Archives Mensuelles: mai 2014

Tremble, mortel!

exhibitionniste-fraise-poire

Bien. Commençons cette semaine en beauté, au moins à la hauteur de l’astre solaire, mon ami.

J’avais un peu zappé cette information, pourtant capitale: la peur des porteurs d’organes. http://www.huffingtonpost.fr/2013/06/20/don-dorgane-les-americains-effrayes-par-un-transfert-de-eprsonnalite-selon-une-etude_n_3464247.html?ncid=edlinkusaolp00000003&ir=France

Pourtant, on pourrait se dire: c’est chouette, grâce au don d’organes, on permet à des gens de continuer à vivre normalement! Ben non.
Les gens se disent: Grâce au don d’organe, on devient autre. Se faire greffer le foie d’un dangereux psychopathe fait courir le risque de devenir à son tour … un dangereux psychopathe. Et se faire greffer un doigt de Jérôme Kerviel permet de rencontrer le pape?

Corrélons-ensemble cette étrange étude avec l’info suivante:
http://www.informaction.info/26022014-0840-Les-cadavres-ne-se-d%C3%A9composent-plus-consommation-multinationales-sant%C3%A9
Les cadavres ne se décomposent plus… Outre le fait que l’on est en droit de s’interroger sur ce qu’on mange, ça ouvre un champ infini de questions.
– est-ce que ceux qui mangent bio se décomposent plus vite?
– les bio-mangeurs sont-ils condamnés à l’oubli plus rapidement?
– plus on mange de trucs merdiques, plus notre corps se fige dans un semblant de jeunesse? ….

Corrélons-donc, mes frères (et sœurs) du oueb.
1 – je suis porteur de l’organe d’un fou et  je mange bio: je risque la folie. A ma mort, les vers me font participer à la chaine alimentaire. Par extrapolation, ma folie passe du vers à l’oiseau, de l’oiseau à l’assiette. Le mangeur devient fou.

2 – je suis porteur de l’organe d’un exhibitionniste et je mange Mc Do. Je deviens moi même exhibitionniste. A ma mort, mon corps se maintient, pas de chaine alimentaire. Je brise le cycle de passation de l’exhibitionnisme.

3 – Je suis donneur d’organes, je mange bio, mais je suis saine d’esprit. Mon receveur devient sain.
S’il mange bio, nous nous décomposons de concert. Mon bon esprit se diffuse via la chaîne alimentaire, 1 fois via moi et 1 fois via lui. Trop bien.
Si mon receveur mange n’importe quoi, à sa mort, seul l’organe qu’il a reçu de moi se décompose. Moins de mon esprit formidable se diffuse. Pas cool.

4-  Je suis donneur d’organes, je mange n’importe quoi, mais je suis saine d’esprit. Mon receveur devient sain.
S’il mange bio, à sa mort, ma spiritualité hors-norme aura gagné en volume et en puissance de transmission. TROP COOL.
Si mon receveur mange n’importe quoi, à sa mort, rien ne se décompose. Mon esprit formidable ne se diffuse pas du tout. Pas cool.

Conclusion:
– Les donneurs sains d’esprit peuvent manger n’importe quoi à condition d’être greffés à des receveurs bios.
– Les donneurs dérangés ne peuvent être greffés qu’à des receveurs mangeant n’importe quoi. Mise en place de critères de sélection.
– Que les donneurs dérangés mangent bio n’a ici aucune importance. Laissons les nuls manger n’import quoi.
– Manger bio conduit à l’immortalité.
– Pour être immortels, donnons de nous. Au sens strict.
– Pour diffuser la bonne parole, greffons-nous mes frères (et sœurs). En plus, ça évite de lire et de philosopher.
– Manger une banane exhibitionniste rend exhibitionniste. La question du jour sera donc: Comment reconnaître une banane exhibitionniste?

 

Je m’en lave les mains

laver mains

Il y a différentes façons de se laver les mains. Celle-ci est la moins spontanée, mais celle qui me rapportera le plus de lecteurs.( Ne sois pas déçu, lecteur-chéri-mon-amour, de constater que même de ce côté de l’écran on cède aux sirènes de la renommée. J’admets que parfois, frôler les 100 connexions, ça me rempli de joie. Et suis prête à -presque- tout pour atteindre ce nirvana )

Donc voilà, c’est prouvé, se laver les mains atténue le sentiment de culpabilité. C’est le Huffpost qui le dit, c’est donc sans conteste vrai.
http://www.huffingtonpost.fr/2014/02/14/laver-mains-culpabilite_n_4787007.html?utm_hp_ref=psychologie

Cool, non? Après 4 jours de break pour ceux d’entre nous qui ont pu faire le pont, on va attaquer la semaine armés pour se battre en toute impunité. Ben oui: quoi qu’on fasse de pas très net, no problemo, il suffit de foncer aux lavabos pour y noyer l’outrage.
De là à envisager que l’étude sus-nommée a été demandée par les politiques, il n’y a qu’un tout petit pas, que néanmoins je ne me permettrai pas de franchir.

Des tas de questions essentielles traversent mon crâne surchauffé: Est-ce que se laver les mains permet de plaider « non coupable » en toutes circonstances? Peut-on donner l’absolution en passant le contrevenant au karcher (tiens, ça me rappelle des trucs pas très nets).
D’ailleurs la notion de propreté que l’on retrouve dans « pas très net » semble corroborer la théorie du grand lavage de mains… de même que la locution « s’en laver les mains », dont la source serait religieuse. http://fr.wiktionary.org/wiki/s%E2%80%99en_laver_les_mains.
Et que dire de « ne pas se mouiller »… ne pas se sentir concerné, ne pas s’impliquer.
Soit en résumé: on ne se mouille pas dans un truc pas net, et quoi qu’il arrive, on fonce au lavabo pour éliminer toute trace de mauvaise (même supposée) action.
Conclusion: se mouiller est plutôt une bonne chose, mais pas les mains, ce qui trahirait une mauvaise action.
OK. Mais tout de même COMMENT ON FAIT POUR SE LAVER, ALORS?

Corollaires de cette découverte:
– Bien sûr, ça va rendre tous les gens naturellement propres suspects.
– Il va falloir ruser pour se laver les mains sans que personne ne nous voie,
– Du coup, les gens sales vont avoir l’avantage,
– Les gens propres vont se sentir rejetés,
– Les gens propres, pour s’intégrer et ne pas sembler malintentionnés, vont devenir sales,
– Après ça, allez serrer la main des gens… déjà que certains obligent à retourner vite fait se relaver les mains…
– Avoir les mains sales va devenir tendance,
– Madonna et Gwyneth Paltrow vont lancer des modes zen autour de « la main sale »,
– Les gens vont relire (ou lire tout court) Sartre, ce sera déjà ça de pris!

Et que dire de se laver d’autres parties du corps. Je ne sais pas, moi, se laver les pieds rend moins con, se laver les cheveux absout de nos péchés, se laver les mollets efface les rancoeurs …quand à se laver le fondement… je n’ose imaginer…

Sur ces fortes paroles, je te laisse méditer  https://www.youtube.com/watch?v=rjbiUj-FD-o