Archives du blog

… de la vulgarité…

pluie de cochons

Il y a des mots vulgaires. « Pognon » en est. Pas « Flouze », ni « Blé », ni « Pépettes » ou encore « Oseille » ; juste « Pognon ». Impossible d’expliquer pourquoi.

Il y a des filles vulgaires. Pas forcément les plus grossières ou les plus court habillées. C’est une notion étrange… Une fille élégante mais qui jure comme un charretier est presque inconcevable, de même qu’une fille habillée comme une pouffe mais qui cite les grands philosophes. Ongles sales, grammaire hasardeuse, racines de 3 cm dans des chevelures blondes-maison. Et regard. Pas droit.
Il y a des garçons vulgaires ; leur façon de parler ou leur regard…
La vulgarité comme une attitude ? Un regard (ou plutôt, une absence de regard, un manque d’étincelle dans l’œil) ? Une paire de bottes (à talon aiguille avec des trucs dorés…) ou un string qui sort du jean ? Une façon de renifler ou de parler fort au téléphone ?
Y a-t-il des films vulgaires, des livres ? C’est difficile à dire… Des émissions de radio ? Peut-être…

Petit constat de la semaine : OVTYP a un peu changé…
Mr Previously ne donne plus de mots à ses invités. Mais continue de les torturer sur son siège… Ce n’était déjà pas folichon, là on vire au ridicule…
Lopez écoute un tout petit peu ses invités.
Daniel Morin essaye de dire des trucs sérieux, mais à chaque fois, au ton de voix, on devine qu’il n’est pas sûr d’être entendu comme sérieux…
On écoute toujours plus les chroniqueurs que l’invité… Parfois ça vaut mieux, mais globalement, laissez-les s’exprimer, on sent parfois une frustration…

Il y a de la nourriture vulgaire, comme par exemple les pots de popcorn qui crissent au cinéma, souvent mastiqués à grand bruit par des garçons et des filles vulgaires.
Il y a des vêtements vulgaires, pas forcément portés par des gens vulgaires. Le string encore, les souliers clinquants en faux cuir, les blousons à capuche de fourrure (surtout parce qu’ils sont portés par des conducteurs de 3 roues).
Il y a des moments vulgaires. Des bouts de vie dont on souhaiterait se débarrasser, mais qui collent aux semelles.
Il y a tellement de comportements vulgaires qu’il faut expliquer aux gens, par ex, que pour aller au spectacle il est recommandé de porter une tenue de ville (et oui, c’est mieux que le jogging mou…), ou que le TGV n’est pas un lieu pour téléphoner, que quand on fait pipi (ou plus) il faut se laver les mains… qu’au théâtre il faut éteindre son portable…
Il y a aussi des endroits vulgaires… En ce moment, le gros merdier de Noël au bas des Champs Elysées… entre cabanes qui puent le graillon, cabanes qui vendent les mêmes babioles sur tous les marchés soit disant artisanaux du monde depuis la fin des années 80… et bars glauques en bâches de plastique… On s’attend à y trouver un père Noël ivre coursant les gosses et les menaçant à grands coups de sapins de plastique, l’écume aux lèvres.

Mais la forte pluie de cochons roses et grassouillets qui s’annonce va laver tout ça! Il suffit de caresser l’étoile…