La bande en quête d’original

« La bande originale » une émission à réanimer par Nagui, ou un autre, sur France inter, de 11hà 12h30. Ou à achever définitivement. Elle souffre. Et nous aussi.

 

lbo

Au dessus, c’est la photo prise sur place. En dessous, la réalité de la perception…

jean-baptiste_greuze_ennui

Cette belle peinture reflète la tendance du jour. Oui, lecture-chéri-mon-amour, elle résume en un mot, court et direct, le résultat de mon enquête de cette rentrée. L’ennui.

Toi qui me suit fidèlement depuis un paquet d’années déjà (je n’ose plus compter, pas de ça entre nous, c’est mesquin et qui plus est, ça peut faire mal), tu sais que chaque année, dans un souci d’objectivité, de connaissance du terrain et d’impartialité, je me rends à la maison de la radio pour assister à l’émission de la tranche 11h-12h30 sur France Inter . Ceux d’entre vous qui seraient curieux et n’auraient rien de mieux à faire que de lire mes digressions radiophoniques peuvent jeter un œil à la catégorie « France Inter » de ce blog.

Donc cette semaine, un élan d’allégresse m’a poussé gentiment vers la maison de la radio. Je voulais y croire. Je voulais croire que c’est la barrière du poste qui perverti la tranche. Qu’en direct, en présence des protagonistes, j’allais vivre un moment de totale exaltation, de délire intellectuel, un véritable orgasme radiophonique (j’en ai déjà eu). Me voilà à la porte de la maison ronde. Rien que ça, ça me met de bonne humeur. Je frétille d’avance. Constat : la moyenne d’âge des personnes qui assistent, comme moi, au direct, renvoie à une France du minitel. Mais moderne : ils ont forcément réservé leur place par internet. Et on est obligé de réserver : il y a moins de 30 places (pardon pour ce manque de précision, toute à mon ennui, j’ai oublié de compter…). Ce qui est intéressant, c’est que certaines personnes viennent plus pour voir des vedettes « en vrai » que par intérêt pour l’émission. Et en effet, c’est l’occasion de passer un moment proche de célébrités, de faire des photos, des selfies avec des stars, de faire faire des dédicaces… pas con…

Le saint des saints est réparti en 3 espaces : la table ronde des Chroniqueurs/Animateurs, l’espace live avec piano et les chaises pour les spectateurs. Ce qui fait que la moitié des animateurs tournent le dos aux artistes en live, une autre moitié tourne le dos aux spectateurs et une ou deux places ont visibilité zéro sur le live ET les spectateurs. Mais de toute façon, les spectateurs on s’en fout. On a juste besoin de les faire applaudir un peu à 11h05 et 12h05, et de les prendre en photo pendant le journal.

Ça dure 1h30 et ça semble durer 3h. Quand je pense que j’ai refusé d’aller voir « Winter sleep » au prétexte que c’est trop long… Rien. Je ne trouve rien à dire sur ce à quoi j’ai assisté. Essayons tout de même de détailler ce que ce cruel « rien » recouvre.

  • « Rien » comme « les animateurs/chroniqueurs » n’accordent aucun intérêt aux invités musiciens. Ils bavassent, gribouillent, lisent leur horoscope pendant les chansons.
  • « Nulle part» comme «Où l’esprit de groupe est-il présent ? ». Chacun se limite stricto-sensu à son intervention. Pas de risque de polémiques. Les seules interactions sont liées aux vannes douteuses et sous la ceinture.
  • « Rien » comme « qu’est ce qui vous donne envie d’écouter les intervenants? » (invité mis à part).
  • « Zéro » comme « niveau de pertinence des interventions? »
  • « Aucune » comme « valeur ajoutée de la participation de Chris Esquerre ? » Si ce n’est de combler le vide laissé par le départ de Nagui. Il faudra qu’on m’explique l’intérêt de faire animer cette émission par 2 personnes. Nagui est sans doute très débordé, et peut-être a-t-il besoin de rajouter le service public sur son CV, mais quand même. C’est un peu comme si un médecin commençait une consultation, laissait son patient en plan et qu’un autre médecin remplissait une ordonnance…
  • « Rien » comme « quel rapport avec le titre alléchant de l’émission ? » ; parce que dans « la bande originale, il y a « originale ». Le Larousse dit « Original : Qui est unique en son genre, qui ne paraît s’inspirer de rien d’antérieur ». Le seul truc original de toute l’émission, c’est… c’est…, je vois pas…

Nagui a pour tâche d’animer une tranche moribonde, épuisée par des tentatives de peopelisation, lassée de sentir le bas prendre le dessus, fatiguée d’être traînée dans les abysses d’un océan de conneries et de platitudes, à la limite de l’arrêt cardiaque. C’est plutôt une tranche à ranimer… Avec les quelques pauvres auditeurs qui s’y accrochent malgré tout…

 

Pour conclure, je m’autoriserai à citer de grands philosophes anciensshadoks.2jpg Tous les espoirs sont encore permis…

Publicités

Publié le 12 octobre 2014, dans France Inter, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Le seul côté positif de cette émission reste les commentaires des auditeurs grincheux et souvent drôles, lorsqu’ils passent le cap de la modération, sur le site de l’émission.
    Autant Lopez réussissait à fédérer quelques groupies, autant Naguy ne s’attire que les foudres d’auditeurs dépités et/ou courroucés qui quittent le navire les uns après les autres. Les chiffres d’audience risquent d’être bien calamiteux et ce ne sera que justice. Qui sème le mépris récolte le mépris. Un peu laconique mais c’est comme ça.

Parlez après le bip...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :