J’y suis passée…

« On va tous y passer » émission animée par Frédéric Lopez  sur France Inter, du lundi ou vendredi – 11h/12h30 –

… Il fallait bien que ça arrive…

A force de ronchonner après ces émissions de radio qui se veulent visuelles, j’ai voulu juger sur pied – Pour être honnête, j’étais assise – donc j’ai réservé une place pour assister à l’émission de F. Lopez «  On va tous y passer » (émission dument commentée dans ce blog, toujours tellement à la pointe de la modernité médiatique) Et me voilà à la porte B de la maison de la radio. (Ceux qui écoutent Radio-France comprendront à quel point chaque seconde passée devant la porte B de la maison de la radio vaut son pesant de noix de cajou grillées… tous ces moments radiophoniques vécus en direct plutôt que depuis le bar de sa cuisine, c’est quand même  chouette). Première surprise (et de taille), il y a plein de gens qui, à mon instar, on quitté le confort douillet du bar de leur cuisine pour aller faire le poireau devant LA porte B. Ma dernière visite remonte à plus d’un an et les spectateurs n’étaient pas pléthore…
Seconde surprise : le public a rajeuni ! Comme si les fans de F. Lopez avaient quitté un moment leur TV adorée pour venir se lancer dans une bacchanale de sensations radiophoniques. Le studio 106 est plein et pas mal de gens ont l’air habitués. Je réussi à me trouver une place au premier rang (motivée) et me trouve assise à côté d’un monsieur qui a l’air très à son aise et salue des gens dans le public. A la question « vous venez souvent ? », il répond « oui, ça passe le temps ». C’est vrai que les sièges sont confortables et que l’on n’est pas trop dérangés par les pubs. Ca peut faire office de TV comme à la maison…
Une vieille dame habillée avec recherche de couleurs vives a sa place réservée au centre de la première rangée ; le frisson qui parcourt la foule m’averti que c’est une sorte de personnalité ici. Quelqu’un murmure avec respect « C’est Marie-Claude, elle est venue ». Marie-Claude existe donc ! Je pensais que c’était une comédienne qui jouait le rôle… Eh bien non, c’est une vraie dame et elle a l’air de connaître tous les animateurs. Hum, ça me fait penser que ses interventions sont de moins en moins fréquentes. Voir inexistantes.
Quelques poignées de secondes avant le début de l’émission, F. Lopez vient faire le … chauffeur de salle… Ben si! Comme à la TV. Nous avons droit à une explication assez désopilante sur les raisons de ce procédé destiné à faire croire aux auditeurs que l’émission est festive : Les animateurs et chroniqueurs nous voient.
Découverte.
Donc (je cite) « si on fait la gueule ou si on semble s’ennuyer, ils le voient et sont perturbés ». Et l’émission perd de son énergie. C’est pourquoi il faut sourire, rire, applaudir, en un mot : S’éclater !
Certes.
Mais ça, on le fait naturellement s’ils sont bons. A savoir drôles, pertinents, intelligents, talentueux, caustiques, ironiques, agréables, percutants, etc, etc… dans le cas contraire, pourquoi s’exciter ? Pour niveler vers le bas ? Pour faire plaisir aux animateurs, les rassurer ? Pour faire plaisir à F.Lopez ? Ou à France-Inter ?

Nous voilà à applaudir pour rien afin de bien comprendre comment faire le plus de bruit possible. Et on a intérêt à le faire… nous sommes observés… et si les applaudissements ne sont pas à la hauteur de ce qui est attendu, des gestes énergiques nous enjoignent à faire un effort. Le réalisateur de l’émission, Yann Chouquet, en plus de s’assurer que tout se déroule correctement et dans les délais impartis, est très actif sur le chauffage de salle. Auditeur, méfie-toi : les applaudissements sont des leurres… ils se rapprochent en cela des rires forcés. Mais je trouve que les rires forcés sont plus facilement détectables. Et du rire forcé, il y en a… J’ai même acquis la certitude que plus la blague est mauvaise, plus le rire forcé est fort. Comme s’il valait mieux souligner une vanne nulle que de la faire oublier aussi rapidement qu’elle a traversé la conversation…

Soyons clairs : il est extrêmement difficile d’être drôle au quotidien. Trouver la bonne vanne, le bon mot, la réplique pertinente, nécessite à tout le moins de l’entraînement, l’esprit vif et un minimum de talent, mais aussi… l’inspiration ; et on n’est pas inspiré sur commande. Raison pour laquelle sans doute la plupart des animateurs ne sont pas présents chaque jour. Mais est-on obligé d’être drôle tout le temps pour intéresser un auditoire ? Non, je reformule : est-on obligé de faire rire tout le temps  un auditoire ? C’est dur, de faire rire… la seule qui échappe à cette règle du « soit drôle ou tais-toi » est Michèle Guigon, dont les interventions décalées et flirtant avec  un je-ne-sais-quoi de poétique sont sans conteste les plus intéressantes. Sans être forcément drôles. Les autrespour faire rire, hélas, cuisinent au quotidien les mêmes recettes éculées à base de bêtise, de moquerie et de dessous de ceinture. Rien de nouveau, quoi.

Ceux qui veulent savoir à quoi ressemble M Previously seront ravis de le découvrir ici :

C’est moyennement radiophonique et sans valeur ajoutée, d’autant que la plupart des invités se laissent surprendre par la partie improvisée et sont rarement bons. On a bien compris qu’il est en caleçon et peignoir ; la question maintenant est de savoir quand il va se décider à apporter quelque chose à cette émission.

Quand à la partie scientifique, elle s’amenuise au quotidien, vu que les savants se sont suffisamment intégrés à l’équipe pour que leurs interventions fassent l’objet de blagues plutôt que de questions. Cette émission commence à donner l’impression d’exister uniquement pour permettre à une bande de gens de s’amuser entre eux ; le public, à part pour applaudir et manifester sa joie, n’est pas si important…

En conclusion, je me suis un peu ennuyée, je n’ai pas souvent eu envie d’applaudir. Mais j’ai appris que la tranche 11h-12h30 de France Inter était repassée devant celle de RTL. La concurrence fait rage… Et les auditeurs dans tout ça ?

Publicités

Publié le 26 novembre 2012, dans France Inter, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

  1. Sur les chauffeurs de salle, particulièrement vicieux au Grand Journal de Canal Plus (ils lancent les applaudissements en avance, ce qui coupe la parole à l’invité qui est en train de parler), je vous révèlerai qu’au Vrai Journal de Karl Zéro, que j’ai fréquenté pendant un an, les deux chauffeurs de salle, Nicolas et Lydie, n’incitaient pas du tout les spectateurs à applaudir les sketches. Quant aux « sujets » (les reportages), on était priés de ne PAS les applaudir ! La seule émission honnête que j’ai connue.

  1. Pingback: Rions ensemble, mes frères, avant de tous y passer… « Le blog du gecko (bleu)

Parlez après le bip...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :