Elle n’est pas pareil à la cantine…

Elle n’est pas pareil à la cantine…

 

Posé comme ça, ça peut paraître une affirmation étrange. Dans une conversation aussi, remarquez. Mais je l’ai néanmoins entendue, à plusieurs reprises en plus.

Il était question d’une collègue de travail dont le comportement « au bureau » n’est pas le même que son comportement « à la cantine ». D’où « elle n’est pas pareil à la cantine ». Sous-entendu « son attitude au bureau est différente de son attitude à la cantine ».

Le comportement d’un individu et la perception qu’en ont les autres seraient donc relatif à un environnement. Me voilà plongée dans les affres d’une réflexion nocturne. Si on part du principe que l’on se présente sous un jour nouveau suivant l’endroit ou le contexte dans lequel on évolue, on peut imaginer quantité infinie de déclinaisons du concept :

          Elle n’est pas pareil dans la rue

          Elle n’est pas pareil dans les transports en commun

          Elle n’est pas pareil dans sa salle de bains

          Elle n’est pas pareil au cinéma

         

Et pourquoi pas élargir, quitter le strict environnement :

          Elle n’est pas pareil en tenue de ski

          Elle n’est pas pareil avec les cheveux courts

          Elle n’est pas pareil quand elle chante

         

Récemment, un groupe d’amis géologues (qui s’ils me lisent se reconnaîtront aisément) m’expliquaient ce que sont les lames minces. En substance j’en ai retenu, sans vouloir me lancer dans des explications que je ne maîtrise pas, que les lames minces sont de très très fines tranches de roches que l’on fixe sur des lamelles de verre pour les étudier au microscope.
Si on procède par analogie (certes un peu tirée par les cheveux), on peut imaginer que chacun des comportements d’un individu, lié à un endroit, un environnement social ou professionnel, etc, fait l’objet d’une lame mince. Et que c’est cet empilement de lames minces qui constitue l’individu. Qui en fait un tout plus ou moins cohérent.

En me représentant cela, je me suis mise à extrapoler l’image ; si une de ces lame induit un comportement, la superposition de plusieurs lames peut induire des mélanges de comportements ; comme si on empilait plusieurs lames sur le microscope. Une bleue sur une rouge donne une violette dont l’intensité dépend des intensités conjuguées des 2 susnommées (j’aime bien les longues phrases pleines de mots). Traduction : le comportement « à la cantine » suivi du comportement « dans les transports en commun » ne sera pas le même suivant ce qui s’est passé ou non à la cantine (un plat de pâtes à la sauce tomate renversé  sur son pantalon, par exemple) et ce qui se passera ou non dans le métro (on y croise l’homme ou la femme de sa vie, on se fait houspiller par un contrôleur parce qu’on ne se tasse pas assez dans la rame, …) . Ce précepte posé, toutes les déclinaisons sont possibles.

Continuons l’extrapolation: les mélanges vont créer de nouveaux comportements ; je pense objectivement que la superposition « au bureau » et « à la cantine » donnera un résultat aux antipodes de la superposition « en tenue de plongée » suivi de « au salon de thé ». « en tenue de ski » suivi de « dans sa salle de bains »sera à 10.000 lieues de « en tenue de ski » suivi de « dans la salle d’attente du médecin ». Les combinaisons sont infinies. Et non limitées en superpositions. Donc en comportements humains.

Et l’ordre doit induire des subtilités. « Chez le dentiste » + « avant un rendez-vous amoureux » n’a rien à voir avec « avant un rendez-vous amoureux »+ « chez le dentiste ». Il faut être dangereusement psychopathe pour donner ses rendez-vous amoureux chez le dentiste. Ou il faut être dentiste (c’est pareil).

Il y a des superpositions impossibles ; par exemple « en tenue de ski » et « au bureau » ou « à la cantine » et « en vacances » (sauf pour ceux qui s’ennuient terriblement, ont un placard désespérément vide et sont adeptes de la malbouffe. Il paraît que ça existe.)  
Néanmoins,
 il me semble impossible d’établir des règles. Tout le monde a le droit de se rendre à la cantine en tenue de plongée. Le tout est d’assumer. Le ridicule. Et les racontars. Si on commence à établir des règles, le manuel d’utilisation sera si compliqué que même Bill Gates ne s’y retrouverait pas. Pourtant il a l’entraînement.

Donc un individu serait composé d’un tas infini de lames, chacune symptomatique d’un état, et dont les mélanges génèreraient d’autres états.

Question suivante : qui décide de l’ordre d’empilement ? Y a-t-il une main céleste qui chaque matin bat les lames minces comme autant de cartes à jouer et décide ainsi de l’humeur des individus ? Ou chacun serait-il responsable de l’agencement des lames qui le composent, en en façonnant l’ordre par ses actes et pensées ?

Autre question : comment acquiert-on ses lames ? Chacun vit avec une série de lames différente, la série définissant l’unicité de son propriétaire. Comment se procurer des lames ?
En prélevant une tranche de vécu chez un autre ? le cas échéant, l’autre en perd-il le souvenir ?
En décidant de générer une lame à partir d’un vécu ? Ou sans le décider, générant ainsi des lames inconscientes, lames de fond…
Peut-on prêter une lame à quelqu’un, la récupérer, la modifier, en voler une ?
Toute la logistique de gestion des lames est-elle unique ou varie-t-elle suivant les pays, la température, la musique qui passe à la radio (imaginez un peu « à la cantine » + « sur une musique de Patrick Juvet »)

Et peut-on appréhender toute cette science des lames ? Existerait-il des personnes douées de plus de compréhension, sachant doser les intensités, reconstituer un mélange rien qu’à l’étude d’un individu, rééquilibrer un comportement en modifiant l’ordre des lames? Des médecins de lames ?

L’étude de lames me semble insondable et génératrice de questionnements infinis.

 

Publicités

Publié le 12 novembre 2009, dans Extrapolations. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Parlez après le bip...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :