Piloter un deux-roues rend violent

C’est le constat majeur après 6 années et 60.000 km de route parisienne.

Comme si le fait d’enfiler son casque et de démarrer opérait une transformation incontrôlable. Façon mogwaï après minuit.
On est tranquille, blonde et délicate perchée sur ses sandales à hauts talons. On a même du vernis sur les ongles de pied. C’est dire…

Et puis la transformation opère lentement : Tout d’abord, on change ses fines chaussures pour de grossières baskets ; ensuite on attache sa crinière dorée dans un élastique à moitié déglingué ; enfin  on enfile une surveste lacérée et portant les stigmates d’une vie en deux-roues dont la rudesse n’a d’égal que le débardeur de Rambo après 3 semaines de jungle… On range son sac à main (dernier rempart contre le définitif changement) on n’a plus accès à son rouge à lèvres ni à son miroir de poche : la mutation est terminée…

On s’installe sur son cheval de feu, on démarre. Le bruit du moteur couvre les chants cristallins des oiseaux et des anges. Les gaz d’échappement enveloppent et couvrent les parfums les plus subtils. En quelques secondes, la route reprend ses droits.
La jungle urbaine redevient palpable. Tracer sa route, ne pas se laisser impressionner, s’affirmer, aller plus vite, plus fluide, contrôler les déplacements spasmodiques des autres engins, repérer le vieux bigleux, la jeune écervelée, le flic énervé qui guette le moindre écart, flairer les radars… En un mot : se concentrer et entrer en symbiose avec le ruban d’asphalte. Ne faire qu’un avec la route. Ceci incluant la circulation, donc les autres ; tous les autres. On n’est pas sur la route 66 non plus…

Assez rapidement, la transmutation opère :

–          à la première queue de poisson, les grossièretés les pires franchissent sans encombre la barrière de la bouche. Incroyable comme des mots que l’on croyait oubliés, voir inconnus de nos services, se bousculent soudainement à la sortie du casque. Varié et fleuri, ce vocabulaire présente en tout cas l’avantage d’être accompagné, lorsqu’il est prononcé avec assez de véhémence, d’un net sentiment de soulagement et de libération.

–          Au premier mégot balancé par la fenêtre d’un 4X4 aussi stupide qu’inutile en ville, les gestes insultants fusent. Efficaces parce que souvent non attendus de la part d’un conducteur féminin. Mais pas très glorieux…

–          Au premier coup de klaxon d’un motard qui a l’impression qu’il est plus important que tous les autres et donc doit absolument aller plus vite, comment dire… on a simplement envie de tout arrêter, de descendre de son engin, d’arracher le casque du malpoli et de consciencieusement lui écraser la tête avec . Quelques coups astucieusement portés pour décalotter le crâne, puis un broyage régulier de ce qu’il reste de cerveau, enfin garnir les orbites avec un fond de matière grise. Persiller légèrement. 50mn au four thermostat 180. Servir chaud.

Plus la route est longue (en termes de temps, surtout à Paris ou 2 km peuvent demander 30 mn), plus les occasions d’être désagréable, grossier voir vulgaire fleurissent, plus la personnalité du pilote bascule vers le côté « Hyde »… Je me demande ce qu’il en serait si on prenant le métro casqué(e) …

Publicités

Publié le 17 mai 2011, dans La fée pétasse, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Parlez après le bip...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :