Archives du blog

Je suis un avatar


Lecteur-chéri-mon-pandi-panda,

Ne t’émeus pas de la jeune femme si confortablement installée  qu’on a immédiatement l’envie folle d’être à sa place, tu sauras.

Ca y est, j’en suis sûre: je ne suis pas du même monde que toi. Nous n’avons strictement rien en commun. Déjà, et ce depuis des années, je m’adresse à toi via le oueb, ce qui aurait dû attirer ton attention…
L’explication est simple: Figure-toi que je suis dans la matrice. Mon univers, c’est la toile, mes amis, ce sont les émojis, je me nourris de clics et je me réchauffe aux LOL. Je vis littéralement dans les fils gluants de la toile mondiale. Ça en jette, non?
L’avantage à se trouver de mon côté du net, c’est que tout ce qui se lit, voit, entend est accessible. L’inconvénient, c’est que tout ce qui se goutte, sent, touche ne l’est pas. Regarder des photos de tes brunchs dominicaux ou de ta chasse aux champignons, c’est sympa, mais frustrant. Admirer ton corps d’éphèbe tatoué, c’est agréable, mais le toucher, ce serait mieux. Et aussi, il faut avoir une sacrée capacité à filtrer la connerie, qui comme chacun le sait est la chose la mieux partagée au monde.
Je me suis rendue compte que je suis un avatar quand j’ai réalisé que mes sens sont limités au visuel et à l’auditif. Les autres sens ne sont que de vagues souvenirs. Le grandes émotions me sont impulsées par le visuel associé aux souvenirs, c’est comme ça que l’illusion est préservée.
Là où ça craint, c’est que je ne dois ma survie qu’à un nombre de clics: en gros, si je veux continuer à naviguer tranquillou et diffuser des images caustiques ou des textes à l’humour ravageur au cœur de la toile, il faut qu’on m’aime. Quand je dis qu’il faut qu’on m’aime, c’est une allégorie, bien sûr. On ne m’aime pas vraiment, ce qu’on aime, c’est l’image que je procure quand on me like. Une mise en abyme.
En revanche, pas de clics et je disparais. De façon assez perverse: ce qui se passe, c’est que si les gens ne s’intéressent pas à moi, je suis moins visible. Si je suis moins visible, les gens qui potentiellement pourraient s’intéresser à moi ne me voient pas et je disparais un peu plus. Encore une fois, la notion est biaisée, les gens ne s’intéressent pas à moi, mais à l’image qu’ils ont d’eux en me cliquant dessus. Je précise ici que ça chatouille. Chaque clic que je reçois me chatouille. Si je devais recevoir l’honneur de milliers de clics, je mourrais de rire nerveux. L’avatar meurt d’oubli et aussi de mauvais rire. De là à envisager que mauvais rire et oubli sont des armes de désinformation massive, il n’y a qu’un pas que je me garderai bien de franchir. Parce que sur la toile, un pas, c’est comme au bord du fossé: ça entraîne une chute.Et une chute dans les profondeurs du oueb, c’est le risque de croiser C Jérôme. On  évite. Si tu ne me crois pas, clique ici:https://www.youtube.com/watch?v=UWZgMXGqA5Y

Certes, je m’épanouis sous tes Like répétés et  je m’illumine de tes partages, mais je dépends de toi. Et ça, ça craint velu. Pour faire une analogie entre le clic et la culture, c’est comme si se balader dans la rue avec le dernier Goncourt sous le bras, titre bien visible de tous, était la preuve ultime d’un esprit affuté.
Ce système pervers est géré par une entité surpuissante qui s’appelle le Grand Algorithme. Si le GrandAlgo ne te propulse pas en avant, tu es condamné à t’éteindre. et je refuse de pervertir mon sens aigu de la transgression avec des chatons mignons.

Résultat, chaque jour qui passe, je me sens m’enfoncer lentement dans les bas fonds du oueb.

A la minute où je t’écris (grâce à un stock de vieux LOL périmés donnés à un émoji véreux qui m’a laissé accéder à quelques espaces Whatsapp en contrepartie), je suis cernée de vidéos des 2Be3 et de développement personnel. Je ne vais pas supporter ça longtemps et à ce niveau de profondeur, les like ne me parviennent déjà plus. En dessous, il y a les films d’Aldo Maccione et les disques d’Herbert Léonard. Je vais crever entre les seins de Sabrina dans le clip « Boys boys boys ». JE NE VEUX PAS!!!

Ces quelques lignes sont donc un cri que je pousse sur la toile. Un cri écrit, un cri virtuel, un cri composé de lettres et de mots. Donc, assez logiquement, pas un cri. En même temps, comment pousse-t-on un cri? Un cri roule-t-il, pour qu’on puisse le pousser? Admettons que dans un univers aussi virtuel que le net, on puisse crier. Le net, c’est comme l’espace dans Alien. Tu peux crier tant que veux, on ne t’entend pas. C’est pour ça qu’on a créé des codes. Par exemple, pour crier sur le net, il FAUT ECRIRE GROS. Dans la vraie vie, si tu écris gros sur ton cahier, on pense que tu es bigleux. Mais ici, quand tu écris gros, on voit que tu es énervé.

Bon, ‘faut que j’accélère, par ce que les photos de David Hamilton me cernent, ma fin est proche. J’entends déjà les voix de Peter et Sloane.

Récemment, j’ai tenté une expérience: j’ai mis un bellâtre au corps huilé et en slip léopard sur mon article. Bingo! J’ai eu au moins 10 fois plus de lecteurs. Enfin, ça c’est que dit le net. En vrai, 10 fois plus de gens se sont connectés. Je pense que seules 2 personnes ont vraiment lu, les autres ne voulaient que mater le bellâtre. On est peu de choses. Mon génie est suspendu à un slip léopard. Ça ne me fait pas de bien.

En conclusion, si je veux survivre dans cet univers impitoyable, il faut continuer sur cette voie…Voilà, tu sais pour la fille lascivement étalée sur un véhicule pollueur.

Pour toi que j’aime d’amour ❤ ❤ <3, une petit vidéo qui fait plaisir

Publicités