Archives du blog

De l’intérêt d’avoir des puces

Lecteur-chéri-ma-girole,

En cette semaine de sortie de « Blade Runner 2049 », parlons un peu d’avenir. Le tien, le mien, le nôtre… celui des puces sous-cutanées.
Ce n’est même plus de l’anticipation, nous sommes en plein dedans. Ou plutôt, elles sont en plein dedans nous. On fait même des « implants party », sortes de soirées mousse, mais où on t’injecte une puce RFID dans le corps. Youpi…

Et pourquoi ? me diras-tu, naïvement occupé à arroser tes fleurs dans le doux soir automnal…
Mais pour mieux te contrôler, mon enfant, répondrai-je…

L’ambition de ces puces est de remplacer ton sac à main, lectrice et de vider ta poche de jean, lecteur (je n’ose imaginer que les gens de qualité qui me lisent portent des bananes ou des baise-en-ville –tiens, petite digression, comment orthographier « baise-en-ville » au pluriel ? soit « baises-en-ville » et ça fait chaud-lapin, soit « baise-en-villes » et ça fait quantique. Partons sur le quantique- )
Donc, avec une puce dans la main, tu ouvres la porte blindée de ton appartement, tu circules en métro, tu paies son pain, tu rentres tranquilou sur ton lieu de travail.

Laisse-moi te prédire l’avenir, mon-lecteur-à-moi : l’avenir sera fait de gens munis de toutes petites lames de rasoir qui viendront faire de toutes petites incisions dans les mains qui traînent, pour s’accaparer des identités des gens non munis de lames de rasoir. Ça s’appellera le trafic d’identité et, après le trafic d’eau potable, sera le crime le plus lucratif de la planète. Et toi, naïf jardinier du dimanche, frêle bobo véhiculé par une trottinette électrique, tu n’auras plus aucun moyen de prouver qui tu es. Vu que tu auras joyeusement fait un autodafé de tes papiers d’identité, que tu auras recyclé tes clés en bijoux de peau et que ta carte bleue sera encadrée en hommage à une époque révolue. Mon pauvre bichon.

Attends, il y a mieux : c’est que ça marche avec une app (Trop cool, comme les apps sont les machins les mieux sécurisés du monde, on ne craint rien alors)

Je rajoute de ce pas une catégorie de gens : ceux qui vont pirater les puces. Encore mieux. Tu ne sauras pas qu’on a changé ton identité malgré toi, que tu as acheté des armes sur le dark-net et que tu es atteint d’une maladie grave et super-contagieuse.
Tu finiras en prison.

Et encore, là je n’ai pas trop de temps, donc je vais à l’essentiel. Je n’ose imaginer que la puce sera implantée à la naissance, par exemple. Ou qu’elle enverra des nano-ondes qui stimuleront ton cerveau pour te faire éprouver des sensations que tu ne vivras pas. Ou qu’elle sera pré-équipée de souvenirs que tu n’auras jamais vécus. Si tant est qu’on peut parler de vivre à ce stade.
Pfff… je vois défiler non pas ma vie, mais tous les films de SF les plus pessimistes…

Voilà le topo : si tes parents sont riches, ils t’équipent de super-souvenirs, te permettent de vivre des sensations folles et blindent ton compte en banque. Mais du coup, tu es la cible de tous les dealers de puces. Qu’on appellera des épouilleurs (parce que j’aime imaginer qu’on aura encore un peu d’humour)
Si tes parents sont pauvres, tu deviens une machine vide tout juste bonne à travailler dans un bureau.
Pire: Si tes parents ont fait de la prison, tu deviens contrôleur des impôts.

On commercialisera des banques de souvenirs et de sensations. Rapidement, on aura des kits dans les hypermarchés. Mais comme les producteurs auront été éreintés, ils mettront en vente des souvenirs low-cost et des sensations merdiques. Les puces se détraqueront sous la peau des implantés et se diffuseront dans tout le corps par le sang. Les malades se mettront à transpirer des souvenirs pourris et des sensations désagréables. ils deviendront fous. Ce sera contagieux.
Les gens erreront, nus, leurs souvenirs collés au corps comme autant d’hématomes douloureux. On fuira les malades, on les parquera dans des zones emmurées. Ils n’auront d’autre choix que de s’accoupler et produiront des générations de dépressifs chroniques dont le sang sera épaissi de sensations dégueulasses.

Pendant ce temps, les riches, incapables de produire des souvenirs à eux, s’ennuieront ferme : ils auront tout essayé.

A ce niveau, si tu me lis toujours, c’est que tu es un redoutable optimiste… je t’autorise un verre de rouge.

Donc, revenons aux riches. Il y en a bien un qui aura l’idée d’organiser des combats de dépressifs, histoire d’agrémenter les brunches dominicaux.
Les pauvres se battront donc dans la boue, échangeant noires pensées et souvenirs merdiques jusqu’à ce que le plus faible craque et se mette à pleurer.
Et là, les riches créeront des associations pour sauver les dépressifs, il y aura révolte.

Les mecs aux rasoirs seront payés pour extraire toutes les puces de toutes les mains. Ils deviendront riches et reconnus,  formeront une milice super-puissante. Le plus gros avec la plus grosse lame de rasoir finira par prendre le pouvoir. Il réduira les riches en esclavage et tuera les pauvre pour les manger. Le monde sera peuplé de sauvages incultes et d’esclaves aux mains mutilées, il tremblera devant un épouilleur. Là, je sens que je te fais rêver, Lecteur-Chéri-Mon-Oeuf-Frais.

Bon, j’arrête là, tu as compris le topo. Ressers-toi un coup de rouge pour te soulager.

C’est ça qu’on veut, avec ces puces ? Non, vraiment, je me demande…
Arrose donc tes plantes, lecteur-chéri-mon-omelette, c’est important la nature.

Pour ceux qui auront eu le cœur d’aller au bout de mon délire, sachez que je voulais illustrer le propos avec une image de guerrier barbare et sanguinaire. J’ai tapé dans Google « homme sauvage » et ça m’a ramené ça:

Non, sans déconner, on vit dans un monde bizarre…

 

 

 

 

 

Publicités