Archives du blog

Le tigre du Bengale y Matia

…Lecteur-chéri-ma-paëlla, tu pourrais y reconnaitre une parabole sur le monde du travail…

 

La découverte d’un tigre du Bengale au fond du bois derrière le cimetière ne m’a pas impressionnée outre-mesure, sûre que j’étais d’entrer en symbiose avec ce bel animal à la noblesse sauvage. Les yeux bleu glacier semblaient me transpercer et le pelage à la blancheur éblouissante surpassait en beauté le ciel sombre qui me désaltérait du lait de ses étoiles.
Confiante j’étais.
A côté du tigre, une lionne oscillait son port de tête altier dans un lent mouvement hypnotique. Le clignement de ses yeux dorés était de la lenteur parfaite, ses pattes posées avec délicatesse sur le côté de son corps souple attestaient une aristocratie à faire pâlir d’envie une princesse au sang cobalt. Moi, en l’occurrence.

P’tain, il faut que je termine ce compte-rendu, sinon je vais devoir y revenir ce week-end. Plutôt crever.

Cherchant à communiquer par la puissance de mes pensées avec la bête immaculée, je m’étais postée bien dans l’axe de son regard. Mon cerveau relâché, en attente des ondes félines, errait entre rêveries et liste de courses. J’étais bien.
Dans cet état d’hébétude satisfaite, je n’ai pas vu le coup venir.
Impossible de me souvenir de ce qui s’est passé ensuite. Et me voilà derrière des barreaux. A l’instar des bêtes du zoo, je me trouve dans une petite cage au sol couvert de paille puante, meublée d’une bassine d’eau croupie.
Je dois crier.
Je crie.
Aucun son ne sort de ma gorge.

Crédibilité zéro, mais continuons. et fuck le compte-rendu, de toute façon personne ne lit ces trucs. Je devrais essayer d’inventer des mots et de les placer au milieu des schémas, pour voir si quelqu’un suit.

Je veux secouer les barreaux, mais je ne parviens pas à les saisir.
De façon étrange, mes mains ont quatre doigts couverts de poils épais très bruns. D’ailleurs, si je regarde le reste de mon corps avec attention, je découvre qu’il est recouvert de ces mêmes poils disgracieux. Mes pieds ressemblent de façon troublante à mes mains.
Et je pue.
C’est une horreur.
Il faut que je me lave.
La bassine.
Je saisi la bassine et la renverse sur ma tête. Un bruit proche du grincement de vieille porte asthmatique sort de ma gorge. Je dois me rendre à l’évidence : je suis un singe.
Panique.
Je regarde autour de moi pour me trouver cernée d’animaux sauvages, dont la plupart tournent en rond dans leur espace microscopique. Au loin, une tente rouge et jaune nous nargue de ses fanions dorés. Bêtes de cirque.
De la musique nous parvient, un homme en grande tenue ouvre la porte de ma cage, c’est à moi d’entrer en scène.
Sur la piste, les fauves sont déjà en place, qui sur un tabouret recouvert de paillettes, qui sous un arceau enflammé. En urgence, on me fait enfiler un tutu turquoise à sequins. Une main dépose une couronne de grelots sur mon front plat. Le ridicule m’étouffe. Je ne veux pas faire partie de ce monde, c’est injuste.

Là, il va falloir commencer à envisager une fin, mais je n’ai aucune idée de quoi inventer. Et il faut faire vite, je ne voudrais pas que quelqu’un tombe sur ce texte en lieu et place du compte-rendu attendu par les comités. Ahhhhh… les comités…

–     Viens te poser sur mon dos
C’est le tigre qui a parlé. Le feu des projecteurs et la masse compacte des spectateurs aux yeux brillants d’expectative m’impressionnent. Le peuple veut des jeux, il a dû avoir son pain. Quelques pas me séparent de la bête aux yeux clairs. Il me faut les franchir, mais je ne peux pas. Mes pattes sont ancrées dans le sol recouvert de sable. L’orchestre roule et tonne, m’encourage de son bruit de grosse caisse. Il faut bouger.
Je ne veux pas être là.
Je ferme les yeux, mais le bruit résonne encore plus fort dans ma tête surmontée de clochettes. Je suis en démonstration, il faut faire avec.
Une intuition me chuchote que ma survie en dépend. Faire ce qu’on attend de moi. Piégée en tutu, face à des gens qui attendent je-ne-sais-quoi que j’ai tout intérêt à produire.

Trouver la chute.

Une patte cotonneuse me saisit par le haut du dos et me dépose au creux des reins du Bengali. La lionne a eu pitié, mais son regard de givre me vrille le tutu. Ca rigole pas par ici, il vaut mieux se couler dans le moule, même si le dit-moule n’a aucun attrait.
–     Maintenant, lève-toi et effectue un tour sur toi-même.
Tourner, donc, pour faire plaisir à l’homme en costume, à la foule avide et aux fauves qui sont malgré eux, et malgré leur éblouissante beauté féroce, mes co-guignols. A ce stade, je n’ai plus le choix: je dois faire preuve d’habileté et de discipline. Comme je m’exécute lentement au tintement des grelots, mes pieds glissent sur le poil lustré.
–     Merde, tigre, tu glisses, tu utilises quoi, comme après-shampooing ?
–     Un nouveau truc, une crème bio, c’est l’éléphant qui l’a prêtée, il était coiffeur avant.
–     Coiffeur ? et toi, tu étais quoi ?
–     Cheminot, t’imagine… avec les grèves, on a tout perdu, j’ai pris ce qui restait. Toi ?
–     Moi ?
Comment admettre que je suis une princesse…
–     Oh… je travaillais dans une banque…
–     Ah ouais, ça explique

Ça explique, oui…

Publicités