La fée danse

Certaines périodes de la vie génèrent de drôles de réactions ; les ennuis en cascade par exemple, empêchent le cerveau de se mettre en action. Afin de ne pas se transformer temporairement en potiche décérébrée ou en ménagère de moins de 50ans abrutie par des émissions de télé,  intellectuellement proche de l’escargot, du chou-fleur ou (pire) du banquier, quelques possibilités d’activité se profilent :

–  Rien faire. Déprimant.
–  Lire des magasines piqués au coiffeur. Déprimant.
–  Joindre une réunion Tupperware (… je ne vise personne, c’est un concept…). Je ne suis pas prête.
–  Préparer une réunion Tupperware. No comment.
–  Aborder les voisins (pas le sexy one) pour faire connaissance et organiser un goûter de l’immeuble. Je préfère encore la réunion Tupperware.
–  Ranger la cave. Trop dangereux et je n’ai pas de le matériel de spéléo nécessaire.
–  Aller courir. Je le fait déjà ; mais au-delà de 3 fois par semaine, on a un tantinet l’impression de régresser vers un comportement mâle et un peu bourrin. J’essaye d’éviter. Et puis je n’aime pas sécher mes cheveux, toute cette blondeur lumineuse, ce blé soyeux…
–  Ecrire des chansons pour que Patrick Juvet fasse son come back. C’est une idée, mais la tâche est ardue…
–  Imaginer les pires supplices à faire subir à mon banquier. C’est en cours ; déjà à l’annonce de mon nom au téléphone, je sens sa gorge se nouer, la sueur perler entre ses omoplates et son rythme cardiaque s’accélérer dangereusement. Je vais tenter de créer chez lui un réflex pavlovien de trouille à l’évocation de ma personne.
–  Danser. AaAAaaah, la belle activité ! le beau défouloir

Danser donc.  De préférence tard le soir ou dans la nuit. Avoir fugacement l’impression de vivre plus intensément que ceux qui dorment. Fatiguer son corps pour faire taire son cerveau. Outrepasser le stress générateur d’insomnies par une saine fatigue, ludique, colorée, chargée d’émotions positives (c’est vrai : se déchainer sur rapper’s delight , c’est quand même autrement plus fun que tourner en rond devant son frigo…) ; bon, je crois que vous avez compris la motivation…

Seulement, voilà : en boîte, on n’est pas tout seul à danser. C’est lorsque l ‘on en prend conscience que les choses se corsent et perdent leur côté extatique. Par ce qu’hélas, les dance-floors ne sont pas peuplés que d’êtres en transe à l’idée de faire bouger leurs corps.

Ca commence par le « chauffeur de piste » : un individu costumé pour faire looké, mais raté. Tout en noir, le foulard de pirate sous le chapeau et le pantalon dans les docks martens. J’aime bien les docks, mais pour danser… on y perd un peu son jeu de jambes…
 allez savoir pourquoi, le « chauffeur de piste » s’adresse à la blonde la plus proche de la piste, en l’occurrence… pas d’bol…
Un petit pas de 2 sous les yeux désabusés des quelques clubbers qui trainent, pas dans le tempo, pas à l’écoute, juste bon à balancer sa danseuse, un peu comme dans un lave-linge sur le cycle essorage rapide. Le trip « tu es blonde, trémousse toi, fais joli ». Pfff…. Exit le chauffeur ; en plus il est pas beau.

Après ça les chasseurs entrent en scène. Ils sont aisément reconnaissables au fait qu’ils ne dansent pas. Ils dévisagent en faisant de petits mouvements de hanches, façon « je suis un mec sexy ». Pitoyables. Parfois ils émettent de petits cris en roulant des yeux. Atterrant. Impérativement les ignorer.

Autre variété de chasseurs : ceux qui savent danser. Les rois de la piste. Ceux-là sont un peu plus sélectifs : il faut faire joli à leur côté. Pas grave si on ne sait pas danser. C’est mieux même : comme ça on n’entrave pas leurs pas, on ne pourri pas leur show… fiers d’eux, sapés comme des macs tout droit sortis d’un film de Tarantino, à peu près aussi subtils et fins que les dits macs. Pas méchants, mais ils prennent toute la place. Et ils n’ont pas compris que je m’en contrefiche d’eux…Moi aussi, j’veux groover.

Sors enfin du lot le bon danseur. Rare. Plus dangereux car peut faire régner la confusion : dans les bras d’un bon danseur (un vrai bon, hein, j’insiste), on se sent légère et gracieuse, on a confiance, on plane ; on devient la reine de la piste. En plus les bons ont ça de particulier qu’ils laissent à leur partenaire sa part de gloire. En même temps, certains espèrent en récupérer les miettes, ‘faut pas rêver. Rapidement si possible. On ne peut pas leur reprocher d’essayer…
Mais les bons ont ceci de commun avec les poissons rouges qu’ils sont dotés d’une mémoire très courte. 2 à 3 secondes. Donc brille sur la piste ma fille, profites-en parce qu’après tu retourneras à ton statut plébéien de danseuse de base. Et on fera comme si on ne t’avait jamais vue avant… et n’y revient pas, ce n’est pas la peine.

Autre profil : celui qui vient tout seul, mais avec l’objectif inscrit en lettres de feu sur son front de repartir accompagné; ça clignote. il ne sera pas regardant sur la qualité du matériel, au point ou il en est…. Facilement repérable à son sourire figé, il essaye de donner l’impression de s’éclater et cherche désespérément une cible potentielle. Dommage pour lui, il vient seul et il a 100% de chances de repartir seul.

Tant que la place est préservée, l’avantage c’est que l’on peut faire n’importe quoi. Le corps bouge sous le seul contrôle de la musique et la raison n’est pour rien dans tout ça. J’adoooooooore. Mais après 3h du matin, il n’y a plus 1cm2 de libre pour donner à son corps les moyens de s’exprimer correctement, plein de gens qui sont là par hasard et ont tué le temps à boire sont plus ennuyeux qu’amusants et il y en a tellement qui attendent pour entrer qu’il vaut mieux battre en retraite. Mais pas sans avoir piétiné les docks du chauffeur de piste et lacéré son foulard stupide…

Publicités

Publié le 31 janvier 2011, dans La fée pétasse. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Parlez après le bip...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :