ils retournent se rouler dans la boue.

Les oiseaux déposent le drap et son précieux chargement devant la porte du centre de loisirs; Har appuie sur la sonnette et reste à proximité, le temps de s’assurer que le petit est au bon endroit. La jeune femme qui ouvre la porte a l’air très étonnée de trouver le gamin dans son drap bleu, agitant son lapin en direction d’un groupe d’oiseaux perchés autour de lui. Elle prend l’enfant par la main et les oiseaux  repartent pour aller prendre l’apéro en paix. Dans les bras de l’oublieuse jeune femme, le petit agite toujours son lapin en babillant, les yeux fixés vers le ciel.

lapinpeluche

Le petit prince s’amuse

Lecteur-chéri-mon-choux-vert, le début de cette épopée est par là:
https://geckobleu007.com/2016/05/01/le-petit-prince-a-pas-dit
La suite est là https://geckobleu007.com/2016/06/19/le-petit-prince-a-un-reve/,
puis si tu aimes vraiment, tu peux aussi lire ça: https://geckobleu007.com/2016/07/31/le-petit-prince-veut-voyager/
Si tu n’as pas exactement le temps de le remonter (le temps), tout ce que tu as besoin de savoir est que le personnage principal est un enfant, petit prince mutique. Il se tient régulièrement au bord d’un bassin habité par deux carpes koï, Roger et Stanislas, qui présentent la particularité de parler (et de ne jamais rater l’apéro). Roger est par ailleurs capable de lire les pensées humaines. Ces carpes sont sentimentales (bien que fort viriles) et si elles pleurent, celui qui boit leurs larmes sucrées voit sa vie se prolonger de l’exacte durée de son honnêteté. Voilà, tu sais l’essentiel

– AAAaaaaaahhhh!!!
Roger, les yeux exorbités, se sent happé par le filet.
– Aaahhhhh ! Je déteste ce filet, il abîme mes écailles et froisse ma queue !
Stanislas, à côté de lui dans un autre filet le regarde d’un œil impavide.
– Mais lâche l’affaire, de toute façon tu n’y peux rien… Relaxe ton corps et essaye de ne pas gâcher ton oxygène.
Les deux carpes échangent un regard et avant que Roger n’ai le temps de réagir, chacun d’entre eux est projeté dans un bocal rond.
– Ah non ! Pas le bocal ! Je déteste ce truc rond qui nous donne l’air de poissons rouges débiles qui ne savent que tourner dans un sens en faisant des bulles stupides !
– Tu vas te calmer ? Là non plus, tu ne peux rien faire. Laisse tomber. Espérons que nous serons de retour pour l’apéro…
Les poissons prisonniers ne se quittent pas des yeux pendant qu’on les arrime solidement à ce qui semble être un cheval pour Stanislas et un éléphant pour Roger.
– On va encore se faire balloter, j’en ai marre, c’est pas une vie…
Quelques flocons d’une délicieuse mixture interrompent les récriminations de Roger, qui préfère suspendre ses râleries pour se gaver. Des petits doigts potelés d’enfant s’agitent au-dessus des bocaux, distribuant généreusement de quoi calmer les carpes.
– Il est sympa, le môme, quand même…
Une musique rétro couvre la fin de la phrase de Stanislas, qui ferme les yeux et cesse de bouger pour l’apprécier. La musique est tellement belle qu’il se sent littéralement transporté, comme s’il flottait. Un sourire béat se forme sur sa bouche pleine de flocons, il va se mettre à fredonner la mélodie quand un cri d’effroi le fige au fond de son bocal. Il ouvre les yeux pour voir passer Roger dans son bocal, sur l’éléphant, à la verticale devant lui. Roger s’agite et tempête, troublant son eau, vociférant, pestant, crachant des insultes. Parvenu à un ce qui semble être un point fixe en altitude, il redescend, toujours aussi agité. Le spectacle est sidérant. Les yeux écarquillés, Stanislas voit passer son ami de bas en haut puis de haut en bas.
Sans voire d’où il vient , il entend le rire cristallin du petit prince et comprend qu’ils ne sont pas en danger.
– Roger ! Tu vas te calmer, oui ? Profite, mon gros, pour une fois que tu bouges à la verticale ! Et sur un éléphant en plus !
Son rire moqueur est brutalement interrompu par le mouvement de bas en haut qui anime son propre bocal.
– Ehoh ! Qu’est ce qui se passe ? Jamais vu un cheval voler, moi ! Les éléphants, oui, mais les chevaux, non !
Les deux poissons en sont réduits à se croiser au rythme des sauts de leurs montures respectives. Profitant d’un moment d’altitude, Stanislas repère le petit prince, qui pilote très sérieusement un avion bleu. Son cheval semblant perdre de la vitesse, la grosse carpe en profite pour échafauder un plan.
– Eh, Roger, qu’est que tu dirais de rejoindre le gamin dans l’avion ? Ce serait plus tranquille, tu ne crois pas ?
– Tu veux qu’on saute, c’est ça ? mais on va crever hors de l’eau ! Et encore, il faut être sûrs de notre coup!
– Ca ralenti, on devrait s’arrêter bientôt. Un coup de queue et on s’envole pour atterrir à côté du petit. Il ne nous a jamais laissés tomber. Je suis sûr qu’il saura quoi faire.
– Tu aimes vivre dangereusement, mais j’ai trop peu de rater l’apéro. Tiens, ça s’arrête. J’y vais en premier.
Roger fixe le dos du petit prince et se concentre. Il prend son élan, amorce un cabrage et va donner un coup de queue pour voler vers l’enfant
– Nooooon, fais pas ça !
La carpe corail et turquoise arrête son geste juste à temps.
– Il n’est plus dans l’avion ! Et mon cheval repart ! Ton éléphant va sûrement se remettre en route, il faut trouver autre chose !
Roger souffle et se tourne vers le bocal de Stanislas
– Tu as voulu me tuer ! je suis sûr que tu l’a fait exprès ! Ce plan foireux était juste pour te débarrasser de moi !
– Mais non, quel intérêt ?
– Tu veux récupérer toute la bouffe des apéros, tu crois que je ne te connais pas ?
– Mais tu es idiot ou quoi ? on s’en fout de la bouffe, on… Ah ! Il est là, avec les flics, regarde !
Roger et Stanislas se tournent dans la direction indiquée par Stanislas. En effet, l’enfant est monté dans une auto de police et se tient au volant, tout fier. Il appuie sur un bouton rouge et un gyrophare se met en marche.
– Les flics ! S’il est chez les flics, c’est qu’on a un problème. Je suis sûr qu’il a trouvé ma réserve d’alcool, il va nous dénoncer, c’est pour ça qu’on est là, coincés comme deux cons, dans des bocaux séparés : il se débarrasse de nous !
Roger est tétanisé par les paroles de son ami. De grosses larmes coulent sur ses joues blanches et corail
– Je ne veux pas le quitter, le môme, je l’aime, moi, cet enfant ! c’est pas possible qu’il nous livre…
L’éléphant et le cheval se remettent à monter et descendre.
– Tu vois ? Ils nous empêchent de communiquer ! On va passer le reste de nos vies chez les flics, dans des bocaux crados, sur des bureaux poussiéreux, avec de la bouffe bas de gamme ! Au secours !
Stanislas perd son calme et se met à tourner comme un forcené dans son bocal. Ses yeux fous s’agrandissent et ses nageoires brassent désespérément l’eau. Roger commence à craindre que son ami ne fasse un malaise quand leurs montures ralentissent et s’arrêtent doucement. Devant eux, le petit prince sort de la voiture de police. Il sourit de toutes ses petites dents de lait. Il s’approche du cheval en gazouillant et plonge l’index dans l’eau du bocal de Stanislas. Aussitôt, la carpe se calme et vient se coller sur le doigt de son maître. Une déferlante de tendresse le secoue. L’enfant sait tranquilliser ses poissons. Il caresse un moment la tête corail et détache le bocal.

Les deux carpes se retrouvent en sécurité sur un banc où l’enfant les a posés. Les deux bocaux ont été généreusement garnis de délicieuses plantes aquatiques. En mâchonnant, Roger fait un clin d’œil à Stanislas.
– T’a flippé, hein ? Allez, admet que t’as flippé ? Moi, j’ai toujours su que le gamin nous aime trop pour nous laisser chez les flics. Tiens, regarde, il est monté dans un sous-marin… il est mignon, c’gamin, un vrai aventurier…
Stanislas préfère ignorer les railleries de son ami. De son poste d’observation, il profite du spectacle offert par cet enfant délicat qui les aime tellement qu’il veut partager avec eux toutes ses activités. Sous son bonnet de laine vert, les yeux brillants d’excitation, le petit actionne l’hélice de son sous-marin. Le manège redémarre dans un éclat de rire.roger