Une journée ordinaire dans un monde au bord du gouffre

Lecteur-chéri-ma-température-qui-monte, je te sais observateur et te devine atterré par le traitement infligé à la jolie bleue qui nous permet d’essuyer nos pieds sur son tapis de trésors. Mais le genre humain est oublieux et le seul avenir qui préoccupe les masses reste concentré sur le foot, les nouvelles lignes de maillot de bain et la prochaine recette d’ambroisie. Je te le demande, du haut de mes 5 étages avec vue sur des ruches où je devine les abeilles écrasées de chaleur établir des stratégies pour échapper aux bourdons asiatiques, à quoi ça va servir de vivre jusqu’à 120 ans avec la peau lisse comme un cul de bébé si on n’a plus rien à manger, plus d’eau et plus d’air pur? Dans mes pires cauchemars, des cyniques vont mettre en canettes l’air et l’eau, louer à prix d’or les parcelles ombragées et utiliser des déchets humains pour fertiliser le sol (bon, ce dernier point est déjà une réalité, mais ça reste bizarre à imaginer).

Laisse-moi te prédire un avenir pas si lointain.

8h15. Entassés dans des wagons aux allures de pipettes géantes, les salariés décrochent les masques à oxygène et se préparent à un voyage souterrain à grande vitesse de 30mn pour rejoindre leurs cellules de travail. Ils ferment leurs yeux rougis par la pollution derrière leurs casques de réalité virtuelle qui diffusent des images rassurante de forêt, des trilles joyeuses d’oiseaux disparus et en images subliminales, des odes au président-roi.

8h45. 15mn de gymnastique obligatoire: sanglé sur des vélo, les salariés ont pour objectif de produire l’énergie qui alimentera leur poste de travail pour la journée. Ceux qui échouent donneront des heures de leur vie aux patrons. Ceux qui sont trop lourds par rapport aux standards établis par Foofle seront contraints d’y passer leur temps de déjeuner. Les silhouettes sont normées dans le but de ne gérer que 2 tailles. Petit (pour les enfants) et Grand (pour les adultes). Ainsi les usines produisent à peu de frais des standards échangeables et recyclables. Ainsi aussi, noyée dans la masse homogène, l’individualité se dissout, s’altère et fini par disparaître. Les standards ont été basés sur les mensurations du président-roi, diffusées à grand renfort de publicités cool par Foofle.

de 9h à 18h, les salariés devront inventer des mots pompeux à placer dans les power-points que personne ne lira, mais dont la perfection est obligatoire. Le wording est devenu une religion, la faute d’orthographe n’est pas grave, mais le mot inapproprié coûte des heures de vie. Toutes les deux heures, une pause de 10mn permet aux salariés de répéter en boucle les mots du moment, afin de s’en imprégner pour mieux les contextualiser dans leurs supports de communication. Supports destinés à d’autres salariés dont ils ne connaitront que la voix. Selon les bruits, ces voix sont celles d’intelligences artificielles conçues pour remplacer les salaries dont le crédit de vie sera épuisé avant l’âge de la retraite. Age gardé secret, pour éviter que les salariés ne s’y préparent. Selon d’autres bruits, l’âge de la retraite serait corrélé au degré d’épuisement des salariés: un salarié épuisé, improductif, serait immédiatement « mis en retraite », puis conduit aux entrepôts d’humus (soleil vert, quand tu nous tient…). C’est donc la peur qui permet de rester en vie.

12h-13h. Déjeuner en communauté. Les salariés doivent se mélanger entre étages, afin d’échanger sur les mots en vogue. Ceux qui préfèrent s’isoler le peuvent, des livres en libre service leur sont attribué, les 10 premiers du classement Foofle. Ils doivent en faire des fiches de lectures et inciter leurs collègues à les lire. Chaque livre lu en dehors du classement Foofle entraine des pénalités en heures de vie. Les lecteurs sont punis par un effacement de leur mémoire sur les 10 dernières années. Perdus, incapables de rentrer chez eux ou de reconnaitre leurs proches, ils finissent en général par s’éloigner des villes, à la recherche de nourriture.

18h. Détente obligatoire. Les salariés se retrouvent autour de tables de ping-pong et de bols de fraises tagada pour échanger sur les séries télé qu’on leur a attribuées. Plus en salarié est productif, plus il a utilisé les mots adéquats dans ses power-points, plus la série qu’il s’est vue attribuer  fait partie des meilleures séries, suivant un classement Foofle. Il est fréquent qu’éclatent des crises de jalousie, aussitôt prises en charge par des cellules psychologiques où œuvrent des fell-good managers, toujours disposés à offrir un massage relaxant obligatoire.

19h-20h. Les salariés ont le choix entre retourner travailler et participer à des activités libres. Par « activité libre », Foofle entend « concours de tests pour savoir quel personnage de série tu es », « cours de cuisine pour le repas du midi », « cours de yoga-virtuel avec prime d’assiduité à la clef ».

21h. A la maison, les familles se coiffent de leurs casques virtuels pour découvrir le monde tel qu’il était dans les années 2000. Ils ignorent que Foofle a revisité l’histoire, les sciences et les mathématiques. Pour eux, la terre est plate et il est dangereux de sortir des frontières représentées par leurs villes. Ils pensent que le président-roi est immortel et qu’ils sont obligés de lui faire allégeance en lui offrant des heures de vie. La notion de vote a disparu des dictionnaires, qui se bornent aux 50 pages nécessaires pour héberger les 1200 mots autorisés en dehors des power-points. La capacité à synthétiser une pensée à peu à peu disparu. Les familles sont heureuses de ne se poser aucune question et trouvent reposant l’obéissance imposée.

23h. Extinction des générateurs. Les villes sont plongées dans l’obscurité. Les dômes de verre qui les englobent et leur fournissent l’oxygène se couvrent de panneaux anti-radiation. Ceux qui auraient eu l’imprudence de rester en dehors des dômes seront carbonisés par les drones gardien de la paix qui garantissent le calme dont les salariés ont besoin pour produire. C’est ainsi que périssent ceux qui ont lu autre chose que le classement Foofle.

7h. Réveil. Ils ne le savent pas encore, mais entre 7h et 7h13, une faille dans le système permet aux salariés de réfléchir. J’attends le jour où l’un d’entre eux s’en rendra compte.

 

Publicités

Publié le 2 juin 2019, dans Extrapolations, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Parlez après le bip...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :