Archives du blog

Amour et coups de fouet

Lecteur-Chéri-Ma-Boule-De-Glace-Caramel,

Il ne t’a pas échappé que cette semaine, c’était la St Valentin. L’écœurante débauche de cœurs, cartes, sucreries et autres gadgets variés allant du rose bébé au rouge pétasse m’a amenée à une profonde réflexion sur les aspects historiques de cette fête (jusque-là considérée par mes services comme bêtement mercantile).
Stupéfaction.
A en croire internet, ce Dieu du savoir universel, la St Valentin plonge ses racines dans le pire de la dépravation humaine. Sans déconner. Voilà le topo :
D’abord, j’apprends que dans la Rome ancienne, la St Valentin consistait à pourchasser les jeunes femmes dans les rues pour les fouetter avec des lanières de peau de chèvre. Non, rien ne justifie un comportement violent, idiot, sexiste et méprisant, n’en déplaise à l’homme orange récemment installé à la maison blanche. On dit que le chemin le plus court pour aller d’un point A à un point B est la ligne droite et j’en conviens aisément. Mais je ne vois pas quel chemin ivre a pu, même  à travers les siècles, mener d’une flagellation publique avec un matériau puant à un innocent envoi de cœurs par la poste. L’homme est-il oublieux à ce point ? On dirait bien.

Dans la foulée, je découvre avec horreur que les mêmes romains, le 14 février, composaient au hasard des couples de jeunes gens (innocents) pour des jeux érotiques qui étaient célébrés partout dans Rome. De la partouze légale, pratiquée au vu et au su de tout le monde. Loana et sa scène de la piscine peut aller se rhabiller, quelle bande de petits joueurs le loft… Si la téléréalité avait existé à l’époque, l’homme orange qui squatte la maison blanche aurait pu prétendre à l’Olympe…

A côté,  la déclaration fébrile d’amour, le restaurant chic ou le bouquet de roses rouges sont ri-di-cules et affreusement hors sujet. D’autant plus stupides que seulement poussés par l’agenda. Saint Valentin mon fondement, donc. Orgies, partouzes et perversion, plutôt. Homme du 21è siècle, petite chose totalement ignorante des origines de ce qui fait ton essence et ton quotidien, tu devrais avoir honte…
Notons au passage que Cupidon, ce doux dodu angelot décocheur des flèches de la passion  est à l’origine un gros pervers qui ne pensait qu’à faire souffrir ses cibles, se gaussant de plonger d’innocentes victimes dans les affres de la douleur amoureuse.

Je prends peur rien qu’à l’idée de découvrir qui est vraiment le père Noël…

love

Publicités