Peintre céleste

Ce matin, j’ai vu la peinture d’un ange…
Prenant ses aises sur trente rouleaux de toute beauté, un festival de floraisons raffinées, d’oiseaux chatoyants, de flocons ouatés…
Ce matin, j’ai effleuré du bout des yeux ce que peut être le syndrome de Stendhal.
Dans la subtile délicatesse des rendus à l’irréelle précision, on ressent en filigrane que le geste de peindre peut être un acte d’amour, où chaque pétale est une ode à la nature, chaque plume un sentiment de pur abandon, chaque caresse du pinceau le reflet d’heures d’observation que l’on imagine méditative.
Une transe visuelle dont on sort bouleversé.

Exposition Jakuchu « Le royaume coloré des êtres vivants » au petit palais

 

 

 

 

Publicités

Publié le 19 septembre 2018, dans Extrapolations, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. marie-france berthault

    ça donne envie !! je crois que je vais y aller ! mais qu’est ce que tu ecris bien !!! synergie totale avec les belles images

    des bisous

Parlez après le bip...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :