Archives du blog

Migraine administrative

Lecteur-chéri-ma-muse-adorée, sache que toute ressemblance entre ce qui suit et une certaine réalité fiscale est voulue. Violente, mais voulue.

 

Il est bleu, phosphorescent et flotte à mes côtés dans une eau sombre à l’épaisse froideur. Sa tête est celle d’un sanglier, son corps celui d’un poisson. Son regard glauque, mélange de boue et de souffre, me fixe. Bien que consciente qu’il ne va pas me charger, sa présence hybride me glace plus que l’eau dans laquelle nous sommes en suspend. La lumière est bannie de cet endroit dont je pressens le fond plus proche que la surface, très lointaine.
Ma tête va éclater. Autour de la chose, des points lumineux vrillent mon cerveau de leur intensité vulgaire.
Je n’aurai pas de répit, un autre animal rôde, m’étouffe de cercles concentriques dont je suis le centre. Lui, je sais qu’il ne me lâchera pas. Je n’en peux plus. Je lui ai déjà laissé mes deux bras, alors qu’il avait pris toutes mes dents. Mon bras gauche repousse, il forme un moignon de 25 cm qu’il me faut à tout prix protéger. J’en ai besoin. Il en va de ma survie.
Je devine le troisième monstre, tapi dans l’ombre, à proximité. On se connaît, on se fréquente depuis longtemps… il attend un instant de relâchement de ma part pour me mordre le dos, je dois à tout prix rester en alerte.
Exsangue.
Impitoyables, ils attendent de flairer la faiblesse pour attaquer. L’odeur de la peur les excite, l’onde de l’impuissance les rend fous.
Dans un dernier effort, je décide de capituler. Je leur laisse un pied, ça les fera patienter. Ils sont en train d’avoir ma peau et ma garde baisse malgré moi. Trop de fatigue, trop d’incertitude, trop d’attaques à parer. Nous ne sommes pas préparés à ça. Personne n’y est préparé, à tel point que les montres eux mêmes, parfois, donne l’impression de ne pas savoir ce qu’ils font. Comme si une force suprême les téléguidait.

– Allo? Oui… bon, je suis désolée, mais vous ne pouvez rien faire d’autre que cette estimation. Oui, je sais, c’est aléatoire… Faites attention, si vous vous trompez trop, vous serez redevable d’une amende. Au delà de 15%, on enverra un tueur à gages pour régler votre cas. Au revoir.

Silence de mort.

Les yeux de la bête sont fixes, hypnotiques (comme un film critiqué par le Figaro, le Parisien et France Inter). Un rictus se dessine sur sa face poilue. Au même moment, de la nuit aqueuse surgit un autre sourire, à rayures blanches et bleues. Edenté, celui-là. Un ricanement se fraie le passage entre des dents pourries, après avoir glissé sur la fange d’une langue râpeuse. Je devine qu’il veut mes yeux, mais je ne suis pas encore prête à céder. Je me battrais, je lui arracherai langue et oreilles s’il le faut. Il n’y a pas de raisons. Je consulte mon thunomètre dont la jauge, ce matin encore, flirtait avec le vide. Etrangement, il a un peu remonté…  L’effet est immédiat… Une bouffée d’air irrigue mon cerveau compressé par la migraine. Pour vérifier cet inattendu revirement, j’approche l’appareil de mes yeux, juste à temps pour voir la jauge redescendre, accompagnée dans sa chute par le ricanement de la bouche sans face.

– HAhahahahahah! Tu y a cru, hein? Mais non! Je te rappelle que c’est open-bar, chez toi, en tant qu’invités, on se sert comme on veut…

Tandis que je m’étrangle avec une bulle d’oxygène et que mes tympans dansent la samba sur mon cerveau couvert d’ecchymoses, le monstre violet sort de l’ombre et se jette sur mon moignon. Heureusement, j’ai encore quelques réflexes salvateurs, assez pour esquiver la charge, et le monstre vient s’encastrer dans les lignes tranchantes formées par les colonnes de mon relevé de situation. A son hululement de douleur, je devine qu’il s’est mangé une série de zéros. Bien fait. T’avais qu’à m’en laisser un peu.

– Allo? Oui… Désolé, oui, j’ai bien noté, votre demande sera traitée sous 2 à 5 jours.
2 à 5 jours pour faire transiter un mail entre deux étages… Le traitement doit consister à réduire en bouillie toute forme humaine qui aurait eu l’imprudence d’approcher pour demander de l’aide. Après avoir broyé os et chair, ils étalent cette charpie sur le sol et la nivellent pour former une surface lisse et rouge sur laquelle ils jouent au curling avec les mails. J’explose de rire, c’est nerveux, ça sonne faux, ça sonne… agressif…

Les chimères ont entamé leur danse de l’épreuve. Ils veulent me faire céder, mais je refuse. Malgré le cercle de fer chauffé à blanc qui me broie le crâne, je décide de les ignorer.
C’est l’avantage d’internet: si on ne consulte pas, on ne sait pas.
Résister par l’ignorance. L’ignorance comme arme, ça devient à la mode.
Je ferme les yeux, redonnant immédiatement vie à l’infernal trio. Garder les yeux ouverts devient de plus en plus difficile, voire impossible, mais dans la nuit, ils gagnent en puissance. Alors on ne dort pas. Le corps le sent, qui se venge.

– Ce service sera facturé 12 centimes d’euro la minute. Le temps d’attente estimé est de … 35987 minutes, prélevées directement de vos veines, par transfusion. Si vous craignez le malaise, notre IA psychologique vous viendra en aide dès les premiers symptômes, soyez rassurés. Ce service que nous avons le plaisir de vous imposer vous sera facturé 1€ la seconde. Pour vous faire patienter, nous allons vous raconter comment ce système a été mis en place de façon à vous empêcher de faire ce que vous voulez, vous empêcher de vous exprimer, vous empêcher de comprendre ce qui vous arrive, dans le but ultime de vous faire revenir dans le troupeau. Nous vous rappelons que cette conversation est enregistrée et vous demandons de ne pas insulter vos correspondants…

La bête bleue me fixe, goguenarde.
Ne pas se laisser impressionner….

Publicités

Réveil

Je n’arrive pas à creuser de chemin vers mon cerveau.
Tout est brouillard, comme si ma tête était pleine d’un fin coton et le siège de ma réflexion, une bille de plomb au centre de cet écheveau.
Trois jours maintenant que je suis dans l’incapacité d’élaborer la moindre pensée.

La fatigue m’empêche de m’inquiéter. Je me laisse aller contre la vitre et regarde défiler le paysage. Il est à l’image de ce qui m’arrive : noir et blanc, flou, impénétrable, insaisissable. Je ferme les yeux, en quête de la normalité qui me manque.

Le tangage régulier du train, son bruit monotone devraient me bercer, mais la main de fer de l’angoisse se serre autour de mon front. Bientôt, la migraine sera si forte que j’aurai mal aux dents… Il me faut un café.
Alors que je titube vers la voiture bar, un flash déchire ce qu’il me reste de cerveau. Lumière aveuglante, douleur. Ce n’est pas la migraine. Ça ressemble à un souvenir. Je m’arrête, soutiens mon corps affaibli entre deux sièges. J’ai envie de vomir, je vais tomber dans les pommes. Mes doigts aux articulations blanchies s’agrippent aux poignées… respirer… respirer et penser à autre chose, appeler la plage de mes vœux… Je peux repartir. Aucune idée de ce qui vient de m’arriver. Dans ma tête, c’est à nouveau la mélasse. La nausée me guette. Il me faut un café et vite retourner à mon siège.

A mon arrivée à la gare, je flotte vers la file des taxis. La moindre bousculade me mène au bord de l’évanouissement. La sensation d’embourbement ne m’a pas quittée. Mon cerveau se dérobe en moi.

J’oublie.

Qui je suis.

Je n’ai aucune idée de comment je suis arrivée à l’hôtel, de qui m’a aidée à porter ma valise, m’a fait couler un bain puis ôté mes vêtements. Moite, je frissonne dans une serviette d’éponge blanche, mais n’ai pas la force de me lever pour prendre des vêtements. Allongée sur le couvre-lit fleuri rassurant, mes cheveux gouttant sur coussin de velours jaune, je fixe la fenêtre. Je ne sais rien, sinon que je dois fixer les rideaux bleus, pour ne pas me noyer dans l’absence de moi.
Je fini par sombrer.
Un flash me réveille. Figée par le froid, je voudrais appeler à l’aide, mais l’idée d’émettre un son m’est insupportable. Machinalement, je relève une mèche de cheveux pour la glisser derrière mon oreille. Une douleur fulgurante me vrille le cerveau. Aveuglement. Nausée. Peur.

Je passe mon index le plus délicatement possible sur la cicatrice qui gonfle sur l’os. Elle semble fraîche, les fils sont toujours pris dans ma chair. Je sens les larmes me monter aux yeux, mais le sentiment de tristesse ou de peur me sont étrangers. Tout se passe comme si j’observais les larmes couler sur mes joue, voies salées sur le froid de ma peau.
Mon cerveau semble prêt à repousser les limites de ma boîte crânienne, il lutte pour compresser des vaisseaux sanguins, se force un passage jusque dans ma gorge. Ma tête va exploser, je vais étouffer et crever sans me souvenir de qui je suis.

La douleur me tue à petit feu.

Du coin de l’œil, je vois un téléphone posé sur la table de chevet. Je tends un bras qui semble appartenir à un corps qui n’est pas le mien, vois une main s’emparer du téléphone et pianoter sur le clavier, puis plus rien.

Le vide
Virginité des sens. Je réalise que je n’ai plus mal.

Une voix se forme en mon éther. D’abord un bruit, puis un flot, pour finalement devenir mots dépourvus de sens «Nous sommes désolés, nous n’avons pas encore atteint le niveau technique nécessaire, nous allons devoir vous rendormir».
Sous moi, je devine mon corps flasque, autour duquel s’activent de sombres silhouettes. Dans la cicatrice, quelqu’un plante une sonde, déclenchant un nouveau flash, suivi d’une douleur vive. Je suis étonnée de sentir que la conscience peut avoir mal, mais n’ai que le temps d’intercepter la fugace surprise.

Quelqu’un trouve mon téléphone portable. Il déchiffre à voix haute «Laissez-moi mourir, je vous en prie». Dans le silence d’incompréhension qui suit, je me souviens.

J’ai payé pour l’immortalité.