Enfermée dehors

Je m’appelle Clothilde, j’ai 47 ans, le fisc aux fesses, et je m’apprête à assommer une vieille dame innocente pour lui piquer un poisson rouge.
Si ça vous va, je vous explique comment j’en suis arrivée là…

Samedi, 18h30, je suis sur le point de quitter mon appartement quand mon téléphone sonne. Je décroche et entame la conversation tout en constatant que le store de ma baie vitrée est de guingois: il fait chaud, je l’ai baissé à 80 cm du sol, mais comme mon balais et posé sur la vitre (parce que j’ai nettoyé la terrasse), il empêche le store de complètement se positionner. Toujours au téléphone, je passe dans l’espace qui sépare le salon de l’extérieur, pour pousser le balais. Ce que je fais, en continuant l’air de rien ma conversation. Et je ne peux que constater que le store, une fois bien baissé, va empêcher la chaleur de rentrer. Mais il va m’empêcher moi AUSSI de rentrer. En fait, le store est fermé à 10cm du sol et je suis dehors, avec mon portable. Et pas d’appli pour ouvrir les stores par magie. Très con. Surtout quand on habite au 8è…
Évidemment, ma voisine a ma clef et elle va pouvoir me délivrer. Mais elle rentre de vacances demain soir. J’ai au moins 24h à passer dehors. A moins d’appeler un serrurier, mais j’ai trop honte et de toute façon, je ne pourrais pas lui ouvrir la porte du bas. Coincée avec moi-même sans l’ombre d’une ombre, en pleine canicule avec juste l’eau des fleurs à siroter direct au bac boueux. Je n’envisageais pas de passer la soirée (la nuit…) comme ça.

Les heures passent et le sentiment de profonde solitude assorti à la conviction d’être débile profonde m’envahit peu à peu.

Je n’ai pas bu l’eau l’eau des fleurs (on a sa fierté) mais j’ai quand même eu une vision. Le petit poisson en or et émail bleu que je porte autour du cou s’est mis en position horizontale et m’a parlé. Je le jure. Et voilà ce qu’il m’a dit (mot pour mot):
« quand tu m’as choisi dans la vitrine, je t’ai trouvée sympa, tu m’as sélectionné parmi des dizaines de pendentifs. J’étais fier. Mais là, tu me déçois. Je me demande comment j’ai pu accepter de décorer ton cou »
Donc les bijoux nous choisissent, eux aussi.
Et ils parlent, après.
Et le poisson de continuer « je peux t’aider à sortir de là (sortir de dehors, donc), mais tu dois promettre de m’aider après. J’ai une requête à te soumettre »
N’importe qui accepte, non?
Moi oui.
Et pourtant, je me targue de ne pas être n’importe qui. Donc, logiquement, j’accepte.
« Tu vas fermer les yeux et penser très fort à une île déserte sur laquelle s’agite mollement un palmier rose » me dit-il (trop facile) « après quoi, tu sautes sur un pied 57 fois, avec un doigt dans le nez, le doigt que tu veux, mais si tu le mets dans la narine gauche, tu tournes dans le sens des aiguilles d’une montre et dans l’autre sens sinon » (facile aussi, compte tenu du fait qu’il  fait nuit et que je ne risque pas d’être dénoncée pour outrage)
« Après, tu devras faire une chose très simple: j’ai un amour de poisson, elle s’appelle StarFish, elle est en or et émail rouge, on nous a séparés chez le grossiste et depuis, je ne vis plus. Rassemble-nous »
Trop facile. Sauf que…
« Elle est chez Van Cleef  & Arples, place Vendôme »
Après, plus rien.
Mais j’ai promis.
Je suis les instructions à la lettre, pour me réveiller dans mon lit, à 4h du matin. Je crois que j’ai rêvé, mais le poisson est toujours à mon cou et (bien que silencieux) il me regarde. Ses yeux d’onyx me disent « n’oublie pas, tu as promis ». C’est fou, le pouvoir de persuasion d’un poisson en or émaillé bleu. Je n’ai qu’une parole. Même donnée à un poisson. Je ne veux pas courir le risque de basculer dans un univers parallèle peuplé d’étoiles de mer carnivores géantes aux bouches pleines de dents acérées couvertes de poison urticant. (Stephen King, sors de mon cerveau)

Chez Van Cleef, j’ai trouvé StarFish. Elle est très belle, mais très loin de mon budget (très très loin). J’ai le fisc aux fesses, pas de boulot et une montagne de dettes, je ne sais pas si je vous ai dit. Pas trop le choix…
J’ai attendu, embusquée à côté de la boutique des jours et des jours, avant qu’une petite dame âgée ne s’offre le bijoux. Elle est mignonne, j’ai honte.

Je m’appelle Clothilde, j’ai 47 ans et je m’apprête à assommer une vieille dame innocente pour lui piquer un poisson rouge.

Mais je n’ai qu’une parole.

 

Publicités

Publié le 28 août 2017, dans Extrapolations, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. C’est important de réaliser les souhaits des poissons colliers. 😂

Parlez après le bip...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :