Archives Mensuelles: février 2018

Réveil

Je n’arrive pas à creuser de chemin vers mon cerveau.
Tout est brouillard, comme si ma tête était pleine d’un fin coton et le siège de ma réflexion, une bille de plomb au centre de cet écheveau.
Trois jours maintenant que je suis dans l’incapacité d’élaborer la moindre pensée.

La fatigue m’empêche de m’inquiéter. Je me laisse aller contre la vitre et regarde défiler le paysage. Il est à l’image de ce qui m’arrive : noir et blanc, flou, impénétrable, insaisissable. Je ferme les yeux, en quête de la normalité qui me manque.

Le tangage régulier du train, son bruit monotone devraient me bercer, mais la main de fer de l’angoisse se serre autour de mon front. Bientôt, la migraine sera si forte que j’aurai mal aux dents… Il me faut un café.
Alors que je titube vers la voiture bar, un flash déchire ce qu’il me reste de cerveau. Lumière aveuglante, douleur. Ce n’est pas la migraine. Ça ressemble à un souvenir. Je m’arrête, soutiens mon corps affaibli entre deux sièges. J’ai envie de vomir, je vais tomber dans les pommes. Mes doigts aux articulations blanchies s’agrippent aux poignées… respirer… respirer et penser à autre chose, appeler la plage de mes vœux… Je peux repartir. Aucune idée de ce qui vient de m’arriver. Dans ma tête, c’est à nouveau la mélasse. La nausée me guette. Il me faut un café et vite retourner à mon siège.

A mon arrivée à la gare, je flotte vers la file des taxis. La moindre bousculade me mène au bord de l’évanouissement. La sensation d’embourbement ne m’a pas quittée. Mon cerveau se dérobe en moi.

J’oublie.

Qui je suis.

Je n’ai aucune idée de comment je suis arrivée à l’hôtel, de qui m’a aidée à porter ma valise, m’a fait couler un bain puis ôté mes vêtements. Moite, je frissonne dans une serviette d’éponge blanche, mais n’ai pas la force de me lever pour prendre des vêtements. Allongée sur le couvre-lit fleuri rassurant, mes cheveux gouttant sur coussin de velours jaune, je fixe la fenêtre. Je ne sais rien, sinon que je dois fixer les rideaux bleus, pour ne pas me noyer dans l’absence de moi.
Je fini par sombrer.
Un flash me réveille. Figée par le froid, je voudrais appeler à l’aide, mais l’idée d’émettre un son m’est insupportable. Machinalement, je relève une mèche de cheveux pour la glisser derrière mon oreille. Une douleur fulgurante me vrille le cerveau. Aveuglement. Nausée. Peur.

Je passe mon index le plus délicatement possible sur la cicatrice qui gonfle sur l’os. Elle semble fraîche, les fils sont toujours pris dans ma chair. Je sens les larmes me monter aux yeux, mais le sentiment de tristesse ou de peur me sont étrangers. Tout se passe comme si j’observais les larmes couler sur mes joue, voies salées sur le froid de ma peau.
Mon cerveau semble prêt à repousser les limites de ma boîte crânienne, il lutte pour compresser des vaisseaux sanguins, se force un passage jusque dans ma gorge. Ma tête va exploser, je vais étouffer et crever sans me souvenir de qui je suis.

La douleur me tue à petit feu.

Du coin de l’œil, je vois un téléphone posé sur la table de chevet. Je tends un bras qui semble appartenir à un corps qui n’est pas le mien, vois une main s’emparer du téléphone et pianoter sur le clavier, puis plus rien.

Le vide
Virginité des sens. Je réalise que je n’ai plus mal.

Une voix se forme en mon éther. D’abord un bruit, puis un flot, pour finalement devenir mots dépourvus de sens «Nous sommes désolés, nous n’avons pas encore atteint le niveau technique nécessaire, nous allons devoir vous rendormir».
Sous moi, je devine mon corps flasque, autour duquel s’activent de sombres silhouettes. Dans la cicatrice, quelqu’un plante une sonde, déclenchant un nouveau flash, suivi d’une douleur vive. Je suis étonnée de sentir que la conscience peut avoir mal, mais n’ai que le temps d’intercepter la fugace surprise.

Quelqu’un trouve mon téléphone portable. Il déchiffre à voix haute «Laissez-moi mourir, je vous en prie». Dans le silence d’incompréhension qui suit, je me souviens.

J’ai payé pour l’immortalité.

Publicités

Un moment d’hésitation

Ce sont ces moments souvent clé, qui semblent vivre leur vie pour mieux nous plonger dans un monde auquel nous aurions préféré ne pas avoir part…

Cette semaine, il ne t’aura pas échappé, Lecteur-Chéri-Mon-Flocon, que nous avons été envahis par une substance blanche, poudreuse, légère et pour le moins inhabituelle en ces temps de réchauffement climatique. Mais cette semaine aura surtout vu le premier lancement dans l’espace d’une… voiture….
Pour une fois que c’est un sujet féminin qui fait la une, ce sera donc une automobile. D’où l’intérêt d’avoir les moyens: On peut balancer dans l’espace ce qu’on veut. Perso, j’aurais bien balancé des carpes Koï, connues sous le nom de Roger et Stanislas, mais il se trouve que je n’ai pas trop les moyens en ce moment.
Bref, revenons à la neige.
Contrainte de m’acheminer en autonomie, j’ai rechaussé mes pompes de 7 lieues et entrepris de traverser la capitale figée dans l’incompétence généralisée face à un climat somme toute de saison. Eeeeh oui, c’est l’hiver et l’hiver, il neige. Mais c’est comme si RATP, SNCF et autres joyeux urbanistes oubliaient cet état de fait. Donc Paris se tétanise aux premiers flocons exactement comme moi face à ma déclaration d’impôts. Même si, je le concède, il y a quelque chose d’éminemment sympathique dans l’exotisme de la situation: marcher tard le soir, traverser des quartiers entiers livrés aux congères, glisser en chœur sur des trottoirs transformés en patinoire et …. rencontrer des barjots, ceux qui sont perdus dans leurs moments d’hésitation au point de les confondre avec une réalité qui leur appartient. Des mondes parallèles, mais seulement tangents au nôtre.
Ça commence doucement, par une hallucination. Je vois passer des prix dépressifs. Ces prix tristes à mourir, qui baissent le nez et essayent de disparaître, honteux de ce qu’il représentent comme travail de petits enfants dans des pays pas si lointains (à l’heure de l’hyperloop et de la voiture dans l’espace). Ces prix me hantent encore quand j’entre dans une salle de cinéma remplie  de vieux (se sont les seules personnes encore capables de s’acheminer dans des conditions climatiques inconnues des jeunes générations. Et les seules personnes qui possèdent encore l’équipement idoine. J’ai vu des pompes de folie, cette semaine, des trucs que même les prix dépressifs ne voudraient pas représenter). Une vieille dame s’assied à côté de moi. Nous sommes seules dans un îlot de sièges vides, loin des autres vieux en après-ski. Et que fait cette dame? Pour se sentir raccord avec la météo apocalyptique de la semaine, la vieille lâche des vents. Je jure que même Gene Tierney a réagit, elle a fait ça:

#Genetierney #heavencanwait

Sous l’emprise de l’odeur, je fuis la salle obscure, la vieille et le diable qui a l’air trop sympa pour être honnête (c’était « Heaven can wait », mais pas avec Clyde Barrow, ami cinéphile, je fais appel à ta science) et me retrouve dans la rue, les pieds mouillés, le brushing en berne, totalement seule et soudain… cernée de corneilles. La nuit. Une dizaine d’oiseaux au gros bec noir, à l’œil furieux et à l’accent Hitchockien.

Là, c’est moi:

Je flippe, évidement, qui n’aurait pas flippé sa race? Entourée d’oiseaux dont le croassement agressif commence à me faire tourner la tête, je cherche un abri. Une ruelle se profile, je m’y glisse (au sens littéral de « glisser ») et entends un susurrement étrange en provenance du fond de la ruelle.
Les oiseaux semblent apprivoisés par un être petit et rond qui se tient en retrait dans un coin sans lumière et leur parle un langage barbare. Il ricane et grâce à un providentiel rayon de lune, je vois briller des dents qui me semblent de glace dans sa bouche tordue par la haine. Mais je refuse de me laisser impressionner. Je m’approche de l’individu (il faut dire que son tour de taille me laisse entendre que je cours plus vite et que si je dois fuir devant lui, il a plus de risques que moi de s’étaler comme la grosse merde adipeuse qu’il est et de finir la soirée sur le dos, ses jambes courtaudes s’agitant de façon ridicule et sa veste trempée collée par le givre, la fausse fourrure de sa capuche lui remplissant la bouche de poils synthétiques allergisants et l’urticaire polluant lui couvrant le corps. L’idée m’enchante).
Je m’approche donc… et me trouve face à ce qui a l’air, l’odeur, la couleur d’une carotte.
Le nabot rit de façon démoniaque faisant tressauter son estomac vulgaire au dessus de ses pieds tordus. Il est sale, gris, ses yeux de charbons brillent de méchanceté, mais je reconnais un bonhomme de neige.

Voilà donc où nous conduit le réchauffement climatique: à des êtres dont l’existence même n’est que pollution et méchanceté. Des êtres dont l’évocation devrait faire sourire les enfants et qui ne sont plus que l’ombre démoniaque d’une fureur sans objet.
Je pourrais le faire fondre en me jetant sur lui et en l’entourant de mes bras, mais il me fait pitié. De toute façon, il est condamné par l’air qu’il respire et qui nimbe son corps rond de veinules goudronnées. Je shoote dans les corneilles et leur laisse en pâture quelques prix dépressifs qui m’avaient suivie. Le vent de la vieille envahi la ruelle, le bonhomme ne semble pas s’en émouvoir. Puissent ces émanations boucher ses artères.

Plus tard, en remontant le long de la voie de tram glacée, l’idée me vint que le futur s’annonce bizarre.

Sinon, notre ami Elon Musk a toujours en tête de nous faire voyager plus vite que notre ombre, mais il semblerait qu’il rencontre quelques problèmes techniques.

#hyperloop

Hyperloop

Si tu as envie de voyager dans ce qui s’apparente à un tube digestif géant dont la vitesse va te faire vomir (et donc normalement, tu vas te prendre ton vomi dans la figure), ça reste ton choix.