Archives du blog

Le diable est en Faust

Illustration-For-The-Orchestra-Score-Of-La-Damnation-De-Faust-1846-By-Hector-Berlioz-1803-69-1854Petit rappel (source Wikipédia) « Faust est un docteur qui depuis son plus jeune âge, rêve de posséder la connaissance universelle. Il met tout en œuvre pour atteindre ses ambitions, mais n’y parvient pas. Il est au bord du suicide, car il pense avoir perdu son temps et sa vie quand Méphistophélès lui propose un pacte : il réalisera tous ses désirs en échange de son âme dès que Faust se dira satisfait et heureux. Le docteur Faust accepte. »

Bon pitch, non? ça déchirerait comme série TV. Mais ça date un peu (du XVIIIè, pour être précise). Alors, procédons au jeu des analogies, tellement en vogue dans ce blog mirifique.

Pour commencer, précisons que par « le diable est en Faust » (qui, je le confesse, n’est pas une trouvaille personnelle, à mon immense dam), nous entendons « nous sommes à la source de notre perdition ». Et oui, ce coup-ci, c’est du sérieux sur l’écran. Du lourd. Et au passage, j’en profite pour me nousnoyer (néologisme perso, signe avant-coureur d’une explosion égotique liée à la sécrétion massive d’endorphines). Mais je me perds. Transposons, donc.

Par exemple, on pourrait dire «l’homme politique est en Sarkozy ». Rapprochement intéressant, car il semblerait que cette condition ne le mène pas, à l’instar de Faust, sur le chemin de la pureté de l’objectif… ensuite, par association, on pourrait dire « la chanteuse est en Carla Bruni ». No comment.

Que penser de « l’écrivain est en Marc Levy » ? La damnation, le bûcher, le fouet rouge et claquant sur sa tête… hautement mérités.

«Le sculpteur est en Jeff Koons » (pour info c’est le mec qui fait des trucs en ballons et les expose à Versailles). Comment dire ? Que les enfers se déchaînent sur sa tête. Parce que nous aussi, on peut faire des jolis chiens avec des ballons roses. Mais nous, ça ne nous rapporte pas des millions, juste des quolibets. O tempora O mores (oui, j’aime bien celle-là)jeff-koons-versailles1

«La décontraction est en Arielle Dombasle » (nous abusons, parce que nous aimons plutôt, mais c’est par souci d’être équitable), A ce sujet, OUI, ce soir j’ai chanté «ça plane pour moi »       pendant que de grosses dames quasi nues se trémoussaient sur une piste de cirque. Et non, je n’avais pas bu, et oui, ça m’a éclatée, j’assume. Que celui qui n’a jamais tortillé des hanches sur de la musique disco me jette le premier vinyle. Patrick Juvet est un totem. Et la veste à paillettes un must. Bon, cette outing fait, je retourne au nousnoyement (second néologisme, mais moins remarquable, du fait de son origine récente et commune).346598-miss-dirty-martini-637x0-2

« Le soleil est en François Hollande ». C’est beau, non ?

«La jeunesse est en Nicole Kidman » ; si, toi aussi, tu as somnolé devant « Avant d’aller dormir », tu vois tout à fait ce que nous voulons dire. A savoir : par quel incroyable miracle une femme de 47 ans qui jusqu’il y peu faisait son âge -mais en mieux – a maintenant le visage lisse comme des fesses de bébé ? Non seulement c’est extrêmement troublant pour le spectateur, mais ça lui ôte la possibilité de recourir à sa seconde expression. Avant elle pouvait exprimer 2 émotions («rien» et « je te méprise »), maintenant, c’est uniquement « rien ». Nous espérons qu’elle a intenté un procès au type qui lui a fait ça…

«Le présentateur est en Cyril Hanouna ». Et le diable, superposé en images subliminales, se marre comme un damné en dansant sur de la musique disco en string vert pomme (ça existe).

« Le comique est en Kev Adams ». Ca c’est triste.

Etc etc….

En plus, je n’invente pas grand-chose, Mike Hutchence (RIP) au sommet de sa sexytude le disait avant moi…

http://www.youtube.com/watch?v=hv_zJrO_ptk

En conclusion de cette brillante fulgurance dominicale, « Le diable est en Faust » et « Every single one of us has the devil inside ». Si nous appliquons la transitivité (parce que nous ne reculons devant rien à cette heure), nous sommes tous un peu Faust. Nous ne savons pas si c’est rassurant, mais ça ouvre des perspectives, au moins.

Bientôt, nous attaquons l’enfer de Dante. Tremble, mortel!!

Publicités

Les conseils gras de la fée

Quelques conseils « gras » (un nouveau concept)

–          Une semaine après la Saint Valentin (fête principalement commerciale et donc toute dédiée à l’amour des commerçants) après rangé les bougies en forme de cœur et la nappe rouge à volants, il est temps d’éprouver votre attachement pour votre moitié : faites-lui la surprise dite « de la douche froide » : je t’aime et …hop ! … je ne t’aime plus ! Pourquoi ? mais… tu n’as pas à savoir…

–          Pour les filles : enduisez-vous de cold-cream (c’est tout de même le plus efficace pour lutter contre le froid), mettez votre jogging mou et vos chaussettes de ski et invitez vos copines à venir commenter la dernière émission de téléréalité sur TF1 : « The voice » où est mis en avant non pas le look, mais le talent des participants… quelle découverte… on peut être moche et chanter bien…(ou réciproquement être une bombe et chanter comme un phoque asthmatique),

–          Sortez dans la rue et donnez des conseils débiles aux joggers qui s’évertuent à maintenir stable leur courbe de poids (un gros homme à l’air ivre fait cela très bien près de chez moi…),

–          Comme la ménagère de plus de 50 ans qui habite la banlieue, faites teindre vos cheveux en rouge ou en violet, puis optez pour une coupe courte type années 80. Effet saisissant garanti… Déambulez avec votre caddy en avançant très lentement au milieu du trottoir.

–          Envoyez à vos contacts professionnels des mails contrariants, puis disparaissez dans la nature et évitez de répondre à leurs idées de solutions…Si vos contacts sont des prestataires, ne signez surtout pas leurs contrats; il ne faut pas qu’ils s’habituent à un confort capitaliste.

–          Ligotez les prestataires informatiques sur des chaises à l’inconfort reconnu et forcez-les à s’abîmer les yeux sur des tableaux Excel pendant 8 heures consécutives. Bien évidemment, passez toutes les 10mn dans leur dos pour vérifier qu’ils travaillent et ne leur donnez aucune directives et  surtout ne faite  aucune remarque positive. Après cela, oubliez de les payer. Ils sont de toute façon trop chers. Si vous ne savez pas pourquoi vous faites cela, soyez rassuré : eux savent…

–          Utilisez un langage abscons pour faire vos demandes (quelles qu’elles soient, mais principalement professionnelles) puis engueulez vertement ceux qui n’auraient pas compris ou répondu de travers,

 

Donc, aujourd’hui c’est mardi gras. Dans mon souvenir, cela signifierait 2 choses :

–          crêpes au nutella à volonté… mais aussi période de jeûne à venir. Soit : remplissons-nous copieusement de graisses avant la période de disette.
–          Déguisements autorisés pour la journée.

Aujourd’hui la tradition des crêpes me semble lointaine (sauf dans les pubs pour les grands magasins), celle du jeûne quasi inexistante et le déguisement … mais qui se déguise encore, à part Lady Gaga (qui a par ailleurs disparu de nos médias) ?

Remettons donc ces jolies traditions au goût du jour :

–          Gavage collectif (avec les promos groupon ou wonderdeal, on doit pouvoir faire des mégas-affaires à 20€ la nuit dans les crêpes, beignets et frites dégoulinantes…),
–          Déguisement obligatoire pour aller travailler (même pour les informaticiens, mais eux seront tenus de porter des trucs décents, pour changer). Sûr qu’une réunion de direction prendrait une tournure toute autre si le PDG était costumé en Casimir, le contrôleur de gestion en Patrick Juvet (avec la veste à paillettes et les bottes blanches à talon compensé), l’assistante de direction en Godzilla et les autres directeurs en troupe de French-cancan… On ne réalise jamais assez à quel point le port de la cravate sur chemise blanche ou bleue est un élément intimidant dans une réunion. Essayez d’aborder les problèmes budgétaires de l’année précédente ou la courbe des profits dans un déguisement de Catwoman et vous verrez…
–          Le jeûne me paraît plus difficile à tenir, mais déguisé en régime Dukan ou autre aberration, on doit pouvoir le vendre…

Sur le net traînent quelques jolis dictons (source Wikipédia)
–         A Mardi gras, qui n’a pas de viande tue son coq – Qui n’a pas de coq tue sa femme
Et qui n’a ni coq ni femme, il tue qui ? son voisin, son banquier ?
–         Le soir de Mardi-Gras, il faut danser sur les fumiers pour avoir des navets
Remis au goût du jour, cela pourrait donner « le soir de mardi gras, il faut danser sur les politiques/banquiers/recruteurs (au choix) pour avoir des chances de sortir de la crise/vraies économies/missions »
–         Lune quand tu la verras nouvelle le Mardi gras force tonnerre tu entendras
Ce soir c’est la nouvelle lune ; préparons-nous donc à entendre rugir… je ne sais pas encore qui ou quoi, mais ça va rugir…

La parole populaire est tellement imagée et sage…

Ah… hier j’ai croisé Sarkozy… si-si en vrai, en cher et en os… quelle joie sans cesse renouvelée d’habiter Paris…